LE RETOUR DU JEDI A 30 ANS AUJOURD’HUI

Posté le 25 mai 2013

25 mai 1983 – 25 mai 2013… Nous voilà donc parvenus aujourd’hui aux 30 ans du RETOUR DU JEDI, l’Épisode VI de la saga STAR WARS. Débutée le 10 janvier 2013, cette catégorie consacrée à l’anniversaire du film de Richard Marquand se referme en ce 25 mai. Après vous avoir présenté des affiches, des critiques, des reportages sur les effets spéciaux, des extraits d’interviews, des spots publicitaires et des points de vue divers, c’est à mon tour de vous livrer, en tant que fan de la première heure, mes impressions sur LE RETOUR DU JEDI…

LE RETOUR DU JEDI A 30 ANS AUJOURD'HUI dans Les 30 ans du Retour du Jedi 13052507082815263611226716

LE RETOUR DU JEDI, c’est en décembre 1983 que je l’ai vu pour la première fois, en France, lors d’un séjour. Le film était déjà à l’affiche depuis le 19 octobre, date de sa sortie métropolitaine, et je m’inquiétais qu’il n’y soit plus à mon arrivée. Mais si. L’immense succès du soi-disant « dernier » volet de la saga STAR WARS prolongeait sa durée d’exploitation en salles, à une époque où le téléchargement n’existait pas encore et permettait à un film de se maintenir largement en tête du box-office.

LE RETOUR DU JEDI, je l’ai ainsi découvert à l’âge de 17 ans, en compagnie de mon frère de 14 ans et de mes cousins de France. Je me souviens encore parfaitement de ce jour où j’ai atterri dans un cinéma de la ville de Troyes. La salle et l’écran étaient un peu trop petits à mon goût. Normal : le film terminait son exploitation dans les petites salles, n’oublions pas que je le visionnais deux mois après sa sortie officielle. Qu’importe ! Je n’allais certainement pas faire mon difficile alors que je m’apprêtais à découvrir enfin cet Épisode VI tant attendu par le fan que j’étais (et que je suis toujours !). À l’époque, je me souviens que les « non initiés » écorchaient souvent le titre en disant « LE RETOUR DU JEUDI »… « jeudi »… Blasphème ! Il me fallait à chaque fois corriger cette erreur grossière par un « Jedi » bien prononcé « Djédaï » !

J’ai donc religieusement regardé LE RETOUR DU JEDI, projeté dans une copie impeccable. J’ai été époustouflé par certaines scènes, j’ai souri pour d’autres, j’ai même ri face aux Ewoks et leurs gags, j’ai eu les yeux embués lorsque Vador, mourant, s’est confié à Luke, et quand sa dépouille a brûlé sur le bûcher selon la tradition Jedi. Je croyais, comme tout le monde à l’époque, que tout finissait là, que cette merveilleuse saga qui avait bercé mon enfance marquait son chapitre final par ces feux d’artifice dans le ciel étoilé d’Endor et par ce chant glorieux de célébration de la victoire des rebelles.

Après plus de deux heures de projection, je suis ressorti de la salle à la fois heureux et légèrement désappointé par certaines scènes. J’avais beaucoup aimé LE RETOUR DU JEDI, mais après le sérieux et la noirceur de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, le côté souvent trop « cartoonesque » de l’Épisode VI faisait légèrement tache dans l’univers STAR WARS. Et les Ewoks allaient d’ores et déjà représenter à mes yeux l’une des pires créations de toute la saga, avec Jar Jar bien sûr…

MES SCÈNES PRÉFÉRÉES…

J’en retiendrai principalement trois.

13052507104515263611226718 dans Star WarsD’abord la poursuite en speeder-bikes sur Endor, laquelle m’a vraiment laissé pantois à l’époque. Ces sortes de motos volantes fonçant à travers la forêt en se faufilant à toute vitesse entre les arbres : quel pied !  Il fallait le faire ! Aucun effet spécial numérique (on n’en était pas encore là en 1983). Il s’agit d’un véritable travail d’expert. On pouvait déjà se douter, en voyant le film pour la première fois, de l’épreuve de force que cette scène avait dû représenter pour les spécialistes des effets spéciaux. On découvrait par la même occasion la tenue des Scouts Troopers avec ce casque qui m’a toujours beaucoup plu.

13052507122615263611226720Ensuite, la bataille spatiale finale : elle représente un beau morceau de choix. Là encore, ILM a battu tous les records d’époque pour conférer un savoureux côté épique à cet ultime affrontement entre les forces rebelles et l’Empire. Les Tie Interceptors faisaient leur apparition avec également les nouveaux chasseurs A-Wing et B-Wing, sans compter les frégates médicales et, of course, le super star destroyer Executor de Vador himself déjà présent dans L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE ! Quel monstre ! Au milieu de toute cette armada spatiale en furie combattaient les légendaires X-Wings, chasseurs Tie et autres star destroyers. Pour le fan de space opera que j’ai toujours été, cette bataille était le summum. Lucas fera encore plus fort dans LA REVANCHE DES SITH, numérique oblige !

13052507140015263611226723Enfin, le duel final entre Vador et Luke, orchestré par l’Empereur lui-même, demeure parmi mes moments favoris de la saga, même si je trouve la chorégraphie du duel aux sabres laser de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE bien supérieure. J’ai été surpris, lorsque j’ai découvert le film la première fois, par la puissance que Luke atteignait désormais en tant que Jedi. J’ai ressenti la haine envers l’Empereur lorsque celui-ci tente de le tuer avec ses éclairs. Le côté obscur commençait à m’envahir, ma colère allait-elle l’emporter dans la salle de cinéma ? Non, car j’ai été abasourdi et émerveillé par ce brusque retournement de situation : quand Vador saisit Palpatine pour le balancer dans le réacteur de l’Étoile de la Mort ! Enfin le vrai « retour du Jedi » ! Enfin le masque s’ouvrait pour dévoiler le visage d’Anakin Skywalker ! Quels instants incroyables ! Les moments qui suivirent comptent parmi les plus émouvants de toute la saga, avec un Vador agonisant et prononçant ses dernières paroles à son fils, la musique de John Williams accompagnant sobrement son dernier souffle. Mon personnage préféré mourait, et je ne pouvais alors retenir une larme comme Luke lui-même…

LES CHOSES QUI ME DÉRANGENT…

LE RETOUR DU JEDI est, pour moi, le film le « moins bon » de la trilogie classique, j’ai même parfois dit de toute la saga… Il y a des choses que je ne pardonnerai jamais, absolument jamais, à George Lucas. Je n’en veux pas à Richard Marquand qui n’a fait qu’exécuter ce qu’on lui demandait, même s’il est vrai qu’il n’était peut-être pas non plus le meilleur choix pour un film d’une telle envergure.

13052507154315263611226727La mort de Boba Fett est d’un ridicule pitoyable… Han Solo, encore à moitié aveugle, et prévenu par Chewbacca de la présence de son ennemi juré, se retourne brusquement pour le voir. L’arme qu’il tient, sorte de lance appartenant à un malfrat de Jabba, heurte alors accidentellement le pack dorsal de Boba, provoquant l’allumage de ses propulseurs. Et voilà notre chasseur de primes s’envolant en hurlant dans les airs, s’écrasant brutalement contre la barge de Jabba, avant de tomber dans le sable de Tatooine pour dévaler jusqu’à la bouche gloutonne du Sarlacc qui l’avale d’un coup. Retentit alors un gros « BURP ! » garantissant une digestion sur plus de mille ans… Ainsi périt le plus grand chasseur de primes de toute la galaxie, le même qui a su résister à tant et tant de criminels et de monstres de toutes sortes… J’étais sidéré quand j’ai vu ça ! Heureusement : l’univers étendu sauvera notre homme de l’affaire. Pour moi, Boba n’est jamais mort dans la bouche du Sarlacc. C’est impossible.

13052507172115263611226729Leia, frêle princesse au caractère bien trempé, parvient en un tour de mains à étrangler l’odieux Jabba le Hutt dont le cou doit mesurer à lui seul plus de deux mètres de large… Certes, elle ne l’étrangle pas avec ses mains (encore heureux !) mais avec la chaîne qui la maintenait prisonnière à ses côtés. Quelle force ! Bravo Leia ! Tes origines sont celles des super héros ! Je ne sais même pas d’ailleurs si Wonder Woman réussirait un tel exploit à ta place, ma belle.

Dans la bataille qui fait rage sur Endor, Chewbacca s’élance soudain dans les airs, suspendu à une liane en compagnie d’un Ewok. Si ce n’était que ça. Mais le voilà qui pousse le cri de Tarzan en version Wookie !… Incroyable ! Chewie connaît donc Johnny Weissmuller, il a vu tous ses films ! Kashyyyk a forcément présenté les œuvres hollywoodiennes de l’homme sauvage en version holographique. Je ne vois pas d’autre explication.

13052507190615263611226750Enfin, le pire du pire : les Ewoks permettent aux rebelles de gagner la victoire finale contre l’Empire… Ces oursons en peluche, ô combien mignons, oui, c’est vrai, ne sont cependant, faut-il le rappeler, que des créatures primitives vivant dans les arbres et n’utilisant aucune technologie. Brandissant leurs lances, leurs lance-pierres et leurs cailloux dans une jolie pagaille générale, voilà nos nounours défiant les soldats d’élite de l’Empire, les Stormtroopers armés de leurs blasters ! Quelques cailloux bien lancés, et nos soldats s’effondrent les uns après les autres, leurs armures nous prouvant une fois de plus qu’elles ne servent absolument à rien comme dans tous les précédents films de la saga ! Je serais d’eux, je me battrais carrément en caleçon, un moyen peut-être plus efficace et moins gênant pour bouger efficacement. Oui, puisqu’on est en plein délire, je ne vois pas où est le problème Monsieur Lucas. Un caleçon avec le symbole de l’Empire, tiens, et peut-être même que ça ferait peur aux p’tits Ewoks de voir une armée en caleçon.

LE PERSONNAGE QUE JE PRÉFÈRE…

13052507225015263611226753Jabba le Hutt, incontestablement dans ce chapitre. C’est une réussite totale. À vrai dire, je ne m’attendais absolument pas à ça. Depuis le temps que j’en entendais parler de ce fameux Jabba, je me demandais vraiment à quoi il pouvait bien ressembler. Quand je l’ai découvert la première fois, c’était dans le Time australien. Un long article était consacré au RETOUR DU JEDI pour sa sortie, et une photo de Jabba me le dévoilait sur son trôme. Quelle gueule ! J’ai tout de suite adoré cette apparence unique en son genre, non humaine. Jabba est merveilleusement animé dans le film, incroyablement crédible, et son côté maffiosi, vieux pervers crasseux et sûr de lui, fait que l’on se surprend à aimer à le détester. Un personnage haut en couleur dont la voix caverneuse résonne encore dans ma tête à chaque fois que je parle de lui.

LE PERSONNAGE QUE J’AIME LE MOINS…

Ce machin bleu posé sur son « orgue à jet de balles rouges » : Max Rebo. Vous prenez n’importe quelle peluche en magasin de jouets et vous obtenez le même résultat. Fripé, boursoufflé, grossier et franchement très grotesque, on croirait un Schtroumpf victime d’une expérience génétique.

DES SCÈNES ÉMOUVANTES…

13052507321515263611226781En dehors de la mort de Vador, LE RETOUR DU JEDI fait la part belle à d’autres scènes émouvantes. Ainsi, la mort de Yoda, fort réussie, et celle où Luke apprend à Leia qu’elle est sa sœur. Ces instants intimes, profonds et chaleureux, se sont avérés très touchants pour le fan. Ces personnages que nous avions appris à connaître et à aimer au fil des épisodes semblaient alors se confier à nous et nous révéler tous leurs secrets, ce qui nous les rendaient encore plus humains. Et comme nous savions aussi que c’était la dernière fois que nous les voyions (du moins le croyions-nous à l’époque), LE RETOUR DU JEDI était comme une déchirure, une difficile séparation, un moment d’adieu.

- Morbius -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Les 30 Ans du RETOUR DU JEDI :

Le retour d’un Jedi / Ewok contre E.T. / Richard Marquand, le choix du Jedi / Quand Luke parle… / Jedi Express / Un Jedi et des jouets / Paroles de princesse / Retour du Jedi : l’avis d’un expert / Jedi burger / Le Jedi s’affiche / Le Jedi et Starfix / SFX Jedi / Humour Jedi / La sortie du Jedi / Du Jedi chez soi / Peintures Jedi / Jedi music / Le Jedi s’affiche encore / Livre : The Making of Return of the Jedi

INDEX DU BLOG

3 commentaires pour « LE RETOUR DU JEDI A 30 ANS AUJOURD’HUI »

  1.  
    revobel
    25 mai, 2013 | 19:50
     

    D’accord avec avis, particulièrement en ce qui concerne les Ewoks et la présence de ‘taches’ d’humour comme le cris de tarzan et l’invraisemblable nullité des Troopers de L’Empire.
    Cet épisode s’égare dans les chemins de. . . trouver moi un nouveau publique plus jeune qui achètera mes nounours et garder le premier qui a mûri.

  2.  
    25 mai, 2013 | 22:22
     

    Sûr que les Ewoks sentent à plein nez le merchandising. Mais au départ ils ne devaient pas ressembler à ça.

  3.  
    Di Vinz
    26 mai, 2013 | 2:59
     

    Très bel hommage, j’aurais aimé découvrir cet épisode en salle.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez