Archives

Archive pour mars 2014

NOSFERA2

NOSFERA2 dans Flynn 14072703494415263612413227

Chaque lundi, le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire récente ou ancienne de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14033107554315263612111376 dans LittératureTitre : Nosfera2
Auteur : Joe Hill
Illustrateur : -
Éditeur : JC Lattès
Pages : 621
Quatrième de couverture : « Il suffit que Victoria monte sur son vélo et passe sur le vieux pont derrière chez elle pour ressortir là où elle le souhaite. Elle sait que personne ne la croira. Elle-même n’est pas vraiment sûre de comprendre ce qui lui arrive. Charles possède lui aussi un don particulier. Il aime emmener des enfants dans sa Rolls-Royce de 1938. Un véhicule immatriculé NOSFERA2. Grâce à cette voiture, Charles et ses innocentes victimes échappent à la réalité et parcourent les routes cachées qui mènent à un étonnant parc d’attractions appelé Christmasland, où l’on fête Noël tous les jours ; la tristesse hors la loi mais à quel prix… Victoria et Charles vont finir par se confronter. Les mondes dans lesquels ils s’affrontent sont peuplés d’images qui semblent sortir de nos plus terribles cauchemars. »

Joe Hill a épousé la même carrière que son père, Stephen King, et visiblement, il est parti pour rencontrer le même succès que son père ! Déjà, avec Le Costume du Mort en 2007, sa carrière était assurée. Avec Cornes, il ne faisait que nous montrer une nouvelle partie de l’étendue de son talent. Mais Nosfera2 est bien au-dessus de tout cela, il nous prouve vraiment ce dont il est capable avec un mélange d’horreur et de fantastique passionnant et original.

Nosfera2 nous raconte l’histoire de Charlie Manx, un homme qui parait vieux, un homme méchant. Il gère un endroit assez spécial nommé Christmasland. Dans cet endroit, Manx accueille les enfants qui désirent que ce soit Noël tous les matins. Cependant, Manx accepte quelques adultes. Mais pour que ces adultes puissent accéder à Christmasland, ils doivent faire voir qu’ils en sont dignes. C’est au tour de Bing de montrer son envie. Pour cela, il va devoir aider Manx à emmener 10 enfants maltraités à Christmasland. Et le destin de Victoria, une jeune adolescente, et Manx vont très vite se croiser.

Ce Nosfera2 est vraiment surprenant. Comme son père, Joe Hill mixe des éléments d’horreur à des situations réelles, en ajoutant une bonne dose de fantastique. Ce n’est pas pour rien que l’on y évoque les problèmes familiaux, les disputes futiles entre les adultes, etc, qui retombent souvent sur les enfants qui se trouvent pris entre deux feux. J’ai pas mal pensé à Docteur Sleep de Stephen King. Je n’en dirai pas plus car je ne voudrais pas vous dévoiler une partie de l’intrigue, simplement que ce qui arrive à Vic plus jeune se reproduit avec son propre enfant m’a fait penser à la jeune Abra et Danny.

Joe Hill nous offre un pavé de 621 pages. Mais un pavé passionnant, pas ennuyeux pour un sou, très bien écrit, avec des scènes mémorables, marquantes. Son style est très plaisant, il réussit vraiment bien à nous maintenir dans une ambiance sombre et très tendue, difficile de s’en sortir avant la fin du bouquin.

Je vous conseille vivement de lire ce bouquin. Je pense qu’il est le seul à égaler (et parfois même à dépasser) Stephen King, vous n’aurez donc aucun mal à vous plonger dans l’histoire !

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



NEWS BLOG COSMOFICTION (9)

Mais ça fait un moment déjà ! Comme le temps passe vite. Voici la liste des dernières parutions sur le blog CosmoFiction, envahi de serial-killers, zombies, Visiteurs, princesses, fantômes et dragons ! Cliquez sur le titre pour afficher l’article.

NEWS BLOG COSMOFICTION (9) dans Blog CosmoFiction 13122806211015263611849328

DERNIERS ARTICLES DE COSMOFICTION DANS L’ORDRE DE LEUR PUBLICATION :

Instantané : Les Visiteurs sont nos amis…

Cosmopage : Couverture du numéro 6 – avril 1991

Casiers judiciaires en vrac de serial-killers des eighties – partie 2

Instantané : EXPLORERS (1985)

Cosmocritique : PRINCESS BRIDE (1987)

L’affiche : SPACE RAIDERS (1983)

Making of BLADE RUNNER (1982)

Cosmopage : Couverture du numéro 17 – août 1986

Instantané : SOS FANTÔMES (1984)

Cosmofiche : LE DRAGON DU LAC DE FEU (1981)

Zombies des années 80, oui mais zombies jusqu’au bout des seins !

Cosmolectures : BD IL ÉTAIT UNE FOIS… L’ESPACE 



MIDI-MINUIT FANTASTIQUE : L’INTÉGRALE (vol.1)

MIDI-MINUIT FANTASTIQUE : L’INTÉGRALE (vol.1) dans Littérature 14032907524015263612106329

Non contentes de nous avoir offert 100 Ans et Plus de Cinéma Fantastique et de Science-Fiction, les éditions Rouge Profond récidivent et frappent très fort, vraiment très fort cette fois-ci, avec la publication, sous forme de volumes, de la totalité des numéros de la légendaire revue des Sixties : Midi-Minuit Fantastique

Et c’est là où l’humble fantasticophile que je suis se fait petit, tout petit, face à ce premier volume reçu hier, véritable bible regroupant les six premiers numéros de la revue culte Midi-Minuit Fantastique, revue dont j’entendais parler depuis des lustres. J’avais pu cependant trouver un jour, il y a des années de celà, ô miracle, un de ses numéros en vente dans un marché aux puces de Nouméa ! Malheureusement, étant alors président du Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie, je n’avais pas trouvé mieux que d’en faire don à la bibliothèque de l’association…

Là, enfin, sous mes mains, je peux feuilleter aujourd’hui les pages rééditées de Midi-Minuit Fantastique et, comme un voyage dans le temps, je me retrouve en 1962, soit quatre ans avant ma naissance… Je suis déjà abasourdi par le travail d’expert qu’offrent les articles, épaté par l’érudition dont l’équipe de rédaction fait preuve, ahuri face à cette somme de connaissances… C’est bien là l’œuvre de passionnés, d’amoureux fous d’un cinéma qui, aujourd’hui, a enfin gagné ses lettres de noblesse (ou presque, diront certains…). Mais quel combat, et l’équipe de Midi-Minuit Fantastique nous prouve combien il a été rude durant des années…

14032907535915263612106331 dans Littérature

Midi-Minuit Fantastique a rejoint les rayons de ma bibliothèque de livres de référence.

Voici ce que nous raconte la quatrième de couverture :

« Mai 1962 : Les kiosques à journaux affichent la photo saisissante d’un loup-garou aux prises avec une voluptueuse jeune femme. En lettres noires et rouge sang brille pour la première fois un nom appelé à la postérité : Midi-Minuit Fantastique. Tout au long des Sixties, ces trois mots magiques résonnent comme la plus intense des promesses…

Fondée par Michael Caen, Alain Le Bris, Jean-Claude Romer et Jean Boullet, la toute première revue européenne consacrée au cinéma de genre ne se contente pas de défricher un domaine alors méconnu et méprisé. En dix ans d’existence et vingt-quatre numéros, MMF s’impose comme une publication à la fois ludique et exigeante, foisonnante et avant-gardiste. En un mot : culte. Sa rédaction fédère de brillants spécialistes : Francis Lacassin, Yves Boisset, Tony Faivre… De prestigieuses plumes d’horizons divers s’invitent ponctuellement dans ses colonnes : Félix Labisse, André Pieyre de Mandiargues, Christopher Lee… Le ton est libertaire, les racines populaires, l’inspiration surréaliste. L’iconographie de sexe et de sang éminemment évocatrice. Un seul credo : le fantastique est l’autre nom de l’érotisme.

MMF saisit en temps réel un âge d’or du 7e art et accouche d’une subversive « politique des horreurs ». La Hammer, le gothique italien, l’épouvante américaine sont à l’honneur. Frankenstein et Peeping Tom deviennent les héros noirs d’une contre-culture qui annonce mai 1968 et la libération sexuelle. Cinéma bis, cinéma d’auteur, underground, littérature et BD s’entremêlent dans un enthousiasmant maelström pop…

Ce volume, dirigé par Michael Caen et Nicolas Stanzick, regroupe les six premiers numéros de la revue. Au menu : Terence Fisher, les Vamps fantastiques, King Kong, Dracula et Zaroff. Enrichi de photos et de textes inédits, il comporte aussi le DVD La Télévision des Midi-Minuistes – plus de trois heures d’archives audiovisuelles d’époque. Manière de fêter comme il se doit la renaissance d’une revue devenue mythique. »

Voilà. Tout est dit. Merci à messieurs Michael Caen et Nicolas Stanzick de nous permettre enfin de découvrir les trésors de Midi-Minuit Fantastique.

- Morbius -

Image de prévisualisation YouTube



ROBOT-CRAIGNOS (72)

ROBOT-CRAIGNOS (72) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

14032808104215263612104021 dans Robot-craignosSurgi d’un placard (ou presque), un robot à bigoudis lumineux fabriqué à l’aide de plaques de carton (admirez les plis au niveau du ventre et des articulations…) hurle sa rage d’avoir été dénoncé par Trapard ! Oui, car notre blogueur d’Un Blog Sans Titre Avec Plein de Trucs en Vrac Dedans (et il dit qu’il n’a pas de titre ?!), en pleine immersion nanarienne, a dégoté plusieurs lascars mécaniques comme on les aime et n’a pas hésité à envoyer une sonde aux environs d’Altaïr IV afin d’en avertir Morbius, votre dévoué serviteur. Merci Trapard, on te revaudra ça (enfin, je sais pas trop avec quoi). Voici donc le premier spécimen dénommé Stelekami…

Stelekami, oui, tel est le nom de notre soixante-douzième robot-craignos… De quelle planète peut-on venir avec un nom pareil ? Mais de la planète Turquie, voyons ! En effet, Stelekami apparaît dans le film turc UÇAN DAIRELER ISTANBUL’ DA (de Orhan Erçin, 1955), traduit en hollywoodien par FLYING SAUCERS OVER ISTANBUL, c’est tout de même plus « amazing » !

14032808130615263612104023 dans Science-fiction

Je tends maintenant le micro à Trapard pour vous raconter l’histoire : « Les deux nigauds journalistes, Sapsal & Kasar, menant une enquête sur une rumeur traitant de soucoupes volantes survolant Istanbul, entrent en fraude dans un laboratoire scientifique d’où ils interceptent une transmission extraterrestre annonçant l’arrivée imminente d’un vaisseau spatial. Nos deux nigauds voient la soucoupe se poser et se font kidnapper par les jeunes habitantes de la planète MERIH qui sont sur Terre pour trouver des mâles vigoureux destinés à assurer leur descendance alors que la population stérile de MERIH diminue… » Fichtre ! Traverser l’Univers pour venir trouver des « mâles vigoureux » afin d’assurer la reproduction à des milliers d’années lumière, faut vraiment croire en l’espèce humaine !

- Morbius -

Autres vedettes de la catégorie Robot-Craignos :

Robot de Target Earth / Robot de Devil Girl from Mars / Robot de The Phantom Empire / Robot de The Robot vs. the Aztec Mummy / Robot de Vanishing Shadow /Robot de The Phantom Creeps / Robot de Undersea Kingdom / Robot de Superman (serial) / K1 / Ro-Man / Muffet / Robox / Robot géant des amazones de Star Crash / Robot de Flesh Gordon / 2T2 / Robot de Giant Robot / Gog / Kronos /Robot de The Space Giants / Robert / Wiki / Robots de The Lost Saucer / Robot de L’Invasion des Soucoupes Volantes / Jet Jaguar / Elias / QT-1 / Andy / Dot Matrix / Robot de The Goodies / Torg / Kryten / Robot de Dünyayi Kurtaran Adam /Robot de L’Homme Mécanique / Robot de Supersonic Man / Robot de Cosmo 2000 / Mechani Kong / Sparks / Robots de Ice Pirates / Maria (de Roboforce) / K-9Robot de The Bowery Boys Meet The Monsters / Robot de First Spaceship On Venus / « Friend » / RUR / Crow T. Robot, Gypsy & Tom Servo / Q / Tic Tac /Robowar / Robot de Frigia / Mark 1 / Kip / Doraemon / Robot de Métal Hurlant Chronicles /  Moguera / Robot de Galaxis / IG-88 / Stella / Metalogen Man / Tor /Robot de Superman Contre les Robots / Robot de Lost City / Robot de Supercar /Robot des Thunderbirds / Robot de Alien Armaggedon / Robot de Ikarie XB-1 /Robot de la série TV Superman (1951) / RuR (2) / Roscoe / Robots de Star Odyssey / Robot de La Edad de Piedra / Robot de l’épisode de La Quatrième Dimension : Oncle Simon

Robot « cool » ou « craignos » ?

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



VAISSEAUX SF : LE GUERRIER DE L’ESPACE

VAISSEAUX SF : LE GUERRIER DE L'ESPACE dans Cinéma 13061310034815263611288456

14032707045015263612101468 dans Science-fiction

On ne pourra pas reprocher à ce vaisseau son manque d’originalité ! Peut-être un peu trop à mon goût, même…

Gigantesque vaisseau de croisière intersidérale apparaissant dans le film LE GUERRIER DE L’ESPACE : AVENTURES EN ZONE INTERDITE (de Lamont Johnston, 1983), il est détruit dès les premières minutes du film. Heureusement, certains passagers ont le temps d’utiliser les navettes de secours avant qu’il n’explose, notamment trois femmes qui atterriront en catastrophe sur Terra 11. Une chance, un guerrier de l’espace (Peter Strauss) se lancera à leur secours…

- Morbius -

Autres vaisseaux présentés dans la catégorie Vaisseaux SF :

Croiseur C-57D / Valley Forge / Discovery One / Fusée du Choc des Mondes /Astroforteresse Galactica / Aigle / Nostromo / Andromeda Ascendant / Serenity /Jupiter 2 / Moya / Vaisseau de Les Premiers Hommes dans la Lune / Lexx / USS Enterprise NCC-1701-D / Destinée / USS Cygnus / Soucoupe de Klaatu / Tardis /Starfury / Liberator / Viper / Thunderbird 3 / Excalibur / Starbug / Vaisseaux des Visiteurs / Event Horizon / BTA Fighter / Odysseus / Moonbase Interceptor /Thunder Fighter / Vaisseau martien / Prometheus

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



ALMOST HUMAN : SAISON 1

ALMOST HUMAN : SAISON 1 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

14032605012215263612098063 dans Série TV

Synopsis 

Dans un futur proche, la police de Los Angeles emploie des androïdes à la plastique semblable aux humains. John Kennex perd un de ses collègues et sa jambe lors d’une mission-piège tendue par la mystérieuse organisation, le Syndicat. Après 17 mois de coma, le policier s’efforce de rassembler ces souvenirs dans l’espoir de pouvoir venger son ami et retrouver sa bien-aimée disparue. Entretemps, il lui faut reprendre du service. Son retour est d’autant plus difficile qu’il lui faut faire équipe avec un de ces robots très attachés au règlement. Lui est alors exceptionnellement assigné un ancien modèle, retiré du marché suite à quelques défaillances…

J.J. Abrams et son équipe de production Bad Robot sur une nouvelle série de science-fiction, déjà, ça accroche son public. Si en plus on ajoute Karl Urban en tête d’affiche, là ça fait frémir plus d’un cerveau. On l’avait annoncé comme LA série à ne pas rater en cette année 2013/2014, maintenant qu’elle s’est terminée, était-ce vraiment le cas ? C’est ce que nous allons découvrir ensemble.

Accrochez-vous bien à votre déjeuner, c’est parti !

14032605023315263612098064 dans Skarn

ALMOST HUMAN, une création originale

C’est plutôt rare pour être souligné : ALMOST HUMAN vient tout droit du cerveau torturé de son créateur J.H. Wyman et n’est donc pas basé sur un roman ou un film existant. Wyman n’est pas un petit nouveau dans le domaine puisqu’on lui doit entre autre quelques épisodes de FRINGE. Au moins on ne pourra pas lui reprocher d’avoir sali une œuvre littéraire ou cinématographique. À la barre de la production, un petit newbiz : J.J. Abrams. Déjà connu des sériephiles pour son travail sur FELICITY, ALIAS ou LOST, mais également au cinéma pour ces ovnis CLOVERFIELD, SUPER 8 ou les nouvelles adaptations de STAR TREK. En tête d’affiche, Karl Urban (LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, RIDDICK, STAR TREK) incarne John Kennex, un flic blessé lors d’une intervention qui va tout faire pour comprendre les circonstances du traquenard dans lequel il est tombé. Il est accompagné pour cela de Dorian, un androïde retiré du marché suite à un disfonctionnement et interprété ici par Michael Ealy (UNDERWORLD : NOUVELLE ÈRE, CALIFORNICATION). Autour d’eux gravitent leurs autres collègues : Rudy, Mackenzie Crook (PIRATES DES CARAÏBES, GAME OF THRONES), Lili Taylor aka Maldonado (NÉ UN 4 JUILLET, HANTISE) ou encore la très jolie Minka Kelly, Valerie Stahl à l’écran (LE MAJORDOME, FRIDAY NIGHT LIGHTS).

Vous l’aurez compris, la Fox à misé gros en plaçant un casting de choix sur cette série. À ce niveau là, on commence plutôt bien.

14032605033715263612098065

La Science-Fiction à son plus haut niveau…

L’univers d’ALMOST HUMAN est propre. L’univers d’ALMOST HUMAN est beau. L’univers d’ALMOST HUMAN est coloré. Tout va pour le mieux dans l’univers d’ALMOST HUMAN. Du moins, en apparence… Si la ville de Vancouver est ici habillement mise en valeur par des couleurs chatoyantes et des néons, il n’en est pas de même pour les bas quartiers. On y trouvera facilement ses bars louches et ses ruelles dangereuses. Bref, une mégapole somme toute très logique dans laquelle vont évoluer les personnages de la série. Là encore, on n’échappe pas aux clichés habituels : les riches sont surprotégés, et les pauvres côtoient les malfrats au milieu de la crasse. C’est là d’ailleurs que nos enquêteurs trouveront la plupart des réponses à leurs intrigues, aidés par des indics de tout genre.

14032605044215263612098066

Mais tellement convenue…

Dès les premiers épisodes, les technologies futuristes sont mises en avant dans les crimes commis. On appréciera donc les sprays permettant de masquer son visage des écrans de surveillance, les bombes d’ADN qui permettent de tromper les résultats des tests ou encore les très jolies androïdes qui se promènent le long des rues avec leur sac à main. Heureusement, la police possède également une batterie de possibilités technologiques leur permettant de mener leurs enquêtes à bien. Parmi celles-ci, on trouvera les androïdes, bien entendu, mais également quelques collaborateurs génétiquement modifiés pour appartenir à l’élite. Tout cela mis bout à bout, les enquêtes de nos joyeux héros seront donc du meilleur goût.

14032605054315263612098067

Et tellement vide !

Quand on voit les moyens développés par la Fox pour mettre en avant cette série, on pourrait se dire qu’on va avoir droit à une saison d’exception. Et pourtant, c’est loin d’être le cas. Passés quelques épisodes où l’on présente les technologies futuristes de l’univers d’ALMOST HUMAN, il ne reste que des enquêtes convenues, voire même quelque peu plagiées. On aura donc droit à l’enquête sur les Sex Bot (tiens donc), au trafic de drogue (ben voyons), à la prise d’otages dans un immeuble clos (DIE HARD, man !) et même au jeu mortel avec collier piégé (le Jigsaw en rit encore). Bon, je vous l’accorde, tout ceci pourrait être pas mal si les épisodes étaient liés entre eux par une ligne conductrice, ce qui n’est pas le cas ici. La recherche de la vérité sur la compagne de Kennex disparait dès les premiers épisodes pour revenir vers la fin de la saison. Une esquisse de liaison entre Sthal et lui ne restera qu’une esquisse, et on voit parfois des personnages apparaître et disparaître derrière un hypothétique mur qui abrite… on ne sait quoi. C’est bien simple, on ne comprend rien à l’histoire, et ce n’est pas le final season qui tient en haleine.

14032605064915263612098068

Quelques bonnes raisons d’apprécier ALMOST HUMAN, saison 1

  • Vancouver : très jolie représentation de la ville.
  • Les technologies : les bombes ADN, les prothèses ou encore les androïdes du type de Dorian.
  • Karl Urban : il fera le bonheur de ces dames.
  • Minka Kelly : elle des hommes. L’inverse est également possible.
  • Et puis c’est tout : et c’est là le problème…

14032605075315263612098069

Conclusion personnelle

ALMOST HUMAN avait tout pour plaire… sur le papier. Bons acteurs, bonnes idées, bons décors, et même bons scénarii. Oui mais voilà, rien de tout cela n’est cohérent. Les épisodes se suivent sans queue ni tête, on a même parfois l’impression qu’ils sont diffusés dans le désordre. Il n’y a aucune suite logique à la relation qu’entretiennent les personnages (et pourtant il y avait matière à travailler le sujet entre Kennex et Dorian, ou Kennex et Stahl). Au final, cela se ressent dans le jeu d’acteur, même eux n’ont pas l’air d’y croire.

Une grosse déception donc.

NotaSkarn : 08/20

- Skarn -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LA LUMIÈRE BLEUE (1932)

LA LUMIÈRE BLEUE (1932) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LA LUMIÈRE BLEUE (1932) de Leni Riefenstahl

14032507205415263612095094 dans Fantastique

Présenter un film de Leni Riefenstahl sur Les Échos d’Altaïr, ça pourrait porter à ambivalence, puisque comme chacun le sait, cette comédienne et réalisatrice allemande fut la chouchoute d’Adolf Hitler sous le régime nazi (un régime à déconseiller, même en cas obésité), et réalisa les plus grands films de propagande du parti, avec LE TRIOMPHE DE LA VOLONTÉ (1935) et LES DIEUX DU STADE (1938). Des films au service du Reich, sur la beauté de la force physique des sportifs allemands, qui auraient fait de sa réalisatrice une propagandiste de la « fumeuse » théorie de la supériorité de la race aryenne, si elle n’avait pas continué son travail artistique sur la beauté physique (en bonne Allemande), mais des corps de guerriers africains du Soudan, cette fois dans des documentaires réalisés sur le principe des collectages culturels effectués sur les pays décolonisés ou en voie de décolonisation. D’ailleurs, elle démentira toute complicité avec le régime national-socialiste en affirmant, dans ses « Mémoires » publiées en 1987, ayant été très jeune, ne s’être jamais attachée qu’à l’aspect artistique de son travail.

14032507220315263612095096 dans Le grenier du ciné fantastiqueLA LUMIÈRE BLEUE (Das Blaue Licht) date de 1932, donc d’une année avant l’élection d’Hitler en Allemagne, et co-écrit en compagnie de Béla Balàz et surtout, de Carl Mayer, qui était l’un des initiateurs du mouvement cinématographique expressionniste, mais dont les noms furent supprimés du générique, ainsi que tous les noms de techniciens juifs, lorsque le parti nazi ressortit le film en salles en 1937. Mais la présence de Mayer y est évidente, LA LUMIÈRE BLEUE étant profondément influencé par le romantisme allemand.

L’intrigue : Junta, une Italienne sauvageonne, simple, innocente et un peu mystique, vit à l’écart du village et en marge de la société en compagnie de Vigo, un berger. Elle est la seule personne capable d’escalader les montagnes voisines et d’atteindre une grotte sur le Mont Cristallo d’où une mystérieuse lumière bleue brille lors de la pleine lune. Junta est haïe par les villageois qui la soupçonnent d’être une sorcière, et en particulier par les femmes, car plusieurs jeunes hommes du village sont morts en essayant d’atteindre la lumière bleue…

14032507232215263612095097 dans TrapardL’histoire semble s’inspirer d’une ancienne légende allemande qui fut réécrite en 1810 par les frères Grimm. Leni Riefenstahl, alors très jeune, y interprète le rôle de Junta, et la comédienne réalisatrice étant une très belle femme sportive, qu’on voit escalader les montagnes des Alpes italiennes, elle fut très remarquée à la sortie du film, bien que celui-ci obtint un succès mitigé, excepté à Paris et à Londres. LA LUMIÈRE BLEUE obtint aussi la Médaille d’argent du Festival de la Mostra de Venise, en 1932. Adolf Hitler a dit avoir été fasciné par l’esthétique du film, et en particulier par la représentation de la nature, ce qui a sûrement contribué à sa future décision de faciliter la réalisatrice à accéder à la commission du service de propagande pour qu’elle puisse réaliser les films cités plus haut.

En tout cas, LA LUMIÈRE BLEUE est un beau film, étrange et mystique, souvent tragique, et toujours à la limite du Fantastique, et il intègre ce soir la rubrique du « Grenier du ciné Fantastique » de ce blog.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE MIROIR DES TEMPLIERS (T1) : NEW PARIS

LE MIROIR DES TEMPLIERS (T1) : NEW PARIS dans B.D. 15050108480515263613222884

14032407285715263612091893 dans Flynn

Chaque lundi, le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire récente ou ancienne de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

Titre : Le Miroir des Templier T1 : New Paris
Éditeur : Tartamudo
Artiste : Jef Martinez (scénariste), José Jover (scénariste) et Vinz el Tabanas (dessinateur)
Date de sortie : 2008
Prix : 13€20
Description : « 1307, des Chevaliers de l’Ordre des Templiers chevauchent non loin de Carnac. Noudh, le chef, Alocer, Balberith, Melkhom, Nibbaz, chevaliers de l’ordre, l’accompagnent. Noudh et son écuyer Budd Win regagnent l’une de leur commanderie. Soudain une explosion dans les marécages attire leur attention. En s’approchant, ils découvrent une météorite fumante. Budd Win décide d’aller voir la chose de plus près, c’est alors que surgit des brumes fumantes un être informe qui tétanise le groupe et se saisit de l’écuyer. 2094, Paris est envahi par les eaux à la suite d’un bouleversement climatique. La France est dirigée par une dictature Templière qui sème la terreur et la mort. Ce sont les mêmes Templiers du début qui ont traversé le temps et qui forment l’Ordre Secret des Templiers Intemporels (l’OSTI). Noudh et les quatre autres chevaliers sont justement ces nouveaux maîtres de la France. Budd Win, resté figé dans son corps d’adolescent, réside dans la Stratobanlieue de l’immense mégalopole qu’est devenue maintenant New-Paris. Son destin exceptionnel va pourtant changer l’ordre terrible établi par les Templiers… »

En me promenant sur le site des Éditions Tartamudo, je suis tombé sur un album qui m’avait bien tenté… Le Miroir des Templiers de Vinz el Tabanas, Jef Martinez et José Jover. Malheureusement, après lecture, j’ai été un peu déçu…

Le premier tome du Miroir des Templiers débute en 1307. On y découvre quelques chevaliers de l’Ordre des Templiers qui, suite à la découverte d’une comète écrasée dans un marécage, se retrouvent propulsés tout droit à New Paris. Nous sommes alors transporté jusqu’en l’an 2099, dans un Paris dévasté par la peur, la misère, le meurtre, la luxure, l’injustice, l’immondice, et qui est dirigé par… un petit groupe d’anciens Templiers qui impose une terrible dictature. Nous allons alors suivre Buddwin, l’un des Templiers envoyés dans une autre époque, resté figé dans son corps d’adolescent. Cependant, c’est grâce à lui que les choses vont changer…

José Jover et Jef Martinez se sont chargés du scénario, et le pitch qu’ils nous proposent est intéressant. Le fait de faire passer des personnes d’une époque à une autre m’a beaucoup plu. D’autant plus qu’il s’agit de Templiers. Si en plus de ça on en fait de véritables monstres sanguinaires, qui tuent sans hésitation, ça devient encore plus passionnant. Par contre, les dialogues sont assez moyens…

Là où je n’ai pas du tout accroché c’est avec le dessin. Plus précisément la colorisation. De base, on voit que le dessin de Vinz el Tabanas est dynamique et réussi. Mais avec la colorisation, on a l’impression que ça ne bouge plus, ça fait une sorte de pâté, c’est surchargé en couleur, c’est moche, ça pique les yeux, enfin bref, je n’aime vraiment pas.

Dans l’ensemble, Le Miroir des Templiers est une BD moyenne. L’histoire se tient, c’est sympathique, mais la colorisation… pas pour moi. La lecture reste tout de même agréable. Sachez aussi que la suite paraitra au premier semestre 2014 toujours chez Tartamudo !

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



TROP C’EST TROP !

( Blog )

Merci à l’hébergeur des Échos d’Altaïr, j’ai nommé Unblog.fr, pour ses dysfonctionnements permanents, ils battent actuellement des records… Devenus désormais hebdomadaires (tous les week-ends on y a droit), pour ne pas dire quotidiens (combien de fois des fidèles de LEA m’ont dit être tombés sur le sempiternel message « The page you are looking for is temporarily unavailable… »), ces éternels problèmes informatiques polluent la vie du blog et font fuir la presque totalité des internautes qui, blasés, ne reviennent plus ! De 1000 visites par jour, Les Échos d’Altaïr sont passés à 200 ! Un triste record dû à ces problèmes techniques qui commencent sérieusement à nous lasser, croyez-moi, car je ne suis pas le seul dans ce cas !

Qu’un hébergeur connaisse parfois des dysfonctionnements informatiques, je le comprends parfaitement. Cela arrive chez beaucoup d’autres en dehors d’Unblog.fr. Mais que cela devienne désormais quasi permanents, euh… là, faut quand même résoudre une bonne fois pour toute le problème, non ? Et que l’on ne me sorte pas la phrase toute faite du « Tu payes pas donc t’as rien à dire », elle est trop facile celle-là et complètement à la ramasse !

Alors à tous les internautes qui se prennent une gamelle en venant sur Les Échos d’Altaïr ou CosmoFiction (qui connaît forcément les mêmes problèmes puisque chez le même hébergeur…), je suis désolé, mais la situation ne vient pas de moi, et j’espère vraiment qu’elle ne va pas durer. 

- Morbius -



PREMIER EPISODE DE « ENORMOUS », LA WEB-SERIE DES KAIJU !

PREMIER EPISODE DE

Basé sur une série de comics écrits par Tim Daniel et Mehdi Cheggour, ENORMOUS, nouvelle web-série produite par Machinima, veut faire la part belle aux monstres géants actuellement très en vogue avec les PACIFIC RIM et bientôt le fameux GODZILLA nouvelle version !

Dans un monde envahi par des monstres géants issus d’une catastrophe écologique aux effets sans précédent, la race humaine lutte pour sa survie et doit parfois affronter également des gangs. Ellen, interprétée par Ceren Lee, est une mère qui a perdu son enfant. Elle va bientôt jouer un rôle essentiel dans la résistance humaine.

Voici le premier épisode de 9 minutes, en entier (et en V.O.), de ENORMOUS, une série sans prétention et qui n’a pour but que de divertir les fans de SF et de Kaiju. D’autres épisodes suivront, avec encore plus de monstres !

Image de prévisualisation YouTube



123