DRIVE-IN : THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN (1956)

Posté le 11 janvier 2014

DRIVE-IN : THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN (1956) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14011107255115263611887178 dans Drive-in

THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN
Année : 1956
Réalisateur : Edward Nassour & Ismael Rodríguez
Scénario : Willis O’Brien, Robert Hill & Jack DeWitt
Production : United Artists
Musique : Raúl Lavista
Pays : USA
Durée : 81 min
Interprètes : Guy Madison, Patricia Medina, Carlos Rivas, Eduardo Noriega…

THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN n’est pas un grand film mais il est connu pour être inspiré d’un scénario de Willis O’Brien (le créateur des effets spéciaux de KING KONG). Le scénario en question, « The Valley of the Mist », deviendra finalement LA VALLÉE DE GWANGI (The Valley of Gwangi) en 1969, avec les superbes effets de stop-motion de Ray Harryhausen.

THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN est surtout une sympathique série B américaine co-produite avec le Mexique, mais avec peu de stop-motion, et surtout des gros plans du dinosaure du titre qui ont été filmés à l’aide d’une marionnette articulée. Néanmoins, il s’agit du premier long-métrage qui a combiné de l’animation en stop-motion avec le cinémascope anamorphique et la couleur. Son autre particularité est d’être un western de science-fiction, et THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN est le premier film à montrer des dinosaures et des cow-boys dans des mêmes scènes.

14011107294815263611887179 dans Fantastique

L’intrigue : Dans le sud du Mexique, au début du 20e siècle, des éleveurs de bovins disparaissent mystérieusement. Ces événements se produisent près d’un endroit hanté par une malédiction locale et appelé « la Montagne Creuse ». En dépit du danger , un éleveur américain, Jimmy Ryan, emmène trois cow-boys dans cette zone à la recherche de son bétail perdu, et l’un d’eux se noie presque dans une mare de goudron. Les employés de Ryan finissent par fuir, de peur de représailles de « la Montagne Creuse », et des bovins disparaissent encore. Ryan devra donc affronter la mystérieuse malédiction qui se cache au creux de la montagne…

Destiné aussi au public mexicain, une version en langue espagnole de THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN a été tournée simultanément de la version anglaise. Vous en trouvez une version de très bonne qualité dans le coffret édité par Artus Films que Morbius annonçait déjà en octobre 2011 sur ce blog.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

3 commentaires pour « DRIVE-IN : THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN (1956) »

  1.  
    Trapard
    11 janvier, 2014 | 18:45
     

    L’affiche française (ou belge ?) est vraiment très sympa.

  2.  
    11 janvier, 2014 | 19:09
     

    Belge à mon avis.

  3.  
    Jean Beauvoir
    12 janvier, 2014 | 0:59
     

    À la fin des années 1990, le seul moyen que j’avais trouvé de voir The Quatermass Xperiment (1955) de la Hammer était d’acheter le coffret Laserdisc United Artists Sci-Fi Matinee Volume 2, dans lequel se trouvait également The Beast Of Hollow Mountain. J’avoue avoir été interloqué au premier visionnage de ce dernier, et même aux autres. Ça n’est pas exactement Jurassic Park. Mais, remis dans son contexte historique, c’est un film intéressant. Peut-être avec quelques longueurs. En tout cas de bons souvenirs pour moi. Ah ! l’époque Laserdisc… que de nostalgie.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez