Archives

Archive pour mars 2010

Star Wars c’est rigolo

Notre ami Bo’Z, qui vient souvent poser sa soucoupe sur Altaïr, m’a fait découvrir ce blog : http://www.yodablog.net/, et je ne regrette pas un seul instant d’y être allé faire un tour ! Si vous aimez Star Wars et prendre de franches rigolades, Yodablog est à découvrir de toute urgence ! Dans ce monde de plus en plus envahi par le côté obscur, la Force du rire est votre alliée ! emoticone



Dictionnaire altaïrien : Z comme… série Z !

plan.jpg 

lettrez.gifZardoz… Zathura… Zelazny… série Z, le top du nanar ! Voilà ce qu’en dit Wikipédia : « Une série Z désigne une oeuvre cinématographique à bon marché et/ou de mauvaise qualité. L’expression s’utilise généralement par dérision ; il ne s’agit pas d’un classement officiel mais d’un jugement de valeur, avec ce que cela implique de subjectivité, et sous-entend généralement une piètre qualité artistique. Un film catégorisé comme série Z présente généralement une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : budget faible, mauvaise interprétation des comédiens, mauvaise postproduction (montage, postsynchronisation, effets spéciaux), erreurs techniques plus ou moins flagrantes (par exemple, micro du perchiste visible à l’image. »

Ed Wood a été le maître en la matière (Plan 9 From Outer Space étant un « chef-d’oeuvre » du genre !), Luigi Cozzi (Lewis Coates dans sa version américaine…) a réalisé une merveille du genre avec Star Crash (1978), mais il n’y a pas que la SF qui a fait fort dans ce domaine, certains films d’horreur de Lucio Fulci pourraient également se ranger facilement dans cette « glorieuse » catégorie, et même le merveilleux possède quelques titres avec L’Epée Sauvage (1982 / Albert Pyun) ou Les Barbarians (1987 / Ruggero Deodato). Je ne dirai pas que les Italiens comptent parmi les plus doués dans la série Z, mais presque… En tout cas, moi, voir de temps à autre un petit film de série Z me fait bien marrer, ils sont tellement rares aujourd’hui avec l’arrivée du numérique. Ceux que j’affectionne particulièrement datent plutôt des années 1930 à 1950. Il faut voir combien les acteurs de ces années là s’investissaient totalement dans leur rôle au milieu de décors ridicules et de créatures plus grotesques les unes que les autres, ils y croyaient ! Aujourd’hui un acteur soi-disant chevronné comme Ewan McGregor est démoralisé lorsqu’il doit tourner au milieu d’écrans verts pour un Star Wars, ça en dit long sur son cas…

 

Bon, il est grand temps à présent de refermer définitivement ce dictionnaire altaïrien !



Bruce Sterling a dit…

brucesterling.jpg 

Bruce Sterling : « Les cyberpunks forment peut-être la première génération d’auteurs de SF à avoir grandi non seulement dans une tradition littéraire de science-fiction, mais aussi dans un univers véritablement science-fictionnesque. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruce_Sterling



Une école de magie sur le net

grimoire.jpg

Oberon Zell-Ravenheart, théologien, magicien et chaman américain dont j’ai déjà parlé dans Les Echos d’Altaïr (http://morbius.unblog.fr/?s=oberon) a ouvert depuis longtemps déjà une école de magie sur le web… Un peu à la façon de l’école de Poudlard, vous y apprenez, par l’intermédiaire de divers professeurs « experts » dans ce domaine, la pratique de la magie blanche (la « vraie » et non celle qu’affectionne particulièrement Patrick Sébastien dans ses émissions). La plupart des cours qui y sont donnés proviennent de ses ouvrages disponibles en librairie : Grimoire de l’apprenti-sorcier et Compagnon de l’apprenti sorcier (éd. Cristal). Avant tout destinée à un jeune public, cette école est malheureusement entièrement en anglais… L’adresse : http://www.greyschool.com/index.html#top. Néanmoins, ceux qui souhaitent à tout prix s’exercer à l’art de la magie pourront toujours se procurer les deux livres publiés aux éditions Cristal… mais qu’ils ne s’attendent pas à faire voler des objets ou transformer le plomb en or !

grimoire2.bmp



La B.O. de Star Crash disponible à nouveau !

crash.jpg 

Je n’ai pas encore eu le temps de parler sur ce blog de STAR CRASH, célèbre nanar de Luigi Cozzi réalisé en 1978, un space opera à la sauce italienne unique en son genre que l’on ne peut détester même s’il s’agit d’un navet cinématographique dans toute sa splendeur ! Vous comprendrez mieux pourquoi quand j’y reviendrai ! Cependant, s’il est une chose à sauver de STAR CRASH c’est bien sa magnifique B.O. composée par le grand John Barry, une B.O. extrêmement rare à trouver et que je recommande vivement à tout amateur de musiques de films. Une seule adresse pour en écouter quelques extraits et pouvoir la commander : http://buysoundtrax.stores.yahoo.net/storsobyjoba.html.

Attention : elle est en édition limitée à 1500 exemplaires. Foncez !

Pour en écouter des extraits, cliquez sur les morceaux indiqués en rouge sur le site.



Les Envahisseurs

Les Envahisseurs dans Dossier 14012708415615263611933240

Ah, si David Vincent n’avait pas cherché ce fameux raccourci de nuit, jamais il n’aurait assisté à l’atterrissage d’une soucoupe volante et, de ce fait, jamais sa vie n’aurait été du jour au lendemain complètement bouleversée !

env.jpg

UNE SERIE CULTE…

LES ENVAHISSEURS (THE INVADERS) est une série télévisée américaine de science-fiction dont les 43 épisodes se répartissent entre 1967 et 1968. Utilisant avec brio l’un des plus vieux thèmes de la SF, l’invasion de la Terre par des extraterrestres, LES ENVAHISSEURS constitue l’une des vieilles séries de science-fiction les plus célèbres en France avec COSMOS 1999. Sa popularité est telle que, tout comme STAR TREK aux USA, elle a été pendant longtemps régulièrement rediffusée sur les chaînes nationales et a toujours connu le même engouement de la part des téléspectateurs. Qui, parmi les fans de SF, aujourd’hui, pourrait affirmer ne pas savoir comment l’on reconnaît un « Envahisseur » d’un Terrien ? Cette idée originale du petit doigt raidi n’est autre que celle du jeune créateur de la série à l’époque : Larry Cohen.

env2.jpg

 

 

LA NAISSANCE DES ENVAHISSEURS…

« Les hommes aiment avoir peur des choses qui dépassent leur entendement, mais les monstres à trois têtes ne les effraient plus. Un extraterrestre est beaucoup plus terrifiant quand il ressemble à votre voisin de palier« , déclare le producteur des ENVAHISSEURS, Alan Farmer. Il aurait également pu ajouter que ça revient moins cher en matière d’effets spéciaux de maquillage…

C’est la chaîne ABC qui soumet le sujet des ENVAHISSEURS aux producteurs. Aussitôt, Alan Farmer est séduit par l’intrigue mettant en scène un homme solitaire s’efforçant de convaincre son entourage de la terrible menace qui pèse sur la planète, un homme qui lutte de toutes ses forces contre cet ennemi d’outre-espace.

Au départ on parle de 30 minutes seulement par épisode. Mais dès l’arrivée de Quinn Martin comme producteur exécutif (LES INCORRUPTIBLES), la durée passe de 30 à 50 minutes. D’ailleurs, Martin bouscule un peu tout et tout le monde dans la série, si bien que la guerre éclate entre Larry Cohen et lui dès le début du tournage des ENVAHISSEURS. C’est encore Martin qui impose Roy Thinnes dans le rôle de David Vincent, un acteur tout à l’opposé du personnage qu’avait créé Larry Cohen. Pourquoi Roy Thinnes ? En raison de son physique proche de celui de Paul Newman… et d’un certain nombre d’admiratrices. Si LES ENVAHISSEURS rendra célèbre Roy Thinnes, David Vincent condamnera l’acteur qui ne connaîtra jamais une brillante carrière…

env3.jpg

 

 

SUCCES ET MORT D’UNE SERIE CULTE…

Roy Thinnes s’engagera à fond dans la série des ENVAHISSEURS, à tel point qu’il affirmera même avoir un jour observé un OVNI dans le ciel… Dès lors, il sera l’invité de nombreuses réunions scientifiques à propos des OVNI, et assurera du même coup la promotion de la série.

LES ENVAHISSEURS obtient à l’époque un franc succès de la part du public américain de janvier (mois de lancement de la série) à septembre 1967, puis c’est la chute. Les téléspectateurs se lassent de la poursuite interminable de David Vincent. Au moment où Alan Farmer et Quinn Martin tente désespérément de sauver LES ENVAHISSEURS, il est déjà trop tard : la série expire à la fin de l’année 1968 après une longue agonie… Les 43 épisodes des ENVAHISSEURS seront cependant distribués dans de nombreux pays du monde et obtiendront un succès retentissant en Europe, et plus spécialement en France (qui l’eut cru ?) où LES ENVAHISSEURS deviendra une série culte par excellence.

env5.jpg

Quiconque a vu LES ENVAHISSEURS ne pourra jamais oublier cette série si typique des années 1960. Génération après génération les fantasticophiles découvrent David Vincent et sa mission, et le suspense est toujours au rendez-vous. Comment oublier ce générique, cette musique, cet homme désemparé qui « sait » mais que personne ne veut croire, ces désintégrations rougeoyantes, ce bruit si particulier de l’atterrissage des soucoupes volantes, ces petits doigts raidis, et ce raccourci… ah, ce fameux raccourci… mais il est où au fait ce fameux raccourci ?…

« Quant aux envahisseurs, dont la plupart sont reconnaissables à leur petit doigt raidi, ils sont si secrets que c’est de cette absence d’information que naît la peur. LES ENVAHISSEURS est une des plus angoissantes séries que la télévision ait produites. » Lorris Murail (La Science-Fiction / Guide Totem / éd. Larousse)

Image de prévisualisation YouTube

L’intégrale de la série est désormais disponible en DVD

env4.jpg

Sources : Télé-Séries, Fantastic Television

Pour en savoir plus sur LES ENVAHISSEURS :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Envahisseurs

- Morbius -



Predators inutiles

PREDATOR, le film culte de John McTiernan réalisé en 1987, a déjà droit à son remake, ou son reboot, totalement inutile et malvenu, tout comme ce sera également le cas prochainement pour LES GRIFFES DE LA NUIT sans Robert Englund. Cette nouvelle version, avec un casting à faire pleurer tant il est nul (faut voir les gueules des acteurs !), est prévue pour l’été 2010 aux USA et s’intitule avec grande originalité PREDATORS. Espérons que ce PREDATOR sans Schwarzy donnera envie aux jeunes générations de découvrir le chef-d’oeuvre original et non la daube qui s’annonce version Nimrod Antal, un parfait inconnu qui le restera sans doute à jamais. Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube



Dark Vador habite en Nouvelle-Calédonie !

Eh oui, Dark Vador habite en Nouvelle-Calédonie, et il possède certainement la plus grande collection Star Wars du Caillou ! La preuve : http://forcesith.skyrock.com/



Louis Skorecki a dit…

Louis Skorecki a dit à propos du film de Roland Emmerich, Independence Day : « Independence Day ressemble furieusement à un film des années 50 qu’on capterait sur une télé déréglée, une Planète des singes sans singes, un film anticommuniste où les communistes seraient remplacés par des lézards visqueux. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Skorecki



Dictionnaire altaïrien : Y comme… Yéti !

yeti.jpg 

lettrey.gifYavin… Yoda… Yoko Tsuno… Yéti, l’abominable homme des neiges ! Ah, voilà bien là l’une des plus grandes vedettes de la cryptozoologie et l’un des plus grands mystères du genre. Mythe ou réalité ? Depuis le temps que sa légende hante l’Himalaya, que la presse en parle, que des expéditions sont organisées pour le dénicher, le Yéti demeure toujours introuvable. Et pourtant les (rares) preuves de son existence sont bien là : empreintes dans la neige, poils… Oui, poils, car il est bien velu, le bougre, et plutôt grand, très grand même d’après les témoignages des chanceux qui l’ont aperçu. On ne compte plus les ouvrages dont il est le centre d’intérêt, les films et les BD où notre abominable homme des neiges est la star. En attendant de le trouver un jour en chair et en poils, sa légende n’a pas fini de faire les beaux jours des cryptozoologues et d’Hollywood !

Pour en savoir plus sur le Yéti :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Y%C3%A9ti

http://pagesperso-orange.fr/cryptozoo/vedettes/abominab.htm



1234