• Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Archives

Archive pour juillet 2011

Embarquement immédiat pour Scifimages 1.1

Embarquement immédiat pour Scifimages 1.1 dans Imaginart 13092910513615263611593982

14081810092815263612459642 dans Sci-Fi Club

Dernier appel avant embarquement pour Scifimages 1.1 . Les passagers sont priés de se rendre vers la porte temporelle du 21 juillet 2011 pour une téléportation en Nouvelle-Calédonie, Maison du Livre, Faubourg-Blanchot, où différents univers issus de différentes dimensions s’offriront à leur choix. Inutile de prévoir des crédits galactiques, nous vous rappelons que le voyage est totalement gratuit. En outre, d’autres portes temporelles s’ouvriront chaque jour jusqu’au 13 août 2011, date de clôture. Pour de plus amples informations, veuillez contacter votre agence à cette adresse :

http://scifimages.blogspot.com/



Galactica pour les collectionneurs

Galactica pour les collectionneurs dans Science-fiction galactica3

Pour les geeks, les collectionneurs ou les éternels nostalgiques, le site Battlestar Galactica Memorabilia est une perle : un collectionneur américain y a rassemblé tout, absolument tout ce qu’il a pu dénicher au fil du temps sur la bonne vieille série kitch de 1978, BATTLESTAR GALACTICA. On y trouve les figurines, les Starlog, les jeux vidéo, l’attraction de la Universal (aujourd’hui disparue, bien sûr), les disques, les vêtements, etc. C’est un plaisir de voyager ainsi à travers le temps et de replonger dans ce GALACTICA, LA BATAILLE DE L’ESPACE, ainsi intitulé en France. Merci à Starkiller pour ce lien précieux !



World Invasion : Battle Los Angeles

World Invasion : Battle Los Angeles dans Cinéma 17010911381615263614760408

La Terre est brusquement envahie par des extraterrestres dont les intentions sont visiblement de la coloniser entièrement. Les capitales du monde entier tombent les unes après les autres tandis qu’à Los Angeles un groupe de Marines, dirigé par le sergent Nantz  (Aaron Eckhart), résiste courageusement et tente le tout pour le tout…

DISTRICT 9, SKYLINE et maintenant WORLD INVASION : BATTLE LOS ANGELES (de Jonathan Liebesman)… Même si certains diront que ces trois films n’ont aucun points communs, j’ai personnellement l’impression de retrouver les mêmes visuels, les mêmes « designs » de vaisseaux E.T. (voire même d’E.T.), les mêmes scènes de combat, les mêmes destructions, les mêmes effets spéciaux… Ca en devient presque lassant. Et la future série TV de Steven Spielberg, FALLING SKIES, s’annonce comme un  »melting-pot » de tout ça… Diantre !

WORLD INVASION démarre franchement plutôt bien. L’invasion est fracassante et l’on vit des moments forts qui ne sont pas sans rappeler la version de LA GUERRE DES MONDES de Steven Spielberg. La population désemparée court dans les rues, les villes sont dévastées et l’armée ne sait plus que faire. C’est la panique générale servie par des effets spéciaux comme seul le numérique peut nous en offrir aujourd’hui : 100% hyper-réalistes ! Mais nous sommes vite amenés à suivre les manoeuvres désespérées d’un groupe de Marines dont certains sont torturés par de mauvais souvenirs, alors ça complique les relations. On les suit, contraints et forcés, durant quasiment tout le film. Ces braves Marines américains, si forts dans les films et si inefficaces dans la réalité, incarnent une fois de plus l’Amérique triomphante qui nous soûle complètement car on n’y croit plus du tout depuis une certaine guerre en Irak. Alors on finit par regarder WORLD INVASION d’un oeil blasé. C’est du jeu vidéo : on tire sur tout ce qui bouge. Et les aliens n’ont jamais été aussi moches que dans ce film. Quant à leurs vaisseaux, on les croirait sortis d’un dépotoir tant il semble fait d’un assemblage de gamelles et de boîtes de conserve en tous genres… Au moins, si SKYLINE possédait une fin d’une crétinerie sans pareil, le film s’en tirait mieux sur ce plan là !

WORLD INVASION n’est pas un navet, l’interprétation est même son point fort. Cependant les destructions colossales provoquées soit par des cataclysmes naturels soit par des invasions E.T. n’ont (presque !) plus d’effets sur moi ! Offrez-moi autre chose, bon sang ! Soyez plus inventifs !



John Carter, la bande-annonce

John Carter, la bande-annonce dans Cinéma carterp

JOHN CARTER, produit par Walt Disney, est l’un des événements cinématographiques de l’année 2012. Réalisé par Andrew Stanton (WALL-E) et prévu pour le 9 mars, il est l’adaptation de l’un des romans de la célèbre saga littéraire d’Edgar Rice Burroughs du Cycle de Mars constitué d’Une Princesse de Mars, Les Dieux de Mars, Le Seigneur de la Guerre de Mars… (rappelons que Burroughs est également le papa de Tarzan). Ce blocbuster dont la préparation dure depuis des années sera peut-être suivi de plusieurs suites, à condition que le film soit un succès. Pour l’heure, la bande-annonce s’avère plutôt alléchante avec des paysages magnifiques et des décors grandioses (on aurait pu trouver une plus jolie princesse par contre…). L’histoire raconte l’arrivée sur Mars d’un héros de la guerre civile américaine en pleine guerre martienne… (merci à Ju de nous avoir fait découvrir la bande-annonce sur Facebook !).

Image de prévisualisation YouTube



Votre Pinhead… en papier !

Votre Pinhead... en papier ! dans Fantastique pinhead

Mais non, mais non, « Pinhead » n’est pas une injure purement calédonienne traduite en anglais (de toute manière ça ne donnerait pas la même chose, alors…), il s’agit tout simplement du personnage principal du film HELLRAISER, un classique du gore que vous devez connaître et dont un remake est actuellement en cours de préparation. Notre « Tête d’Epingle » (voilà, c’est ça que veut dire « Pinhead » !), vous attend de son regard féroce sur Sinner. Bonne prise de tête ! Ah, ah, ah !

pinhead2 dans Papertoy



La Nouvelle-Calédonie dans Top Secret n°55

La Nouvelle-Calédonie dans Top Secret n°55 dans Mystère topgr

De tous côtés nous n’entendons parler actuellement que de ça. De quoi ? Mais de la fin du monde, voyons ! Oui, vous savez, de l’incontournable apocalypse prévue pour le 21 décembre 2012 ! Nombre de mes élèves en sont convaincus grâce à leurs parents qui les rassurent en leur disant que tout le monde va y passer l’année prochaine (on s’étonne après ça qu’ils travaillent aussi mal ), même George Lucas (oui, le créateur de la saga STAR WARS en personne !) en est persuadé et il l’a dit devant un Spielberg médusé… Les sectes fleurissent et certains n’hésitent pas à préparer leurs bagages pour se rendre dans un petit village de France qui serait, dit-on, épargné lors de ce 21 décembre fatidique…

Bien entendu, en ce qui me concerne, je ne crois pas une seule seconde en cette fin du monde annoncée pour l’année prochaine. Elle finira bien par nous tomber dessus un jour, c’est sûr, mais je la vois plutôt venir de l’espace avec un magnifique astéroïde entrant en collision avec la Terre. Comme l’affirment les scientifiques à ce sujet : la question n’est pas de savoir si ça va se produire un jour mais plutôt quel jour… C’est tout dire…

Cependant, et je ne pense pas être le seul, j’avoue être assez étonné ces derniers temps par les catastrophes naturelles qui se multiplient et qui frappent avec force à divers endroits sur la Terre. Cela a commencé l’année dernière, je crois, et depuis cela ne cesse de se poursuivre : séismes de plus en plus violents (Japon, Nouvelle-Zélande) ressentis parfois plus faiblement (Australie, Corse, Nouvelle-Calédonie…), tsunamis, éruptions volcaniques, tornades, tempêtes… Même le champ magnétique terrestre semble se dérégler… Bon… Est-ce une mauvaise passe pour notre bonne vieille planète bleue qui est tout de même très âgée ? Allez, on va dire que c’est ça ! Hum !

Tout ceci pour en venir enfin au dernier numéro de la célèbre revue consacré à l’ufologie, au paranormal et au surnaturel, j’ai nommé Top Secret. En effet, dans son numéro 55 (juin-juillet) paru il y a déjà de nombreuses semaines, j’ai découvert aujourd’hui l’article de Jonathan Giné intitulé « Japon : un archipel en voie de disparition ? » Dès le début, l’auteur signale que la situation devient préoccupante dans le Pacifique, et il précise que « de Nouvelle-Calédonie, un ami d’origine kanake qui souhaite garder l’anonymat nous informe « qu’il se passe des tas de phénomènes inhabituels dans la région. Des échouages massifs de méduses géantes de plusieurs dizaines de kilos et d’une longueur d’environ 10 mètres, des animaux marins en provenance des abysses qui remontent morts, et des thons « affolés » d’une taille inhabituelle (plus de deux mètres de long). Il y a aussi des « grondements sourds » qui se font entendre au large de la mer en direction de l’archipel nippon. Les anciens des tribus de Nouvelle-Calédonie disent à leurs jeunes « que Dieu va bientôt rappeler ses enfants. » Il se passe quelque chose dans les abysses du Pacifique, et quelque chose de pas bon. Beaucoup de personnes pensent que le Japon et nombre d’îles de la région vont disparaître dans différents cataclysmes telluriques et marins, et que les conséquences seront pour la Terre entière. »

Plus loin, l’article parle des « explosions de rien. » On nous explique qu’il s’agit d’explosions « sans feu et sans aucun dégât visible » qui sont souvent entendues au large de l’île de la Réunion, en France métropolitaine, au large de Nice, jusqu’au large… de la Nouvelle-Calédonie.

Bien… Si certains ont des témoignages à apporter pour confirmer ou infirmer ces dires, qu’ils n’hésitent pas à le faire sur ce blog !



Produits « vintage »

Produits

Quand on est fan de séries télévisées, de dessins animés et de films appartenant au genre SF, on est souvent collectionneur de produits dérivés, et il n’ y a pas d’âge pour ça sauf celui que l’on s’impose ! Je possède ma propre collection, modeste, mais qui compte tout de même quelques petites merveilles. J’en connais d’autres beaucoup plus impressionnantes, en particulier celles présentes sur Plaid Stallions et Mego Museum où l’on peut trouver de véritables « collectors » (dont certains en vente il me semble). Jouets d’époque années 1970-1980, on peut y découvrir ravi les figurines de LA PLANETE DES SINGES, COSMOS 1999, STAR TREK, L’HOMME DE L’ATLANTIDE… sans compter les célèbres Micronauts et autres gadgets qui ont bercé notre enfance ! Allez y faire un tour, ça vaut le coup !



Charlton Heston a dit…

Charlton Heston a dit... dans Cinéma heston

Charlton Heston a déclaré à l’époque de la sortie de LA PLANETE DES SINGES (1968) : « Jusqu’à maintenant, la science-fiction n’avait jamais été vraiment prise au sérieux. Il n’est pas ridicule de dire que La Planète des Singes est le premier film de genre à avoir été regardé autrement. »



De vieilles séries télévisées de SF inédites

Voici, pour vos yeux écarquillés, les génériques de quelques séries télévisées de science-fiction américaines ou britanniques des années 1970-1980 totalement inédites en France : BLAKE’S 7, JASON OF STAR COMMAND et THE STARLOST. La plupart n’ont pas dépassé le stade d’une ou deux saisons pour diverses raisons : manque d’audience, budget fauché, problèmes de tournage… A voir certains de ces génériques, on comprend aisément pourquoi aussi ! Les Echos d’Altaïr reviendront prochainement sur chacune d’entre elles.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube



Monstres sacrés : le Blob

Monstres sacrés : le Blob dans Cinéma 14050303003115263612199975

14081402132315263612451673 dans Monstres sacrés

Un météore s’écrase sur la Terre, délivrant une masse translucide et rougeâtre, gélatineuse et visqueuse. Cette chose vivante erre dans la campagne américaine et s’attaque bientôt aux habitants d’une petite ville, grandissant au fur et à mesure qu’elle absorbe ses proies, jusqu’à devenir énorme…

14081402143815263612451674 dans Science-fiction

Le Blob, en dehors de son nom amusant, est une créature quelque peu difficile à décrire : on pourrait parler d’un immense chewing-gum, d’estomac géant rampant ou encore d’horrible gelée translucide comme seuls les Anglais savent les faire… Cette masse informe et silencieuse (en fait une masse de silicone arrosée de teintures végétales rouges pour les effets spéciaux du film), sans cesse affamée, se meut lentement en rampant et en s’infiltrant par la moindre ouverture : le trou d’une serrure, un dessous de porte, une bouche d’égout… Elle se jette sur ses pauvres victimes pour les recouvrir afin de les digérer jusqu’aux os. Seule façon de la combattre : le froid. En effet, le Blob craint les basses températures, ce qui sera un avantage pour s’en débarrasser dans l’Antarctique à la fin du film DANGER PLANETAIRE (THE BLOB / 1958), d’Irwin S. Yeaworth Jr, film dans lequel Steve McQueen affronte le monstre pour son premier rôle.

A travers cette masse rougeâtre, certains y ont cru bon de voir la menace communiste maintes fois représentée dans les films de SF américains des années 1950…

14081402160915263612451675

Mais le Blob reviendra en 1972 dans ATTENTION AU BLOB ! (BEWARE ! THE BLOB de Larry Hagman, le célèbre J.R. de la série télévisée DALLAS). Un échantillon ramené du pôle Nord par un explorateur s’échappera par accident et sèmera la panique en absorbant toute forme de vie environnante. D’un pauvre chaton innocent en passant par les êtres humains : personne ne lui échappera, y compris l’explorateur lui-même alors qu’il regardait à la télévision THE BLOB, version 1958 ! Drôle de destin…

14081402172715263612451677

Enfin, le Blob sera une dernière fois de retour en 1988 dans un remake très réussi signé Chuck Russell et baptisé tout simplement LE BLOB (THE BLOB), sauf que cette fois notre créature gélatineuse ne vient pas du fin fond de l’espace mais de laboratoires inconnus, et, nouveauté subtile, le spectateur peut contempler horrifié les victimes du Blob flottter à travers sa masse translucide. En outre, de nombreuses scènes gores aux effets spéciaux impressionnants parsèment le film (notamment la mort atroce d’un enfant, chose rare au cinéma) avec une touche d’humour bienvenue pour faire passer la pillule.

14081402183315263612451679

Sources : Wikipédia, L’Encyclopédie de la Science-Fiction (J.P. Piton & A. Schlockoff / éd. Granger), Ze Craignos Monsters, le Retour (J.P. Putters / éd. Vents d’Ouest)



123