• Accueil
  • > Archives pour septembre 2013

Archives

Archive pour septembre 2013

L’AFFICHE : RENCONTRES DU 3e TYPE

Une affiche de film est supposée refléter à la fois l’histoire et l’esprit d’un film. Autrefois réalisées avec amour et passion, parfois volontairement exubérantes ou mensongères, les affiches étaient souvent très proches d’une œuvre d’art. Le cinéma Fantastique et de Science-Fiction en possède une extraordinaire collection que nous vous invitons à découvrir pour le plaisir.

Je n’ai jamais vraiment apprécié les affiches de films utilisant des photos ou des montages photographiques. Celles d’aujourd’hui emploient ce procédé à outrance, offrant souvent des compositions d’une laideur absolue dignes d’un amateur de Photoshop. Nous aurons l’occasion de les massacrer ici-même. Cependant quelques-unes s’avèrent intéressantes, voire même très réussies. C’est le cas, je trouve, de l’affiche du chef-d’œuvre de Steven Spielberg : RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE (Close Encounters of the Third Kind, 1977).

L'AFFICHE : RENCONTRES DU 3e TYPE dans Cinéma 13090802143415263611532364

Dans les années 70, il n’était pas vraiment fréquent de trouver des affiches de films fantastiques ou de SF réalisées à partir de photos. Attention, je n’ai pas dit qu’il n’en existait pas. Au contraire, elles commençaient sérieusement à se faire une place avec GÉNÉRATION PROTEUS, LE SURVIVANT, etc. Lorsque je découvris pour la première fois l’affiche de RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE, je devais avoir une dizaine d’années, et j’avoue que je fus très intrigué par ce que je voyais, à la fois parce que je ne « voyais rien » (l’affiche ne dévoile rien du film) et en même temps parce que j’étais fasciné par cette route m’entraînant en ligne droite jusqu’à cet horizon étoilé, jusqu’à cette étrange lueur… Je me sentais happé vers les étoiles…

Cette route déserte plongée dans l’obscurité sous la voute étoilée est une route qui mène vers l’inconnu. C’est une véritable invitation à la parcourir pour parvenir au bout et découvrir ainsi son formidable secret. On peut s’imaginer en train de l’emprunter, seul, enveloppé dans cette ouate bleutée, écrasé par le poids de l’Univers, accompagné du chant des grillons…

Étant enfant, j’adorais me laisser envelopper par la nuit, loin des lumières de la ville, en Brousse. Cet instant unique où je me retrouvais seul avec les étoiles au-dessus de moi, où je ne voyais plus rien aux alentours, où je me noyais dans la nuit immense, m’impressionnait plus que tout autre chose. L’affiche de RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE, pourtant très simple, possède cette puissance unique. Elle détient le secret ultime de l’Univers, là, tout au bout…

- Morbius -



ROBOCOP, THE NEXT GENERATION

Et voici donc la bande-annonce du remake-reboot-ristourne de ROBOCOP. Si je ne suis pas encore convaincu par cette armure cyborg noire à la Batman, les extraits du film sont plutôt prometteurs…

 Image de prévisualisation YouTube



BUCK ROGERS (1934)

BUCK ROGERS (1934) dans Le grenier du ciné SF 13061310052715263611288458

BUCK ROGERS AU 25ème SIÈCLE : UNE BATAILLE INTERPLANÉTAIRE AVEC LES HOMMES-TIGRES DE MARS (1934) d’Harlan Tarbell

Nous ouvrons, aujourd’hui, une petite parenthèse dans la rubrique du Grenier du Ciné SF pour y insérer un court-métrage de promotion datant de 1934.

13090308380315263611520046 dans Science-fictionBeaucoup connaissent le Capitaine William ‘Buck’ Rogers sous les traits du comédien Gil Gerard de la série TV, BUCK ROGERS AU XXVème SIÈCLE (1979-1981), mais, à l’origine, Anthony ‘Buck’ Rogers est le personnage principal de la nouvelle de Philip Francis Nowlan, « Armageddon 2419 AD” publiée dans l’édition d’août 1928 du célèbre magazine pulp de poche, “Amazing Stories”.

À partir de janvier 1929, en même temps que les premières aventures dessinées de TARZAN, et grace à une association entre Nowlan et le magnat de la presse canadienne, John F. Dille, BUCK ROGERS deviendra une véritable bande dessinée à succés, annonçant déjà la Seconde Guerre mondiale…

“J’avais 20 ans quand la guerre mondiale s’est arrêtée et je fus démobilisé du service aérien. J’ai obtenu un emploi d’arpentage aux niveaux inférieurs d’une mine abandonnée, près de Pittsburgh, dans laquelle l’atmosphère avait une saveur piquante très particulière et la roche s’effritait et brillait étrangement. Je me mis à l’examiner quand soudain le toit derrière moi s’est effondré et… »

13090308404815263611520047 dans TrapardInconscient, le corps de Buck Rogers est préservé par un gaz étrange et comme plongé dans un état de coma, il se réveille et sort de la mine en 2429 après JC, au milieu d’une nouvelle guerre…

La radio CBS proposera un programme à épisodes de 15 minutes chacun, des aventures de Buck Rogers, jusqu’en 1940. Après la guerre, la chaîne Mutual en proposera une autre adaptation de septembre 1946 à mars 1947.

Le cinéma proposera lui aussi des adaptations de ses aventures spatiales, puisque la Universal Pictures lancera, dès 1939, le serial réalisé par Ford Beebe et Saul A. Goodkind, BUCK ROGERS, avec Larry ‘Buster’ Crabbe, et ceci à peine trois ans après avoir incarné un autre héros de Science-Fiction : FLASH GORDON (1936), toujours pour la Universal Pictures. En voici, en VO, un des épisodes les plus connus de BUCK ROGERS de 1939, remonté en long-métrage.

Image de prévisualisation YouTube

Mais c’est plutôt sur une petite trouvaille (ou un retrouvaille toute récente) que cet article s’attardera, puisque le fameux magnat de la presse, John F. Dille, fit réaliser, en 1933, par le cinéaste occasionnel, magicien et illustrateur, Harlan Tarbell, un court-métrage d’environ 8 minutes sur une des aventures de Buck Rogers, BUCK ROGERS AU 25ème SIÈCLE, UNE BATAILLE 13090308424615263611520048INTERPLANÉTAIRE AVEC LES HOMMES-TIGRES DE MARS, et ceci dans le but de le projeter à l’Exposition Universelle de 1934 qui eut lieue dans la ville de Chicago, et dans le but d’augmenter son tirage journalier des aventures du héros de l’espace. Il s’agit d’un court-métrage très amateur, le réalisateur Harlan Tarbell jouant lui-même le savant fou, et le propre fils de John F. Dille, John Dille Jr., y incarne le capitaine Buck Rogers. Après l’Exposition Universelle, cette aventure filmée de BUCK ROGERS fut diffusée, toute l’année 1936, dans toute une chaîne de grands magasins, alors que le serial de FLASH GORDON de la Universal était quant à lui diffusé en salles la même année.

Une copie 35mm de BUCK ROGERS AU 25ème SIÈCLE, UNE BATAILLE INTERPLANÉTAIRE AVEC LES HOMMES-TIGRES DE MARS a été retrouvée récemment, par la petite-fille du cinéaste, qui en a fait don au Département des Archives cinématographiques et télévisées de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) qui l’a partagé sur le web. Au-delà de la simplicité des effets spéciaux, et du jeu caricatural des comédiens, cette version promotionnelle de 1934 est surtout répertoriée sur Les Échos d’Altaïr comme étant la toute première adaptation cinématographique des aventures du capitaine Buck Rogers.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné SF :

Flash Gordon, de la BD aux serials / Croisières Sidérales / Aelita / Man Made Monster / Metropolis / Things to come / Docteur Cyclope / L’Ennemi sans Visage / Sur un Air de Charleston / La Femme sur la Lune / Le Tunnel / La Fin du Monde / I.F.1 ne répond plus

INDEX DU BLOG



MAKING OF DUNE (1984)

Voici un mini making de 6 minutes (en V.O.) consacré à la réalisation du film DUNE de David Lynch. On y voit Frank Herbert, Carlo Rambaldi ou même Dino de Laurentiis en train de congratuler chaudement Lynch comme s’il s’agissait de son fils ! Un documentaire trop court mais toujours intéressant à découvrir car ils sont bien trop rares sur ce film culte.

Image de prévisualisation YouTube



123