TUEZ-MOI

Posté le 25 juillet 2013

Dans le domaine des courts-métrages purement fantastiques ou inspirés par le fantastique, les Calédoniens ne sont pas en reste. Pour preuve cette catégorie qui leur est désormais entièrement consacrée et où Trapard nous présente régulièrement une œuvre de son choix. Suivez le guide !

TUEZ-MOI (2002) de Manuella Ginestre

TUEZ-MOI dans Court-métrage fantastique calédonien 13072509393215263611409851

Réalisation, Scénario, Cadrage et Montage : Manuella Ginestre

Interprètes : Catheline Krisno, Fanny Cafiero et Loïc Benneteau

Vous trouverez d’autres indications techniques sur ce film ici.

13072509410515263611409853 dans Nouvelle-Calédonie

Nous avions déjà présenté dans cette rubrique un des premiers courts-métrages de Malicia aka Manuella Ginestre avec L’A6, UNE SALE GRIPPE. Voici donc TUEZ-MOI qui n’est pas, à proprement parler, un court-métrage fantastique mais plutôt, un film d’horreur, un peu décalé, tourné à la manière d’un clip, mais aux allures de « torture-porn ». À l’époque où la réalisatrice de TUEZ-MOI présentait son court-métrage au Festival du cinéma de La Foa, le sous-genre du Slasher commençait déjà à se subdiviser en cet autre sous-genre qu’est la « torture-porn ». Juste pour revenir sur ce sous-genre du cinéma d’horreur, il prend sa source dans la « nazisploitation »  (ILSA, LA LOUVE SS, 1974, SALO OU LES 120 JOURNÉES DE SODOME, 1975…), le « rape-and-revenge » (LA DERNIÈRE MAISON SUR LA GAUCHE, 1972, I SPIT ON YOUR GRAVE, 1974…) et plus ou moins dans les atrocités, très souvent sexuelles, des films de cannibales des années 70 et 80. Le « torture-porn » est devenu un sous-genre à part entière, au début des années 2000, avec des films où des individus vont se retrouver à la merci de sadiques pervers agissant en solo mais aussi quelquefois en groupe. Les victimes y sont soumises à toutes sortes de brutalités, de tortures et autres atrocités qui les mèneront généralement à une issue fatale.

13072509425515263611409861 dans Trapard

TUEZ-MOI prend son sens dans cet élan cinématographique, surtout américain, comme l’intrigue vous l’indiquera : Dans une sorte de cave, un homme masqué et cagoulé brutalise une jeune femme ligotée à une chaise, un couteau sanglant à la main. La jeune femme parvient à se débattre et à se libérer de l’étreinte de son séquestrateur, mais en lui arrachant son masque… c’est son  propre visage qui lui apparaît. Mais il s’avère qu’il s’agissait d’un séance d’hypnose de la jeune femme par un pratiquant d’une médecine parallèle…

13072509442915263611409863

Étrange et fascinant à la fois que ce TUEZ-MOI qui reprend plus ou moins le message onirique de FERMEZ VOS F’NÊTRES (2002) présenté la semaine dernière, et qui va beaucoup plus loin que DOUBLE PERSONNALITÉ (1988) aussi présenté dans cette rubrique, puisque ce dernier court-métrage se concluait par le masque arraché. Le court-métrage de Manuella Ginestre va plus loin, puisque le symbole du « masque arraché » n’était qu’un leurre pour le spectateur, ou une fausse piste scénaristique à la manière d’Alfred Hitchcock, la patiente étant finalement intérieurement plus forte que son médecin, comme une image du père qu’elle s’apprête à poignarder à la fin du film. Un peu comme si le « Torture-porn » redevenait « Slasher », mais à la manière d’un PSYCHOSE (1960) d’Hitchcock, ou L’ESPRIT DE CAIN (1992) de Brian De Palma, mais en beaucoup moins psychotique, et nettement plus symbolique.

13072509455015263611409865

L’intérêt de TUEZ-MOI réside aussi et surtout dans les jeux d’effets visuels renforçant sans cesse le malaise intérieur de la protagoniste, et particulièrement à la fin du film, lorsque s’opère un certain déplacement de l’image du meurtrier démasqué vers celle qui se pensait être victime. Un beau court-métrage qui en annonce un autre, tout aussi sombre, TEEN COMA qui remportera le premier prix au Festival de La Foa, l’année suivante, en 2003.

- Trapard -

Autres courts-métrages présentés dans Court-Métrage Fantastique Calédonien :

Tout sur Mammaire / Pause Pipi / Double Personnalité / Escamotage / L’A6 : Une Sale Grippe / La Dame et le Bonhomme / Fermez vos F’nêtres

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez