DRIVE-IN : LE FANTÔME DE L’ESPACE

Posté le 23 mars 2013

DRIVE-IN : LE FANTÔME DE L'ESPACE dans Cinéma bis 13032307283315263611000892

LE FANTÔME DE L’ESPACE (PHANTOM FROM SPACE)
Année : 1953
Réalisateur : William Lee Wilder
Scénario : William Raynor & Myles Wilder
Production : William Lee Wilder (United Artists)
Musique : William Lava
Pays : USA
Durée : 73 min
Interprètes : Ted Cooper, Tom Daly, Steve Acton, Burt Wenland, Lela Nelson, Harry Landers…

13032307314115263611000894 dans Drive-inLE FANTÔME DE L’ESPACE démarre en annonçant (en version française), de manière dramatique et grandiloquente, l’arrivée d’un vaisseau spatial dans l’atmosphère terrestre : « Les radars balayent le ciel avec leurs yeux qui ne dorment jamais… », une voix-off ridicule qui plombe assez ce nanar qui commence comme un documentaire, et qui est malgré tout non-dénué de certaines qualités, comme au niveau de son scénario : Un vaisseau extraterrestre se pose aux alentours de Los Angeles. La commission fédérale d’investigation mène l’enquête pour retrouver la navette et son passager qui terrorise les habitants de la région. Des interrogatoires, puis une chasse à l’homme, sont lancés pour retrouver le vilain E.T…

Réalisé et produit par William Lee Wilder, LE FANTÔME DE L’ESPACE a été tourné sur la logique du JOUR OÙ LA TERRE S’ARRETA (1951, Robert Wise), THE MAN FROM PLANET X (1951, Egard G. Ulmer), mais surtout, du MÉTÉORE DE LA NUIT (sorti en 1953 aux USA, et réalisé par Jack Arnold), comme un de ces rares films de SF des 50′s, qui s’ouvre sur une fausse piste : on attend à voir débarquer un envahisseur belliqueux et sanguinaire, et tout est mis en œuvre pour détruire un étranger de l’espace qui est finalement venu en paix… Par certains égards, LE FANTÔME DE L’ESPACE annonce le travail de Steven Spielberg sur RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE (avec la communication par messages codés entre l’Extraterrestre et les Terriens), et bien sûr E.T. (1982)…

LE FANTÔME DE L’ESPACE est un film qui se voudrait intelligent, sur la peur de l’étranger et de la différence, mais que le manque de moyens financiers dessert complètement, William Lee Wilder ayant été, contrairement à son talentueux frère, Billy Wilder, un réalisateur délaissé par les Majors Hollywoodiennes. Il suffit de regarder ses KILLERS FROM SPACE et son ABOMINABLE HOMME DES NEIGES, tous deux sortis l’année suivante, pour se rendre compte de la difficulté de Wilder se débattant avec ses sujets mais avec des budgets ridicules, ce qui ramène finalement toutes ses réalisations au rang de gros navets.

13032307343415263611000898 dans Fifties SF

C’est d’ailleurs avec une réalisation simpliste que W. Lee Wilder trompe son spectateur, dans LE FANTÔME DE L’ESPACE, en cherchant à l’effrayer et à égarer son jugement, pour mieux le surprendre, petit à petit, le long du film.

Sans en dire plus, William Lee Wilder est un réalisateur qui a été sorti de l’oubli, notamment par Jean-Pierre Putters dans ses « Craignos Monsters », et LE FANTÔME DE L’ESPACE, comme certains de ses films, ont été édités en France par Bach Films, c’est donc une belle occasion de pouvoir les redécouvrir pour s’en faire une appréciation personnelle.

- Trapard -

LE FANTÔME DE L’ESPACE : LE FILM EN ENTIER (V.O.)

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon

(Les Echos d’Altaïr ne sont en aucun cas responsables des liens publicitaires présents dans les textes)

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez