• Accueil
  • > Cinéma
  • > RETOUR VERS LES 80′s : BATMAN (1989 – première partie)
RETOUR VERS LES 80′s : BATMAN (1989 – première partie)

Posté le 9 décembre 2012

Aventurons-nous à la fin des années 1980 avec, cette fois, la seconde génération du fanzine calédonien CosmoFiction, celle qui se compose de six numéros étalés de 1988 à 1991. Notre voyage nostalgique se poursuit avec quelques-unes des critiques cinématographiques parues au fil des numéros du fanzine.

RETOUR VERS LES 80's : BATMAN (1989 - première partie) dans Cinéma 12120909041215263610644332

C’est dans le numéro 5 de CosmoFiction Fanzine, daté de janvier 1990, que Pascal P. devait écrire quelque chose entre une longue et magnifique critique passionnée et un dossier consacré au chef-d’œuvre de Tim Burton, un texte suffisamment long pour être publié en deux parties sur le blog. Voici donc la première…

« La tornade est passée. Les écrans de cinéma ont retrouvé leur blancheur après avoir été un temps obscurcis par une ombre noire, celle du justicier de Gotham City, celle de… Batman. Le film de Tim Burton n’aura laissé personne indifférent. Désormais présent au panthéon du cinéma fantastique, BATMAN marque d’une pierre blanche la fin des années 80 et offre un avant-goût du cinéma des années 90.

12120909071615263610644334 dans FantastiqueUN MYTHE AVANT LE MYTHE

Définir un film mythique est un jeu trop dangereux pour s’y aventurer. En tout cas, une chose est sûre : tous les films mythiques, ou soi-disant, ne se sont vus affublés de ce titre qu’après projection, ou bien des années plus tard. Et voilà qu’arrive BATMAN, chamboulant tout sur son passage, défiant haut et fort les lois préconçues du genre, si bien qu’avant même le début du tournage BATMAN était sur toutes les lèvres, des plus grands aux plus petits. Certes, et c’est là peut-être le secret de sa réussite, BATMAN n’est pas né de la dernière pluie mais il y a bien cinquante ans sous la plume d’un génial dessinateur, Bob Kane, et d’un scénariste fou, Bill Finger. De l’univers oppressant de Bob Kane au film de Tim Burton, il y a un grand pas, et BATMAN fut servi à toutes les sauces : serials des années 50, série TV à l’humour corrosif, dessin-animé, et naturellement les comics où un grand nombre de dessinateurs vont faire de BATMAN ce qu’il est aujourd’hui (Dick Sprang, Carmine Infantino (1964), Neal Adams (1968), Marshall Rogers (1977-78), Grene Colan (1980), Frank Miller (1986), Briand Bolland (1988), Berni Wrightson (1988). Une question évidente brûle, cependant, les lèvres de tout un chacun : « Mais dans tout cela, que reste-t-il de la BD BATMAN dans le film du même nom ?… »

12120909103115263610644336 dans Fanzine CosmoFictionUN SCÉNARIO EN BÉTON

Penchons-nous tout d’abord sur le cas du scénariste du film : Sam Hamm. Celui-ci est loin d’être le premier venu sur le cas BATMAN. C’est lui qui, du numéro 598 au 600 de Detective Comics, assura une histoire spécial anniversaire en trois parties. Ce fut une réussite totale. Quant au scénario du film, Sam Hamm a su tirer toutes les ficelles de la bande-dessinée, le résultat est à la hauteur des plus grandes pages du DC Comics.

Comment ne pas se laisser berner par la séquence d’ouverture du film (sont-ce Bruce Wayne et ses parents ? Non, nous sommes bel et bien plongés dans le Gotham d’aujourd’hui). Jack Napier est un richissime truand narcissique qui sort avec l’amie de Grissom (on avait plutôt l’habitude d’un Napier honnête, marié à une femme qu’il aimait et qui, pour les sauver de la misère, s’alliait à une bande de voleurs). Bruce Wayne est un homme naïf, candide et maladroit, tandis que BATMAN est aussi instable que les criminels qu’il pourchasse. Le Joker tuant Grissom (quel plaisir !), le Joker envahissant le marché d’un produit au sourire ravageur (tordant !), le Joker s’intéressant à Vicki Vale (craquant !), la rencontre du Joker et de Bruce Wayne (tuant !). Jack Napier est l’assassin des parents de Wayne (« Aimez-vous danser avec le diable sous la lune blême ? »), d’où le dialogue inoubliable de la confrontation Batman-Joker (chacun des personnages ayant créé l’autre). Une distribution de billets et de gaz « Smilex » sur Gotham City (magnifique !).

Le scénario de Sam Hamm est génial et pourrait porter le film à lui tout seul (ce qui n’est heureusement pas le cas).

12120909144215263610644338 dans Retour vers les 80's

MONTRE-MOI TES DÉCORS, JE TE DIRAI QUI TU ES

Un film, c’est également des dévors, et ceux de BATMAN sont effarants (les plus grands jamais construits). Dès la scène d’ouverture, nous sommes plongés dans un univers glauque où les maisons montent vers le ciel tels des édifices désespérés. Les rues et les murs suintent et brillent à la fois. Des images qui nous rappellent un BLADE RUNNER. Comment ne pas penser au SPIRIT de Will Eisner dans ces rues morbides où la mort filtre à travers les murs. L’univers du dessinateur Bilal n’est pas loin non plus.

Le manoir de Bruce Wayne est un must de l’hétéroclyte. L’usine de produits chimiques est spécialement crade, oppressante à souhait, tout à la fois immense et restreinte. Le musée est grandiose. Cette fois encore, une dualité s’impose dans le décor, la surenchère est de rigueur, et pourtant ce musée reste dans les lignes très simples. Quant à la batcaverne, c’est un vrai repaire de chauve-souris où les primaires roches bleutées et humides contrastent avec la rigueur démentielle des équipements les plus modernes.

Mais le décor le plus impressionnant reste la cathédrale qui est un véritable cauchemar gothique. Un escalier vétuste infernal, des voûtes à n’en plus finir, des gargouilles effrayantes, un clocher à faire pâlir toutes les églises du monde constituent l’ensemble de cette cathédrale jaillissante qui s’élève vers Dieu, et dont les racines puisent leur vitalité en enfer. Le combat final des deux protagonistes du film suinte à travers chaque décor. Les auteurs sont parvenus à faire transparaître la dualité qui est l’essence même du film, le Bien et le Mal, mais avec une caractéristique en plus : la dualité est englobée ici dans la folie et l’excentricité. »

- Pascal P.

Fin de la première partie.

Autres critiques publiées dans la catégorie « Retour vers les 80′s » :

Androïde / Cocoon / Retour vers le Futur / Les Goonies / Electric Dreams / Terminator / Lifeforce / 2010 / Les Aventuriers de la Quatrème Dimension / Brazil / Legend / Gremlins / Starman / Les Maîtres de l’Univers / Superman IV : le Face à Face / Princess Bride / Hellraiser / Running Man / Histoires Fantastiques / Les Sorcières d’Eastwick / Miracle sur la 8e Rue / Star Trek IV / Incidents de Parcours / Génération Perdue / Willow / Le Blob / Retour vers le Futur 2 et 3 / Le Cauchemar de Freddy / Fantômes en Fête / La Folle Histoire de l’Espace

Rejoignez Les Echos d’Altaïr IV sur Facebook !

(Les Échos d’Altaïr ne sont en aucun cas responsables des liens publicitaires présents dans les textes)

2 commentaires pour « RETOUR VERS LES 80′s : BATMAN (1989 – première partie) »

  1.  
    Skarn
    9 décembre, 2012 | 19:31
     

    Ha, c’est pour moi le meilleur des Batman récents, même si je dois avouer avoir apprécié Batman Begins (pas vu The Dark knight encore).

  2.  
    9 décembre, 2012 | 19:48
     

    Les deux Batman de Tim Burton sont pour moi des chefs-d’oeuvre. Les autres ne m’intéressent pas.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez