• Accueil
  • > Cinéma
  • > L’INVENTION DIABOLIQUE (Vinalez zkazy) 1958 – KAREL ZEMAN
L’INVENTION DIABOLIQUE (Vinalez zkazy) 1958 – KAREL ZEMAN

Posté le 25 mai 2014

L'INVENTION DIABOLIQUE (Vinalez zkazy) 1958 - KAREL ZEMAN dans Cinéma 14072703494415263612413227

Erwelyn, du site Culture Martienne, nous fait découvrir aujourd’hui une perle rare : une sorte de mix cinématographique de plusieurs œuvres de Jules Verne par un réalisateur tchèque. Intitulé L’INVENTION DIABOLIQUE, le film est signé Karel Zeman.

14052502494815263612263868 dans Erwelyn

L’histoire
Grâce à l’énergie atomique, le professeur Roch a réussi à mettre au point un explosif très dangereux. Mais pour lui c’est une découverte qui est sensée aider l’humanité. Or le comte Artigas, un mystérieux individu vivant dans le ventre d’un volcan, enlève Roch et son assistant Simon Hart afin de s’accaparer son invention pour ses velléités de pouvoir. Une fois ramené dans l’île dans un sous-marin, Hart est isolé du professeur mais grâce à Jana, une jeune naufragée, il donne l’alerte et une flotte internationale vient capturer d’Artigas. Le professeur se sacrifie pour sauver le monde et fait exploser la ville sous-marine dans laquelle il était détenu.

14052502532415263612263870 dans Littérature

Karel Zeman (1910-1989), le réalisateur tchèque, adapte ici son premier roman de Jules Verne. Par la suite, Le Dirigeable volé (1967) sera une libre adaptation du roman Deux ans de vacances (1888). Et l’on trouvera aussi L’Arche de Monsieur Servadac (1970) adapté de Hector Servadac (1877).

14052502563315263612263872 dans Science-fictionAdapté de Face au drapeau (1896), et inspiré par quelques autres œuvres du même auteur (20 000 lieues sous les mers, L’Île mystérieuse, Robur le magnifique), ce petit chef d’œuvre du cinéma tchèque (également titré en français Les Aventures fantastiques et en anglais The Fabulous world of Jules Verne) rend hommage aux éditions Hetzel et à ses illustrateurs tels qu’Edouard Riou ou Léon Benett par ses animations rappelant les gravures du célèbre éditeur de Jules Verne. À noter d’ailleurs que les gravures des fonds marins utilisées proviennent essentiellement de 20 000 lieues sous les mers. Seule la gravure de Léon Benett de l’île de Back-Cup est issue de Face au drapeau. Une prouesse technique et visuelle puisque le film mêle animation (marionnettes, dessins animés) et prises de vue réelles. On regrettera quelques longueurs, mais elles sont largement compensées par l’originalité de la réalisation. Car Zeman aimait les arts plastiques et expérimenter des techniques diverses. Pour L’Invention diabolique, il fait évoluer de vrais acteurs dans des décors composés de gravures agrandies. Il se permet tout ce qui est à sa disposition : papiers découpés, dessins animés, gravures originales, cartes postales, marionnettes, maquettes, jeux d’acteurs, séquences documentaires. Techniquement, il arrive à créer des séquences pour lesquelles aujourd’hui on utiliserai le fameux écran vert ! Le résultat : des trucages merveilleux avec comme récurrence visuelle : la rayure. Elle n’est absente d’aucune image : qu’il s’agisse d’une superposition au ciel, à la mer, qu’elle habille un vêtement ou souligne les décors, elle est partout pour transposer à l’image le rendu des lignes qui constituaient les gravures des livres anciens. Quand vous ne pensez pas les entrevoir, un personnage se tourne et révèle un pantalon rayé.

La scène du train en est une parfaite illustration : le train est peint. Les roues et le mécanisme est animé. Le conducteur est réel. Les passagers (réels) font signe d’une voiture dessinée. Le dessin des rails est rainuré pour l’effet gravure.

14052502582915263612263873

Ce mix de techniques et d’animations sera utilisé tout au long du film. Et quand le film est exporté aux USA en 1961, le producteur Joseph E. Levine trouve même un terme anglais pour définir cette mixité : la mystimation.

Pas étonnant donc qu’à sa sortie en 1958, le film reçoive un accueil enthousiaste à l’Exposition universelle de Bruxelles. On lui décerne aussi le grand prix au Festival mondial du film, le Prix de la Critique en 1959, l’Étoile de Cristal en 1960 et le Grand Prix International de l’Académie Française de Cinéma.

Ce film, avec un autre de Zeman, Le Dirigeable volé, sont aujourd’hui des références incontournables des univers steampunk auxquels renvoient immanquablement de nombreuses prises de vue.

14052503002915263612263874

Un autre intérêt de ce film est de filmer « à la manière de ». Il renvoie à une époque déjà révolue en 1958 d’un cinéma « bricolé » au budget minimaliste et qui se devait d’être inventif. Méliès a été une grande source d’inspiration de même que l’univers de la BD avec des personnages aux traits caricaturaux fortement sympathiques posés devant des décors de cartons dessinés au crayon de bois. On pense aussi au cinéma muet et sa gestuelle théâtrale pour combler le manque de son. Si L’Invention diabolique est un film parlant, on remarquera qu’il n’est pas très bavard (mais très musical) comme pour faire la transition entre deux époques marquantes du cinéma.

Pour en revenir à Méliès sur qui Zeman a lu tout ce qu’il pouvait trouver, ce dernier a réemprunté quelques effets visuels du maître. Notamment (source : la critique de Xavier Kawa-Topor), entre autres emprunts de décors en trompe-l’œil, on repère dans Une Invention diabolique et Le Dirigeable volé, l’énorme volant de la machine à vapeur mû par une bielle du troisième tableau de Voyage à travers l’impossible et le sous-marin des tableaux 3, 32 à 37 de ce même film (à savoir que le viaduc métallique du sixième tableau est également repris dans Le Dirigeable volé).

14052503021115263612263875

Bien sûr on peut trouver l’histoire très gentillette mais elle renvoie elle aussi à toute une littérature d’aventures rocambolesques, d’une littérature populaire qui se voulait moins scientifique que distrayante, à ces romans-feuilletons de la fin du XIXe siècle dont on s’arrachait les fascicules. Et en ça on retrouve tout l’imaginaire de Jules Verne : les sous-marins, les magnifiques fonds marins et leurs faunes colorées (c’est en noir et blanc, mais moi j’y ai vu plein de couleurs), son poulpe, son île-volcan, ses dirigeables… Croire que pour autant le fond est pauvre serait une erreur. Zeman dresse ici un vibrant réquisitoire contre la guerre. Et rien que pour ça, il faut le rapprocher d’un autre contemporain de Jules Verne, Albert Robida, grand illustrateur et caricaturiste (auquel on songe immédiatement à la vue des navires cuirassés et des vélos-dirigeables et autres aérostats fantastiques), mais aussi grand dénonciateur et anticipateur des guerres futures.

Le roman d’ailleurs de Jules Verne, Face au drapeau, bien que plus sombre que cette libre adaptation, anticipait déjà l’ère du nucléaire.

1958 Karel Zeman L’Invention diabolique (Vynález zkázy) [Animation – N&B – 83mn] avec Lubor Tokos, Jana Zatloukalova, Miroslav Holub, Arnost Navratil

- Erwelyn -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles d’Erwelyn :

Richard Matheson : Steel – L’Indéracinable (1956) / Ray Bradbury : The Jar – Le Bocal (1944) / Kim Stanley Robinson : Venice Drowned – Venise Engloutie (1981) /A.M. Burrage : The Waxwork – Figures de Cire (1931)

4 commentaires pour « L’INVENTION DIABOLIQUE (Vinalez zkazy) 1958 – KAREL ZEMAN »

  1.  
    trapard
    25 mai, 2014 | 16:33
     

    In–croy–yable !!
    Figure-toi Erwelyn que je suis en train de préparer pour un futur proche des prochains « greniers » (après écoulement du stock actuel) des vieux films tchèques, slovènes, polonais, russes…dont des Karel Zeman justement, des Jirí Trnka…etc…
    C’est en train de devenir fusionnel tout ça, qu’il va te falloir bientôt tout quitter pour venir m’aimer…
    Plaisanterie à part, bel article Erwelyn. J’ai vu cette adaptation de Verne par Zeman il y a une petite dizaine d’années, en 2005 plus précisément pour les 100 ans de la mort de l’auteur organisé par notre bibliothèque municipale et mon rôle était d’encoder plusieurs films en DVD. À ce moment-là, le film n’était édité qu’en laser-disc, et franchement en le regardant, j’étais bluffé. Je n’avais pas internet et je ne connaissais Zeman que de nom et pour son affiliation à l’école d’animation tchèque (donc sous le régime soviétique). Et je découvrais ce que tu décris bien dans ton article avec le « à la manière de », et je dois bien avouer que j’ai mis un petit moment à comprendre ce qui se déroulait devant moi et le principe de l’anachronisme visuel. D’autant qu’on m’avait donné parallèlement à encoder plusieurs Méliès ainsi que la version de 1916 de 20 000 LIEUES SOUS LES MERS. Et là…j’hallucinais :D
    Un bon moment de cinéma en tout cas.
    Heureux aussi de pouvoir te relire de nouveau avec cet excellent article.

  2.  
    erwelyn
    25 mai, 2014 | 19:51
     

    Merci, merci. Trapard ! (même si je décline ton offre de tout quitter :D ). Oui des fois les grands esprits se rencontrent. Pour tout te dire j’étais même étonnée que tu n’aies pas encore traité ce film, mais tant mieux. Le temps d’une chronique j’ai un peu empiété sur tes plates-bandes cinématographiques ;-) mais quel plaisir de le faire avec ce film vraiment incroyable !

  3.  
    trapard
    27 mai, 2014 | 11:09
     

    Tu n’empiètes sur aucune plate-bande Erwelyn, nous sommes plusieurs à traiter de cinéma sur le blog.

  4.  
    trapard
    22 juin, 2014 | 16:52
     

    Il existe une version restaurée de VOYAGE DANS LA PRÉHISTOIRE (1955, Cesta do pravěku) du même Zeman, et donc une réalisation antérieure à L’INVENTION DIABOLIQUE.

    L’intrigue : À travers un manuel scolaire, quatre garçons remontent en barque le fleuve du Temps. Ils découvrent ainsi les espèces animales et végétales de la préhistoire, à leurs risques et périls…

    Un beau film tchèque pour enfants avec des passages animés.

    http://img.photobucket.com/albums/1003/sano5/ALBUM%2003/cesta_do_praveku-1.jpg

    http://www.supershop.sk/obrazky/1536244_8372592.jpg

    Et une belle affiche anglo-saxonne d’époque :

    http://www.c1n3.org/z/zeman01k/Images/1955%20Cesta%20do%20praveku%20-%20El%20viaje%20a%20la%20prehistoria%20%28ing%29%20%28ed%2066%29%2001.jpg

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez