DRIVE-IN : THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD

Posté le 27 juillet 2013

DRIVE-IN : THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

13072708513315263611414173 dans Drive-in

THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD
Année : 1957
Réalisateur : Arnold Laven
Scénario : Pat Fielder
Production : Arthur Gardner & Jules V. Levy (United Artists)
Musique : Heinz Roemheld
Pays : États-Unis
Durée : 83 min
Interprètes : Tim Holt, Audrey Dalton, Hans Conried, Harlan Warde, Max Showwalter, Mimi Gibson…

13072708532615263611414182 dans Fifties SF

Après les fourmis géantes du continent américain de DES MONSTRES ATTAQUENT LA VILLE (1954, Them!), les tarentules géantes de TARANTULA (1955) ou EARTH VS THE SPIDER (1958), la mante religieuse géante venue du Groenland de THE DEADLY MANTIS (1957), les immenses abeilles africaines de MONSTERS FROM GREEN HELL (1957), ou même les sangsues démesurées du bayou marécageux de L’ATTAQUE DES SANGSUES GÉANTES (1959, Attack of the Giant Leeches), voici les escargots géants des Mers du Sud !

Personnellement, j’éviterai le trop facile amalgame du récent engouement de la sortie de PACIFIC RIM pour ranger les films de monstres américains dans la catégorie nippone des Kaiju Eiga, car bien qu’il s’agisse aussi de sujets nés de l’après-Hiroshima, il s’agit avant tout de séries B américaines de monstres atomiques, qui n’ont pas le rapport métaphorique, poétique et ancestral japonais à la Nature. Et seuls quelques-uns de ces films US (THE DEADLY MANTIS, MONSTERS FROM GREEN HELL et THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD) ont repris l’apparenté ancestrale, voire préhistorique, des Kaiju, mais, pour moi, ces séries B américaines restent avant tout de la science-fiction horrifique des années 50. Mais on peut trouver des points communs, bien entendu, entre les larves géantes et luisantes d’un RODAN (1956, Sora No Daikaiaju Radon) et nos affreux mollusque de THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD, mais seulement dans une logique d’échanges d’influences entre deux industries cinématographiques, bien distinctes (et même si Hollywood a, à plusieurs reprises, participé à la production et à la distribution de certains Kaiju Eiga).

13072708550815263611414183 dans Science-fiction

L’intrigue : Au fond des mers, au sud des États-Unis, un puissant séisme provoque une crevasse dont s’extrait une créature rampante, proche du mollusque préhistorique géant. Gail MacKenzie, l’un des membres de l’équipage d’un navire, qui a survécu aux remous causés par le séisme, fait son rapport au shérif, Josh Peters qui demeure très sceptique (et on le comprend). Par la suite, d’autres victimes sont attaquées dans la mer de Salton, et elles sont vidées de leur sang. Deux paléontologues, le Dr Jess Rogers et le Dr Tad Johns, sont alors contactés par l’armée, pour identifier le mollusque géant qui s’avère être un «gornaxis », autrement dit, un ancêtre géant des mollusques modernes. Le gornaxis s’attaque, alors, à la région d’Imperial Valley, et il se trouve qu’il n’est pas un cas isolé…

13072708564715263611414185 dans Trapard

Produit par Arthur Gardner et Jules V. Levy pour l’Allart Pictures Inc., et distribué par la United Artists, THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD a été réalisé par Arnold Laven. Laven a été réalisateur pour l’United States Army Air Forces pendant la Seconde Guerre Mondiale, et c’est à cette époque qu’il a rencontré Arthur Gardner et Jules V. Levy, avec lesquels ils s’associera pour tourner une poignée de séries B dans les années 50, comme WITHOUT WARNING (1951), un thriller avec un tueur psychopathe, VICE SQUAD (1953), un film noir avec Edgar G. Robinson, et ce fameux THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD (1957).

Le film est assez prenant et les effets visuels plutôt réussis, le mollusque géant, bien que montré à l’écran à l’aide d’une simple superposition d’images, peut parfois rappeler le poulpe gigantesque (animé en stop-motion par Ray Harryhausen) de IT CAME FROM BENEATH THE SEA (1955).

THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD est un bon divertissement de Drive-in pour un samedi soir en famille.

- Trapard -

THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD : LE FILM ENTIER (V.O.)

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

3 commentaires pour « DRIVE-IN : THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD »

  1.  
    Jean Beauvoir
    30 juillet, 2013 | 15:56
     

    King Kong est-il un kaijū eiga ? Il semble correspondre à la définition japonaise du genre où les forces destructrices de la nature prennent la forme de monstres. Et pourtant il naquit sous la plume d’Edgar Wallace, auteur anglais. La Grande-Bretagne est peut-être le 2e pays du kaijū eiga, avec ses Gorgo, Behemoth, Nessie (inachevé), Konga, Le peuple des abîmes, Triffids, etc.

  2.  
    trapard
    16 août, 2014 | 23:51
     

    À propos de Nessie, Larry Buchanan a tourné (après sa longue série de nanars produits par l’A.I.P.) ce LOCH NESS HORROR de 1981.

    http://www.imdb.com/title/tt0082669/

    https://www.youtube.com/watch?v=IInkxiVRIEQ

  3.  
    trapard
    31 mai, 2015 | 14:16
     

    THE MONSTER THAT CHALLENGED THE WORLD est aussi sorti sous le titre français : LE SECRET DU LAC SALÉ. Ce qui n’est pas vraiment logique pour un film censé se dérouler près des côtes américaines en plein océan Pacifique…

    Au passage, beaucoup de pages youtube sont clôturées en ce moment, donc pas mal de liens seront invalides sur LEA malheureusement.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez