DRIVE-IN : THE ASTOUNDING SHE-MONSTER (1957)

Posté le 27 avril 2013

DRIVE-IN : THE ASTOUNDING SHE-MONSTER (1957) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

13042708041315263611126078 dans Drive-in

THE ASTOUNDING SHE-MONSTER
Année : 1957
Réalisateur : Ronald V. Ashcroft
Scénario : Ronald V. Ashcroft & Frank Hall
Production : Ronald V. Ashcroft (American International Pictures)
Musique : ?
Pays : USA
Durée : 62 min
Interprètes : Robert Clarke, Kenne Duncan, Marilyn Harvey, Jeanne Tatum, Shirley Kilpatrick…

Et encore une production de l’AMERICAN INTERNATIONAL PICTURES (A.I.P.) pour cette rubrique du Drive-in du samedi soir ! Ce ASTOUNDING SHE-MONSTER était même annoncé comme une production HOLLYWOOD INTERNATIONAL PICTURES, ce qui est plutôt aguichant pour un nanar produit par Roger Corman, et le réalisateur Ronald V. Ashcroft lui-même.

13042708115015263611126084 dans Fifties SF

Un film Z à minuscule budget, basé sur une publicité alléchante et une affiche psychédélique avant l’heure. Loin d’être les premiers à jouer sur des formes visuelles qui lanceront la mode du psychédélisme au milieu des années 60, les réalisateurs lancés par Corman ont au moins le mérite d’en être d’excellents continuateurs, rien que par le simple principe du système D. En jouant sur les superpositions et sur quelques effets de montages simplistes, qui reprenaient de manière simplifiée le principe de certains effet spéciaux plus complexes made by Hollywood, les réalisateurs de l’A.I.P. recréaient des ambiances tellement abstraites qu’elles pouvaient en être effrayantes. Là où un réalisateur qui possède une assise budgétaire assez conséquente pour s’appliquer à créer une atmosphère visuelle à partir de cadrages léchés, d’effets de profondeurs de champ, de décors minutieux, de bons comédiens et surtout d’une équipe chevronnée, les minuscules équipes qui tournaient sous la houlette de l’A.I.P., travaillaient dans l’urgence et dans l’efficacité. Et cela se ressent malheureusement beaucoup trop, par certains côtés, dans THE ASTOUNDING SHE-MONSTER, particulièrement au niveau du scénario qui fait traîner le film en longueur avec d’interminables dialogues.

13042708155415263611126088 dans Science-fiction

L’intrigue : un groupe de criminels enlèvent une riche héritière et se réfugient dans une maison à l’abandon, d’un géologue, isolée au milieu d’une forêt. Entre temps, un OVNI s’écrase à proximité et en sort un extraterrestre à l’apparence d’une superbe femme hautement radioactive qui tue à mains nues les animaux sauvages les plus féroces de la forêt…

C’est sur ce simple principe de radioactivité, qui était un des thèmes mis en avant dans la plupart des séries B des 50′s pour dénoncer l’utilisation d’armes atomiques par l’armée américaine, que le réalisateur, Ashcroft, filme sa belle extraterrestre à l’aide d’une simple superposition des déplacements de l’actrice Shirley Kilpatrick, en décalant simplement la première et la seconde image de quelques secondes, le résultat donnant une impression très abstraite, voire envoutante, de cette apparition d’outre-espace. La très belle et très féline Shirley Kilpatrick n’a jamais récidivé son expérience cinématographique, donc celle restera pour les fans des 50s, pour toujours, attachée à ce rôle de She-Monster qui, par certains égards, annonce un peu celui de Natasha Henstridge dans le rôle de Sil dans LA MUTANTE (Species, 1995, Roger Donaldson), surtout lorsqu’on la voit découvrir les différentes spécificités de l’hostile forêt qu’elle traverse au début du film.

13042708193315263611126093 dans Trapard

THE ASTOUNDING SHE-MONSTER est loin d’être un bon film, mais c’est tout de même un très sympathique nanar si l’on fait abstraction de certaines longueurs et qu’on se laisse porter par la naïveté du sujet. C’est aussi une de ces sucreries de Drive-in des Fifties à redécouvrir lorsqu’on est disposé et bienveillant, concernant les recoins oubliés et abandonnés de l’Histoire de la SF destinée à un jeune public d’une génération qui disparaît doucement en nous léguant ces quelques souvenirs.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

2 commentaires pour « DRIVE-IN : THE ASTOUNDING SHE-MONSTER (1957) »

  1.  
    trapard
    15 septembre, 2016 | 17:23
     

    Profitons pour lancer une nouvelle danse : la Astounding dance ! ^^

    Avec les mains :

    https://img-fotki.yandex.ru/get/6729/74257169.1236/0_efdcc_ddf51b5c_orig

    Sans les mains :

    http://vintagepics.v.i.pic.centerblog.net/64b99c27.jpg

  2.  
    15 septembre, 2016 | 17:52
     

    Oh là là ! :)

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez