LE CAILLOU MAGIQUE

Posté le 22 août 2014

LE CAILLOU MAGIQUE dans Nouvelle-Calédonie 13100208544615263611602685

Le Caillou magique était un blog de Science-Fiction, de Fantastique et d’Horreur calédonien. Son histoire a commencé avec Hervé Besson, mais sans lui, et s’est terminée sur Les Échos d’Altaïr. Je m’explique :

14082208371215263612469182 dans TrapardRevenu d’un court séjour métropolitain pour fêter le millénaire à la fin 1999 à Montpellier ainsi que dans les Vosges, j’avais découvert les trois tomes des Craignos Monsters dans une vieille boutique parisienne et j’en avais profité pour explorer les recoins de la boutique Movies 2000 qui n’avait pas encore fermé temporairement.

J’avais alors presque trente ans et cette redécouverte du cinéma Fantastique, notamment par le biais de Jean-Pierre Putters, m’avait propulsé dans mon propre espace-temps, c’est-à-dire dans cette cinéphilie qui s’était éclose au Sci-Fi Club de Nouméa en 1986. De plus, je découvrais grâce à lui l’univers du cinéma bis, autrement-dit un classement alternatif qui regroupait finalement tous les genres que j’avais toujours aimé depuis gosse mais dont j’évitais de parler par peur de passer pour un plouc.

Désormais je me sentais au sein des « Ploucs Réunis », le phénomène de groupe étant toujours valorisant pour soi. De plus, en tant qu’éternel dévoreur de VHS de cinéma d’auteur, je me rendais compte qu’au milieu des années 90, ces films étaient remplacés sur les rayons des vidéoclubs par un certain cinéma psychologique français, souvent intimiste mais pas toujours fascinant.

Et c’est par le manque de moyens financiers et cette passion qui étreint souvent les réalisateurs de films indépendants, laquelle les pousse à tourner leurs films de genre de prédilections, que j’étais passé de fan d’un cinéma intellectuel fauché à un cinéma indépendant qui traitait souvent de SF, de Fantastique et d’Horreur (avec le gouffre de références que ces univers cinématographiques comportent).

14082208411815263612469186C’est après m’être essayé à des courts-métrages amateurs en 2001-2002, sur des sujets plutôt portés sur des thèmes comme la solitude que sur ceux du Fantastique, que j’ai commencé à me poser la question d’un support pour pouvoir parler moi aussi du cinéma que j’aimais. Et c’est en archivant les magazines Tazar par thèmes au sein de la Mission d’Insertion des Jeunes que j’avais repensé à CosmoFiction, le fanzine créé par Hervé Besson.

Comme j’écrivais quelques fois des articles destinés aux jeunes sur le cinéma Fantastique dans le  Tazar, le support papier me semblait de plus en plus évident. Je me souvenais bien des virées à 4 ou 5 membres du Sci-Fi Club, entassés dans la minuscule voiture d’Hervé, en 1988, avec des piles de CosmoFiction dans le coffre qu’on déposait ça et là chez les commerçants du Centre-Ville. Ce souvenir me servait d’exemple jusqu’à ce qu’un animateur socio-culturel me parle de « blog » en 2003. Et comme je n’avais pas Internet, je dois bien avouer que je ne comprenais pas ce mot que j’imaginais aussi gluant que le « Blob ».

En attendant d’obtenir des informations sur le sujet, j’ai commencé à créer des fiches Cinéma Fantastique sur fichiers Word, et entre fin 2003-2005 j’en étais arrivé à plusieurs milliers de fiches plus ou moins inspirées des articles de Mad Movies et des Fiches de Monsieur Cinéma de Pierre Tchernia.

Pour les crédits de génériques, je travaillais à l’ancienne, c’est-à-dire que je passais des heures en soirée, le nez dans mes vieux dictionnaires du cinéma et dans ma collection de magazines. Parfois encore, je prenais sur mes pauses repas pour sauvegarder sur mes vieilles disquettes de PC des pages html sur les premiers blogs français traitant de Fantastique (surtout par thématiques à l’époque), et je les dévorais le soir.

14082208441315263612469189

Je pensais tellement obstinément à remplir ce blog que le cinéma Fantastique débordait constamment dans mes discussions, et que la bibliothèque Bernheim m’avait demandé de lui rédiger une grosse brochure sur le cinéma de SF & F pour octobre 2004. Je l’avais divisée en quatre parties : Les Réalisateurs du genre, les Grands Classiques, les Écrivains du Fantastique et les Monstres du Ciné Fantastique. Je me souviens avoir été particulièrement fier de mon travail lorsqu’on me rapporta que toutes les brochures en consultation avaient été volées.

Pour revenir au Caillou Magique, me rendant compte du travail immense que j’avais encore à fournir, j’ai commencé à élaborer l’idée d’un « blog collectif et participatif » sans trop connaître cette expression, puisqu’à cette époque l’Internet calédonien n’était constitué que de sites institutionnels ou commerciaux ou de blogs du genre « Coucou la famille ! Voici mon séjour en Nouvelle-Calédonie ! » (le genre de rédactions pas très passionnantes lorsqu’on vit sur place, voire même un peu oppressantes, si j’ose dire…).

14082208464015263612469193

Le Cri du Cagou naîtra que fin 2005 et Calédosphère beaucoup plus tard. C’est donc à partir de 2003 que je commençais à rencontrer des Calédoniens ayant un intérêt particulier pour le cinéma. Ainsi, je laissais la vidéaste « Malicia » raconter sa passion pour Tolkien ou pour le cinéma de SF de Kathryn Bigelow. Le chroniqueur et écrivain RollRoss abordait le cinéma fantastique américain et anglais de René Clair et quelques films polonais comme ceux de Wojciech Has ou le cinéma fantastique belge d’Harry Kümel et d’André Delvaux. Et certains amis de longue date y participaient aussi volontiers comme Solange qui traitait de Tim Burton, de la culture dérivée de THE ROCKY HORROR PICTURE SHOW, du cinéma de Tsui Hark et de quelques kaiju-eiga. Mon pote Nofare vivant alors aux USA apportera la touche humoristique à la JPP en détournant le sérieux de certains nanars. Et même mon propre frère participera à l’aventure, entre deux naissances de ses enfants, ajoutant au blog la partie littéraire en abordant les adaptations de classiques du roman de SF & F. Jean Beauvoir, ce fan et décrypteur compulsif du cinéma gothique, était déjà de la fête en abordant les classiques de la Hammer et le cinéma italien de Riccardo Freda et de Mario Bava. Delphine, notre porte drapeau du cinéma en Nouvelle-Calédonie animant chaque année le Festival de La Foa, traitait des films fantastiques de la « Nouvelle-Vague ». L’un de mes futurs collaborateurs du Cri du Cagou participait quelques fois après des soirées Pizzas-bières devant JEEPERS CREEPERS et quelques nouveautés DVD. Et je faisais collaborer des copains qui n’avaient pas de réelle culture du cinéma de genre, dans le but de les faire s’intéresser à ce cinéma.

14082208480915263612469197

Lorsque je m’abonnais à Internet en 2005, j’additionnais déjà plusieurs milliers d’articles que je postais au compte-goutte au grès de mes envies jusqu’à 2007. Je ne me souviens plus exactement de la mise en ligne du blog vers la mi-2005, mais je me rappelle que le premier mois d’existence du Caillou Magique, le magazine Tazar en parlait déjà puisque les « blogs de fans » n’existaient pas du tout sur les réseaux locaux. Pour la séance photo, je faisais le guignol avec des dents de vampires en caoutchouc et une grosse casquette de l’armée américaine avec un gros « bomber » de pilote. Mais c’était surtout une manière de me déguiser en fonction du thème, pour que l’on ne me reconnaisse pas et pour éviter les quolibets de ceux qui n’explorent pas vraiment ces univers cinématographiques.

Je crois avoir clôturé Le Caillou Magique assez naturellement, vers 2010, car je ne l’alimentais plus et parce que je collaborais à d’autres blogs plus spécifiquement calédoniens à partir de février 2006. Je n’ai jamais trop aimé son titre que j’avais choisi simplement parce qu’il m’en fallait un, et je ne consultais plus trop les commentaires. Dans le fond, c’était sa création de plus en plus collaborative qui avait été avant tout passionnante. Et n’ayant jamais eu la flamme geek du webmaster, c’est en tant que rédacteur que je me suis laissé porté naturellement vers les rives des Échos d’Altaïr et de CosmoFiction (un peu comme une boucle que se boucle).

- Trapard -

9 commentaires pour « LE CAILLOU MAGIQUE »

  1.  
    22 août, 2014 | 17:49
     

    Un article bien intéressant, Trapard. ;-)

    Je suis sûr d’avoir croisé sur le Web, à sa fin, ton fameux Caillou Magique sans savoir que c’était toi qui t’en occupais. Les Echos d’Altaïr venaient tout juste d’être créés, et tu ne savais pas non plus que c’était moi qui m’en occupais !

  2.  
    trapard
    22 août, 2014 | 18:40
     

    Mati m’a parlé de LEA vers fin 2010 à une réunion du Cri du Cagou et j’y suis allé le soir-même y jeter un oeil.

  3.  
    trapard
    24 août, 2014 | 18:44
     

    Petite « anecdote système D » : en 2003, j’invitais un copain à visionner avec moi et à traduire à haute voix certains films que je ne possédais qu’en VO et qui étaient extrêmement bavards.
    Un oeil sur le film et l’oreille tendue vers le pote :D ça donnait l’effet de certaines traductions russes que l’on peut trouver sur le web (la voix du traducteur par-dessus la voix d’origine).

  4.  
    erwelyn
    4 septembre, 2014 | 1:16
     

    Tu dis avoir pris ce titre un peu à la va vite et que tu ne le trouvais pas génial, mais il semble que tu aies pourtant le donc de trouver des titres bien au contraire qui sorte de l’ordinaire, preuve ton Blog sans titre avec plein de trucs en vrac dedans. :D

  5.  
    trapard
    19 avril, 2015 | 7:32
     

    Au passage, je viens de me souvenir que l’un des contributeurs du blog n’avait pas d’ordinateur à l’époque et il me gribouillait ses articles à la main (un petite cinquantaine) de son écriture illisible que je passais un temps monstre à déchiffrer et à recopier à même le blog.
    Morbius tu as de la chance d’avoir lancé LEA en 2009, au moins les contributeurs ont tous leur propre ordinateur pour t’épargner ça. :D

  6.  
    trapard
    19 avril, 2015 | 7:38
     

    D’ailleurs je crois que la moitié des contributeurs me rendaient des copies manuscrites.
    Un autre m’avait même énoncé son article à haute voix avec une réflexion entre chaque phrase pendant que je tapais sur l’ordinateur et que je corrigeais certaines syntaxes pour passer l’oral à l’écrit. C’était vraiment la préhistoire :D

  7.  
    trapard
    11 mai, 2015 | 3:38
     

    @erwelyn : en gros, le « Caillou » c’est l’un des surnoms que porte la Nouvelle-Calédonie et qui lui vient de l’époque du bagne et du travail dans les mines. Donc j’avais donné au titre du blog un double sens, comme une petite mise en abîme entre un pays et quelque chose qu’on peut tenir dans la main comme un petit fanzine (ou un blog). J’ai juste ajouté « Magique » parceque « Le Caillou Fantastique » ça faisait un peu ronflant, mais le résultat est assez moyen tout de même. :D

  8.  
    Eric
    10 septembre, 2015 | 0:04
     

    Faut lire longtemps pour trouver l’explication de ce nom.

  9.  
    trapard
    10 septembre, 2015 | 16:03
     

    Salut Eric,

    Oui, en effet :D

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez