Archives

Archive pour avril 2011

Revues du mystère

mag16.jpg

Top Secret numéro 54 d’avril-mai fait sa Une avec un titre choc comme il les apprécie tant : Le début de la fin de ce monde ? Pour la réponse, il faut la chercher un peu partout dans le magazine… Par contre, on a droit à un intéressant dossier revenant sur la célèbre affaire ufologique de rencontre du troisième type de Kelly-Hopkinsville. La France n’est pas en reste avec la publication d’extraordinaires clichés d’un ovni observé dans le département de l’Ain en 2007. Un autre dossier se livre à une enquête sur les voyageurs temporels. On revient sur les Illuminati auxquels on affuble tous les maux du monde actuel. Enfin, l’actualité insolite est passée en revue, comme à l’habitude avec, en particulier, cette tempête gigantesque qui ravage actuellement l’atmosphère gazeuse de la planète Saturne…

mag17.jpg

Monde Inconnu est un autre magazine consacré à l’Etrange que j’achetais déjà étant gamin ! Quelle ne fut pas ma surprise de le retrouver trente ans plus tard toujours là, dans une nouvelle formule, alors que je le croyais mort depuis belle lurette ! Bimestriel, le numéro 349 (!) d’avril-mai (déjà épuisé sur journaux.fr !) accorde une large place à l’ufologie (L‘affaire Andreasson, Ovni et renseignement…) et au paranormal (Communiquer avec les morts, Médiumnité…), il livre également un dossier sur l’hypothèse du Big Bang revue et corrigée. Une large rubrique se consacre à l’actualité de l’espace, de la Terre, de la biologie, de la technologie en faisant un détour par l’Etrange.

Top Secret paraît régulièrement par bateau en Nouvelle-Calédonie alors que Monde Inconnu est inconnu des rayons des librairies du Caillou.



John Frankenheimer a dit…

frankenheimer.jpg 

John Frankenheimer, réalisateur du remake de L’ÎLE DU DOCTEUR MOREAU version 1996, a déclaré à propos du tournage : « Il y a deux choses que je ne ferai jamais : gravir l’Everest et retravailler avec Marlon Brando. »



Monsters

monsters.jpg

« Une sonde de la NASA s’écrase dans la jungle mexicaine, libérant des particules d’une forme de vie extraterrestre. Six ans plus tard, le Mexique et le Costa-Rica sont devenus des zones de guerre désertées par les populations locales et peuplées de créatures monstrueuses. Un photographe est chargé d’escorter une jeune femme à travers cette zone dévastée. Seuls sur la route, ils vont tenter de rejoindre la frontière américaine… »

Malgré un synospsis alléchant, MONSTERS récemment sorti en DVD et Blu-ray, premier film du nouveau venu Gareth Edwards, n’est finalement qu’un spectacle honnête loin de nous offrir ce que l’on attendait : du suspense et de l’action. La traversée de la jungle annonçait de belles séquences angoissantes, hélas il n’en n’est rien, Edwards préférant s’attarder sur nos héros parfaitement interprétés par Whitney Able et Scoot McNairy. Quant aux créatures, on les entend plus qu’on ne les aperçoit. Et lorsqu’on les découvre, gigantesques, on a presque envie d’éclater de rire : il s’agit en fait carrément de pieuvres, oui, de pieuvres telles que vous les connaissez dans les océans, utilisant leurs tentacules comme des jambes, si vous voyez ce que ça donne… J’aimerais bien connaître le nom de leur concepteur embauché sur le film, mais je salue son imagination débordante. La suite du film, s’il y en a une, nous proposera-t-elle des hippocampes géants ?…

Le sujet du film, pourtant original, n’est qu’un prétexte à une rencontre entre un homme et une femme dans un milieu hostile. En tout cas, la bande-annonce, fort réussie, est un merveilleux mensonge…

Image de prévisualisation YouTube



Comment L’Empire Contre-Attaque aurait dû se terminer…

Plutôt sympa, amusant et bien fichu, voici un petit film intitulé HOW THE EMPIRE STRIKES BACK SHOULD HAVE ENDED (il y en a d’autres dans la même série) qui propose sa fin alternative au film d’Irvin Kershner. La séquence où Luke se jette dans le vide, et ce qui s’en suit, est bien marrante !

Image de prévisualisation YouTube



Une sixième saison pour le Docteur

dw.jpg 

Alors, qu’avez-vous pensé de Matt Smith dans le rôle du dernier Docteur en date dans la fameuse série TV DOCTOR WHO ?… Je l’ai trouvé plutôt bon, un tantinet inférieur au célèbre David Tennant, mais Christopher Eccleston demeure mon favori pour l’instant. Oui, oui, vous avez bien lu : Christopher et non David, c’est comme ça ! Quant à la cinquième saison, on ne peut pas dire qu’il s’agisse de la meilleure. Je me suis souvent ennuyé, l’humour semblait forcé et les histoires n’étaient pas aussi endiablées que celles des autres saisons. Elles m’ont même paru « tordu », souvent sans queue ni tête, avec des scénarios à faire fuir n’importe quel novice qui débarquerait en plein milieu de la série ! Je retiendrai surtout le magnifique épisode en deux parties intitulé Le Labyrinthe des Anges (quel plaisir de retrouver les Anges Pleureurs ! Doux frissons !), ainsi que l’émouvant Vincent el le Docteur. Ca fait peu sur 13 épisodes. Les autres ne sont pas mauvais, certes, mais… mais…

Bande-annonce de la sixième saison :

Image de prévisualisation YouTube



Un méchant Gremlin en papier !

gremlins5.jpg

Facile à monter, facile à dresser et facile à jeter : le méchant chef des Gremlins dans GREMLINS 2 de Joe Dante ! Oh, comme je suis cruel… J’aurais bien aimé trouver son équivalent version docile (Gizmo) mais il n’est plus disponible. Dommage. Bon, en tout cas ne vous étonnez pas si dès l’impression il vous fasse mauvaise impression en commençant à détraquer votre imprimante pour sortir, et ne soyez pas surpris qu’ensuite il vous menace avant même que vous ayez pu attraper votre paire de ciseaux ! Je vous aurais prévenu ! Quand vous l’aurez enfin coincé, découpez-le soigneusement, pliez-le et collez-le sans pitié. Ah, zut, je redeviens cruel… Bref, pour aller chercher votre méchant Gremlin, c’est ici.



Les archives de Midian (12)

midian4.jpg

MIDIAN 4 (partie 3)

Le fanzine Midian s’arrête ici avec la dernière partie consacrée à son dernier numéro, le quatrième paru en novembre 1994. On finit avec le jeu de rôle Cyberpunk, une présentation de Terremer, l’Enterprise NCC-1701-D de la série des Galaxy Class et un coup de gueule sur le massacre des dessins animés japonais à la télévision de l’époque… Finir sur un coup de gueule, ce n’est pas vraiment l’idéal, mais on pensait alors que Midian allait continuer… Bonne lecture.

- Cyberpunk page 1, page 2 et page 3

- Terremer page 1 et page 2

- Jeux

- Le Galaxy Class

- Trop c’est trop ! page 1 et page 2

- Quatrième de couverture

 



Igor et Grichka Bogdanoff ont dit…

boggdanoff.jpg 

Igor et Grichka Bogdanoff : « Nous pensons que les ovnis sont réels et qu’il n’est pas impossible que certains soient d’origine extraterrestre. C’est la raison pour laquelle nous aimerions approfondir notre connaissance sur ce phénomène fascinant en nous dotant des outils qui nous permettraient de comprendre et, peut-être, apporter des éléments de réponse pour certains cas. »



Vaisseaux SF : le Tardis

Vaisseaux SF : le Tardis dans Science-fiction 13061310034815263611288456

ltardis.jpg

LE TARDIS

Le Tardis ou TARDIS (Time And Relative Dimension In Space = Temps A Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale) appartient à la série TV britannique DOCTOR WHO. Engin étrange servant à la fois de vaisseau et de machine à voyager dans le temps, il évolue à travers l’espace et le temps, piloté par son propriétaire : le non moins étrange Doctor Who, Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey. Son apparence unique, choisie pour se fondre dans l’environnement terrien, est semblable à celle d’une cabine téléphonique de police bleue. Néanmoins le Tardis peut changer de forme si nécessaire grâce au circuit Caméléon qui lui assure un camouflage efficace en fonction des univers visités.

tardis2.jpg

Le Tardis est une machine issue de la technologie des Seigneurs du Temps. A la fois électronique et mécanique, il est également une sorte d’entité vivante qui peut tomber malade ou être infectée. Il faut alors le « soigner ». Il nécessite plusieurs formes d’énergie qu’il consomme au grès de ses déplacements. Mais la particularité propre au Tardis réside dans son apparence intérieure extraordinairement grande par rapport à ses dimensions extérieures. Par un procédé de compression des dimensions, l’intérieur du Tardis s’élève jusqu’à environ 8 mètres de haut, se répartissant ainsi sur trois étages pour une longueur d’environ vingt mètres. Le poste de pilotage fait à lui seul à peu près dix mètres de diamètre. Il existe également un couloir d’environ dix mètres qui mène vers d’autres secteurs. A noter aussi que le Tardis possède un verrou inviolable, un champ de protection, un mécanisme de communication universel, un champ de traduction permettant de comprendre toutes les langues, un champ gravitationnel propre et bien d’autres secrets… Enfin, le pilotage du Tardis est un exercice difficile car prévu au départ pour être exercé par six personnes.

tardis3.jpg

Il s’agit bien là d’un des « vaisseaux » les plus originaux de la SF, et purement british je dirais ! A signaler que le nouvel aspect intérieur du Tardis, magnifiquement revu et corrigé par des décorateurs de talent, possède un visuel penchant délicieusement vers le steampunk avec manettes, leviers et gros boutons. Ne manquent plus que la vapeur et les pistons ! Au diable la vérité scientifique, c’est le dernier des soucis pour tout fan de DOCTOR WHO qui se respecte ! Loin des techno-blablas de STAR TREK parfois bien trop envahissants, le Tardis est un délire visuel à lui seul qui se moque éperdument de l’espace et du temps, des théories scientifiques et de la technologie, c’est une machine à part avec un bruit caractéristique qui n’a pas changé depuis sa création dans les années 1960. Au même titre que l’Enterprise, mais totalement à l’opposé sur le plan technologique, le Tardis est devenu l’un des symboles de la science-fiction. Quel fan de SF serait aujourd’hui incapable de le reconnaître instantanément ?

Source : Wikipédia

Rejoignez Les Echos d’Altaïr sur Facebook !



A vos ordres, Captain Rex !

rex.jpg

ForceSith a terminé son Captain Rex, création passionnée par un passionné de STAR WARS calédonien ! Et quelle création ! A faire pâlir tous les fans de cosplay ! C’est du 100% fabriqué maison qui a demandé des mois de labeur pour un résultat au-delà de toute espérance. Plus vrai que nature, Captain Rex, de la puissante armée des Clones, défilera fièrement lors du carnaval de Nouméa prévu dans une quinzaine de jours. Pas de panique : il n’est pas au courant de l’Ordre 66 ! Vous ne risquez rien en l’approchant et en le photographiant. Ouf ! Pour découvrir tout le making de cette incroyable réalisation et pouvoir admirer de superbes photos, rendez-vous ici. Encore une fois : bravo ForceSith ! A quand la réalisation du Rancor ? (ah, ah ! Non je plaisantais !)



1234