• Accueil
  • > Cinéma
  • > RETOUR VERS LES 80′s : INCIDENTS DE PARCOURS (1988)
RETOUR VERS LES 80′s : INCIDENTS DE PARCOURS (1988)

Posté le 13 octobre 2012

Aventurons-nous à la fin des années 1980 avec, cette fois, la seconde génération du fanzine calédonien CosmoFiction, celle qui se compose de six numéros étalés de 1988 à 1991. Notre voyage nostalgique se poursuit avec quelques-unes des critiques cinématographiques parues au fil des numéros du fanzine.

RETOUR VERS LES 80's : INCIDENTS DE PARCOURS (1988) dans Cinéma 12101309144615263610427189

Je n’ai gardé aucun souvenir d’INCIDENTS DE PARCOURS (MONKEY SHINES, de George A. Romero) que je confonds d’ailleurs souvent avec LINK, et pourtant je l’ai vu à l’époque… C’est dire si ce film devait être intéressant… Une chance (?) : je viens tout juste de le dénicher en DVD pour une somme dérisoire. Ce sera l’occasion pour moi de le découvrir… euh… de le re-découvrir… Voici la critique de Yan D. publiée dans le numéro 5 de CosmoFiction Fanzine de janvier 1990.

L’histoire : « Allan Mann est un jeune scientifique doué qui voit son brillant avenir brisé par un accident qui le laisse paraplégique. Il sombre alors dans la dépression jusqu’au jour où un ami lui offre un singe capucin prénommé Ella. Avec ce singe, Allan reprend goût à la vie, mais l’animal développe bientôt un comportement agressif envers tous ceux qui s’approchent de lui. » (Wikipédia)

12101309165415263610427190 dans Fantastique« Il y a des metteurs en scène dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne sont pas très prolifiques. C’est le cas notamment de George Andrew Romero qui, en vingt ans de carrière, n’a que six films à son actif. Six films, oui, mais quels films ! Jugez plutôt : LA NUIT DES MORTS VIVANTS (LE classique of the classiques), MARTIN, ZOMBIE (chef-d’œuvre), CREEPSHOW (un classique), LE JOUR DES MORTS VIVANTS (superbe) et enfin INCIDENTS DE PARCOURS (hallucinant). Dans ce dernier, il est heureux de constater le changement d’optique opéré par Romero (que l’on aurait pu croire définitivement enfermé dans un carcan zombiesque). En effet, ici, point de créatures éructantes et baveuses, point de vampires et encore moins de loups-garous. Non. Dans INCIDENTS DE PARCOURS, il n’y a qu’un singe. Un innocent, un mignon petit singe. Si mignon, en fait, que l’on a envie de le prendre dans ses bras pour le cajoler. Cependant, ce singe n’est pas comme les autres : il est supérieurement intelligent par rapport à la moyenne de ses petits copains, tellement intelligent qu’il peut même se mettre en contact télépathique avec un humain et également ressentir toute la gamme d’émotions…

12101309192215263610427193 dans Fanzine CosmoFictionComme on peut le constater, l’intrigue d’INCIDENTS DE PARCOURS est tout à fait originale et passionnante. L’histoire ne sombre dans aucune facilité (si ce n’est la scène d’amour, quelque peu incongrue… mais pas dénuée de sens). Comme d’habitude chez les films de Romero, l’interprétation est hors-pair : les acteurs entrent dans la peau de leur personnage avec un tel talent, un tel réalisme, qu’on y croit vraiment, notamment en ce qui concerne Allan, magistralement interprété par Jason Beghe (qui ne volerait pas une nomination à l’Oscar) et aussi l’astucieux primate, Boo (et on ne rigole pas !), qui est certainement la révélation du film (je n’avais pas vu un singe aussi réaliste depuis… 1933, avec KING KONG !).

La musique, magistrale, fait ressentir admirablement le drame qui se joue dans le film. Elle est dûe aux talents du musicien David Shire qui nous livre là une partition quelque peu ressemblante à celle de LINK signée Goldsmith.

Les effets spéciaux sont quant à eux l’œuvre d’un vétéran des films de Romero : Tom Savini, qui travaille avec le grand cinéaste depuis 1977 (MARTIN). Dans INCIDENTS DE PARCOURS, les SFX sont aussi réussis qu’invisibles à l’écran (et c’est un compliment que je fais à Savini). Quoiqu’il en soit, il s’agit là d’une réussite majeure dans la carrière du Maître.

Mais la palme revient sans nul doute à Romero qui, avec son dernier film, nous prouve enfin qu’il sait filmer autre choses que des zombies. Le seul défaut du film serait peut-être sa lenteur (on les sent passer les 90 minutes, croyez-moi !). Néanmoins, ce n’est là qu’un infime détail qui ne nuira en rien au futur classique de Romero. »

- Yan D. -

Réalisation : George A. Romero / Scénario : George A. Romero / Acteurs : Jason Beghe, John Pankow, Kate McNeil, Joyce Van Patten, Christine Forrest…

Image de prévisualisation YouTube

Autres critiques publiées dans la catégorie « Retour vers les 80′s » :

Androïde / Cocoon / Retour vers le Futur / Les Goonies / Electric Dreams / Terminator / Lifeforce / 2010 / Les Aventuriers de la Quatrème Dimension / Brazil / Legend / Gremlins / Starman / Les Maîtres de l’Univers / Superman IV : le Face à Face / Princess Bride / Hellraiser / Running Man / Histoires Fantastiques / Les Sorcières d’Eastwick / Miracle sur la 8e Rue / Star Trek IV

Rejoignez Les Echos d’AltaïrIV sur Facebook !

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez