Star Cruiser

Posté le 5 mars 2012

Star Cruiser dans Cinéma starcruiser

« 2630 : l’Empire Sykon et la Confédération se livrent une guerre sans merci depuis 57 ans. Le monde est vidé de ses ressources, les troupes sont épuisées, et la rumeur d’un soulèvement populaire se propage comme un virus. Seule issue possible : la paix. Mercenaire le plus doué de l’Empire, Rick Walker est engagé pour une mission de transport. Il est alors loin d’imaginer que le sort de l’univers se trouve à bord de son vaisseau. Au milieu du chaos laissé par des années de guerre, il est notre seul espoir. »

Jack Moik, le réalisateur de STAR CRUISER (Allemagne / 2011), est visiblement fier de son travail. Le livret qui accompagne le DVD nous précise qu’il est « maquettiste pour films de SF et grand geek devant l’éternel ». On apprend également que tout part d’un fan-film intitulé NYDENION, conduit par un seul homme (forcément Jack Moik), mais que celui-ci va devenir avec le temps un véritable projet cinématographique et que sa réalisation nécessitera cinq ans… Attendez : ai-je bien lu ?… Cinq années pour livrer ce qui est censé être un film cinématographique alors qu’il ne paraît pas un seul instant avoir dépassé le stade du fan-film ?… Au mieux pourrait-on dire qu’il s’agit d’un téléfilm alors que ses séquences d’effets spéciaux sont dignes d’une cinématique pour jeu vidéo raté !

starcruiser2 dans Science-fiction

Et encore : si notre Jack Moik se contentait simplement de réaliser son fan-fi…, pardon, son « film cinématographique », ce serait presque merveilleux. Mais non : le bougre est également le scénariste et le producteur de STAR CRUISER, le designer de ses costumes, le concepteur de certains de ses effets spéciaux, le compositeur de sa musique et, le pire, le héros de son histoire ! Il interprète avec un charisme comparable à celui d’une porte de prison le Rick Walker aux cheveux longs qui est, d’après la jaquette, « notre seul espoir »… Aux côtés de notre Jack Moik-Rick Walker, une femme cyborg (dont je ne chercherai même pas à savoir le nom de l’actrice) débite ses dialogues d’un air constipé, et sans se dérider durant la totalité du fan-fi…, pardon, du « film cinématographique ».

Les images de STAR CRUISER sont aussi laides que ses deux principaux acteurs : grisâtres, sombres et neigeuses. Tous les effets spéciaux se reniflent à plein nez, avec des découpages abominables. La séquence de poursuite dans les astéroïdes nous présente des astéroïdes à la texture plus qu’approximative. Quelques scènes de vaisseaux s’avèrent tout de même assez réussies avec une B.O. au thème militaire plutôt correct. Pour le reste, la déception STAR CRUISER est d’autant plus forte que je m’attendais à un véritable travail de fans passionnés, surtout après un long labeur de cinq ans. On nous parle de références à BLADE RUNNER, STAR WARS et STARSHIP TROOPERS : c’est véritablement insulter ces films…

STAR CRUISER est le prototype même de fan-fi…, pardon, de « film cinématographique » destiné aux programmes de la chaîne Syfy, un met de choix pour ses téléspectateurs avides de nanars de premier ordre, après MEGAMACHIN CONTRE TRUCOSAURE.

6 commentaires pour « Star Cruiser »

  1.  
    DAVID GUIVANT
    13 mars, 2012 | 23:30
     

    J’ai jamais vu encore, c’est sorti ici en Blu Ray? Est t’il dispo en dvd?

  2.  
    14 mars, 2012 | 6:23
     

    Il est dispo en DVD et Blu-ray.

  3.  
    yo17
    21 mars, 2012 | 1:46
     

    Payer 20 euros pour une merde pareil c est du foutage de gueule

  4.  
    21 mars, 2012 | 7:20
     

    Parfaitement d’accord.

  5.  
    Riff
    18 avril, 2012 | 6:18
     

    je viens de voir ce film. en fait, je l’ai vu en deux fois, parce que je suis parti en balade dimanche aprèm, et que je me suis dit que je pouvais attendre de rentrer pour voir la fin^^

    franchement, c’est une épreuve!! jamais je n’ai entendu ma moitié geindre et se plaindre autant devant un film, même un nanars. rapidement, nous n’avons plus rien distingué du film, pas tant à cause de la qualité des FX et du grain de l’image, que par les rideaux de larmes de rire qui brouillaient notre vision à tout deux.

    quant aux dialogues, une bonne partie nous a échappé, couverts par nos commentaires et nos éclats de rire.

    Jack Moik, en tant qu’acteur, est un peu le fils spirituel de Steven Seagal (sauf que Seagal a le bon goût de retenir sa longue chevelure avec un catogan). aussi expressif qu’une brique. et les rares fois où il tente un sourire en coin en regardant sa paternaire, c’est horriblement faux! ^^
    sa pertenaire, n’est pas en reste, mais elle au moins a une excuse à son manque d’expressivité, puisqu’elle joue un androïde.

    Le doublage français est à la hauteur du film : les voix sont tout aussi inexpressives que les acteurs qu’on voit à l’écran. c’est à se demander si les doubleurs se sont efforcés de coller au jeu des acteurs, ou s’ils sont tout simplement aussi mauvais.

    je ne suis pas contre les productions fauchées, tant que le créateur ne prétend pas péter plus haut que son derche (et on peut voir des trucs amateurs bien mieux foutus sur youtube). cependant, j’ai quand-même bien rigolé devant ce film, je ne sais pas si c’est un nanard de premier ordre, mais il était suffisant pour moi :)

    à trouver d’occase dans les bacs de Cashland!

  6.  
    18 avril, 2012 | 6:47
     

    Je vois que je ne suis pas le seul à avoir « apprécié » Star Cruiser ! Vivement la suite ! (je plaisante…)

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez