La débilité d’Avatar…

Posté le 3 mars 2010

avatar10.jpg 

Comme à chaque fois que la société fait d’un succès télévisuel ou cinématographique un phénomène de société, nos bons vieux psychanalystes, philosophes et autres spécimens du genre ne peuvent s’empêcher de se pencher sur la question. Ce fut le cas à l’époque pour Star Wars, puis pour les dessins animés japonais, c’est aujourd’hui le cas d’Avatar d’être psychanalysé. Démonté pièce par pièce par un psychanalyste et philosophe dans le numéro 1953 de l’hebdomadaire Le Point, on y apprend que le film de James Cameron est tout simplement… « débile »…

A la question du Point « Avatar est un succès planétaire. Qu’est-ce qui fait que l’humanité entière va voir ce film ?« , le psychanalyste et philosophe Jacques-Alain Miller répond : « Sa débilité. Cet effet de débilité est savamment obtenu en scindant pensée et perception. Le scénario est un pot-pourri de mythes immémoriaux, d’archétypes éculés et de clichés New Age, fait pour donner à tout moment une impression de déjà-vu. Résultat : le sens critique est assoupi, la pensée tourne sans effort dans son ornière. » Et nous voilà donc reparti à devoir supporter les pseudo-analyses de pseudo-spécialistes qui se prennent pour des références du genre, les mêmes qui veillent sur la « bonne santé » mentale de notre société. Et je vous épargne la suite de l’article où l’on nous parle d’ « immersion psychosomatique dans un univers », de « communisme primitif autoritaire » et du désir de l’homme de devenir un « produit de synthèse »… A mourir de rire ! A force de nager en profondeur, nos « grands penseurs » ont fini par oublié de regagner la surface et, comme à l’accoutumée, ils se noient dans leurs fariboles dont ils se délectent sans commune mesure en pérorant comme ils savent si bien le faire.

Libre à chacun d’aimer ou non Avatar, là n’est pas la question, cependant n’a-t-on pas enfin compris que si le film de Cameron connaît un succès phénoménal à travers le monde c’est d’abord et avant tout parce qu’il fait tout simplement rêver ? Oui, tout simplement RÊVER ! Ce mot n’aurait-il donc plus le droit d’exister aujourd’hui dans cette société pourrie où chaque jour le monde est à deux doigts de s’effondrer ? En outre, n’est-ce pas là le premier rôle du cinéma que de nous dépayser et de nous transporter ? Nous faire oublier durant presque trois heures la bassesse, la folie et l’horreur de notre époque en nous immergeant dans l’univers merveilleux de Pandora est un moment de pur bonheur, oui, jouissif, et non débile messieurs les « penseurs » !

Des films débiles, il en existe des tonnes, et dans tous les genres, mais peut-être plus dans le cinéma français qu’ailleurs à vrai dire. C’est là qu’il faudrait que nos « psychanalystes » et « philosophes » bien de chez nous se penchent. Il y aurait à coup sûr matière à travailler… oui, c’est un véritable vivier les films français !

4 commentaires pour « La débilité d’Avatar… »

  1.  
    ForceSith
    24 mai, 2011 | 17:52
     

    GROS jaloux va !
    Car toute l’humanité va voir « James Cameron » que « Jacques-Alain Miller » !
    Je suis sûr que ce monsieur à trop joué à Jacques-a-dit…

  2.  
    Trapard
    26 mai, 2011 | 0:47
     

    Il est extrême en effet.
    Par contre, concernant le “communisme primitif autoritaire”, un Kanak indépendantiste m’a récemment dit que c’était sympa que le Cinécity projette des films qui touchent à la décolonisation des peuples opprimés, comme « Avatar ».
    Personnellement, j’ai été très partagé entre SF:X magnifiques et tout cet imaginaire qui m’a fasciné ET tout une série de codes un peu simplistes et pseudo-gauchistes des nouvelles générations de jeunes. Mais là, je risque de passer pour un vieux réac’ qui refuse de se laisser dépasser…
    Enfin, chacun regarde un film comme il l’entend, le souhaite, le désire. Et comme toujours, un avis se partage mais ne s’impose Pas.

  3.  
    Trapard
    26 mai, 2011 | 0:52
     

    Au fait, pour départage tout le monde, Avatar est projeté ces temps-ci au Forum des Images de Paris (ex Vidéothèque de Paris) réservé exclusivement au cinéma d’auteur.
    Quand j’ai demandé à l’accueil avec étonnement pourquoi ils projetaient ce film, l’employé m’a répondu, que pour le Forum des Images, James Cameron était considéré comme un « auteur ».

  4.  
    2 juin, 2011 | 22:30
     

    Désolé Trapard si tes commentaires étaient restés coincés dans mon tableau de bord. Le blog considère souvent que tout commentaire effectué sur un vieil article est forcément du spam…

    Pour revenir à ce que tu as écrit plus haut, je pensais justement, en voyant AVATAR, que le film plairait certainement aux indépendantistes du Caillou. Je ne me suis pas trompé…

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez