LE VOYAGE COSMIQUE (1936)

Posté le 29 juillet 2014

LE VOYAGE COSMIQUE (1936) dans Cinéma 13061310052715263611288458

LE VOYAGE COSMIQUE (1936) de Vasili Zhuravlyov

14072908285115263612418291 dans Le grenier du ciné SF

Sorti entre 1935 et 1936, LE VOYAGE COSMIQUE (Kosmicheskiy reys : Fantasticheskaya novella) est un film russe qui aborde la conquête spatiale à une époque où le sujet faisait fantasmer les nations (l’Allemagne produisait déjà dès 1929, LA FEMME SUR LA LUNE de Fritz Lang). Le film de Vasili Zhuravlyov, étrangement tourné en version muette à une époque où le cinéma mondial était déjà « parlant », arbore de superbes décors lunaires et futuristes. La même année, l’Angleterre produisait aussi un univers futuriste prodigieux en qualité de décors dans THINGS TO COME adapté d’un roman d’H.G. Wells, et c’est sans oublier le formidable serial de FLASH GORDON (1936).

14072908295515263612418292 dans Science-fiction

L’intrigue : 1946. Le professeur Sedikh a décidé de partir vers la lune. Il rencontre un jeune pionnier qui ne rêve que de l’accompagner. Le professeur le rabroue, le trouvant bien jeune mais lui laisse visiter toutefois son laboratoire et lui montre les deux fusées prêtes à l’envol : « Staline » et « Voroshilov ». C’est cette dernière qui sera utilisée. Le professeur Karine, l’un des collègues de Sedikh, essaie de dissuader celui-ci d’envoyer des êtres humains dans l’espace arguant que leur organisme ne pourra supporter une telle traversée. Il rappelle qu’un chat fut envoyé sur la lune et n’a pas donné signe de vie. Mais le vieux professeur passe outre et embarque avec sa jeune assistante. Le jeune pionnier, ayant réussi à déjouer son attention, se glisse également dans la fusée…

Malgré son manque de popularité, la Russie soviétique n’a jamais été en reste concernant la science-fiction, et rien qu’en 1935, GIBEL SENSATSII d’Aleksandr Andriyevsky développait un incroyable univers de robotique.

LE VOYAGE COSMIQUE, quant à lui, est avant tout un film distrayant de voyage spatial et de découverte de la Lune à une époque où elle n’était sûrement qu’un rêve inaccessible autant pour les scientifiques que pour les spectateurs de ce film, ce qui lui offre un charme en plus.

LE FILM :

Image de prévisualisation YouTube

Les sous-titres : http://uptobox.com/s9xcy23z0sgt

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné SF :

Flash Gordon, de la BD aux serials / Croisières Sidérales / Aelita / Man Made Monster / Metropolis / Things to come / Docteur Cyclope / L’Ennemi sans Visage /Sur un Air de Charleston / La Femme sur la Lune / Le Tunnel / La Fin du Monde /I.F.1 ne répond plus / Buck Rogers au XXVe Siècle : Une Bataille Interplanétaire avec les Hommes-Tigres de Mars / Le Mort qui marche / Before I hang / The Ape / Le Capitaine Marvel / Le Voyage dans la Lune / A Trip to Mars /Le Voyage sur Jupiter / The Airship Destroyer / 20 000 Lieues sous les Mers (1916) / Paris qui dort / Sauce Piquante / The Beast of Borneo / Torture Ship /Emergency Landing / Le Voleur de Cadavres / Cerveaux de Rechange /Spécial Boris Karloff / Dr Renault’s Secret

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

3 commentaires pour « LE VOYAGE COSMIQUE (1936) »

  1.  
    Jean Beauvoir
    1 août, 2014 | 10:26
     

    Je découvre avec intérêt que le cinéma russe de science-fiction remonte à bien avant le grand Pavel Klushantsev. Du coup j’ai jeté un œil à ce film, qui est d’une étonnante qualité pour un millésime de 1936. Le cinéma russe de l’époque soviétique est toujours d’une certaine qualité. Il semblerait qu’ils n’aient jamais produit de film « Z », sans doute considéré comme une marque de la décadence impérialiste…

  2.  
    trapard
    1 août, 2014 | 11:27
     

    Oh que si ! Il existe bien du Z dans le cinéma de SF soviétique. Quoique si on aborde la série B ou Z il y a forcément une notion de capitaux privés, enfin dans l’idée qu’on a du cinéma. Mais est-ce le cas dans un régime socialiste comme l’URSS où les métiers du cinéma, et ses financements sont directement et exclusivement liés à l’État. On parlera de « mauvais films » et dernièrement j’en ai découvert un que je considère comme raté c’est « La nébuleuse d’Andromède (1967, Tumannost Andromedy) de Yevgeni Sherstobitov (L’astronaute Tantra est pris au piège de l’attraction de l’Étoile de fer, sur laquelle avait déjà échoué, longtemps avant, un autre vaisseau spatial. Le commandant décide alors de récupérer le carburant du vaisseau échoué afin de doubler l’énergie de son propre engin et de s’arracher à la terrible étoile, mais l’équipage et ses robots se heurtent très vite à de mystérieuses entités…).
    Certaines sources indiquent que la restauration de ce film à été effectuée après la chute de l’empire soviétique, la seconde partie de ce film adapté de l’écrivain Ivan Efremov serait à jamais manquante, détruite par l’ex- K.G.B. Et il existerait une version restaurée de 68 minutes, (celle que j’ai vu), et une de 77 minutes.
    Il semblerait que dans cette version restaurée de 68 mn toutes les allusions et références au communisme ont été supprimées. Néanmoins ce film est vraiment bancal et raté même si certaines scènes de pur space-opera se déroulant sur l’Étoile de fer sont superbes et rappellent presque « La planète des vampires » de Mario Bava sorti deux ans plus tôt en 1965. Et les fameuses allusions sous très sous-jacentes et assez insupportables, non pas politiquement parlant, mais pour leur naïveté lourdingue.

    Et c’est étonnant que tu parles de Pavel Klushantsev puisqu’il est prévu très prochainement d’aborder ses trois grands classiques sur les Échos d’Altaïr.

    Sinon, ça n’a rien à voir avec la SF russe des années 30 mais avec de la SF nazi des années 30 aussi :
    J’ai trouvé une vidéo incroyable : un faux documentaire de propagande nazi d’environ 20 minutes et de 1937 (!!) qui raconte l’histoire de la conquête spatiale par l’Allemagne…
    On y voit un vrai voyage vers la Lune et des explications très logiques pour 1937 sur la manière de diriger la fusée.

    LE VOL DU SPATIONEF 1 (1937, Weltraumschiff 1 startet…) réalisé par Anton Kutter.

    http://img12.nnm.me/f/e/3/f/7/7db4d5ca070331d00c8c02327d0.jpg

    Le film :
    https://www.youtube.com/watch?v=f8XLGCz13DQ

  3.  
    Jean Beauvoir
    1 août, 2014 | 16:07
     

    Merci pour toutes ces précisions.
    Donc l’URSS a aussi sa part de mauvais films. Mais ça n’est pas de l’« exploitation » comme on dit, vu que ce principe n’avait pas cours dans le monde communiste.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez