DRIVE-IN : EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA (1951)

Posté le 12 juillet 2014

DRIVE-IN : EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA (1951) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14071208005515263612381587 dans Drive-in

EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA
Année : 1951
Réalisateur : Mario Soffici
Scénario : Carlos Marín, Ulises Petit de Murat
Production : Argentina Sono Film
Musique : ?
Pays : Argentine
Durée : 80 min
Interprètes : Martha Atoche, Ana María Campoy, José Cibrián…

14071208025715263612381588 dans Fantastique

En France, nous connaissons désormais, assez bien, la petite production mexicaine de films fantastiques, d’horreur ou de SF des années 50, mais beaucoup moins celle d’Argentine. EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA (qui se traduit par « L’Étrange Affaire de l’Homme et de la Bête »), est une petite production de la firme Argentina Sono Film SACI. Et pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit d’un des grands classiques argentins de l’horreur, adaptant le roman de Robert Louis Stevenson, « L’Étrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde ». Écrit par les scénaristes Carlos Marin, Ulyses Petit de Murat et Mario Soffici lui-même, qui est aussi le réalisateur et l’acteur principal du film, EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA raconte l’histoire suivante :

En essayant d’explorer les labyrinthes sinueux entre le bien et le mal, un scientifique crée un sérum qui permet de séparer son esprit en deux personnalités de plus en plus distinctes, et irréconciliables…

14071208120815263612381592 dans Fifties fantastique

L’intrigue est archi-connue, mais c’est dans le jeu des comédiens que réside l’intérêt du film, comme dans ceux des jolies Ana Maria Campoy et Olga Zubarry, mais surtout pour la double interprétation de Mario Soffici qui, lorsqu’il est grimé en Hyde, est monstrueux et méconnaissable. Bien qu’étant une réussite du cinéma argentin, et désormais un classique de l’horreur, EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA, parfois titré aussi EL HOMBRE Y LA BESTIA, est une série B tournée avec un tout petit budget. Même si ce n’est pas visible à l’image, le maquillage de Soffici a été réalisé avec le système D, et à l’aide de morceaux de pneus découpés et placés à l’intérieur de la bouche et le visage peint, donnant cet air légèrement bouffi à Mister Hyde.

Une rareté du cinéma argentin que pour ma part je suis heureux de toujours en posséder une version espagnole, en VHS, achetée et ramenée directement de Buenos Aires à Nouméa, mais que les curieux pourront trouver, en fouinant un peu sur YouTube, découpé en plusieurs parties, sous son titre espagnol (donc en V.O., malheureusement, pour ceux qui ne comprennent pas la langue de Cervantes).

- Trapard -

PREMIÈRE PARTIE DU FILM (en V.O.) SUR YOUTUBE :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

Un commentaire pour « DRIVE-IN : EL EXTRAÑO CASO DEL HOMBRE Y LA BESTIA (1951) »

  1.  
    Jean Beauvoir
    14 juillet, 2014 | 16:38
     

    Les argentins sont meilleurs en films d’épouvante qu’en football…

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez