SPIDER-MAN : NEW GENERATION – LA CRITIQUE

Posté le Jeudi 14 février 2019

SPIDER-MAN : NEW GENERATION - LA CRITIQUE dans Cinéma 19021408210715263616119603

SPIDER-MAN : NEW GENERATION

C’est sans attente spéciale que je suis allé voir ce film d’animation dont je ne connaissais à vrai dire pas grand chose, n’étant pas un grand adepte des comics Spider-Man. De ce super héros aux super pouvoirs arachnéens je retiens surtout les précédents films. Il y a eu l’excellente trilogie de Sam Raimi malgré un troisième épisode décrié, rapidement enchaîne des deux AMAZING SPIDER-MAN de Marc Webb, avec un premier opus qui m’a réellement déçu et une suite honorable, puis Marvel Studio a racheté la licence il y a quelque temps pour intégrer Spidey dans son gigantesque MCU mais n’a pas su me convaincre par sa propre adaptation, nouveau reboot avec un Peter Parker peut-être trop ado pour m’atteindre. Enfin débarque de nulle part le film dont il est question dans cet avis : SPIDER-MAN : NEW GENERATION ou SPIDER-MAN : INTO THE SPIDER-VERSE pour le titre original.

19021408231315263616119604 dans Di Vinz

Sans entrer dans les détails du scénario, nous voilà plongé dans une dimension parallèle à celle que l’on connait, dans laquelle plusieurs Spider-Héros de différentes dimensions devront s’unir pour sauver l’une d’entre elles et pouvoir rentrer chacun chez eux. L’histoire a bel et bien cette inspiration comics, elle est farfelue, grandiose, prétexte à toutes les folies, et cela fait du bien de retrouver cet aspect formidablement impossible là où tout est sujet à trop de réalisme dans les films live action. C’est simple, ce film là n’aurait pas pu marcher en live. Le visuel vient confirmer cette idée avec un rendu 19021408251415263616119605 dans Science-fictiongraphique absolument magnifique ! C’est coloré, léché, le dessin est soigné, les effets mêlant 2D et 3D sont du plus bel effet. Ajoutez ce petit « grain » à la photo sous certains effets de lumière rappelant le format papier, une animation légèrement saccadée faisant fit d’une fluidité outrancière pour se focaliser sur le style, une mise en scène dantesque, parfois illustrées sous forme de cases et de bulles avec des onomatopées, véritable hommage aux comics, et vous obtenez l’un des plus beaux films d’animation jamais réalisé !

Oui, ce Spider-Man enterre bien d’autres productions, ne serait-ce que par cet aspect, mais il ne se résume pas qu’à cela. Les personnages sont travaillés, drôles, charismatiques, ils ont chacun leur histoire, et bien que plusieurs Spider-Héros soient en retrait par rapport à d’autres, ils ont tous leur utilité, leur moment de gloire. J’ai tout simplement adoré chacun d’entre eux. Le fait qu’ils soient chacun issus d’univers différents marque un contraste graphique entre eux et vient nous rappeler le sujet à chaque instant. Dépaysante, rafraîchissante, surprenante à chaque instant, chaque séquence mêlant tous les héros se veut unique, que ce soit dans l’action ou dans les dialogues. Du jamais vu, diablement intéressant ! Même les vilains, qui n’apparaissent pas tant que ça, ont un traitement bien senti, 19021408272515263616119606notamment le Caïd. Mais les deux personnages qui m’ont vraiment marqué sont le Spider-Man de la dimension dans laquelle on se trouve, le tout jeune Miles Morales qui découvre ses pouvoirs et qui a une relation particulièrement touchante avec son père flic, et bien sûr le Spider-Man de notre dimension, le Peter Parker que l’on connait, qui pourtant est très différent dans cette adaptation. Mal luné, mal rasé, bedonnant, vieillissant, et pourtant il rappellera à tout un chacun le seul et unique Spider-Man, le vrai, car il n’a rien perdu de son humour et de son héroïsme.

On notera également une bande son mêlant orchestrations et soundtrack hip hop, moderne, collant bien à chaque scène, tout ce qu’il faut pour mettre le spectateur dans le bain et l’immerger comme il se doit à la fois dans les scènes d’exposition et les scènes de combat. Et ces phases d’action sont terribles ! Mouvementées, parfois pleines de détails, d’effets pyrotechniques ultra colorés mais toujours lisibles, la mise en scène fracassante vient rehausser encore davantage la qualité d’un film qui sait quand et où s’arrêter pour se concentrer sur les personnages et l’histoire. Rien de transcendant dans le fond, mais c’est exécuté de façon magistrale. On n’oublie pas le côté fendart de cet opus, de grands rires viendront me surprendre car les différentes vannes font mouche à de nombreuses reprises, enrobant une réal quasi parfaite dans un sirop de fun très sucré.

Résultat de recherche d'images pour "spider-man new generation gif"

En bref, c’est drôle, c’est frais, c’est magnifique, c’est bien réalisé, on ne retiendra presque aucun défaut, si ce n’est un scénario assez prévisible, alors que demander de plus ? Une suite, probablement. Je le conseille plutôt deux fois qu’une si vous aimez l’animation stylisée ou les super héros, et si vous aimez les deux alors vous serez comblé.

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange / Premier Contact / Assassin’s Creed / Rogue One : A Star Wars Story / Passengers / Les Derniers Jedi : analyse & critique / Split / La Grande Muraille / Ghost in the Shell / Kong : Skull Island / Life : Origine Inconnue / Power Rangers / Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 / Solo : A Star Wars Story

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 18:28
Enregistré dans Cinéma, Di Vinz, Science-fiction
Philip Pullman a dit…

Posté le Mardi 12 février 2019

Philip Pullman a dit... dans Littérature 19021209171515263616117053Philip Pullman, écrivain anglais auteur de À la Croisée des Mondes, a déclaré :

« Les histoires sont la chose la plus importante au monde. Sans les histoires, nous ne serions pas humains. »

morbius @ 19:13
Enregistré dans Littérature, Paroles
PAROLES D’ALTAÏRIEN – 24

Posté le Lundi 11 février 2019

PAROLES D'ALTAÏRIEN - 24 dans Paroles d'Altaïrien 16101809283715263614563469

Il est de coutume de vouloir toujours interviewer les « spécialistes » ou ceux que l’on considère, à tort ou à raison, comme les « Gardiens du Temple de l’Imaginaire ». Pour une fois, laissons-les de côté, oublions-les en leur passant la muselière de circonstance et donnons enfin la parole aux fans, aux geeks, aux fantasticophiles de tous âges et de toutes espèces qui font vivre l’Imaginaire chaque jour ! Pour cela, Le Groupe Facebook d’Altaïr IV, à l’occasion des 10 ans du blog, a réveillé la rubrique « Paroles d’Altaïrien » et laissera désormais la parole à un(e) Altaïrien(ne), le temps de quelques questions sur sa passion pour l’Imaginaire, ses souvenirs, ses goûts, ses manies…

16101809365515263614563484 dans Paroles d'Altaïrien

Fanny Mermet

16101809365515263614563484

Fanny est toute nouvelle dans Le Groupe des Échos d’Altaïr IV et n’a pas hésité à se lancer dans Paroles d’Altaïrien ! Passionnée de SF, elle prépare un mémoire de master sur les séries de science-fiction et publie un fanzine (qu’elle ne nous a même pas fait connaître !) sur l’Imaginaire. Allez, on lui laisse à présent la parole…

19021108265415263616115837

« Je voue un culte à la SF. »

L’Imaginaire, tu es tombée dedans vers quel âge ?

Je pense que ça a commencé assez tôt, aux alentours de mes 7 ou 8 ans. Mon père regardait beaucoup la télévision et je me souviens avoir découvert des séries comme STARGATE SG1 grâce à lui ou encore des films comme TREMORS ou EVOLUTION. Des œuvres de SF donc ! Ensuite, j’ai essayé de me forger une culture par moi-même. J’ai découvert STAR WARS et STAR TREK à l’adolescence, puis les œuvres littéraires de K. Dick. 

19021108321115263616115839Dans le monde grouillant de l’Imaginaire, quel est ton genre préféré et pourquoi ?

Je voue un culte à la SF. Si j’avais été meilleure en mathématiques et en physique, je me serais sans doute dirigée vers des études pour devenir astronaute. Mais pour le coup, j’ai choisi des études de cinéma qui me permettent de continuer à rêver et à imaginer. Car pour moi c’est ce que permet la SF, de rêver et de s’évader d’un monde trop sérieux, où les gens ont arrêté de rêver. 

Te considères-tu comme « geek » ? 

Bien sûr ! Pour moi, ce n’est pas un terme péjoratif. Je suis geek car passionnée par la SF. J’aime ce monde de geeks où tout le monde se comprend et où il est facile de communiquer ! 

Quels sont tes films et séries TV préférés ?

Côté films, je suis fan de Duncan Jones (MOON et MUTE surtout) et d’Alex Garland (EX-MACHINA et ANNIHILATION). J’aime aussi beaucoup SUNSHINE, DARK CITY, PLANÈTE HURLANTE, JURASSIC PARK et PREMIER CONTACT. Côté séries, je dirais que j’aime quasiment toutes celles de SF : PERSON OF INTEREST, 12 MONKEYS, TORCHWOOD, STAR TREK, BLACK MIRROR, THE MAN IN THE HIGH CASTLE, etc… Je ne suis pas très compliquée en terme de séries ! 

19021108343915263616115840

« J’ai découvert Ken Liu et c’est vraiment devenu un auteur incontournable pour moi. »

Quels sont tes romans, BD et auteurs favoris ?

Je m’ouvre depuis quelques mois seulement à la littérature de l’imaginaire. J’ai découvert Ken Liu grâce à la maison d’édition Le Bélial et c’est vraiment devenu un auteur incontournable pour moi ! Bien sûr, K. Dick reste un de mes auteurs préférés car c’est le premier que j’ai lu – avec Glissement de temps sur Mars

19021108370215263616115845Quel est ton meilleur et/ou ton pire souvenir ?

Mon meilleur souvenir c’est sans aucun doute ma première et ma seconde visite aux Utopiales à Nantes. Je rêvais d’y aller depuis des années ! J’ai pu y rencontrer Roland Lehoucq et échanger quelques mots. C’était vraiment incroyable ! 

As-tu une manie en tant que fan de l’imaginaire ?

J’ai un tee-shirt PERSON OF INTEREST que je mets pour les grandes occasions (lors de ma soutenance notamment) ! Mais sinon, je m’amuse parfois à dire « Longue vie et prospérité » ou à répéter la voix off d’un générique d’une série dès qu’on m’en parle. 

« Mon vœu le plus cher, ce serait d’ouvrir une librairie/cinéma/musée de l’imaginaire. »

Comment définirais-tu la science-fiction ?

Je définirais la science fiction comme étant un genre littéraire et cinématographique qui donne à l’humanité la possibilité de réfléchir à sa place dans l’univers en abordant des thèmes archaïques : la politique, le progrès, les notions philosophiques et mathématiques (temps, espace…) et les relations inter-espèces au sein d’un monde imaginé mais possible.
19021108412215263616115848
Ta passion, comment la vis-tu au quotidien ?

Beaucoup ! Je collectionne pas mal de choses : les revues Métal Hurlant, des DVD, des séries, des livres. Et puis, je rédige mon mémoire de master sur les séries de SF alors forcément, je vis ma passion tous les jours ! 

Quel est ton vœu le plus cher ?

Mon vœu le plus cher, ce serait d’ouvrir une librairie/cinéma/musée de l’imaginaire (les trois en même temps, oui), tout en publiant une revue trimestrielle sur le sujet (pour l’instant c’est un petit fanzine). Bien sûr, si je peux réaliser – ou faire réaliser – le scénario de space opera qui traîne dans mon tiroir depuis 3 ans, je dis pas non ! 

Merci Fanny ! Que la Force soit avec toi et Longue vie et prospérité !

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

morbius @ 18:39
Enregistré dans Paroles d'Altaïrien
CHRONIQUES LUNAIRES – TOME 1 : CINDER

Posté le Samedi 9 février 2019

CHRONIQUES LUNAIRES - TOME 1 : CINDER dans Fantastique 14072703494415263612413227

19020907584715263616113520 dans Littérature

Cinder (de Maryssa Meyer, éd. PKJ) est l’histoire d’une jeune fille à 63% cyborg, qui vit a Néo-Beijing, travaille dans son atelier de réparation d’androïdes, cyborgs et autres appareils électroniques. Ça sent la graisse et la crasse, c’est exiguë et sombre (histoire de vous donner une idée du coin). Elle a une tutrice légale (eh oui, dans le futur on ne dit plus « marâtre »), deux demi-sœurs (ça vous rappelle quelque chose ?) et sa meilleure amie n’est pas une souris mais un petit robot à la puce de personnalité défectueuse du nom de Iko. Ça c’est la présentation de notre héroïne. 

19020908022115263616113521 dans Marie-LaureLe monde dans lequel vit Cinder est en paix, les guerres ont cessé, humains et androïdes cohabitent ensemble même si ces derniers sont considérés comme des rebuts de la société. Tout le monde a une puce d’identité implantée dans le bras dès la naissance (sans ça vous n’existez pas). Depuis quelques années sévit une maladie contagieuse, la létumose, qui décime la population. Personne n’est épargné, même l’empereur de New-Beijing est touché. On utilise alors les androïdes comme cobayes pour trouver un remède, mais pour le moment c’est assez inefficace. 

Il y a un peuple, les « Lunaires », qui vit uniquement sur la lune, dont la reine est un véritable tyran avec des pouvoirs hors du commun. En effet, les Lunaires ont un don, celui de modeler à volonté la conscience des autres êtres vivants, don plus ou moins développé suivant chacun, sachant que les plus forts sont assassinés par les sbires de la reine (ce qu elle a fait à la famille royal pour avoir et garder le trône) et ceux sans pouvoirs (nommés les coquilles), condamnés à mort car … bah… ils sont « différents ». Les lunaires sont interdits sur Terre car leur pouvoir est dangereux.

19020908041615263616113523Revenons à Cinder. Ce jour-là, Cinder est occupée à changer son pied. Iko lui a trouvé un pied cyborg qui correspond mieux à sa taille plutôt que le petit pied qu’elle traîne depuis ses 11 ans et qui n’a pas grandi, lui, contrairement au reste de sa personne. Elle est joie en resserrant boulons et vis et en connectant les fils nerveux entre eux, lorsque surgit « incognito » le prince Kaito (Kay), fils de l’empereur, dans son échoppe. Il a besoin d’elle pour une mission de la plus haute importance ! Sa Nanni, gouvernante, est en panne… Erf !… Bon, c’est le prince… et elle, Cinder, tombe sous le charme. Bah oui, normal, elle cache sa condition de cyborg et accepte de réparer la Nanni. Hourra ! Sauf que, avant que cela puisse se faire, sa demi-sœur tombe malade. La belle-mère qui cherchait à se débarrasser de Cinder depuis longtemps l’envoie comme volontaire tester un nouveau vaccin contre la létumose. Cinder découvre alors qu’elle est immunisée. Le docteur lui révèle certains secrets, sur elle, sur les Lunaires, etc. En échange, elle doit venir souvent faire des tests. Ça pourrait sauver la race humaine. Du coup, elle croise souvent le prince  qui ne sait toujours rien sur elle. L’amour naissant, etc, (instant gnan gnan) , il l’invite même au bal. 

19020908060115263616113525Sa demi-sœur meurt. Cinder est dévastée par le chagrin. L’empereur meurt, le peuple est dévasté par le chagrin. Le prince Kay devient empereur, doit se trouver une impératrice. La reine lunaire Levana entre en scène, arrive sur Terre afin de conclure avec lui le marché que son père a toujours refusé (les épousailles) sinon ce sera la guerre. Bref, le conte de fées part en sucette, mais Cinder découvre des choses qui pourraient peut être changer les destins terriens et lunaires…

Voilà, je n’en dis pas plus (je viens d’effacer la moitié de mon texte car je me suis rendue compte à sa lecture que je racontais toute l’histoire !). Pour conclure, ce livre malgré son titre et sa couverture un peu trop « éditions Harlequin » à mon goût, est fascinant dès la première page. J’ai pu oublier le côté conte de fées pour me focaliser sur le côté cyborg de Cinder et sa forte personnalité. J’y ai vu un petit air de Gally (Alita, Gunnm) et ça, ça m’a de suite charmée. Puis le mélange maladie mortelle type peste, enrôlement de force des cyborgs en tant que cobayes, peuple extraterrestre opprimé mais avec des pouvoirs, groupes de rebelles Lunaires, complots et culture asiatique qu’on retrouve dans ce livre (Néo-Beijing est la capitale du royaume oriental), tout ce que j’aime en somme, a achevé mes réticences sur sa lecture.

19020908081515263616113526Dès le début je n’ai pas eu l’impression de lire un livre mais plutôt de voir un animé japonais tant les détails décrits sont précis (que ce soit la description des rues, des habitants, des réparations cyborgs de Cinder, de l’évolution moche de la maladie et même les scènes de repas). J’ai eu plaisir à découvrir ce mélange d’univers. Cette réécriture d’un conte de fées à la sauce SF est une réussite, les petits clins d’œil à Cendrillon sont là et bien sympas (le petit pied n’est pas mignon, là, il handicape Cinder. Celle qui pourrait être sa marraine la bonne fée dans cette histoire ce pourrait être Iko. Le véhicule qu’elle trouve en décharge avec lequel elle va essayer de s’enfuir est un tas de boue orange, etc.). Heureusement d’ailleurs pour un conte revisité !

Les seuls bémols, mais on ne peut y échapper, c’est la romance entre les deux protagonistes, la couverture qui pour moi dessert grandement le livre et le fait aussi qu’il finit en cliffhanger, ce que je déteste quand je n’ai pas encore la suite !

- Marie-Laure -

Autres articles de Marie-Laure :

Orgueil & Préjugés & Zombies / Laisse-moi entrer / Prince Lestat et l’Atlantide / Anno Dracula / Anno Dracula : Dracula Cha Cha Cha / La Destinée, la Mort et moi, comment j’ai conjuré le sort

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 18:10
Enregistré dans Fantastique, Littérature, Marie-Laure
SÉQUENCE B.O. : THE ORVILLE, LE CD

Posté le Jeudi 7 février 2019

SÉQUENCE B.O. : THE ORVILLE, LE CD dans B.O. 19020709014915263616111173

Ils nous l’avaient promis pour fin janvier : parole tenue. Le double CD, très attendu, de la musique de la première saison de l’excellente série THE ORVILLE est désormais paru, et tous ses morceaux (ou presque) sont disponibles à l’écoute ICI, sur YouTube…

Bruce Broughton est le compositeur attitré de la série. Il est non seulement celui qui a écrit le superbe générique de THE ORVILLE (et son « End Title »), mais aussi celui qui est à l’origine des musiques de certains épisodes. À ses côtés on retrouve, comme par hasard (!), un compositeur de STAR TREK : THE NEXT GENERATION, le talentueux John Debney (L’ÎLE AUX PIRATES, ZATHURA, LE LIVRE DE LA JUNGLE…), mais aussi Joel McNeely (STAR WARS : SHADOWS OF THE EMPIRE, le jeu) et Andrew Cottee. Rappelons que THE ORVILLE est l’une des dernières séries télévisées où la musique a autant d’importance que les histoires.

La seconde saison de THE ORVILLE s’annonce encore bien meilleure sur le plan musical. On attend donc déjà avec impatience le second double CD !

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Autres extraits en Séquence B.O. :

Poltergeist / Predator / Le Voyage Fantastique de Sinbad / Jason et les Argonautes /Star Crash / Edward aux Mains d’Argent / Evil Dead 3 : l’Armée des Ténèbres /Ladyhawke / Lifeforce / Les Sorcières d’Eastwick / Godzilla 2014 : la musique / Wing Commander / Vingt Mille Lieues sous les Mers / Lost in Space (Perdus dans l’Espace) / Logan’s Run : Main Title TV Series / Theme from The Lord of The Rings (1978) / Jack, the Giant Slayer : Main Theme / The Orville : The Theme and the Cast / Suite from Damnation Alley

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 19:03
Enregistré dans B.O., Séquence B.O.
SEYTAN (1974)

Posté le Mercredi 6 février 2019

SEYTAN (1974) dans Cinéma bis 19020604093815263616109261

SEYTAN (1974)

SEYTAN est le « Turkish Exorcist », autrement dit le remake turc du film de Friedkin tourné dans la foulée de l’original. Au moins, avec ce type de remake, inutile de chercher les points communs plagiés au film d’origine que l’on retrouve dans tous les dérivés de L’EXORCISTE, de l’ANTÉCHRIST à EXORCISMO puisqu’ici, la trame est quasi-identique.

L’intrigue : Une jeune fille de 12 ans qui habite avec sa mère dans un quartier bourgeois est possédée par le démon…

19020604111315263616109262 dans Cinéma bis turc

Même la fillette turque, incarnée par Canan Perver, a de faux airs de Linda Blair. L’intro avec l’archéologue dans les ruines, le grand appartement à deux étages, les rats dans le grenier, la fillette somnambule qui urine devant une assemblée ou qui est projetée sur son lit, l’immense escalier, la scène de vomissures et l’excision (non pas avec un crucifix mais avec une statuette coupante) et 19020604123915263616109263 dans Fantastiquel’exorcisme final… Tout y est. Même le morceau de Mike Oldfield est réutilisé régulièrement de manière obsessionnelle. Seule la foi chrétienne du prêtre exorciste est remplacée par un l’érudition d’un archéologue et un policier qui enquêtent sur les croyances de démonologies locales. Le Seytan du film étant évidemment le démon coranique.

L’intérêt de SEYTAN, en plus d’être plus agréable à regarder que la moyenne des remakes turcs, vient de cette tentative du réalisateur Metin Erksan de vouloir jongler entre deux options : la jeune Gül est-elle atteinte d’une maladie psychique ou d’une possession démoniaque ? Ce dualisme sera beaucoup plus présent dans L’EXORCISTE 2 : L’HÉRÉTIQUE de John Boorman, en 1977. Et plus présent encore, dans L’EMPRISE (1981) de Sidney J. Furie. Du coup, Gül se voit contrainte de répondre à des exigences médicales souvent ridicules, et parfois visuellement et involontairement cocasses, comme la scène des électro-chocs. Mais à part quelques touches d’humour, l’ensemble se veut très sérieux

Vous pouvez regarder le film avec des sous-titres anglais ici.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

morbius @ 14:10
Enregistré dans Cinéma bis, Cinéma bis turc, Fantastique, Film des 70's, Trapard
TERRY PRATCHETT A DIT…

Posté le Mardi 5 février 2019

TERRY PRATCHETT A DIT... dans Littérature 19020509085415263616108021Terry Pratchett, auteur célèbre des Annales du Disque Monde, a déclaré :

« La vie n’est pas découpée en chapitres réguliers, ni les films, et Homère n’écrivait pas en chapitres. [...] Je n’ai pas la moindre idée de leur utilité dans la littérature pour adulte. »

morbius @ 19:05
Enregistré dans Littérature, Paroles
PAROLES D’ALTAÏRIEN – 23

Posté le Lundi 4 février 2019

PAROLES D'ALTAÏRIEN - 23 dans Paroles d'Altaïrien 16101809283715263614563469

Il est de coutume de vouloir toujours interviewer les « spécialistes » ou ceux que l’on considère, à tort ou à raison, comme les « Gardiens du Temple de l’Imaginaire ». Pour une fois, laissons-les de côté, oublions-les en leur passant la muselière de circonstance et donnons enfin la parole aux fans, aux geeks, aux fantasticophiles de tous âges et de toutes espèces qui font vivre l’Imaginaire chaque jour ! Pour cela, Le Groupe Facebook d’Altaïr IV, à l’occasion des 10 ans du blog, a réveillé la rubrique « Paroles d’Altaïrien » et laissera désormais la parole à un(e) Altaïrien(ne), le temps de quelques questions sur sa passion pour l’Imaginaire, ses souvenirs, ses goûts, ses manies…

16101809365515263614563484 dans Paroles d'Altaïrien

Seb Ribeiro

16101809365515263614563484

Le plus court des « Paroles d’Altaïrien », c’est Seb qui nous l’offre. Des réponses brèves, concises, sans fioritures ni étalages. On lui laisse la parole…

« Au bureau, j’ai un cadre photo avec EXCALIBUR en guise de Memento Mori. »

L’Imaginaire, tu es tombé dedans vers quel âge ?

19020405074915263616106770Je devais avoir dans la huitaine avec Les Conquérants de l’impossible (Bibliothèque Verte), l’émission TEMPS X qui diffusait LA QUATRIÈME DIMENSION, ainsi que les séries COSMOS 1999 et STAR TREK diffusées sur TF1.

Dans le monde grouillant de l’Imaginaire, quel est ton genre préféré et pourquoi ?

Mon genre préféré est l’Anticipation (dystopie), étant de 1971, lors de l’avènement de la VHS j’avais 12 ans… Le cinéma de genre du début des années 70 faisait la part belle au genre (SOLEIL VERT, THX 1138, LE SURVIVANT, NEW YORK NE RÉPOND PLUS, ROLLERBALL, L’ÄGE DE CRISTAL…) et forcément occupait allègrement les étagères des vidéoclubs…

Que recherches-tu à travers l’Imaginaire ?

Une évasion, un émerveillement.

Te considères-tu comme « geek » ?

On me considère en tant que tel… Au bureau, j’ai un cadre photo avec EXCALIBUR en guise de Memento Mori, une miniature de Dalek et un Borg pour faire un pied de nez gentil à certaines personnes manquant d’humanité. Je ne me prive pas de mettre certains jours (Free Friday) des T-shirts à thème (cinéma en général) qui ont le mérite d’inviter les gens à la discussion sur le film en rapport.

Quels sont tes films et séries TV préférés ?

Films : CONAN LE BARBARE, EXCALIBUR, DUNE, ZARDOZ, 2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE, BLADE RUNNER, STARFIGHTER. En séries : STAR TREK, BABYLON 5, TWIN PEAKS, les séries GALACTICA et GAME OF THRONES. 

19020405101215263616106771

« Un rêve de trekkie : bannir la notion d’argent. »

Quels sont tes romans, BD et auteurs favoris ?

Frank Herbert (Dune), P. K. Dick (Blade Runner), Asimov (Cycle des Robots et Fondation), Rosinsky/Van Hamme (Thorgal), Christin/Mezieres (Valérian), Wells (L’Île du Docteur Moreau et La Machine à Explorer le Temps) et Robert E. Howard (la saga des Conan).

Quel est ton meilleur et/ou ton pire souvenir ?

Paul Verhoeven dans une crêperie … Je n’ai pas osé le déranger, il était en bonne compagnie, il s’est aperçu que nous l’avions reconnu.

As-tu une manie en tant que fan de l’imaginaire ?

Utiliser des répliques cultes de films comme un code entre amis vis-à-vis de certaines situations qui nous offusquent au bureau. Forcément les personnes en cause ne comprennent pas… ce qui est d’autant plus risible. Exemple : quelqu’un ne peut pas s’empêcher de raconter ce qu’il va faire… il a le droit à la réplique « Là, je vais prendre une douche » (Louis Tully dans SOS FANTÔMES). Il m’arrive d’être pris à mon propre jeu ! Celle-ci elle est gentille, après pour les requins ils ont le droit à des choses plus gratinées.

19020405135815263616106772

Comment définirais-tu la science-fiction ?

Une Hypothèse sur un Futur possible.

Ta passion, comment la vis-tu au quotidien ?

Passionnément, mon entourage est en général assez porté sur le genre.

Quel est ton vœu le plus cher ?

Un rêve de trekkie : bannir la notion d’argent. 

Bon anniversaire Les Échos, et comme dirait un Vulcain aux oreilles pointues … « Une Vie Longue et Prospère ».

Merci Seb ! Que la Force soit avec toi et Longue vie et prospérité à toi aussi !

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

morbius @ 15:12
Enregistré dans Paroles d'Altaïrien
CTHULHU : LES CRÉATURES DU MYTHE

Posté le Dimanche 3 février 2019

CTHULHU : LES CRÉATURES DU MYTHE dans Fantastique 14072703494415263612413227

19020312471615263616105289 dans Littérature

Cthulhu : les Créatures du Mythe, écrit par Sandy Peterson et publié chez Bragelonne, est, comme son nom l’indique, un livre regroupant le maximum de créatures légendaires issues des œuvres du Mythe. Il s’agit en fait d’un petit ouvrage de plus de 150 pages rédigé d’après l’édition originale du guide de terrain de Sandy Petersen, publié en 1988 chez Descartes sous le titre Les Monstres de Cthulhu. Cela vous dit certainement quelque chose si vous avez connu le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu… Cette nouvelle version, revue et corrigée si l’on peut dire, a été supervisée par Mike Mason et Vincent Lelavechef.

Cthulhu : les Créatures du Mythe se présente donc comme un carnet de notes à propos d’entités surnaturelles et de créatures qui sont par-delà le mur du sommeil. Il se veut le témoignage de chercheurs experts en surnaturel qui ont étudié, presque malgré eux, ces créatures dangereuses. La jolie mise en page est donc celle d’un carnet jauni par le temps où de superbes illustrations côtoient des fiches très complètes sur les monstres en question, tels Azathoth, le Polype Volant, Rhan-Tegoth, le Chat d’Ulthar, le Serviteur de Karakal… et bien sûr les vedettes comme Cthulhu, Nyarlathotep, Shub-Niggurath et tant d’autres. Un indispensable petit guide pour tout amateur du grand Lovecraft et bien sûr du mythe de Cthulhu.

« Vous tenez entre vos mains les cahiers de notes et d’esquisses d’anthropologues partis à la recherche de secrets impies et qui, le plus souvent, ont payé leurs découvertes de leur vie ou de leur santé mentale. Les croquis illustrent dans quel état d’esprit malsain les malheureux se trouvaient lorsqu’ils les ont tracés, parfois avec de l’encre, dans d’autres cas avec leur sang ou des substances inconnues.

Cthulhu, Azathoth, Nyarlathotep, Yog-Sothoth et bien d’autres aberrations fondatrices du Mythe sont ici présentées, chacune avec une description détaillée, une illustration couleur, son symbole, sa taille par rapport à l’humain, son mode de déplacement et ses particularités.

Face à de telles abominations, méfiez-vous, car votre équilibre mental risque d’être profondément ébranlé… »

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

morbius @ 10:43
Enregistré dans Fantastique, Littérature
LE MAÎTRE DU TEMPS (1970)

Posté le Jeudi 31 janvier 2019

LE MAÎTRE DU TEMPS (1970) dans Cinéma bis 19013108121915263616100328

LE MAÎTRE DU TEMPS (1970)

Oui je sais que le titre va immédiatement vous faire penser aux MAÎTRES DU TEMPS (1982) de René Laloux, mais il s’agit d’un tout autre film de science-fiction. Là, vous veniez de cliquer machinalement sur « j’aime » sans avoir ouvert cet article, puis vous vous êtes révisés en regardant l’affiche de plus prêt, en approchant votre nez vers l’écran. Mince, ce n’est pas le film que vous aimez et vous avez « liké ». Que faire ? Enlever votre « Like » ni vu, ni connu ? Pendant que vous réfléchissez sur ce grand dilemme existentiel, laissez-moi vous présenter le film du jour…

19013108132015263616100329 dans Film des 70's

LE MAÎTRE DU TEMPS est une co-production franco-brésilienne réalisée par Jean-Daniel Pollet qui traite de l’errance terrienne d’un extraterrestre arrivé là par erreur. Ce qui est plutôt étonnant de la part de ce réalisateur qui a plutôt tendance à ancrer les histoires de ses films dans une sorte de naturalisme implacable, mais toujours très fin (POURVU QU’ON AIT L’IVRESSE, GALA, L’ACROBATE). Le début du film est identique à celui de PROMETHEUS (2012) de Ridley Scott. Ou l’inverse… Mais en guise de cet Architecte géant et bleuté de l’univers d’ALIEN, c’est notre Jean-Pierre Kalfon national tout peint en bleu qui est projeté dans l’océan et qui semble sans cesse retomber à la mer et être ramené vers le rivage d’un nouveau présent. Il évolue ainsi, tout le long du film, vers un continuel futur et traverse l’Histoire du Brésil au grès des flots. L’idée du va-et-vient par le biais de l’océan est un artifice science-fictionnel assez connu, notamment dans la littérature de SF. Et même dans la musique. Vous pourrez d’ailleurs retrouver ce genre de boucle dans le clip du morceau  « Falling for You »  du jeune rockeur calédonien, Paul Cramet, sorte d’hommage à 2001, L’ODYSSÉE DE L’ESPACE et à EYE WIDE SHUT de Stanley Kubrick. Vous m’y verrez d’ailleurs très brièvement, affalé et gloutonnant du raisin à 1’37.

19013108132415263616100330 dans Science-fiction

Derrière cet univers de science-fiction, le film de Jean-Daniel Pollet semble démarrer avec le syndrome de « l’Indien dans la ville », notre extraterrestre semblant découvrir le monde sauvage d’un côté, et civilisé de l’autre, se posant parfois même en médiateur. La suite du film évoluant finalement vers une quête initiatique humaine. Et disons-le franchement : une quête initiatique hippie.

L’intrigue : Un extra-terrestre, qui a la faculté de voyager dans le temps, visite notre planète à différentes époques….

Le début des années 70 était, en effet, le temps du cinéma hippie (pipe hourra ?) : QU’IL ÉTAIT BON MON PETIT FRANÇAIS (1971) de Nelson Pereira dos Santos, pour le Brésil. EL TOPO (1970) et LA MONTAGNE SACRÉE (1973) d’Alejandro Jodorowsky pour le Chili. Et il ne faut évidemment pas confondre SF hippie des années 70, et SF gnian-gnian de Coline Serreau et de LA BELLE VERTE (1996).

19013108132615263616100331 dans Trapard

À cette époque-là, Jean-Pierre Kalfon était aussi l’un des personnages centraux de l’un des plus grands films hippies de tous les temps, d’ailleurs tourné vers chez nous (en Papouasie-Nouvelle-Guinée) : LA VALLÉE (1972) de Barbet Schroeder, sur la musique culte des Pink Floyd. La musique du film de Jean-Daniel Pollet est d’ailleurs très sympa et aussi « haschement » psychédélique. Elle a été composée par le contrebassiste français, Guy Pedersen, dont voici deux de ses compositions,  ici et  . Mais il est surtout connu pour être à l’origine de la musique du générique de l’émission THALASSA, ce qui n’est vraiment pas ce qu’il a fait de mieux.

Et au début des années 70, le « Cinema Novo » (cette nouvelle vague du cinéma brésilien) battait son plein, avec des réalisateurs cultes comme Glauber Rocha (LE DIEU NOIR ET LE DIABLE BLOND, ANTONIO DAS MORTES) ou Ruy Guerra. Ce dernier jouant même l’un des rôles principaux du MAÎTRE DU TEMPS, ainsi que dans cet autre film oublié (mais surtout incompris) de la SF initiatique à la française : LES SOLEILS DE L’ÎLE DE PÂQUES (1972) que Pierre Kast a tourné aux quatre coins du monde. Kast qui travaillait alors au Brésil depuis les années 60, a d’ailleurs co-écrit LE MAÎTRE DU TEMPS avec Jean-Daniel Pollet. Mais contrairement à ses SOLEILS, il semble avoir misé sur la simplicité pour ce film-ci, ce qui le rend très agréable à regarder.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

morbius @ 18:14
Enregistré dans Cinéma bis, Film des 70's, Science-fiction, Trapard
12345...278