Dur dur…

Posté le 10 juillet 2012

Dur dur... dans Blog 120710013851153132

Dur dur de s’occuper d’un blog lorsque l’on est enseignant ! En effet, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais Les Échos d’Altaïr ont actuellement de plus en plus de mal à assurer leur publication régulière. Et cela dure depuis deux ou trois semaines… Alors je me confie à vous…

J’ai toujours essayé, autant que faire se peut, de publier quotidiennement un article sur ce blog. Rares ont été les fois où Les Échos d’Altaïr n’y sont pas parvenus. Désormais, cela devient un véritable défi… Pourquoi ? Tout simplement parce qu’être un instituteur fantasticophile n’est pas chose facile : il faut concilier métier et passion… Et à choisir, j’ai toujours fait passer le métier avant la passion. Belles paroles me direz-vous ? Non. Travailler dans une zone d’éducation prioritaire est une lourde tâche, sans compter qu’il s’agit d’une lourde responsabilité, en outre je dois cette année modifier beaucoup de séquences avec les nouveaux programmes, corriger telle ou telle chose, adapter, faire, défaire, refaire…

« Ce métier est un métier de fou » m’avait-on dit quand je suis entré à l’École Normale pour mes trois ans de formation. C’est vrai. C’est l’un des rares métiers au monde où lorsque c’est fini il y en a encore… Je ne peux pas rentrer chez moi le soir en me disant : « Ouf ! C’est fini pour la journée ! » Que j’aimerais !…

Après la sonnerie de 15h30 je reste entre 45 minutes et une heure en classe pour m’occuper de quelques bricoles (rangements, préparations…). Puis une fois de retour chez moi je m’accorde une récré jusqu’à 17h30. C’est là où je surfe rapidement sur Internet : statistiques du blog (important de connaître la santé de LEA), groupe Facebook du blog et autres groupes auxquels j’adhère, quelques sites à droite et à gauche puis… STOP !!! C’est parti ensuite pour la soirée scolaire : cahier-journal, rédaction de nouvelles séquences (adaptées au niveau de la classe…), parfois recherche de documents (adaptés au niveau de la classe…),  et le pire du pire : les corrections, charmes du métier… Il faut vérifier avec attention, évaluer tout en prenant en compte l’erreur ou la faute de l’élève, et regrouper en fonction des résultats… Tout cela m’amène aux environs de 19h ou 20h (parfois pire), et j’en ressors lessivé…

Alors vous comprendrez que dans ces conditions le blog trinque. En dehors des « Citations célèbres », « Trucmuche a dit… », des « Papertoys » et des « Robots-craignos » ou « Robots-cools », le moindre petit article des Échos d’Altaïr demande quelques recherches si l’on veut un tantinet paraître sérieux et faire un boulot présentable, donc ça demande du temps (ce n’est pas Trapard qui me contredira !). Il me faut donc repartir sur des recherches, dans mes bouquins, mes magazines, mais aussi Internet, et souvent traduire le bla-bla américain, sans compter trouver les photos, les agrandir ou les réduire, en espérant que l’hébergeur ne fera pas des plantages entre temps, tout ça pour les « Vaisseaux SF », « Créatures fantastiques au cinéma », « Monstres sacrés », « Imaginart » et tant d’autres catégories que je laisse de plus en plus souvent de côté désormais car mes yeux se ferment devant l’écran, la fatigue m’envahissant comme à l’heure où j’écris cet article… Dès lors les fautes d’orthographe en profitent pour envahir mes textes et les souiller sans retenue. Je dois redoubler de vigilance…

Dans ces conditions, vous vous doutez que seuls les week-ends et les vacances me permettent d’assurer au mieux le blog. J’ai alors du temps libre que je peux consacrer, par exemple, à une « Fiche film » qui me prend quant à elle une matinée entière…

Je me permettrai donc dorénavant, peut-être, de ralentir la cadence des Échos d’Altaïr tout en sachant que, dès que je le pourrai, je publierai un article. Tout dépend du boulot scolaire et de certains jours. Et puis si l’envie vous prend d’écrire pour LEA, n’hésitez pas. Je pourrai ENFIN compter sur certains d’entre vous et permettre au blog d’obtenir une cadence régulière (le formulaire de contact se trouve ici).

Bon, allez, je vais me coucher. À plus sur Altaïr IV.

Votre dévoué Morbius.

2 commentaires pour « Dur dur… »

  1.  
    Penin
    11 juillet, 2012 | 2:21
     

    j’apprécie tes efforts et comprends tes difficultés à tenir le rythme ,collègue ! ( je suis moi-même enseignant dans un collège du Pas-de -Calais ,à un an et 4 mois de la retraite « anticipée » ,pour partir à 60 ans..)
    on a vraiment besoin de souffler de temps en temps ( et même de plus en plus souvent !)
    allez , courage ! et au plaisir de te lire !

  2.  
    11 juillet, 2012 | 6:18
     

    Merci Penin, on se comprend !

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez