Archives

Archive pour août 2014

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942)

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942) dans Cinéma 13052108214015263611211209

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942) de René Clair

14080509032415263612432902 dans Fantastique

Souvenez-vous que nous parlions déjà de René Clair au sujet de LA BEAUTÉ DU DIABLE (1949), une adaptation libre du mythe de Faust, interprété par Michel Simon et Gérard Philipe. Réalisateur, très proche des Surréalistes, René Clair a beaucoup flirté avec le Fantastique, que ce soit en séjour en Grande-Bretagne, en tournant un film de maison hantée sur le mode de la comédie à l’anglaise avec FANTÔMES À VENDRE (1935, The Ghost Goes West), puis, bien plus tard, de retour en France, pour finalement fuir le régime de Vichy (qui le déchoit de la nationalité française). Clair s’embarque alors pour New-York, en 1940, puis Hollywood, où il y tournera quatre films, dont deux fantastiques : MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942) et C’EST ARRIVÉ DEMAIN (1943).

14080509052015263612432904 dans Le grenier du ciné fantastique

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (I Married a Witch) est une comédie fantastique très amusante, produite par la Paramount Pictures, et co-écrite par l’excellent scénariste Dalton Trumbo, non-crédité car interdit de travail par le récent maccarthysme. Elle détourne un thème classique du film de sorcellerie en mettant en vedette les comédiens Fredric March (DOCTEUR JEKYLL & MISTER HYDE, 1931) et les superbes Veronica Lake (une superbe pin-up blonde, habituée à des rôles dans des « Films Noirs »), et Susan Hayward.

14080509064915263612432905 dans TrapardL’intrigue : En Nouvelle-Angleterre, en 1690, les sorciers Daniel et sa fille Jennifer jettent une malédiction sur Jonathan Wooley, le juge qui les a condamnés, sur lui et sa descendance, juste avant d’être brûlés au bûcher. Les mâles de la famille Wooley seront voués à ne vivre que des mariages malheureux sur plusieurs générations. Plusieurs siècles plus tard, la foudre frappe l’arbre où ont été enterrées les cendres de Daniel et Jennifer afin d’emprisonner leur esprit. Maintenant libérés, sous la forme de fumée, ils parcourent les environs et retrouvent le dernier descendant des Wooley, Wallace, politicien en période électorale et fiancé à Estelle Masterson. Jennifer décide de tout faire pour compromettre le mariage de Wallace et demande à son père de lui redonner forme humaine…

Jennifer n’est autre que la superbe et irrésistible Veronica Lake, séductrice et tentatrice, qui donne une touche légère et hilarante à ce film de sorcières. Quand à sa victime, c’est Fredric March, un habitué des costumes et maquillages, ayant déjà interprété le double rôle de Jekyll et Hyde en 1931, et qui incarne, dans MA FEMME EST UNE SORCIÈRE, les différents membres masculins de la famille Wooley, avec un jeu de comédien non dénué d’humour. Un bon classique humoristique pour le Grenier du Ciné Fantastique de ce soir.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible /The Monster Walks / Le Mystère du Château Maudit

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE PIÈGE DE LOVECRAFT

LE PIÈGE DE LOVECRAFT dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14080408351215263612430747 dans FlynnLe Piège de Lovecraft raconte l’histoire de David, un étudiant à l’Université de Laval au Québec qui, suite à sa rencontre avec le Cercle de Cthulhu et quelques événements en lien avec ça, a décidé de consacrer sa thèse à la littérature fantastique et plus particulièrement, aux manuscrits et livres maudits. Cependant, David se voit rapidement piégé par ces livres maudits, en particulier le Necronomicon de Lovecraft. Peu à peu, il bascule dans la folie et malheureusement pour lui, la descente va être longue…

Du début à la fin, de la première page à la 368ème, le roman est un véritable plaisir à lire. Arnaud Delalande est très talentueux, il possède une plume très agréable à lire, mais aussi très agile pour raconter des histoires claires et sans fioritures. La narration du Piège de Lovecraft est sans failles, sa construction est parfaite, l’intrigue est bien ficelée et rondement menée, et enfin, le rythme y est magnifiquement bien géré. Pas le temps de s’ennuyer, les pages se tournent d’elles-mêmes, les mots, les phrases, les paragraphes et les chapitres s’enchaînent dans une très belle harmonie. En plus de ça, le suspense et les rebondissements sont présents tout au long du récit, pas à un seul instant on ne s’attend à ce qu’il va arriver à David et aux autres personnages, on avance de révélation en révélation toutes plus surprenantes les unes que les autres. C’est tout simplement génial de voir à quel point la simplicité peut être efficace. Arnaud Delalande a beau utiliser quelques facilités pour dérouler son récit, cela n’empêche pas que l’on est pris aux tripes et qu’on se laisse embarquer dans tout et n’importe quoi : c’est gros, c’est inimaginable, mais ça fonctionne mag(nif)iquement bien !

L’ouvrage est vraiment plaisant à lire. Arnaud Delalande surfe un peu sur la vague que l’on pourrait appeler « geek » (mais c’est une appellation fausse) sans toutefois jouer dans l’excès. Disons qu’il fait de nombreuses références à la culture populaire, et pour s’en rendre compte, il suffit d’aller voir la bibliographie proposée à la fin du livre qui est très documentée et qui balaye tous les pans de la culture fantastique, de la littérature aux jeux de rôle. Mais bien sûr, c’est avant tout un bel hommage au grand Lovecraft. À mon sens, Le piège de Lovecraft, est à la fois une œuvre fictionnelle et à la fois un essai sur Lovecraft et le Necronomicon. En effet, par moment, on sort de l’aspect fictionnel pour rentrer dans celui de l’essai, Arnaud passant parfois quelques lignes ou pages à détailler des points d’un récit, à en expliquer d’autres concernant Lovecraft ou le fantastique. Je dirai donc qu’il s’agit là d’un essai fictionnel passionnant.

Au final, Arnaud Delalande nous livre avec Le piège de Lovecraft un excellent thriller fantastique et ésotérique passionnant et efficace de bout en bout, magnifiquement bien écrit, et à l’histoire mystérieuse et moderne. Sans conteste l’une des meilleures parutions du mois d’avril, je ne peux que vous conseiller d’aller le lire.

Le piège de Lovecraft, Arnaud Delalande, éd. Grasset, p.368, 19€.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



L’AFFICHE : STARCRASH

Une affiche de film est supposée refléter à la fois l’histoire et l’esprit d’un film. Autrefois réalisées avec amour et passion, parfois volontairement exubérantes ou mensongères, les affiches étaient souvent très proches d’une œuvre d’art. Le cinéma Fantastique et de Science-Fiction en possède une extraordinaire collection que nous vous invitons à découvrir pour le plaisir.

STARCRASH : LE CHOC DES ÉTOILES, dont j’ai déjà présenté la fiche film ici, est un délicieux navet de science-fiction dont je ne me lasserai jamais de parler. « Délicieux » car il est devenu, au fil du temps, un véritable film-culte chez beaucoup de fantasticophiles. Sans conteste, il est de tous les space operas déglingués mon préféré, mon chouchou, bref, celui que j’aime revoir régulièrement lorsque j’ai besoin d’une bouffée d’oxygène et d’humour involontaire ! Et les affiches de ce space opera italien sont à l’image de ce chef-d’œuvre du nanar : merveilleusement tapageuses et mensongères ! Examinons notre petite sélection…

L'AFFICHE : STARCRASH dans Cinéma bis 14080301522615263612428837

Cette affiche ci-dessus, américaine, s’avère bien sobre par rapport aux autres que nous allons découvrir ensemble. Le vaisseau en fond ressemble peu à celui du film (mais déjà que celui du film ressemble peu à quelque chose…), il est surtout placé… à l’envers ! Quant à Stella Star, elle est moins belle que l’originale (Caroline Munro, ce n’est tout de même pas n’importe quoi !).

14080302042415263612428842 dans Cinéma bis italien

J’adore cette version thaïlandaise où s’entremêlent toutes sortes de créatures et de vaisseaux qui n’ont, pour certains, absolument rien à voir avec le film ! Par exemple cet astronaute-guerrier, en petit, en bas, sur le côté gauche : il s’agit de la reprise d’un dessin de Peter Jones  pour un roman ! Notre artiste thaïlandais possède un coup de crayon plutôt amateur et hésitant qui confère cependant un certain charme à cette affiche de STARCRASH.

14080302170415263612428846 dans L'Affiche

Devinez quel film a influencé cette affiche… STAR WARS ? Oui ! Vous avez gagné ! Gonflés les Allemands, presque encore plus que les Italiens ! Il fallait oser pour attirer du monde dans les salles… Mais il s’agit ici de la jaquette de la VHS du film. Néanmoins cela suppose qu’elle reprend la version cinéma, sauf si elle a été créée spécialement pour la distribution vidéo du film. Que tout cela est compliqué !

14080302264115263612428847 dans Science-fiction

Cette splendide version de l’affiche de STARCRASH est devenue célèbre, notamment grâce à son utilisation récente pour la réédition de la B.O. du film signée John Barry. Une fois de plus, STAR WARS est passé par là ! Voyez-vous sur le côté ce Faucon Millenium quelque peu déformé par la position de ses réacteurs ? Quant à nos héros, on les croirait tout droit sortis d’un dessin de Frazetta ! Et notez le titre…

14080302332315263612428849

Encore un héros musclé à la Frazetta ou à la Boris Vallejo, rien à voir avec les gringalets du film en fait ! En outre, Stella Star apparaît ici en blonde alors qu’elle est brune… Outrage ! On aperçoit même ses seins dénudés… Re-outrage ! Mais quelle belle affiche mensongère en tout cas, pleine d’action et de combats épiques ! Notez encore le titre…

14080302415415263612428852

Les Français utilisèrent cette version de l’affiche de STARCRASH, et c’est d’ailleurs celle que je préfère pour plusieurs raisons. En dehors de sa beauté, elle est la plus fidèle au film de Luigi Cozzi : ici on ne ment pas, tout ce qui est présent sur l’affiche est présent dans le film. Seule l’image d’une Stella Star volant dans l’espace aux côtés d’un vaisseau s’avère absent du long métrage. Cependant, le réalisateur avait bel et bien prévu, au départ, de faire voler Stella dans les étoiles, sans la moindre combinaison spatiale, les croquis préparatoires du film en attestent. L’artiste a dû trouver cette image poétique et originale, il l’a donc placée sur l’affiche, ce que j’aime énormément…

- Morbius -

Autres articles présents dans la catégorie L’Affiche :

Le Sixième Continent / Rencontres du Troisième Type / Bob Peak / Les 7 Cités d’Atlantis / Godzilla s’affiche

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DRIVE-IN : THE VAMPIRE et THE RETURN OF DRACULA

DRIVE-IN : THE VAMPIRE et THE RETURN OF DRACULA dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

Pour ce nouveau Drive-in, voici le diptyque vampirique du réalisateur Paul Landres. Au sein d’une carrière principalement consacrée à la télévision (BONANZA, FLIPPER LE DAUPHIN), Paul Landres dirigea quelques films pour le grand écran, dont un de SF, THE FLAME BARRIER (1958), quelques westerns et deux films fantastiques, portant tous deux sur les vampires.

14080209040015263612427413 dans Cinéma bis américain

THE VAMPIRE 
Année : 1957
Réalisateur : Paul Landres
Scénario : Pat Fielder
Production : United Artists
Musique : Gerald Fried
Pays : USA
Durée : 75 min
Interprètes : John Beal, Coleen Gray, Kenneth Tobey, Lydia Reed…

Le premier opus de ce diptyque a pour vedette John Beal, ex-jeune premier d’avant-guerre n’ayant jamais réussi à percer, mais qui apparut régulièrement sur les écrans jusqu’au début des années 90.

L’intrigue : Un médecin de province absorbe par erreur une drogue qu’a inventée un collègue, réalisée à partir de sang de chauve-souris vampire. À chaque fois qu’il en prend, il se transforme en monstre velu et sanguinaire, sans se souvenir de ses actes par la suite…

Une agréable série B qui rappelle le thème des quelques classiques de films de Savants Fous et de mutations génétiques des années 30 et 40.

LE FILM :

Image de prévisualisation YouTube

14080209051915263612427418 dans Drive-in

THE RETURN OF DRACULA
Année : 1958
Réalisateur : Paul Landres
Scénario : Pat Fielder
Production : Gramercy Pictures 
Musique : Gerald Fried
Pays : USA
Durée : 77 min
Interprètes : Francis Lederer, Norma Eberhardt, Ray Stricklyn, John Wengraf…

Deuxième film du diptyque vampirique de Paul Landres, avec également dans le rôle titre un autre jeune premier d’avant-guerre ayant échoué dans sa quête vers le vedettariat : le comédien tchèque Francis Lederer.

L’intrigue : Fuyant la Transylvanie, le comte Dracula adopte l’identité d’une de ses victimes et se rend en Californie où l’attend, ignorante, la famille du défunt. Mais le comportement étrange de ce parent européen finit par intriguer une jeune fille, dont Dracula aimerait faire sa proie…

14080209064715263612427420 dans Fantastique

Tout comme THE VAMPIRE, cette excursion de Dracula de l’autre côté de l’Atlantique souffre de son maigre budget (125 000 $) et rompt évidemment tout lien avec un cinéma gothique plus onéreux comme LES PROIES DU VAMPIRES (1957, El Vampiro) de Fernando Méndez, LE CAUCHEMAR DE DRACULA (1958, Horror of Dracula) de Terence Fisher ou encore, BLOOD OF THE VAMPIRE (1958) d’Henry Cass. Néanmoins, rassurez-vous, le niveau est bien supérieur à bon nombre de productions de Roger Corman de cette période.

- Trapard -

LE FILM :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



ROBOT-CRAIGNOS (75)

ROBOT-CRAIGNOS (75) dans Cinéma 13061310000015263611288446

14080111132315263612425210 dans Robot-craignos

Ce robot qui semble vous narguer en vous tirant la langue, c’est Nestor. Ce n’est pas le majordome de Tintin, mais presque puisque ce robot de type « NS-2 Nestor » est au service des humains.

Il travaille sur l’hyper-Base 7, où se développe un projet interstellaire secret. Le NS-2 Nestor a été « légèrement » modifié lors de sa construction pour faciliter le travail en compagnie des humains au milieu des radiations.

14080111150615263612425211 dans Science-fiction

Les Trois Lois de la Robotique étant : Première loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. Deuxième loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première loi. Troisième loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’est en contradiction ni avec la première ni avec la deuxième loi…

Mais un scientifique colérique s’en prend à Nestor en lui priant « d’aller au diable ! ». Nestor décidera d’interpréter ces mots…

14080111161715263612425212

Vous l’avez deviné, c’est bien d’Isaac Asimov qu’il s’agit ici et de sa nouvelle « Little Lost Robot » (1947), même si l’histoire de Nestor ressemblerait presque à celle de Numéro 5 de SHORT CIRCUIT (1986) ou à une autre adaptation d’Asimov plus connue, bien que nous soyons très loin de l’univers visuel d’I, ROBOT (2004) d’Alex Proyas. Ce Nestor-ci est issu de OUT OF THIS WORLD (1962), l’une des plus anciennes séries de science-fiction produites par la télévision britannique. Diffusée en 1962, elle a comporté 14 épisodes au total dont chacun était présenté par Boris Karloff en fin de carrière. Les scénarios étaient adaptés de grands noms de la SF comme Isaac Asimov, Philip K. Dick, etc…L’épisode LITTLE LOST ROBOT réalisé par Guy Verney est le seul qui n’ait pas été perdu.

Vous ne verrez évidemment pas notre Nestor faire de grandes enjambées comme le NS-5 d’I, ROBOT, il aurait plutôt tendance à sautiller sur place. Mais je suppose que vous aurez compris pourquoi Nestor semble vous tirer la langue.

- Trapard -

Autres vedettes de la catégorie Robot-Craignos :

Robot de Target Earth / Robot de Devil Girl from Mars / Robot de The Phantom Empire / Robot de The Robot vs. the Aztec Mummy / Robot de Vanishing Shadow /Robot de The Phantom Creeps / Robot de Undersea Kingdom / Robot de Superman (serial) / K1 / Ro-Man / Muffet / Robox / Robot géant des amazones de Star Crash / Robot de Flesh Gordon / 2T2 / Robot de Giant Robot / Gog / Kronos /Robot de The Space Giants / Robert / Wiki / Robots de The Lost Saucer / Robot de L’Invasion des Soucoupes Volantes / Jet Jaguar / Elias / QT-1 / Andy / Dot Matrix / Robot de The Goodies / Torg / Kryten / Robot de Dünyayi Kurtaran Adam /Robot de L’Homme Mécanique / Robot de Supersonic Man / Robot de Cosmo 2000 / Mechani Kong / Sparks / Robots de Ice Pirates / Maria (de Roboforce) / K-9Robot de The Bowery Boys Meet The Monsters / Robot de First Spaceship On Venus / « Friend » / RUR / Crow T. Robot, Gypsy & Tom Servo / Q / Tic Tac /Robowar / Robot de Frigia / Mark 1 / Kip / Doraemon / Robot de Métal Hurlant Chronicles /  Moguera / Robot de Galaxis / IG-88 / Stella / Metalogen Man / Tor /Robot de Superman Contre les Robots / Robot de Lost City / Robot de Supercar /Robot des Thunderbirds / Robot de Alien Armaggedon / Robot de Ikarie XB-1 /Robot de la série TV Superman (1951) / RuR (2) / Roscoe / Robots de Star Odyssey / Robot de La Edad de Piedra / Robot de l’épisode de La Quatrième Dimension : Oncle Simon / Stelekami / Auto / Eyeborgs

Robot « cool » ou « craignos » ?

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



123