• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Archives

Archive pour février 2010

Andrew Probert, le papa des Cylons

Andrew Probert, le papa des Cylons dans Cinéma 13092910513615263611593982

andrewprobert.jpg 

Andrew Probert est le formidable concepteur, on dira aussi « designer », de l’Enterprise revu et corrigé pour Star Trek : the Motion Picture (1979), de l’Enterprise-D de Star Trek : The Next Generation, des Cylons de la série TV Galactica (1978) et de la DeLorean de Retour vers le Futur

Andrew Probert est né en 1946, aux Etats-Unis, dans le Missouri. Après quelques années passées dans l’US Navy, il fait ses études au Art Center College of Design à Pasadena en Californie. C’est Ralph McQuarrie lui-même qui le recommandera à l’époque au créateur de la série Battlestar Galactica, Glen A. Larson. Embauché sur le projet, Probert s’occupera de concevoir les célèbres Cylons de même que quelques vaisseaux. Puis, en 1978, il poursuivra avec Star Trek : The Motion Picture. Il est ainsi à l’origine de la station spatiale orbitale, de la navette vulcaine de Spock et du poste de commande des croiseurs Klingons pour ne citer qu’eux.

andrew.jpg

En 1984, Andrew Probert achèvera le concept, débuté par Ron Cobb, de l’extraordinaire voiture à voyager dans le temps : la DeLorean de Retour vers le Futur. Ensuite, en 1986, il se retrouvera parmi l’équipe de Star Trek : The Next Generation et travaillera essentiellement sur la première saison. C’est lui qui a dessiné le pont de l’Enterprise-D et l’Enterprise-D tels que nous les connaissons à travers la série, il est aussi à l’origine des vaisseaux de guerre romuliens et de nombreux autres vaisseaux de Starfleet ou extraterrestres.

andrew2.jpg

On pourrait également citer de lui les films Batteries Not Included, SpaceCamp, Mask, Tron et Philadelphia Experiment, auxquels il a également participé de près ou de loin. En 2006, Andrew Probert a été engagé en tant que consultant « designer » sur le jeu Star Trek Online.

Pour découvrir davantage le talent et l’oeuvre d’Andrew Probert, son site officiel :

http://probertdesigns.com/Folder_TECH/Probert_HOME.html

(Source : Wikipédia)



Arthur C. Clarke a dit…

clarke.jpg 

Arthur C. Clarke : « Vers l’âge de quinze ans, j’ai commencé à écrire de petits textes pour le journal de l’école. En les retrouvant récemment, j’ai été déprimé de constater combien j’avais peu progressé depuis lors. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_C._Clarke



Sci-Fi Convention : un rendez-vous incontournable

scifi.jpg 

Pour les heureux Métropolitains fantasticophiles, en particulier les Parisiens, vous n’êtes pas sans savoir, je l’espère, qu’une belle convention aura lieu les 20 et 21 février : la Sci-Fi Convention, première du nom ! Auteurs, vedettes de séries TV et tant d’autres choses seront présents durant ces deux merveilleux jours. Pour tout savoir, un seul lien :

http://www.scifi-convention.com/ 



La Lune, c’est pas pour demain…

Le président Obama abandonne le grand projet de retour de l’homme sur la Lune prévu pour les années 2020…

C’était trop beau pour y croire : à l’occasion des 40 ans de l’arrivée de l’homme sur la Lune, l’année dernière, on annonçait en fanfare son grand retour pour les prochaines années. Finalement le projet est déjà rangé aux oubliettes. On préfère dorénavant se consacrer au développement de véhicules et de lanceurs commerciaux vers la Station spatiale internationale… Merveilleux… Eh oui, c’est ça la conquête spatiale aujourd’hui : attendre des années pour construire une station spatiale que l’on n’est même pas sûr de voir fonctionner à 100%, soulever des cailloux sur Mars grâce à des robots qui tombent en panne, prendre des photos en noir et blanc des surfaces des planètes, mettre des satellites en orbite pour assurer les retransmissions des grands matchs de foot à la c… , placer des caméras autour de Saturne et de Titan toujours sans nous dire ce que l’on y voit « vraiment », bref, que du grandiose et de l’aventure ! Bien sûr on va encore nous ressortir les sempiternels violons de la crise internationale, la misère du monde , le chômage, le terrorisme, la pollution, les banques qui s’en mettent plein les poches, les… et les…, enfin tout ce que l’on pourra trouver comme prétextes, des plus sérieux aux plus délirants, afin de ne surtout pas se remettre en question mais de justifier cet abandon scandaleux. Tant que les hommes de tous les pays ne coopèreront pas entre eux sur ce formidable projet d’envergure que représente la conquête spatiale, nous n’arriverons jamais à rien. Obama est devenu comme tous les autres politiciens : sans ambition aucune, si ce n’est son ambition personnelle.

Et dire que lorsque j’étais gosse on nous annonçait des bases lunaires et des (j’ai dit « des », pas « une » !) stations spatiales en orbite autour de la Terre pour les années 2000 ! Il y a de quoi pleurer. Alors si nous ne sommes même pas capables de pouvoir retourner sur la Lune aujourd’hui, ce n’est pas demain la veille que nous irons sur Mars ! La science-fiction a encore de beaux jours devant elle, c’est sûr !

 Pour en savoir plus : http://www.lexpress.fr/actualites/1/obama-renonce-a-la-lune-et-privilegie-le-secteur-prive-pour-l-espace_845476.html



Wolfen

wolfen.jpg 

WOLFEN 

Année : 1981
Réalisation : Michael Wadleigh
Scénario : Michael Wadleigh, David Eyre et Eric Roth, d’après le roman de Whitley Strieber « The Wolfen »
Production : Rupert Hitzig et Alan King
Musique : James Horner
Effets spéciaux / Maquillages : Robert Blalack / Carl Fullerton
Pays : U.S.A
Durée : 115 min
Interprètes : Albert Finney, Diane Venora, Edward James Olmos, Gregory Hines…

L’HISTOIRE :
Une étrange série de meurtres a lieu en plein coeur de New-York. A chaque fois les victimes sont retrouvées étrangement mutilées. Un policier new-yorkais, Dewey Wilson (Albert Finney), est chargé de l’enquête. Petit à petit, ses découvertes vont le mener sur la piste des loups, mais pas de n’importe quels loups…

wolfen2.jpg

WOLFEN a été le premier film fantastique à employer la caméra à infrarouge pour suggérer une vision, ici celle des loups, ce que PREDATOR utilisera à son tour quelques années plus tard. C’est Garret Brown en personne, inventeur de la Steadycam, qui se chargea de tourner les plans à ras du sol afin de simuler les mouvements des loups avant leurs attaques foudroyantes. Douze loups furent utilisés pour les besoins du film et logés dans un ranch du New Jersey car la production refusa de les garder sur le lieu de tournage : Wall Street… De même, pour la dernière scène du film, une équipe spéciale fut employée pour fermer les bouches de métro, les entrées des magasins et des immeubles, avec l’installation de palissades de cinq mètres de haut aux intersections des rues. A une époque où le numérique n’existait pas encore, une tête spéciale fut conçue pour l’impressionnante scène de décapitation de l’un des protagonistes. Carl Fullerton lui donna un cou flexible en gélatine et une armature en aluminium, le tout pour un résultat extrêmement convaincant à l’écran !

wolfen4.jpg

Albert Finney incarne un flic new-yorkais nonchalant et rodé qui se goinfre de gâteaux lors des autopsies. Alors que plus rien ne semble ni le surprendre ni l’effrayer, il va peu à peu se plonger à corps perdu dans son enquête, utilisant les services de son ami spécialiste des autopsies, Whittington (Gregory Hines), le Black de service qui apporte sa touche d’humour bienvenue dans un film ô combien stressant, mais aussi ceux de Rebecca Neff (Diane Venora), psychologue spécialisée quant à elle dans les groupes terroristes. On trouve également Edward James Olmos à ses débuts (lequel est surtout connu aujourd’hui pour son rôle d’Adama dans la nouvelle série Battlestar Galactica) dans la peau d’un Indien assez inquiétant.

wolfen5.jpg

Film écologique, WOLFEN dénonce l’extermination des espèces, le saccage de la nature et l’anéantissement de l’identité culturelle des peuples, ici les Indiens d’Amérique, par la colonisation et le monde moderne. Les loups sont ici des sortes d’entités surnaturelles, « la réincarnation d’esprits Indiens revenus pour se venger des descendants de ceux qui ont violé leurs terres et leur sang » (horreur.com). WOLFEN entretient sans cesse un climat mettant particulièrement les nerfs à rude épreuve : par la vision des loups, par des yeux brillants entraperçus dans l’obscurité, par des sortes de cris à glacer le sang entendus dans une chapelle en ruine, par des attaques aussi inattendues que violentes… WOLFEN a le don de faire partie de ces films d’horreur très rares où le suspense est plus qu’intense car on ne sait jamais ce qui va réellement se passer, et QUI va y passer ! Le spectateur est jeté en pâture à ces loups magnifiques et impressionnants qui font du film de Michael Wadleigh une belle réussite, sans compter la très bonne musique du film composée par James Horner (AVATAR, TITANIC…). WOLFEN a reçu le Prix Spécial du Jury au festival d’Avoriaz de 1982 et, pour l’anecdote, il a même inspiré le groupe Metallica pour la chanson « Of Wolf and Men. »

Bande-annonce américaine du film :

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius -

Sources : Wikipédia, Les 100 Chefs-d’oeuvre du film fantastique » (Jean-Marc Bouineau & Alain Charlot / éd. Marabout / 1989)



J.-G. Ballard a dit…

jgballard.jpg 

J.-G. Ballard : « Les gens me disent toujours : « Vous concevez-vous comme un écrivain de science-fiction ? » Ils s’attendent toujours que je dise non, et je dis toujours oui ! Je suis fier d’être un écrivain de science-fiction parce que je pense que la science-fiction est la littérature authentique du XXe siècle. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/J._G._Ballard



12345