Archives

Archive pour mai 2010

Robot-cool (8) : V.I.N.CENT

Robot-cool (8) : V.I.N.CENT dans Robot-cool 13061309574815263611288444

robotvincent.jpg

Il est pas mimi mon robot ? Voici V.I.N.CENT. (Vital Information Necessary CENTralized) du film LE TROU NOIR (THE BLACK HOLE / 1979 / Gary Nelson) qui sera rediffusé la semaine prochaine sur Canal Family, alors autant en profiter pour vous présenter l’une des vedettes du film. Notre petit robot, conçu pour se déplacer en totale lévitation, a la forme d’une sphère mécanique dotée d’une tête et de bras rétractiles. V.I.N.CENT. possède également de puissants lasers qui lui seront bien utiles dans cette périlleuse aventure où il sera confronté notamment au dangereux Maximilian, un autre robot d’aspect imposant déjà présenté ici-même sur ce blog dans la catégorie Robot-cool. A noter que V.I.N.CENT. rencontrera un modèle plus ancien que lui, B.O.B., à bord du Cygnus, le vaisseau Tour-Eiffel du scientifique dément (encore un) Hans Reinhardt. V.I.N.CENT. parle, et il faut avouer qu’il a de la répartie et un certain humour.

vinc10.jpg

En pleine folie STAR WARS à l’époque, Walt Disney avait tenté sa chance dans le domaine du film de SF à gros budget. Notre V.I.N.CENT., dans la droite ligne de R2-D2, avait tout pour plaire aux gamins auquel il était bien sûr destiné. Le film fut cependant un échec retentissant, et ce malgré d’indéniables qualités.



Robert Wise a dit…

wise.jpg 

Robert Wise : « Je crois que les films de science-fiction offrent beaucoup plus de possibilités que n’importe quel autre type de films pour les messages, les thèmes, les commentaires, les avertissements sur notre monde, pays ou société. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Wise



L’Empire en Express

empire18.jpg 

Toujours dans notre catégorie consacré aux 30 ans de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, voici quelques extraits de la critique de l’hebdomadaire L’Express publiée à la sortie du film en 1980. Ecrite par François Forestier, elle s’avère un massacre du film donné en pâture à quelqu’un qui, visiblement, déteste la science-fiction… ou n’y comprend rien…

« L’agacement, en effet, vient de ce succès ahurissant dont l’écho nous arrive d’Amérique : « Astronomical », « Volcanic », « Colossal », « Smash », « Fantastic », clame à chaque page le magazine professionnel « Variety », qui en a pourtant vu d’autres, mais qui en perd son vocabulaire ! Comment expliquer cette folie : hypnose collective, hystérie passagère ? Car, soyons francs, « L’Empire contre-attaque » ne justifie pas ces excès : ce n’est ni « Citizen Kane » ni « Le Cuirassé Potemkine ». Bien sûr, d’un point de vue technique, le film est plus que parfait. Oui, c’est l’alpha et l’oméga de la distraction « pure », il n’y a rien à redire ; le film sera recommandé par la Centrale catholique, par les Jeunesses communistes, par les Petits Chanteurs à la croix de bois et par le Jockey-Club. Mais, à y regarder de près, le monde de « L’Empire contre-attaque » est celui de l’artifice. Artifice du spectacle, dont l’impersonnalité des éléments semble garantir la totale innocuité. Et, de plus, promis à une quasi-éternité. [...]

On l’aura compris : « L’Empire-contre-attaque » est une version pop et simplette de la légende d’Oedipe. La seule opération intellectuelle requise de la part du spectateur consiste à distinguer les bons des méchants. Encore que George Lucas (producteur et scénariste) et Irvin Kershner (réalisateur) nous ont-ils facilité la tâche : les bons sont généralement habillés en blanc et les méchants en noir. Le reste est un assemblage habile de philosophie zen et de science-fiction. [...] D’où une évidence : la principale originalité de « L’Empire » est son succès. Succès écrasant, énorme, qui fait de ce film un objet à l’égard duquel le simple « j’aime » ou « je n’aime pas » n’est d’aucun poids. Le film devient ici un événement social. [...]

D’autre part, on nous explique dans le film que, autrefois, l’univers était uni grâce à la Force. Yoda laisse entendre que celle-ci possède deux versants : l’un positif, l’autre négatif. D’où une scission du monde : à la suite d’un cataclysme inconnu, la Force s’est divisée et la tranquille République galactique a éclaté. Quelle est l’origine de ce cataclysme ? Nulle précision ; l’espace de cette saga est l’espace métaphysique de la Faute. Pour faire passer ce « fast food » philosophique, il fallait un emballage de luxe : on est servi. George Lucas a délégué la réalisation de « L’Empire » à Irvin Kershner, fin technicien et gourou des jeunes réalisateurs américains. [...]

Que reste-t-il ? Un film qui fera date dans l’histoire financière et économique du cinéma. Un film qui enrichit le bestiaire fantastique de quelques animaux incongrus : des wampas (ours polaire à tête de loup-garou), des taun-taun (tyrannosaure à tête de chameau) des walkers (tanks géants en forme de quadrupèdes). On est, entre l’agacement et le plaisir, en plein conte de fées. »



John Brunner a dit…

brunner2.jpg 

John Brunner : « Je ne crois pas avoir fait la moindre chose authentiquement neuve. Mon idéal est de toujours utiliser le style que demande l’histoire que je suis en train d’écrire. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Brunner



Les fantasmes d’un Wookie

empire14.jpg

Chewie en rêvait de puis longtemps, et il l’a fait dans un couloir de la Cité des Nuages, sur Bespin, en l’absence de Solo. emoticone Non, non, vous ne rêvez pas, il lui a bien mis la main sur… enfin, cela se passe de commentaire… emoticone C’est sûr que certains se sont bien amusés durant le tournage de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE ! emoticone



Premiers chocs…

LE CHOC DES TITANS, version Louis Leterrier, est donc sur les écrans de Nouméa depuis ce mercredi… Je ne suis pas encore allé le voir. Je laisse d’abord, comme toujours, la déferlante humaine des premiers jours inonder le Cinécity. En tout cas, ce qui est amusant, c’est de lire les deux avis divergents des Nouvelles Calédoniennes et de notre Télé 7 Jours local parus récemment. Ainsi, pour Télé 7 Jours, LE CHOC DES TITANS 2010 est « un résultat incomparablement supérieur au poussif Choc des Titans d’origine (1981). » Quant à notre unique quotidien local, Les Nouvelles Calédoniennes : « Le choc des titans détend, mais on est loin des bons péplums des années 80. » Question à mille francs : devinez lequel a préféré la version de Ray Harryhausen ?… emoticone

Pour ceux qui souhaiteraient obtenir gratuitement de superbes fonds d’écran du CHOC DES TITANS 2010, c’est par ici : http://fond-d-ecran-gratuit.org/wallpaper-le-choc-des-titans/

choc4.jpg



La série Buck Rogers au XXVe Siècle en DVD !

La série Buck Rogers au XXVe Siècle en DVD ! dans Science-fiction 14012708415615263611933240

buck.jpg

Alors là, il faudra qu’on m’explique ou alors j’ai loupé un épisode (c’est le cas de le dire !). La célèbre série télévisée de science-fiction des années 1979 à 1981, BUCK ROGERS AU XXVe SIECLE, était disponible en DVD depuis… 2004, alors que partout on m’indiquait le contraire ! Bon, d’accord, il faut dire qu’il s’agit des DVD zone 1, sans la VF (ça je m’en fiche) mais avec la VO sous-titrée en français (ça j’adore). Peut-être avait-elle disparu un certain temps des stocks, sans doute épuisée, et qu’à présent elle fait un retour en force aux States. En tout cas, j’en connais beaucoup qui, tout comme moi, cherchaient désespérément à se procurer cette introuvable série kitch des années disco. Alors qu’on se le dise : OUI, elle est dispo !

BUCK ROGERS AU XXVe SIECLE, tout comme GALACTICA à l’époque, a marqué une génération de jeunes téléspectateurs durant les années STAR WARS. Ces deux séries furent d’ailleurs produite par le fameux Glen A. Larson, déjà coupable de K-2000. Inutile de vous dire que je viens illico-presto de commander le coffret intitulé BUCK ROGERS IN THE 25th CENTURY, THE COMPLETE EPIC SERIES qui regroupe à lui seul cinq DVD rassemblant tous les épisodes des deux saisons plus le téléfilm ! Pour 18$ et des poussières, ça vaut le coup de retrouver Twiki et ses « bidi-bidi-bidi » ! Ah, quel gamin je suis… je sais…

Bande annonce promotionnelle du coffret DVD : http://www.videodetective.com/titledetails.aspx?PublishedID=850399



L’Imaginaire perd un grand artiste

L'Imaginaire perd un grand artiste dans Imaginart 13092910513615263611593982

conan.jpg

Comme vous le savez peut-être déjà, Frank Frazetta, célèbre artiste parmi les artistes de l’Imaginaire, spécialisé en fantasy et science-fiction, est décédé il y a quelques jours, précisément le 10 mai 2010, d’un arrêt cardiaque à l’âge de 87 ans. Son oeuvre et son apport pour les genres de l’Imaginaire sont considérables, mais Frazetta est surtout connu pour avoir réalisé de splendides peintures de Conan. On lui doit également les dessins du film d’animation TYGRA, LA GLACE ET LE FEU (FIRE AND ICE / 1982 / Ralph Bakshi). Un géant de l’illustration nous a quitté…

Quelques liens et un film hommage pour en savoir plus sur Frank Frazetta :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Frazetta

http://frankfrazetta.org/

Image de prévisualisation YouTube



Robot-cool (7) : ROBOT DE « PERDUS DANS L’ESPACE »

Robot-cool (7) : ROBOT DE

robot13.jpg

Disons qu’il est entre les deux : robot-cool et… robot-craignos… Il s’agit tout simplement de Robot, oui, c’est son nom dans la série TV d’Irwin Allen PERDUS DANS L’ESPACE (LOST IN SPACE / 1965 à 1968). Il s’agit d’un robot de contrôle environnemental modèle B-9 (désolé, je ne connais pas le modèle B-8…) qui accompagne la famille Robinson à travers l’espace. Plus ou moins inspiré de Robby, le robot de PLANETE INTERDITE (FORBIDDEN PLANET / 1956), Robot parle d’une voix mécanique et crie « DANGER ! DANGER ! » dès qu’il pressent une menace. Agrémenté de petites lumières très colorées indispensables à l’époque du kitch-roi, flanqué de deux jambes inutiles vu qu’elles sont encastrées à l’intérieur d’un système de locomotion muni de chenilles, brandissant sans cesse ses bras aux pinces rouges et affublé d’une drôle de tête aux petits radars rotatifs, ce robot est l’oeuvre de Robert Kinoshita, déjà concepteur du célèbre Robby le robot de PLANETE INTERDITE (FORBIDDEN PLANET / 1956), il a été réalisé par Bob May dans un costume construit par Bob Stewart.

J’ai pu le rencontrer en chair et en os, pardon, en boulons et en acier, l’année dernière à Sydney au Power House Museum où il se trouvait exposé dans un coin, juste après l’expo STAR WARS. Comme si les unités R2, très nombreuses, l’avaient refoulé du secteur des droïdes. Eh oui, Robot incarne à lui seul toute une époque que j’affectionne particulièrement, celle des années 1960, et l’on ne fréquente plus ces robots aujourd’hui à Hollywood. Robot a eu droit à sa nouvelle version, beaucoup plus high-tech, dans le film tiré de la série télévisée et réalisé en 1998 par Stephen Hopkins. Mais il n’empêche que Robot demeure l’un des plus célèbres robots (sauf en France, bien sûr) et a eu droit à des quantités de jouets, collectors et même répliques taille réelle de son auguste personne.



Gérard Klein a dit…

gerardklein.gif 

Gérard Klein a dit à propos de Ray Bradbury : « Bradbury avait-il réellement quelque chose à dire au temps des Chroniques ? J’ai défendu jadis cette idée, en bonne compagnie, du reste. Je n’en suis plus aussi sûr aujourd’hui. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Klein_(science-fiction)



12345