Hydra, le Monstre des Profondeurs

Posté le 23 février 2012

Hydra, le Monstre des Profondeurs dans Cinéma bis mar1ck

HYDRA, LE MONSTRE DES PROFONDEURS d’Amando de Ossorio ( par Trapard)

En tant que fan du cinéma bis d’Amando de Ossorio, je cherchais depuis un moment ce « Hydra » (« Serpiente de Mar » en espagnol).

Celui qui a un peu exploré l’univers du bis espagnol des années 60-70-80, retiendra les noms de Jesùs Franco, Paul Naschy (aka Jacinto Molina), Leon Klimovsky, Javier Aguirre, Carlos Aured, Joaquin Luis Romero Marchent, Narciso Ibanez Serrador (et son père Narciso Ibanez Menta), Vincente Aranda, Jorge Grau, José Ramon Larraz…Et bien entendu, celui d’Ossorio.

Amando de Ossorio, c’est avant tout, LA REVOLTE DES MORTS VIVANTS (La Noche del terror ciego) et ses suites, d’où des zombies d’anciens templiers errent -souvent dans des ralentis brumeux, chers au cinéma d’ambiance espagnol- à la recherche de vengeance et de chairs humaines. Le tout, très inspiré de LA NUIT DES MORTS VIVANTS de Romero et autres films de zombies made in Italy ou de zombies nazis.

mar2d dans Cinéma bis espagnol

Un peu sur ce modèle et souvent inspirés des sujets de la Hammer Films anglaise, Ossorio a tourné un film de vampire avec MALENKA (1969), de cultes vaudou avec LA NOCHE DE LOS BRUJOS (1973), de femme-reptile avec LAS GARRAS DE LORELEÏ (1974), sa vision de L’Exorciste avec LA ENDEMONIADA (1975) et un peu de X, logiquement après le décès du général Franco.

Son dernier film en date est HYDRA, LE MONSTRE DES PROFONDEURS, vision Cormanienne du Monstre marin, en plastique, s’en prenant aux marins comme aux simples baigneuses, sur un sujet assez proche de celui des DENTS DE LA MER.

mar3u dans Fantastique

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un long voyage…Arrivé à Paris, et fouinant dans un certain nombre de vendeurs de DVD d’occasion, de films d’exploitation comme de bis, j’ai sorti d’un rayon, un DVD titré HYDRA avec une superbe pochette arborant un serpent de mer géant et promettant le film d’Ossorio en question, mais avec aucun nom connu dans les crédits de l’affiche.

Arrivé chez moi, le DVD engagé dans mon ordinateur portable, c’est la suite de HUMANOÏDS FROM THE DEEP, ce DTV sorti en 1996 sous de multiples jaquettes filoutes différentes et divers titres, et produit par Roger Corman, qui se lança sous mon regard dépité, tout en rageant après ce saligaud de Corman (dont j’apprécie pourtant le travail, mais en d’autres circonstances).

Donc il m’a fallu pirater HYDRA en VHSRip, sous le titre SERPIENTE DE MAR et en version espagnole puisque le film ne semble pas avoir été édité nulle part.

mar4p dans Trapard

Donc, loin de l’univers espagnol des 70′s, HYDRA (à ne pas confondre non plus, avec un DTV de monstre marin, sorti ces dernières années) est un sympathique film de monstre gigantesque, très cormanien. Très 80′s, avec son lot de jeunes femmes aux looks branchés (de l’époque) et cette créature « monstrueuse » à la fois kitch et peu crédible, mais attachante, le film d’Ossorio rappelle, par son intrigue, autant AMSTERDAMNED de Dick Maas, TENTACULES d’Ovidio G. Assonitis ou un énième ersatz des Godzilla sur la fin. Le tout ressemblant souvent à une vieille production A.I.P. Des 50′s ou du début des 60′s en version totalement recolorisée. La référence à THE SAGA OF THE VIKING WOMEN AND THEIR VOYAGE TO THE WATERS OF THE GREAT SEA SERPENT (ouf!) de Roger Corman (1957), est elle aussi évidente.

Un film bien Z donc, mais divertissant comme pouvaient l’être beaucoup de séries Z des années 80, avec, au regard du cinéma et du DTV des années 2000, cet air désuet que certains qualifieraient de « ringard » ou de « kitsch », mais qu’un geek de ma génération aime encore à cultiver comme un patrimoine culturel intérieur inhérent à ma personnalité.

 - Trapard -

4 commentaires pour « Hydra, le Monstre des Profondeurs »

  1.  
    Jean Beauvoir
    23 février, 2012 | 20:42
     

    Merci Trapard.
    Ossorio s’est certes inspiré de la Hammer pour Malenka. Mais à son tout, il a été manifestement copié par la Hammer dans La légende des 7 vampires d’or (1974), film sorti un an après le premier de la série des templiers aveugles d’Ossorio, et où l’on voit des cavaliers zombies filmés de nuit au ralenti et des zombies momifiés qui attaquent en groupe, tellement similaires à ceux d’Ossorio, que le hasard n’est pas possible.

  2.  
    Trapard
    23 février, 2012 | 21:01
     

    En fait, j’ai souvent vu ces ralentis dans des Paul Naschy. Tiens, je me souviens en avoir vu dans « El espanto surge de la tumba » (« Horror rises from the tomb ») de Carlos Aured.
    C’est pour ça que j’indique « -souvent dans des ralentis brumeux, chers au cinéma d’ambiance espagnol- » car je ne saurai dire si Ossorio est le premier à l’avoir fait dans un film.

  3.  
    Trapard
    23 février, 2012 | 21:06
     

    D’ailleurs, les zombies de « El espanto surge de la tumba » sont très similaires à ceux d’Ossorio.
    Et au tout début des années 80, Joe D’Amato a repris ce même procédé pour « La Nuit fantastique des Morts Vivants » mais avec des zombies plus proches de ceux de Lucio Fulci, eux-mêmes très inspirés de ceux de Jorge Grau (« The Living Dead at the Manchester Morgue »).

  4.  
    Trapard
    25 février, 2012 | 0:39
     

    Au passage, Jesùs Franco a aussi tourné sa version X horrifique des zombies templiers avec LA MANSION DE LOS MUERTOS VIVIENTES dans lequel, les morts vivants en question sont plus attirés par la chair que par la viande fraiche. :-)

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez