LE JEDI ET STARFIX

Posté le 20 mars 2013

Comme chaque semaine, notre rendez-vous consacré aux 30 ans du RETOUR DU JEDI (1983 – 2013). Starfix, célèbre revue cinématographique des années 80, ne cachait pas son enthousiasme quelque temps avant la sortie de l’Episode VI en France. Extraits de ses premières impressions dans un article du numéro 7 d’août 1983 signé Guy Delcourt…

LE JEDI ET STARFIX dans Les 30 ans du Retour du Jedi 13032011501015263610990981« Files d’attentes interminables devant les cinémas, applaudissements et hurlements en fin de projection, rush sur les T-shirts, livres et jouets… Aucun doute n’est permis : George Lucas a remporté son troisième pari galactique ! Depuis le 25 mai aux États-Unis et le 2 juin en Angleterre, la « Jedi-mania » s’est emparée de la population. Selon certains rapports, un fan aurait attendu devant son cinéma pendant 7 jours avant l’ouverture du film. Un autre aurait apporté son équipement vidéo pour regarder Star Wars n°1 tout en faisant la queue. D’autres encore auraient créé une petite émeute pour assister à la projection consécutive des trois films de la saga à Londres. Résultats : le Jedi a désintégré tous les records de recettes imaginables. En cinq jours, il a rapporté la somme fabuleuse de 45 millions de dollars en Amérique du Nord… Il en est maintenant à 133 millions, et pourrait bien doubler le vaisseau spatial d’E.T. avant la fin de l’année. Lucas aura ainsi réalisé ou produit quatre des dix films les plus populaires de l’histoire du cinéma !

Lucas nous avait promis des réponses, et il a tenu parole : LE RETOUR DU JEDI, sixième épisode de la saga et dernier de la trilogie des « Aventures de Luke Skywalker », apporte un point final et exclamatif à l’histoire commencée il y a six ans. Ici, la bombe qu’est LE RETOUR DU JEDI n’explosera que le 19 octobre.

LE RETOUR DU JEDI possède bien plus qu’un air de famille avec LA GUERRE DES ÉTOILES. Non seulement parce que nous retrouvons ici la planète natale de Luke et la Death Star, mais surtout parce que les deux films dispensent la même cure d’optimisme et d’enthousiasme. LE RETOUR DU JEDI devrait être prescrit par ordonnance à certains neurasthéniques. George Lucas nous happe dans cet univers où les sentiments – même naïfs, qu’importe ! – ne craignent pas de s’exprimer, où le merveilleux prime sur le rationnel, où l’action se déchaîne sur tous les fronts (il y a trois batailles simultanées à la fin du film !) sans prendre trop de gants avec la vraisemblance.

Pour la galerie de monstres comme pour Yoda (oui, il revient !), les techniques de marionnettes les plus complexes furent utilisées. Mais cela n’empêchera nullement Lucas d’avoir recours, en d’autres cas, au plus vieux « truc » du monde : de simples costumes. Créée de cette manière, la tribu des Ewoks n’en est pas moins convaincante pour autant. La présence des 66 nains sous ces pelisses velues ne manquera pas de susciter une bien tentante comparaison : George Lucas a voulu jouer au Magicien d’Oz… Et aucun rôle ne lui convient mieux ! »

Autres articles publiés dans la catégorie Les 30 Ans du RETOUR DU JEDI :

Le retour d’un Jedi / Ewok contre E.T. / Richard Marquand, le choix du Jedi / Quand Luke parle… / Jedi Express / Un Jedi et des jouets / Paroles de princesse / Retour du Jedi : l’avis d’un expert / Jedi burger / Le Jedi s’affiche

(Les Echos d’Altaïr ne sont en aucun cas responsables des liens publicitaires présents dans les textes)

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez