LE TUNNEL (1933)

Posté le 30 juillet 2013

LE TUNNEL (1933) dans Cinéma 13061310052715263611288458

LE TUNNEL (1933) de Kurt Bernhardt

13073008365415263611422891 dans Le grenier du ciné SF

Et un nouveau film fantastique français, et plus précisément d’anticipation, pour notre Grenier du Ciné SF ! LE TUNNEL a été réalisé par le cinéaste allemand, Kurt Bernhardt, qui a débuté sa carrière en Allemagne en 1925. Il a signé en 1930 DIE LETZTE KOMPANIE, le tout premier film parlant allemand. Face à la montée du nazisme au pouvoir, en 1933, et craignant la censure allemande, Kurt Bernhardt a tourné LE TUNNEL à Paris, mais il a été néanmoins contraint d’en tourner une version allemande sous le titre DER TUNNEL avec une distribution différente. Expérience presque identique qu’a connu Fritz Lang, la même année, avec son TESTAMENT DU DOCTEUR MABUSE (1933), dont il existe encore aujourd’hui deux versions différentes du film. Fritz Lang fuira l’Allemagne en tournant en 1934, à Paris, LILIOM, avant de partir pour Hollywood. Pour ce qui est de Kurt Bernhardt, d’abord arrêté par la Gestapo, il réussit à fuir son pays et aboutit à Hollywood après être passé par Paris et Londres. De très nombreux autres réalisateurs allemands eurent la même démarche que Lang et Bernhardt, ce qui appauvrit considérablement le cinéma allemand qui ne devint plus guère qu’un cinéma de propagande au service du nazisme.

LE TUNNEL est un mélange d’expressionnisme allemand, d’anticipation et de mélodrame. Ce film est aussi le dernier film expressionniste allemand, bien que le style influença les premiers films noirs américains, comme les DRACULA (1931), FRANKENSTEIN (1931), LA MOMIE (1932) de la Universal Pictures, en raison de l’arrivée des réalisateurs allemands à Hollywood. Comme nombre de cinéastes européens, Kurt Bernhardt américanisera son nom de réalisateur en Curtis Bernhardt.

LE TUNNEL peut être vu comme un classique du cinéma fantastique français, mettant en scène les stars françaises montantes du début des années 30 comme Jean Gabin, Madeleine Renaud, Robert Le Vigan.

L’intrigue : À New York, l’ingénieur Mac Allan (Jean Gabin) expose son plan de tunnel sous l’Atlantique pour relier les Etats-Unis à la France. Soutenu par un banquier influent, le projet se concrétise et en trois ans, les travaux ont bien avancé. Seulement Mac Allan va devoir faire face à un drame familial et à de nombreux problèmes : infiltrations d’eau, grève des ouvriers, sabotage…

LE TUNNEL est film méconnu malgré des scènes impressionnantes de par l’ampleur technique et les moyens humains, concernant la construction du fameux tunnel, montées à la manière d’un reportage d’actualités, un sujet qui rappelle la légende urbaine calédonienne annonçant depuis des années un tunnel devant relier Nouméa à l’Australie. LE TUNNEL est aussi une nouvelle preuve que le cinéma français regorge de pépites oubliées, méconnues et peu diffusées, et il trouvera néanmoins une place de choix sur Les Échos d’Altaïr.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné SF :

Flash Gordon, de la BD aux serials / Croisières Sidérales / Aelita / Man Made Monster / Metropolis / Things to come / Docteur Cyclope / L’Ennemi sans Visage / Sur un Air de Charleston / La Femme sur la Lune

INDEX DU BLOG

2 commentaires pour « LE TUNNEL (1933) »

  1.  
    Trapard
    23 novembre, 2013 | 17:29
     

    Avec étonnement, je viens de trouver LE TUNNEL sur Youtube dans une version de bonne qualité en plus :

    https://www.youtube.com/watch?v=wPBsv7uDm4U

    Voici ce qu’indique la chaîne en question :

    Le Tunnel est un film franco-allemand de Curtis Bernhardt sorti en 1933, adapté du roman homonyme de l’auteur allemand Bernhard Kellermann.

    L’ingénieur Mac Allan est chargé de la construction d’un tunnel sous l’Atlantique, reliant l’Amérique à l’Europe. Malgré les intrigues et les sabotages, malgré une catastrophe qui tue sa jeune femme, Mac Allan parvient à mener sa tâche à bien, grâce à l’enthousiasme de ses collaborateurs et de ses ouvriers.

    Jean Gabin : l’ingénieur Mac Allan
    Madeleine Renaud : Mary Mac Allan, la femme
    André Nox : Mr Loyd, le banquier
    Edmund van Daële : Charles Baillère, le contremaître
    Robert Le Vigan : Brooce, le saboteur
    Raymonde Allain : Ethel Lloyd, la femme du banquier
    André Bertic : Gordon, un autre banquier
    Gustaf Gründgens : Woolf, le président du syndicat
    Victor Vina : l’orateur
    Philippe Richard : l’ingénieur Harriman
    Henry Valbel : un ouvrier
    Pierre Nay : Hobby, l’ami des Mac Allan

    Version française (le film a été également tourné dans une version allemande, sous le titre Der Tunnel, avec une distribution différente).

  2.  
    trapard
    2 octobre, 2018 | 16:37
     

    Il existe un remake britannique sorti en 1935 et réalisé par Maurice Elvey : LE TUNNEL (The Tunnel / Transatlantic Tunnel).

    Résumé : Deux ingénieurs, Richard MacAllan et Frederick Robinson, obtiennent le financement de leur projet insensé : percer un tunnel souterrain entre l’Angleterre et les États-Unis.
    Leur plus ardente avocate est Varlia Lloyd, fille d’un de leurs sponsors. Elle use à plusieurs reprises de son influence pour que les travaux puissent se poursuivre.
    Après des années de lutte et au prix de qu’il a de plus cher, MacAllan verra-t-il son rêve se réaliser ?

    Avec Richard Dix, Leslie Banks, Madge Evans, Helen Vinson, C. Aubrey Smith, Basil Sydney, Henry Oscar…

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez