L’étrange manuscrit de Voynich

Posté le 24 mai 2011

Voici un livre qui ne cesse d’intriguer scientifiques et spécialistes de l’Etrange depuis des décennies : le manuscrit de Voynich… Pourquoi ? Vieux de plusieurs siècles et écrit dans une langue indéchiffrable, ses pages renferment d’étonnantes illustrations de plantes inconnues sur terre, mais aussi de cartes astrales et de mystérieuses machineries…

voynicht.png

Le manuscrit de Voynich doit son nom à un riche bibliophile et antiquaire américain, Wilfrid Voynich, qui le découvrit en 1912 dans un ancien couvent de Jésuites près de Rome grâce au père Strickland. Il s’agit d’un petit livre de 22 cm sur 16 et de 204 pages (dont 24 ont disparu,  arrachées), qui a appartenu à plusieurs propriétaires avant d’arriver dans la bibliothèque du couvent. Personne ne connaît son auteur ni dans quel but il fut rédigé. On sait seulement depuis peu, et grâce au carbone 14, qu’il daterait du début du XVe siècle (résultat obtenu par l’université de l’Arizona).

A l’intérieur, on y recense 250 000 caractères pour 4000 mots indéchiffrables et une grande quantité d’étranges illustrations. Les spécialistes l’ont divisé en quatre parties distinctes : la partie Botanique compte 113 dessins de plantes non identifiées, la partie Astronomique révèle 25 diagrammes représentant peut-être le Soleil, la Lune et des constellations de notre galaxie, la partie Biologique présente 227 images de femmes nues plongées dans des sortes de baignoires reliées à des tuyaux, et la partie Pharmacologique dévoile des centaines de racines, de plantes et de récipients d’épices. Une dernière partie semble réservée à un index.

Le livre d’Irene Bellini et Danilo Grossi, Mystères et Enigmes (éd. Le pré aux clercs), précise à propos du manuscrit de Voynich : « Pour décrypter son code – en admettant qu’il y en ait un – on est allés jusqu’à utiliser les plus puissants ordinateurs des services secrets américains. Malheureusement, cela s’est traduit par des années de travail inutile qui n’ont abouti à aucune certitude. » En effet, le manuscrit demeure jusqu’à ce jour totalement indéchiffrable et par conséquent incompréhensible de la première à la dernière page. Aucun spécialiste n’est parvenu à percer ses secrets, ce qui a fait dire à certains qu’il ne s’agirait en fait que d’une pure invention, un véritable délire sans queue ni tête, sans but précis, bref, ni plus ni moins qu’un canular. D’autres par contre affirment qu’il pourrait s’agir de la retranscription chiffrée de La Clé de Salomon, texte magique extrêmement puissant, rédigé ainsi afin de le préserver de l’Inquisition. Enfin, certains vont même jusqu’à prétendre que ce manuscrit serait écrit en une langue extraterrestre, d’où ses illustrations ne présentant uniquement que des plantes inconnues…

En tout état de cause, le mystère reste entier ! Et si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans sa traduction, une seule adresse pour consulter ses mystérieuses pages en ligne, scannées et visibles en plein écran :

Wikimedia

Bon courage !

Pour en savoir plus : Wikipédia

Sources : Mystères et Enigmes (d’Irene Bellini et Danilo Grossi / éd. Le pré aux clercs), Monde Inconnu 349.

Un commentaire pour « L’étrange manuscrit de Voynich »

  1.  
    Trollesse
    26 avril, 2015 | 20:55
     

    Intéressant et troublant à la fois… le XVé siècle, c’est la Renaissance et je voit mal l’une des rares personnes sachant écrire commencer à faire un livre purement fantaisiste… je ne sais pas d’où vient ce livre, mais si un jour cela se sait, ce sera probablement un énorme avancée culturelle!

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez