VOYAGE AU FOND DES MERS : L’ILE DES DINOSAURES

Posté le 27 octobre 2012

Explorons ensemble, à raison d’un épisode de temps à autre, le volume 2 de la seconde saison de VOYAGE AU FOND DES MERS (VOYAGE TO THE BOTTOM OF THE SEA) dans cette nouvelle catégorie spécialement créée pour la célèbre série télévisée d’Irwin Allen. Embarquement immédiat à bord du Neptune…

Les Échos d’Altaïr consacreront désormais des catégories entièrement dédiées à des séries télévisées fantastiques et de science-fiction récentes ou anciennes. Au fil de mes découvertes ou re-découvertes, je me ferai un plaisir de vous confier mes impressions sur leurs épisodes, sans prétention aucune de ma part, et avec l’espoir de connaître les vôtres. Cette idée me trottait dans la tête depuis la parution des coffrets DVD de LA QUATRIÈME DIMENSION, et je regrette aujourd’hui de ne pas m’y être attelé beaucoup plus tôt. M’étant récemment procuré le second volume de la saison 2 de VOYAGE AU FOND DES MERS, je me lance à l’eau (c’est le cas de le dire) avec les épisodes de cette série dont j’ai déjà parlé ici. Attention, je préfère avertir que quelques spoilers seront inévitables, aussi ne vous aventurez pas plus loin si vous ne souhaitez pas connaître la moindre bribe de l’histoire !

VOYAGE AU FOND DES MERS : L'ILE DES DINOSAURES dans Science-fiction 12102709090615263610482580Autant l’annoncer d’emblée, et ce malgré tout le respect que je dois au talent d’Irwin Allen, mais il faut bien avouer que ses séries télévisées, AU CŒUR DU TEMPS, PERDUS DANS L’ESPACE et donc VOYAGE AU FOND DES MERS (je ne me permettrai pas de parler de SUR LA TERRE DES GÉANTS que je n’ai pas encore découvert) ont mal traversé le temps. Certains diront qu’elles ont « mal vieilli ». Elles ont vieilli, forcément, puisque 50 ans les séparent de notre époque. Cependant, il semble évident que certaines séries vieillissent mieux que d’autres comme LA QUATRIÈME DIMENSION ou LES ENVAHISSEURS, pour ne citer qu’elles. Je ne parle même pas des histoires, des effets spéciaux, des décors ou des costumes, mais tout simplement du rythme. C’est incroyable comme 10 minutes sur un épisode d’une série d’Irwin Allen peuvent vous paraître durer le double… Chaque histoire, d’environ 50 minutes, aurait très bien pu s’accommoder de 30 minutes seulement. En outre, les versions originales sous-titrées des épisodes étant inexistantes sur les coffrets, les doublages français d’époque, d’un amateurisme parfois effrayant, n’arrangent rien. Mais bon, fermons cette longue parenthèse et venons-en à notre épisode du jour : L’ÎLE DES DINOSAURES…

VOYAGE AU FOND DES MERS : L’ÎLE DES DINOSAURES (TERROR ON DINOSAUR ISLAND / saison 2 : 1965-1966 / épisode 14)

L’histoire : « Alors qu’ils observent une éruption volcanique depuis leur sous-marin volant, l’Amiral Nelson et le chef Sharkey sont contraints de s’éjecter sur une île jusque là inconnue… »

Avec cette histoire, VOYAGE AU FOND DES MERS entre de plain-pied dans le fantastique, même si le dernier épisode du précédent coffret (Le Monstre de l’Au-Delà) s’ancrait déjà dans le genre. Fini les sempiternelles histoires d’espionnage ou de guéguerres bon enfant, dorénavant le virage opéré par Irwin Allen va se confirmer au fil de nombreux autres épisodes de cette seconde partie de saison. Mais notre homme est avant tout un merveilleux débrouillard digne de rejoindre l’école de Roger Corman : il va utiliser de multiples stock-shots de son film LE MONDE PERDU (THE LOST WORLD, 1960, avec Michael Rennie) ! Ainsi, les pseudos dinosaures que nous apercevons sur cette île ne sont autres que de gros lézards et de petits crocodiles maquillés en monstres du Jurassique. Des séquences entières parsèment l’épisode, dont une, mémorable, où Irwin Allen n’a même pas pris le soin d’effacer le cri d’une femme (les cordes vocales de l’actrice Jill St John) lors de l’attaque des créatures préhistoriques… alors qu’aucune femme n’est présente sur les lieux ! Et là où l’Amiral Nelson reconnaît un stégosaure, nous ne voyons qu’un crocodile à cornes…

Mais L’Île des Dinosaures est surtout un épisode qui, pour une fois, oublie un peu les personnages principaux de la série pour s’attarder sur les personnages secondaires. Ici, un membre de l’équipage du Neptune, Benson, tente par tous les moyens de tuer le second de l’Amiral, le Capitaine Ted Crane, responsable de la mort de son ami après l’attaque d’un reptile marin géant contre le sous-marin. En effet, le Capitaine, afin de sauver l’équipage du Neptune, a dû sacrifier un homme alors que l’appareil risquait de couler. Benson, animé d’une vengeance sans limite, mourra cependant lors d’un cataclysme sur l’île avant même d’avoir pu parvenir à ses fins.

Sur l’île, l’Amiral Nelson et Sharkey tentent de survivre à la nature hostile et étrangement silencieuse. Oui, aucun son, aucun bruit, même lorsque Nelson observe la lave d’un volcan. Seuls les dinos grognent et les cuivres de l’orchestre se déchaînent ! Il faut dire que cette île est réputée pour apparaître et disparaître mystérieusement dans l’océan, sans plus d’explications de la part de nos scénaristes… Diantre ! Seules des volutes de fumées se dégagent continuellement de sa surface, et la séquence où Nelson fait un feu afin d’attirer l’équipage du Neptune grâce à sa fumée prête largement à sourire… Qu’importe ! Nous sommes dans les sixties, et à cette époque seul le divertissement prévaut dans ces feuilletons destinés avant tout à un large public, et surtout aux familles américaines. Irwin Allen le sait, et le reste n’a aucune importance à ses yeux, c’est parfaitement clair.

Pour en savoir plus sur l’épisode et découvrir ses photos, rendez-vous sur le site officiel américain : L’Île des Dinosaures.

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez