DRIVE-IN : LE PEUPLE DE L’ENFER (1956)

Posté le 22 juin 2013

DRIVE-IN : LE PEUPLE DE L'ENFER (1956) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

13062209112215263611315296 dans Drive-in

LE PEUPLE DE L’ENFER (THE MOLE PEOPLE)
Année : 1956
Réalisateur : Virgil W. Vogel
Scénario : László Görög
Production : William Alland (Universal Pictures Company)
Musique : ?
Pays : USA
Durée : 77 min
Interprètes : John Agar, Cynthia Patrick, Hugh Beaumont, Alan Napier, Nestor Paiva, Phil Chambers…

13062209133715263611315309 dans Fifties SF

Samedi dernier, nous avions rencontré un cadavre étrusque ressuscité avec CURSE OF THE FACELESS MAN (1958), et nous avons déjà exploré les univers de la Momie de l’Egypte Antique et celle de l’ancienne civilisation Aztèque. Aujourd’hui, dans notre Drive-in du samedi soir, ce sont les « Mole People » (ou Hommes-Taupes) qui sont nos héros, des créatures rescapées de la toute première civilisation humaine, celle des Sumériens. J’en entends déjà s’exclamer « comme Conan le Cimmérien !!! ». Bah non, aucun Dieu Crôm au programme ici, et les Hommes-Taupes de notre film n’ont rien à voir, non plus, avec les petites créatures extraterrestres du film SUPERMAN AND THE MOLE-MEN (1951) avec George Reeves. Non, souvenez-vous plutôt de vos très anciens cours d’Histoire sur la très antique Mésopotamie, et de Sumer, une civilisation considérée comme telle, grâce à son écriture qui fut la toute première à être référencée (et même décryptée). Souvenez-vous de sa capitale Akkad, de sa religion polythéiste, mais surtout, de sa légende (dont il reste des parcelles racontées par écrit) dans laquelle le héros Gilgamesh traverse un monde surnaturel en quête de sa propre immortalité.

13062209154915263611315311 dans Science-fiction

LE PEUPLE DE L’ENFER est présenté, en début de film, par le Dr Frank Baxter, professeur d’anglais à l’Université de Californie du Sud, qui explique le fondement dans la réalité du scénario, à partir d’une école de pensée florissante au XIXe et au début du XXe siècle, qui considérait que la Bible hébraïque et le judaïsme étaient directement dérivés de la Mésopotamie antique et de Babylone, autre civilisation quasi-contemporaine de celle de Sumer. Les scénaristes et les décorateurs s’en sont d’ailleurs donné à cœur joie, sous des alibis scientifiques, de mélanger, ou d’amalgamer, la culture sumérienne et la culture babylonienne, et même pour les spectateurs qui ont l’œil, ils remarqueront sûrement les grandes fresques égyptiennes antiques sur les murs de la vieille cité mésopotamienne…. Mais je vous rappelle que nous sommes dans la rubrique du Drive-in des Échos d’Altaïr, et non pas, dans une critique de documentaire historique diffusé sur Arté.

13062209174515263611315315 dans Trapard

L’intrigue : Le Professeur Roger Bentley et son collègue le Docteur Hugh Beaumont se trouvent en Asie où ils recherchent les traces de l’antique civilisation sumérienne. Un jour, ils découvrent l’existence d’une plaque où sont inscrits des caractères sumériens. Brusquement un léger tremblement de terre survient et effraye les porteurs qui pensent que la secousse tellurique vient de la montagne appartenant à la Déesse antique ISTAR-KUM-I-TARM. Un jeune garçon ramène une lampe à huile qu’il a trouvée à vingt cinq milles de l’épicentre du tremblement de terre. Cette lampe de l’époque sumérienne contient des inscriptions sur la dynastie du Roi SHARU-AD indiquant qu’il serait possible que ce peuple aurait survécu au déluge…

Connu en France sous le titre du PEUPLE DE L’ENFER, et parfois de celui de MENACES SOUS LA TERRE, THE MOLE-PEOPLE est une production de William Alland qui fut distribuée par la Universal Pictures, à la même enseigne que TARANTULA et L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR l’année précédente. Le réalisateur Virgil W. Vogel, qui a d’abord été monteur durant les années 50 pour des westerns ou des films de SF comme LES SURVIVANTS DE L’INFINI (1955), passera à la réalisation de quelques films du genre comme L’OASIS DES TEMPÈTES (1957) que Morbius nous avait présenté et ce MOLE-PEOPLE, avant de finir sa carrière comme réalisateur d’épisodes de séries télévisées.

13062209193715263611315316

Enfin, en tête d’affiche, on retrouve John Agar, un habitué de la SF hollywoodienne des 50′s et des 60′s, que Morbius a dû voir passer dans de nombreuses diffusions, ici dans un film qui, malgré quelques défauts, n’en reste pas moins un bon classique du genre, bourré d’effets spéciaux, de scènes pleines d’imageries fantastiques et de rebondissements. Et comme il faut bien un peu de sensibilité et de charme féminins dans ce PEUPLE DE L’ENFER, bourré de la testostérone des archéologues et des guerriers sumériens, c’est la jeune et jolie Cynthia Patrick qui s’y colle pour interpréter la jeune et blonde sumérienne, Adad, bien droite dans son bustier et pas du tout insensible aux charmes de l’archéologue (« Adad ah ! Sur les genoux du vieux soldat… » lui susurrera sûrement, le séducteur John, devenu hagard, après le générique de happy-end)…

- Trapard -

LE PEUPLE DE L’ENFER : LE FILM EN ENTIER (V.O.)

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

Un commentaire pour « DRIVE-IN : LE PEUPLE DE L’ENFER (1956) »

  1.  
    Jean Beauvoir
    23 juin, 2013 | 12:34
     

    Voilà un bon petit film fantastique américain années 50, comme je les aime, en plus avec le grand John Agar, si saisissant dans The brain from planet Aurus (avec ses yeux de fer lorsqu’il détruit tout). Je me souviens avoir regardé Le peuple de l’enfer avec si peu de concentration que je n’y avais rien compris. Donc, grâce à Trapard, je comprends maintenant l’histoire !… Merci. Mais tu spoiles tout en annonçant la « happy-end ». Il faut laisser aux spectateurs l’espoir que les terribles taupes prennent finalement le pouvoir et dominent le monde !!!….

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez