DRIVE-IN : LE MONSTRE VIENT DE LA MER (1955)

Posté le 21 décembre 2013

DRIVE-IN : LE MONSTRE VIENT DE LA MER (1955) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

13122106285015263611833578 dans Drive-in

LE MONSTRE VIENT DE LA MER (IT CAME FROM BENEATH THE SEA)
Année : 1955
Réalisateur : Robert Gordon
Scénario : Hal Smith & George Worthing Yates
Production : Charles H. Schneer (Clover Productions)
Musique : Mischa Bakeleinikoff
Pays : USA
Durée : 79 min
Interprètes : Kenneth Tobey, Faith Domergue, Donald Curtis, Ian Keith, Dean Maddox Jr…

C’est lui ! Le fameux poulpe géant attaquant le Golden Gate Bridge de San Francisco, au même titre que le Roi Godzilla part à l’assaut de Tokyo.

Produit par les deux routards de la série B, Sam Katzman et Charles H. Schneer, LE MONSTRE VIENT DE LA MER (It Came from Beneath the Sea) est leur première collaboration avec le célèbre créateur de monstres évoluant en stop-motion, Ray Harryhausen. Mais qui dit série B, dit : peu de moyens, et à la vue du faible budget qui lui fut accordé, Ray Harryhausen construisit un poulpe avec seulement six tentacules au lieu de huit. Ce dernier est montré à l’écran de telle sorte que le subterfuge n’est pas visible, les huit tentacules ne sortant jamais de l’eau en même temps.

13122106302215263611833579 dans Fantastique

D’autres anecdotes rigolotes de tournage sont à noter comme le fait que l’autorisation de tournage sur le Golden Gate Bridge de San Francisco, pour la célèbre scène finale du film, n’ayant pu être validée, les membres de l’équipe de tournage ont dû faire des aller-retours rapides en voiture sur le pont pour tourner certaines prises de vues sans être arrêtés, une partie du pont dans le film est donc reconstitué sous forme de transparences et de maquettes créées par Ray Harryhausen pour l’attaque de la pieuvre géante.

Mais bien qu’il s’agisse d’un film à petit budget, LE MONSTRE VIENT DE LA MER n’en reste pas moins un grand classique du « film de monstres » pour Drive-in, des Fifties. On y retrouve la jolie Faith Domergue et son regard étrange, en scientifique de l’armée, le Professeur Lesleyl Joyce. Juste avant LE MONSTRE VIENT DE LA MER, elle enchaînait déjà le tournage de deux excellentes séries B de notre genre favori, avec LES SURVIVANTS DE L’INFINI (This Island Earth) et LE CULTE DU COBRA (Cult of the Cobra) que nous vous présentions déjà sur le blog.

13122106315615263611833580 dans Fifties fantastique

Plus qu’un classique, LE MONSTRE VIENT DE LA MER est même un petit film culte au même titre que TARANTULA ou L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR (Creature from the Black Lagoon), sortis la même année, et donc un film de choix pour notre rubrique du samedi soir.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror / This is not a Test

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

Un commentaire pour « DRIVE-IN : LE MONSTRE VIENT DE LA MER (1955) »

  1.  
    Jean Beauvoir
    25 décembre, 2013 | 10:35
     

    Trapard, tu sais que tu fais du mal aux pauvres lecteurs de tes articles qui ne possèdent pas ces superbes films, et qui bavent devant.
    En plus, dans celui-ci joue la charmante Faith Domergue, plus connue pour son rôle mythique dans Les survivants de l’infini (1955) ici mentionné, et moins connue pour son rôle dans l’obscure Le manoir aux 7 cadavres (1974) aux côtés du grand John Carradine. Faith Domergue dans sa petite tenue grise moulante, vilement agressée par le terrible mutant de Metaluna. Est- elle aussi désirable dans ce film de Robert Gordon ?

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez