Perles rares de la SF et du Fantastique

Posté le 27 mai 2010

dvd.jpg

« Amazing ! Incredible ! Smashing ! Astounding ! Unbelievable ! » Les éditions Bach Films, spécialisées dans les perles rares du cinéma bis et Z, viennent de sortir une sacrée collection de films fantastiques et de SF inédits sur le territoire français ! Les collectionneurs comme moi sont HEU-REUX !

Vous en rêviez peut-être, éh bien les voilà : DESTINATION MOON, TOBOR THE GREAT, MARS NEEDS WOMEN, INVASION OF THE SAUCERMEN, PHANTOM PLANET, THE PHANTOM FROM 10.000 LEAGUES, CREATURE FROM THE HAUNTED SEA, ROBOT MONSTER (tiens, un robot-craignos que j’ai oublié, on s’occupera de lui bientôt, hé hé !), PHANTOM FROM SPACE, et tant d’autres encore ! Bref, que de superbes nanars (pas tous quand même !) en noir et blanc ou en couleur, réalisés dans les années 1950 – 1960, et dont certains sont de véritables classiques du genre (en particulier ceux réalisés ou produits par Roger Corman). Les éditions Bach Films proposent ces dignes représentants de la planète Série Z en version originale (sous-titrée en français), avec des copies souvent restaurées. Bon nombre de ces films sont actuellement disponibles à la vente par correspondance dans des versions DVD double programme. Autant en profiter, ce que j’ai fait sans attendre !

J’en profite pour donner le lien des éditions Bach Films : http://www.bachfilms.com/genredvd.php5?genreDvd=8. Allez y faire un tour ! Vous y découvrirez encore des dizaines et des dizaines de films rares de SF, de fantastique, d’aventure, de western… avec des Bela Lugosi, John Carradine, Lon Chaney, Buster Keaton… C’est la caverne d’Ali Baba, je vous dis ! Le paradis du mauvais goût qui a du goût !

dvd4.jpg

Un commentaire pour « Perles rares de la SF et du Fantastique »

  1.  
    erwelyn
    29 août, 2013 | 14:05
     

    Je vois que tu cites Carradine. Alors dans le genre super nanar qui me fait tjs hurler de rire, je conseille avec lui la Course de l’an 2000. En plus il y avait un petit jeunot dont on ne comprenait absolument rien à ce qu’il disait (il n’avait pas encore pris ses cours de diction) : l’ami Stallone. Du bonheur en barre !

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez