DRIVE-IN : KING DINOSAUR (1955)

Posté le 16 novembre 2013

DRIVE-IN : KING DINOSAUR (1955) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

13111606083915263611736489 dans Drive-in

KING DINOSAUR 
Année : 1955
Réalisateur : Bert I. Gordon
Scénario : Bert I. Gordon, Tom Gries & Al Zimbalist
Production : Bert I. Gordon & Al Zimbalist (Lippert Pictures)
Musique : Louis Palange & Gene Garf
Pays : USA
Durée : 63 min
Interprètes : William Bryant, Wanda Curtis, Douglas Henderson, Patti Gallagher, Marvin Miller…

13111606103315263611736494 dans Fifties SF

Voici du grand DINO de SF, pour ce Drive-in du samedi soir, avec un film que m’a fait découvrir Morbius. KING DINOSAUR est le tout premier film de Bert I. Gordon, alias B.I.G., le réalisateur du gigantisme dans la série B (comme THE AMAZING COLOSSAL MAN, en 1957). Écrit et produit par Al Zimbalist pour la petite Lippert Pictures (spécialisée dans le mockbuster de SF de série B des 50′s, et généralement tournée sur une belle pellicule en noir et blanc), KING DINOSAUR raconte l’histoire suivante :

En 1960, quatre astronautes décollent vers la planète Nova qui vient d’entrer dans le système solaire. L’équipage commence à étudier la planète, ainsi qu’une hypothétique colonie terrestre sur celle-ci. Mais les astronautes découvrent bientôt des insectes géants, ainsi que des mammifères préhistoriques, jusqu’à un énorme Tyrannosaure, dominant une petite île…

13111606121015263611736495 dans Science-fiction

Malgré la qualité de KING DINOSAUR, le film a été réalisé sur une courte période de sept jours et le matériel nécessaire à sa réalisation a été loué sur crédit, tout comme les comédiens qui ont participé au tournage, qui ont travaillé sous un contrat basé sur l’avance sur recettes. Autrement dit, le remboursement et les salaires se sont effectués sur les recettes du film, à sa sortie. D’ailleurs, seuls quatre comédiens ont participé au tournage, les soldats apparaissant au début de KING DINOSAUR sont des « stock-shots » issus de séquences d’archives militaires, l’explosion de la bombe atomique visible à la fin du film étant aussi extraite d’un court-métrage militaire. Certaines scènes d’attaques de dinosaures sont aussi des « stock-shots » extraits de films comme TUMAK, FILS DE LA JUNGLE (1940) d’Hal Roach, père et fils.

13111606133815263611736496 dans Trapard

Les deux comédiens vedettes, William Bryant et Wanda Curtis ne sont pas des inconnus du petit écran, ainsi que le narrateur du film, Marvin Miller, qui était un animateur radiophonique célèbre possédant une voix profonde de baryton. « Morbius et ses SciFi Fans » le connaissent forcément pour avoir été la voix de Robby le Robot (en v.o.), dans PLANÈTE INTERDITE, l’année suivante.

 KING DINOSAUR est un très bon divertissement pour Drive-in, bourré de monstres de toutes sortes, au même titre que L’OASIS DES TEMPÊTES, ou d’autres films de dinosaures qui ont fleurit dans les années 50 et 60.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

Un commentaire pour « DRIVE-IN : KING DINOSAUR (1955) »

  1.  
    Jean Bauvoir
    18 novembre, 2013 | 9:30
     

    L’histoire fait lointainement penser à l’Étoile mystérieuse des Aventures de Tintin (1942).
    Voilà le genre d’histoire que j’adore. Je vais essayer de voir ça, surtout si c’est proche de L’oasis des tempêtes, un film que j’ai beaucoup aimé. Merci Trapard.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez