ROBOT-COOL (61) : BORNE D’ARCADE DE KUNG FURY

Posté le Samedi 16 janvier 2021

ROBOT-COOL (61) : BORNE D'ARCADE DE KUNG FURY dans Robot-cool 13061309574815263611288444

kEEaLb-2 dans Science-fiction

Il n’apparait qu’une minute ou deux, mais ce robot-arcade fait son petit effet. C’est l’un des méchants du moyen-métrage KUNG FURY (2015) de David Sandberg, qui comprend aussi des ninjas, des nazis et quelques créatures préhistoriques puisque le film se veut volontairement et parodiquement anachronique.

L’intrigue : Kung Fury, détective de la police de Miami dans les années 80, voit son coéquipier abattu par un ninja. Adolf Hitler voyage dans le futur. Kung Fury va alors tenter de sauver le monde en remontant dans le temps pour tuer Hitler. Un bug informatique le conduit à voyager entre les époques…

gEEaLb-1 dans Trapard

À l’origine, ce robot n’est autre qu’une simple borne d’arcade qui décide de se rebeller contre deux joueurs. Puis après s’être auto-développé sur pieds à la manière d’un « mecha » ou d’un TRANSFORMER, il sort dans la rue pour buter du caniche et du citadin jusqu’à…l’intervention de Kung Fury. Il se recharge d’ailleurs lui-même en récupérant la monnaie des parcmètres.

kEEaLb-3

Le combat contre Kung Fury se veut épique, se délocalisant jusque dans l’espace. Mais il est finalement très court puisque la qualité VHS indique que ce passage a été visionné et rembobiné trop souvent, succès oblige. Et c’est ce qui fait le charme de cette parodie ou hommage aux années 80. La suite est toujours en prévision d’après Wikipédia.

- Trapard -

LE FILM COMPLET EN VERSION SOUS-TITRÉE :

Image de prévisualisation YouTube

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor / Robot de Xenogenesis / Robots de Pyrite / Evolver / Mycènes / Yoyo / Bio-droïdes / Bender / Isaac / K-Tron / Non-Linéaires / C.H.O.M.P.S. / La réplique de Wonder Woman / BB / Niya / Robots pensants / Robogeisha / VGC-60L / Ava / Chappie

Robot « cool » ou « craignos » ?

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 16:58
Enregistré dans Robot-cool, Science-fiction, Trapard
THE CITY AND THE CITY de China Miéville

Posté le Mercredi 13 janvier 2021

THE CITY AND THE CITY de China Miéville dans Fantastique 14072703494415263612413227

The City & the City, une métaphore particulièrement réussie de notre société occidentale, par China Miéville.

 - par Sonia Faessel -

Q59ZKb-1 dans Littérature

L’auteur est anglais, a obtenu de nombreux prix, et il est le digne descendant d’Orwell, de Kafka, pour l’absurde et le pouvoir occulte inaccessible, de la série Noire américaine pour le personnage de détective, caractérisé par sa ténacité à découvrir la vérité dans un monde qui lui échappe.

479ZKb-2 dans Sonia FaesselLa non communication est la principale caractéristique de nos sociétés depuis l’arrivée massive des smartphones et des tablettes, il suffit de regarder les gens dans un aéroport, une gare, un bus : ils sont à moins d’un mètre les uns des autres, ne se regardent pas, n’échangent pas un mot, le nez sur leurs appareils. Dans ce cas, poursuivons la logique : deux villes, intimement mélangées, mais totalement séparées. La loi comportementale exige qu’un habitant de Beszel « évise » son voisin d’Ul Qoma et inversement, faute de quoi, il commet le crime de « rupture » et disparaît purement et simplement, happé par cette institution redoutable qui voit tout, contrôle tout, et apparaît immédiatement lorsque le délit est commis. Il faut aussi ne pas sentir (« insentir »), ne pas écouter (inouir) lorsque votre espace de vie est « brutopiquement » situé, entendez par là, lorsque votre voisin d’à côté ou d’en face n’est pas de votre ville. Aucune place pour le sentiment, ce qui compte, c’est la norme, être conforme à ce qui est attendu, et, là encore, comment ne pas reconnaître la toute puissance du conformisme qui règle actuellement nos sociétés ? 

Alors qu’Orwell invente Big Brother, Miéville invente la Rupture, une institution secrète, qui n’a de contrôle que sur elle-même, et intervient avec une efficacité effrayante, maintenant les deux populations dans un état d’angoisse permanent. On pense aussi à la Stasi, la police des ex-pays de l’Est, d’autant que le cadre j99ZKb-2temporel du roman suggère un XXIe siècle proche des idéologies communistes et libérales. Aucune explication n’est donnée quant à la partition des deux villes, l’une moins évoluée que l’autre, résolument tournée vers la modernité, architecturale tout au moins, car, pour ce qui est des technologies  actuelles, elles ne semblent pas intéresser l’auteur, qui équipe ses villes de vieux ordinateurs, et d’un « google » hésitant quant au débit. La manipulation, autre caractéristique du monde actuel, est donc reine, et les habitants ont accès aux informations qu’on veut bien laisser filtrer. 

Une légende urbaine veut qu’il existe une troisième ville, Orciny, qui vit à l’interstice des deux autres, c’est le sujet sur lequel travaille la jeune américaine assassinée au début du livre, découverte par Tyador Borlu, inspecteur de la Criminelle de Beszel. Son enquête va le mener d’une ville à l’autre, avec toutes les tracasseries que cela implique, et l’opacité finira par se déchirer pour ne révéler qu’un banal trafic d’objets d’art concernant la période pré-clivage des deux villes. C’est parce qu’il éprouve quelque chose, ne serait-ce qu’un sentiment d’injustice, de la compassion pour les victimes, qu’il finit effacé dans la Rupture, recruté de force dans un monde entre les deux villes. Le prix à payer : il devient invisible pour tout le monde, car aucun habitant des deux villes n’a le droit de le voir, encore moins de lui parler, sous peine de rupture. 

C’est donc une lente dissolution de l’individu que China Miéville met en scène, de manière magistrale, dans un roman au goût d’étrangeté, mais singulièrement proche de nous, pour peu que l’on se donne la peine de voir les analogies avec notre époque. 

Un grand livre, à lire absolument. 

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 17:18
Enregistré dans Fantastique, Littérature, Sonia Faessel
MONSTRES SACRÉS : LE MONSTRE DU SHANGAÏ EXPRESS

Posté le Lundi 11 janvier 2021

MONSTRES SACRÉS : LE MONSTRE DU SHANGAÏ EXPRESS dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

XgJYKb-shangai dans Monstres sacrés

LE MONSTRE DU SHANGAÏ EXPRESS

« En 1906, Alexander Saxton, paléontologue, découvre un hominien fossilisé en Chine. Lors de son retour à Londres par le Transsibérien, il fait la rencontre de son rival, le Docteur Wells, qui décide YgJYKb-shangai3 dans Science-fictiond’ouvrir la fameuse caisse qui contient la créature. Celle-ci revient à la vie… »

Sorte de Yéti en partie décomposé, notre monstre vedette du film TERREUR DANS LE SHANGAÏ EXPRESS (Horror Express, d’Eugenio Martin, 1972) est en fait le réceptacle d’une entité venant d’une autre planète. Son origine extraterrestre inscrit d’office ce très bon film anglo-espagnol dans le genre science-fiction horrifique, une sorte de THE THING avant l’heure puisque l’entité extraterrestre peut occuper le corps de n’importe quel être humain, rien que par son regard mortel.

L’action se déroulant principalement à bord d’un train, la créature humanoïde, une fois libérée de la caisse qui la contenait, s’en prend aux voyageurs. Ses yeux rougeâtres pénètrent le regard de ses proies, allant jusqu’à vider leur cerveau de tout souvenir et de toute connaissance. Durant son agonie, les yeux de la victime pleurent du sang et deviennent peu à peu complètement blancs. 

yvJYKb-shangai2

TERREUR DANS LE SHANGAÏ EXPRESS est un parfait huis clos à l’ambiance efficace, porté par les prestigieux Christopher Lee (professeur Alexander Saxton), Peter Cushing (docteur Wells) et Telly Savalas (capitaine Kazan). Le film est disponible sur YouTube dans une excellente copie (en version complète non sous-titrée).

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Jc chasez GIF - Find on GIFER

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature / Gorgo / La princesse Asa Vajda / Ed Gein, le boucher de Plainfield / Quetzalcoatl / Le fétiche du guerrier Zuni / Octaman / Lady Frankenstein / Les rongeurs de l’apocalypse / Le baron Vitelius d’Estera / Les Tropis / Sssnake le cobra / Pazuzu / Sil / Pluton / Le docteur Freudstein / Le Monstre est Vivant / Les Hommes-Léopards / Victoria / Candyman / Les Judas / Victor Crowlay

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 17:51
Enregistré dans Cinéma bis, Monstres sacrés, Science-fiction
MAGAZINES : PARUTIONS RÉCENTES ET PROCHAINES

Posté le Samedi 9 janvier 2021

MAGAZINES : PARUTIONS RÉCENTES ET PROCHAINES dans Magazine MIeYKb-mag5

LAeYKb-mag1 dans Magazine

OAeYKb-mag3

MAeYKb-mag2

PAeYKb-mag4

morbius @ 14:02
Enregistré dans Magazine
CITATION CÉLÈBRE : LES PLUS QU’HUMAINS

Posté le Vendredi 8 janvier 2021

CITATION CÉLÈBRE : LES PLUS QU'HUMAINS dans Citation célèbre InNXKb-1« L’idiot habitait un univers noir et gris que ponctuaient l’éclair blanc de la faim et le coup de fouet de la peur. Ses vieux habits en lambeaux laissaient voir ses tibias en lame de burin et, sous sa veste déchirée, ses côtes qui saillaient comme des doigts. L’idiot était de haute taille, mais plat comme une limande ; dans son visage mort, ses yeux étaient calmes. »

(Les Plus qu’Humains / Theodore Sturgeon)

morbius @ 19:27
Enregistré dans Citation célèbre, Littérature, Science-fiction
ROBOT-COOL (60) : CHAPPIE

Posté le Lundi 4 janvier 2021

ROBOT-COOL (60) : CHAPPIE dans Robot-cool 13061309574815263611288444

OTsWKb-1 dans Science-fiction

CHAPPIE est le héros du film éponyme de Neill Blomkamp (DISTRICT 9, ELYSIUM). Au départ, il n’est pas encore Chappie, mais l’agent droïde numéro 22 servant à faire régner l’ordre dans les rues de Pretoria. Mais ce qui s’annonce être une œuvre proche de ROBOCOP s’en éloigne très vitre pour prendre des tournures de SHORT CIRCUIT (1986). Mais en apparence seulement car la bande-annonce française ne nous dit pas tout. Loin de là…

L’intrigue : Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. 22, l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient Chappie, le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent Chappie comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce…

YVsWKb-2 dans Trapard

L’animation des droïdes est particulièrement efficace et Chappie se déplace même à la manière d’un gangster lorsqu’il suit son « éducation » au sein d’un petit gang. Son design standard de couleur grisâtre ne lui confère pas plus d’intérêt que ses identiques congénères droïdes, sauf à partir du moment où il est reconstitué à partir de pièces de rechanges orange issues d’un autre type de droïdes. Puis c’est lorsqu’il est reprogrammé pour avoir sa propre conscience que le droïde 22 devient réellement notre Chappie du jour. Et évidemment, le film de Neill Blomkamp dégage beaucoup de sentiments forts lorsque notre droïde surdoué se confronte à toutes les contradictions qu’apportent une vie au sein d’un gang.

Le film CHAPPIE (2015) nous montre aussi d’autres types de robots, et particulièrement lorsqu’on se rapproche de la fin du métrage, avec un beau message science-fictionnel sur la vie après la mort.

- Trapard -

Chappie GIF - Find on GIFER

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor / Robot de Xenogenesis / Robots de Pyrite / Evolver / Mycènes / Yoyo / Bio-droïdes / Bender / Isaac / K-Tron / Non-Linéaires / C.H.O.M.P.S. / La réplique de Wonder Woman / BB / Niya / Robots pensants / Robogeisha / VGC-60L / Ava

Robot « cool » ou « craignos » ?

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 16:59
Enregistré dans Robot-cool, Science-fiction, Trapard
LA SAGA DES SEPT SOLEILS de Kevin J. Anderson

Posté le Dimanche 3 janvier 2021

LA SAGA DES SEPT SOLEILS de Kevin J. Anderson dans Littérature 14072703494415263612413227

Du bon space opera classique : La Saga des sept soleils, par Kevin J. Anderson

- par Sonia Faessel -

cJWVKb-a dans Science-fiction

Anderson est un bon auteur de space opera, il a participé à Star Wars, c’est dire la référence ! Il a aussi coécrit avec le fils de Frank Herbert, Brian,  des suites et des préquelles à une autre grande saga de référence, Dune. Deux influences qui ont inspiré cette saga qui compte 7 volumes, comme le titre l’indique, et bon voyage dans les 4500 pages de l’ensemble ! 

On peut en zapper un ou deux, car il y a un solide résumé de l’histoire au début de chaque volume, mais chaque livre se termine par un cliff hanger, et le lecteur se retrouve captivé. C’est dire que la série se lit tout à fait bien ! 

XJWVKb-b dans Sonia FaesselLe tour de force d’Anderson consiste à fragmenter le texte en de courts chapitres consacrés chacun à un personnage, et tout se tient, le processus d’identification fonctionne, l’on découvre les différentes cultures, modes de vie et habitats qui sont dans le « bras spiral » de la galaxie. Tout est donc au point pour une bonne série TV, en plusieurs saisons, et gageons que cela se fera peut-être. 

Quelles sont les forces en présence ? 

- Les humains : onze vaisseaux interstellaires sont  partis il y a plus de deux siècles pour conquérir l’espace. Grâce à la rencontre avec les Ildirans, un peuple humanoïde, les humains ont découvert la propulsion interstellaire et ont essaimé des colonies à partir des passagers de leurs vaisseaux. Sur la planète Terre, la Hanse dirige tout, notamment le commerce, comme son nom l’indique, en référence à la Hanse des pays baltiques au Moyen Âge. Le Président, Basil Wenceslas, est le seul à prendre des décisions, et met en place un roi fantoche, symbole important pour les foules, marionnette à sa disposition. 

Un vaisseau n’a pas fait souche sur une planète, ses habitants, qui se nomment eux-mêmes les vagabonds, ont décidé de conserver leur indépendance en dispersant leurs habitats sur des planètes, astéroïdes et stations spatiales soigneusement dissimulés à la Hanse, à laquelle ils n’ont pas fait allégeance. Ils se caractérisent par une ingéniosité sans limite, une foi inébranlable en leur capacité à trouver des solutions aux plus graves problèmes, vivent en clans familiaux, et ont réussi à devenir indispensables à tout le monde en devenant des experts dans la collecte de l’etki, le combustible incontournable pour toute propulsion interstellaire.

JLWVKb-cUne autre planète, Théroc, est couverte d’une gigantesque forêt, capable d’engranger toutes les informations, entretenue soigneusement par les prêtres verts, seuls capables de communiquer avec elle et de transmettre, grâce au surgeon qu’ils transportent avec eux, n’importe quel message de quelque planète que ce soit dans le bras spiral. C’est la seule communication instantanée qui existe. 

De même que les vagabonds, les habitants Théroc ne se sont pas soumis à la Hanse, et sont eux aussi indispensables.

- Les Ildirans : tous liés ensemble par les fils du thisme, communication interpersonnelle dirigée par le mage imperator qui accède à la « source de clarté » après le cérémonial de la castration. Chacun des fils de l’imperator est « premier attitré » d’une planète colonisée et il suit les instructions du mage grâce au lien du thisme, particulièrement fort puisqu’il est issu de sa chair. Les remémorants ont pour charge de raconter et d’agrandir la saga des sept soleils, l’histoire du peuple ildiran. Ces sept soleils gravitent autour de la planète Ildira, le palais des prismes est objet de pèlerinage : chacun peut bénéficier de la protection bienveillante du mage imperator,  chaque Ildiran rêve d’un exploit digne de figurer dans la saga des sept soleils.  Les deux caractéristiques de ce peuple sont qu’ils ne supportent pas l’obscurité, non plus que la solitude. Isolé du thisme n’importe quel Ildiran devient fou. 

wOWVKb-d- Les Klikiss : espèce insectoïde disparue depuis plus de 10 000 ans, dont les robots intelligents et indépendants subsistent. Ils avaient développé une civilisation très avancée, comme en témoignent les ruines klikiss disséminées sur les planètes. Leurs robots les ont exterminés jusqu’au dernier et ils ont bien l’intention de faire de même avec les humains et les Ildirans, considérant que la vie organique est nuisible à la galaxie. 

Ces trois forces se décomposent en des personnages, porteurs d’un trait de caractère ou d’une fonction, protagonistes de l’action. Les humains sont bien entendus les plus dangereux car imprévisibles : dès les premières pages, ils déclenchent la guerre galactique en faisant brûler une planète pour essayer une arme klikiss décryptée dans les ruines par une xeno archéologue. Manque de chance, la planète abritait des créatures vivant à l’intérieur et l’empire caché (titre du premier volume) des hydrogues va faire chèrement payer aux humains, mais aussi à ceux qui habitent le bras spiral, leur génocide involontaire. C’est encore les humains qui ressusciteront les Klikiss à partir d’un cadavre intact retrouvé, et ils vont se révéler des ennemis redoutables, invincibles de par leur multitude.  Heureusement, les portails dimensionnels des Klikiss sont eux aussi découverts et vont permettre dans un futur proche l’arrêt de la propulsion interstellaire.

VQWVKb-eDe leur côté, les Ildirans ont misé sur des formes hybrides entre eux-mêmes et les humains qu’ils ont récupérés de l’un des vaisseaux monde. Isolés sur une planète perdue, ils constituent un troupeau reproducteur en vue de créer l’hybride idéal capable de communiquer avec les hydrogues, contre lesquels les Ildirans s’étaient battus dix mille ans plus tôt. Pour rester en paix, les Ildirans avaient consenti à réveiller les robots klikiss, alliés des hydrogues. 

Les Klikiss, quant à eux, passent leur vie à construire des ruches reproductrices dirigées par un spesec, et mènent entre eux une guerre de destruction totale. 

Ces trois espèces vont affronter des êtres élémentaires intelligents et organisés, et c’est là l’originalité de la saga d’Anderson. Au fur et mesure de la lecture, on découvre d’abord les hydrogues, créatures de l’air puisqu’elles vivent dans les géantes gazeuses, puis les fueros, créatures de feu qui vivent dans les soleils, ensuite les wentals, créatures de l’eau qui peuvent essaimer toutes les masses d’eau rencontrées, et enfin les verdani, créatures de la terre, issues des arbres de la forêt monde de Théroc. Face à la puissance de destruction de ces forces élémentaires, les humains et les Ildirans ne sont que spectateurs, immédiatement détruits lorsqu’ils essaient d’affronter l’une d’elle, leur technologie n’étant que fétu de paille, et ils assistent, impuissants à l’éradication de systèmes solaires entiers. 

vSWVKb-fMais il arrive que l’hybridation soit possible et c’est ce qui permettra de mettre fin à l’affrontement cosmique : un prêtre vert se transforme en arbre et peut invoquer les verdani, vaisseaux arbres capables d’emprisonner les hydrogues, un vagabond qui recueille dans l’espace l’eau d’un wental devient mi-wental mi humain, une petite fille métisse d’un premier attitré ildiran et d’une prêtresse verte s’avère capable de communiquer avec les hydrogues, un Ildiran, frère du mage imperator, se mêle à un fuero et entreprend une guerre meurtrière contre l’imperator qu’il considère comme un usurpateur, enfin,  un humain parviendra à s’unir avec les Klikiss tout en conservant son identité.

Tout est donc réuni pour une multiplication des intrigues, tant politiques que militaires, et chaque personnage est un fil de la saga. Le tout est parfaitement clair et passionnant. Seul point faible : l’ensemble ne dépasse pas la soif de pouvoir, incarnée par le Président de la Hanse ou le frère fou du mage imperator. La « Force » n’est pas vraiment là, et c’est un peu dommage, mais la virtuosité de la composition de la saga permet de passer un excellent moment de lecture.

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 17:24
Enregistré dans Littérature, Science-fiction, Sonia Faessel
BONNE ANNÉE 2021 ET MEILLEURS VŒUX !

Posté le Vendredi 1 janvier 2021

BONNE ANNÉE 2021 ET MEILLEURS VŒUX ! dans Blog 7tgVKb-annee1

morbius @ 9:14
Enregistré dans Blog
VA TE FAIRE, 2020 !

Posté le Jeudi 31 décembre 2020

VA TE FAIRE, 2020 ! dans Humeur 5y3UKb-1

- Accusé 2020 levez-vous ! En premier lieu, vous êtes reconnu coupable d’avoir ôté la vie, à l’heure actuelle, à près d’un million huit cent mille personnes à travers le monde par l’intermédiaire d’une grave pandémie non encore maitrisée et dont les victimes sont de plus en plus nombreuses. Cette catastrophe sanitaire a fait basculer le monde et l’a conduit au bord du chaos. Qu’avez-vous à dire pour votre défense ?

- Votre Honneur, si je puis me permettre, je crois que le monde était déjà au bord du chaos avant que j’intervienne. Certes, je n’ai fait qu’envenimer les choses, mais pour votre bien.

- Que voulez-vous dire ? 

- Je pensais que cette pandémie vous obligerait à renforcer les liens entre vos nations, qu’elle contribuerait à une nouvelle forme de solidarité, d’entraide entre les peuples. Je pensais naïvement que vous oublieriez vos querelles afin de vibrer à l’unisson, un peu comme dans STAR TREK, vous voyez, puisque nous sommes sur un blog de science-fiction. Vous-mêmes aviez dit que le monde ne serait plus pareil après le premier confinement, que vous repartiriez sur de nouvelles bases. J’avoue que vous et moi avons échoué sur ce plan là…

- Si je vous comprends bien, vous pensiez qu’en nous confrontant à une pandémie nous serions plus unis ? Vous vouliez nous conduire à travailler ensemble pour, soi-disant, « le bien de l’humanité » ?

- Oui, je pensais que vous étiez au XXIème siècle, votre Honneur.

- Mais nous y sommes bel et bien ! La preuve : notre économie mondiale, garante de notre confort, est au bord de l’asphyxie à cause de vous ! C’est VOUS qui nous avez conduit à cette situation infernale où l’être humain lui-même est désormais privé de tout plaisir. À cause de VOUS, nous portons des masques, nous devons sans cesse nous protéger, penser aux gestes barrières, tenir nos distances, nous interdire d’aller au restaurant, dans les salles de spectacles, dans les lieux culturels ou cultuels ! Nous ne pouvons même plus célébrer Noël en famille ou vivre le réveillon du jour de l’an ! 

- Là encore, si je puis me permettre votre Honneur, je n’ai pas eu à trop vous forcer la main pour tenir vos distances. Vous le faisiez déjà continuellement, bien avant mon intervention pandémique, à travers vos réseaux sociaux et vos inséparables portables. Vous vous sépariez naturellement les uns des autres, vivant chacun dans votre bulle d’autosatisfaction bourrée d’égocentrisme. Depuis maintenant des années vos partages ne sont plus que des partages virtuels. Oui vous partagez, mais que partagez-vous en réalité ? Des liens internet, des photos, des musiques, des films, uniquement par l’intermédiaire de vos Facebook, Twitter, Instagram, Tik-Tok, YouTube et j’en oublie des tonnes. Vous parlez de votre confort, de votre plaisir, mais est-ce cela, vraiment, pour vous, le plaisir ?…

- Avec cette pandémie, et toujours à cause de VOUS, l’humanité a sans cesse la douloureuse impression de vivre un mauvais roman ou film de science-fiction !

- Eh bien justement, cela devrait vous plaire, non ? Vous qui aimez tant la SF, vous y êtes ! Je vous ai ouvert la porte de la Quatrième Dimension et vous y avez plongé la tête la première. Moi qui croyais que vous aviez suffisamment appris de vos auteurs et de vos cinéastes pour vous tenir prêts au pire, vous me prouvez finalement tout le contraire ! Vous vous sentez perdus, abasourdis, complètement déboussolés et incapables de gérer sagement la situation. Comme je suis profondément déçu…

- Avouez tout de même que vous y êtes allé un peu fort !

- Je ne suis pas d’accord. Pour cela je vous citerai deux exemples. deux exemples qui vous parleront sans doute puisque nous sommes sur un blog de science-fiction. En cette année qui est mienne je vous ai apporté une heureuse surprise avec RAISED BY WOLVES, vous savez, cette série de science-fiction produite par un certain Ridley Scott…

- Ah oui, je vous l’accorde. Une excellente série pleine d’intelligence et d’originalité. Il y a longtemps que nous n’avions pas eu affaire à cette qualité pour un programme destinée à la télévision.

- Et puis que dire de THE MANDALORIAN, vous savez, cette série télévisée STAR WARS avec « Baby Yoda » ?

- Grogu, vous voulez dire !

- Oui, c’est ça ! Elle est quand même dix fois mieux que les deux derniers chapitres de la saga STAR WARS sortis au cinéma, non ?

- Oh que oui, largement ! Cette série ne pouvait pas mieux tomber pour sauver une saga en totale décrépitude !

- Donc nous sommes d’accord, vous avez connu quelques plaisirs, malgré tout, en cette année 2020…

- Oui, mais c’est peu comparativement au mal que vous avez causé à la planète entière !

- J’avais dit que je ne citerai que deux exemples. Mais en cherchant bien vous devriez tout de même trouver d’autres petits ou grands plaisirs que vous avez vécus durant mon année, ne serait-ce que le fait de voir votre île épargnée par la pandémie, non ?

- Certes…

- Des plaisirs personnels…

- Non, des plaisirs partagés.

- En êtes-vous sûr ? Avec qui avez-vous partagez vos petits plaisirs ? Avec des amis ?

- Oui.

- Et comment les avez-vous partagés ? Sur les réseaux sociaux ? Sur vos sites, blogs ou chaînes YouTube ?…

- Euh…

- Oui, voilà justement la lettre qu’il nous faut, celle qui s’impose d’office, le « E » ! Le « E » pour « Espoir » car il nous faut, vous et moi, encore garder espoir pour l’année 2021 qui s’annonce… surtout vous qui vivez sur votre petite île perdue dans l’océan Pacifique, votre Nouvelle-Calédonie… celle où la Covid-19 est totalement absente… Regardez, vous devriez en être heureux ! Quelle chance inouïe vous avez eu d’être épargnés comme vous l’êtes encore et toujours aujourd’hui ! Eh bien non, au lieu de cela vous avez choisi de vous affronter, prêts à déclencher une nouvelle guerre civile au lieu de vivre ensemble, tout cela à cause d’une usine… Je me demande parfois si je n’aurais pas mieux fait de vous l’envoyer à vous aussi, cette pandémie, pour faire le grand nettoyage qui s’impose !

- Oh, voyons ! Reprenez-vous ! Vos propos sont indécents !

- Vous voyez, votre Honneur, encore une fois, moi, 2020, je n’ai pas eu à vous forcer la main. Ne m’accusez pas de tous les maux. Même là où ma pandémie est absente l’homme cherche à nuire à son frère… qu’il soit noir ou blanc… Alors, si vous me le permettez votre Honneur, je finirai par cette citation, qui vous parlera peut-être car elle nous vient directement du film LE SECRET DE LA PLANÈTE DES SINGES, dixit les rouleaux anciens lus par Cornélius. Elle est un peu rude et, comment dire, peut-être un peu « cruelle »… mais, ma foi, au point où nous en sommes vous, le monde et moi :

« Prenez garde à la bête humaine car elle est la créature du diable. Seule parmi tous les primates, elle tue par plaisir, par vice ou par cupidité. Elle tuera son frère pour posséder la terre de son frère. Ne la laissez pas croître et multiplier car elle transformera en désert son pays et le vôtre. Fuyez-la, fuyez-la car c’est le messager de la mort. »

- Ces propos s’apparentent beaucoup à un appel au génocide ! C’est tout bonnement scandaleux ! Je crois que vous exagérez largement.

- Et pourtant…

- Il est, je crois, important de rappeler que le magazine Time vous a récemment décrété « pire année de l’histoire ». Cela veut tout dire !

- Si pour vous l’histoire du monde se résume à ces dernières années, vous me faites pitié. Un retour vers le passé vous ferait-il peur ?

- Bon, j’en ai assez entendu pour aujourd’hui ! Je crois que nous n’arriverons pas à vous faire entendre raison. Gardes ! Conduisez cette année maléfique dans sa cellule. Nous poursuivrons ce jugement l’année prochaine.

- Très bien votre Honneur. Alors rendez-vous l’année prochaine !

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 8:52
Enregistré dans Humeur
ON L’APPELLE JEEG ROBOT (2015)

Posté le Mardi 29 décembre 2020

ON L'APPELLE JEEG ROBOT (2015) dans Cinéma PdhUKb-1

ON L’APPELLE JEEG ROBOT

C’est à un moment où je m’étais dit que je ne regarderai plus de films de super-héros, que je suis tombé par hasard sur ON L’APPELLE JEEG ROBOT (2015, Lo chiamavano Jeeg Robot), série B italienne de Gabriele Mainetti.

Mélange de poliziottesco et de film de super-héros old-school, ON L’APPELLE JEEG ROBOT est avant tout violent et émouvant. Et ce qui change un peu du lot des marvelleries actuelles, le film de Mainetti ne déploie aucun effet spécial, ni numérique, ni de quelque nature que ce soit. Nous évoluons avant tout dans une jungle urbaine à l’italienne avec une histoire simple mais efficace.

ZdhUKb-2 dans Cinéma bis italien

On n’échappe bien sûr pas à l’évolution psychologique de notre héros, hésitant entre bien et mal sur fond de sentiments forts, mais je trouve que ce type d’histoire passe toujours aussi bien dans une série B sincère de ce type-là.

L’intrigue : Poursuivi par la police dans les rues de Rome, Enzo plonge dans les eaux du Tibre et entre en contact avec une substance radioactive qui le contamine. Il réalise bientôt qu’il possède des pouvoirs surnaturels : une force et une capacité de régénération surhumaines qu’il décide de mettre au service de ses activités criminelles. Du moins jusqu’à ce qu’il rencontre Alessia, une jeune fille oehUKb-3 dans Science-fictionfragile et perturbée qu’il sauve des griffes de Fabio, dit « Le Gitan », un mafieux déjanté qui a soif de puissance. Témoin des pouvoirs d’Enzo, Alessia est persuadée qu’il est l’incarnation de Jeeg Robot, héros de manga japonais, présent sur Terre pour sauver le monde. Mais Enzo va être forcé d’affronter Le Gitan qui veut savoir d’où vient cette force surhumaine…

ON L’APPELLE JEEG ROBOT est une référence directe au manga KOTETSU JEEG (STEEL JEEG aux USA, JEEG ROBOT en Italie, et toujours inédit en France). Ce type de référence pop n’est pas rare dans le cinéma de super-héros de série B, je pense par exemple à ZEBRAMAN de Takashi Miike dont le héros du film s’inspirait aussi de mangas télévisés de ce type. Et c’est la folie douce de la jeune Alessia (fabuleuse Ilenia Pastorelli) qui entretient et cultive ce mythe dans l’esprit d’un Enzo en errance affective (excellent Claudio Santamaria). Et cette folie douce d’Alessia m’a beaucoup rappelé celle d’Olga (Monique van de Ven) dans TURKISH DELIGHT (1973) de Paul Verhoeven. Mais ON L’APPELLE JEEG ROBOT développe une philosophie positive dont le cinéma des Seventies était généralement exempt.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 15:55
Enregistré dans Cinéma, Cinéma bis italien, Science-fiction, Trapard
12345...295