Avatar, enfin vu !

Posté le 28 janvier 2010

avatar3.jpg 

Tout le monde l’a déjà vu… sauf moi. Tout le monde en a déjà parlé de long en large… sauf moi. Il était temps que je le voie ce film. La raison de cette découverte si tardive ? J’ai préféré tout simplement attendre que le ras de marée soit passé pour enfin découvrir Avatar en pleine tranquillité. C’est chose faite aujourd’hui même. Je n’irai donc qu’à l’essentiel car tout a déjà été dit sur Avatar, et si bien dit.

Comme l’immense majorité des spectateurs qui l’ont vu, j’ai passé un moment absolument extraordinaire sur la planète Pandora. James Cameron m’a bluffé, une fois de plus. Avatar est un pur chef-d’oeuvre cinématographique, un hymne à l’Imaginaire et au cinéma de science-fiction, une réussite totale à tous les points de vue : mise en scène, effets spéciaux, décors, histoire, et bien sûr 3D… Un film de cette envergure aurait cependant mérité un vrai compositeur de musiques de films, quelqu’un de plus inspiré que le fadasse James Horner aujourd’hui incapable de se renouveler et de faire preuve de talent. Avatar présentait une histoire que les partitions d’un James Newton Howard auraient mieux accompagnées, mais bon, Cameron a découvert Horner avec Aliens, depuis il ne l’a jamais quitté…

Le monde de Pandora m’a fait rêver. Rares sont les films de SF ou de merveilleux présentant avec autant de détails, de crédibilité et surtout d’originalité la faune et la flore d’une planète purement inventée. Dark Crystal l’avait fait en son temps, les Star Wars aussi, sinon pour les autres… Nous sommes littéralement immergés dans les forêts vivantes de Pandora où la vie grouille dans les moindres recoins et où la nature est sacrée, respectée et même vénérée. Oui, on le sait, Avatar est un film de SF écologique, et c’est tant mieux par les temps qui courent ! On s’émeut autant que les Na’vis de voir abattu leur arbre sacré ou leurs forêts dévastées par ces Terriens sans scrupules. Et quelle trouvaille formidable que cette connexion que les Na’vis obtiennent avec la nature de Pandora grâce à leurs filaments biologiques ! L’incroyable richesse des couleurs et des formes des plantes comme des animaux, mais aussi les décors à couper le souffle dans lesquels nous sommes conviés à nous promener sont les preuves d’un véritable travail de création, un travail d’artiste. Jamais planète extraterrestre montrée au cinéma n’aura paru aussi vraie ! Quant aux Na’vis, ils s’intègrent à la perfection dans cet univers numérique parfaitement réussi. Leurs expressions, leurs mouvements et leur apparence physique représentent là encore une des réussites du film.

Quel plaisir aussi de retrouver Sigourney Weaver, notre Ripley des Alien ! Au départ assez acide et plutôt antipathique, son personnage finit progressivement par révéler sa véritable nature. Sam Worthington, souvent critiqué sur ce blog pour ses propos sur Le Choc des Titans de 1981, joue un héros plutôt convaincant en compagnie d’un casting de qualité.

On a reproché à Avatar de raconter une histoire banale, déjà vue et sans originalité. C’est la manière dont cette histoire est racontée qui fait son originalité. Le but premier du film de Cameron est de toute façon de nous faire rêver, de nous emmener loin, très loin de notre monde pour un autre, échanger la Terre contre Pandora durant presque trois heures, comme les marines échangent leurs corps avec leurs avatars Na’vis, et en celà Avatar y parvient sans le moindre problème. C’est même une sacrée bouffée d’oxygène !

Avatar annonce enfin le grand retour du film de science-fiction, à une époque où le merveilleux est omniprésent au cinéma et à la TV, c’est le comeback fracassant du space opera dans toute sa beauté, car Monsieur Cameron aura beau dire et beau faire : Avatar est bel et bien un film de SCIENCE-FICTION ! Qu’il mette ses lunettes 3D pour s’en rendre compte par lui-même !

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez