CAPTIVE WILD WOMAN (1943)

Posté le 9 septembre 2014

CAPTIVE WILD WOMAN (1943) dans Cinéma 13061310052715263611288458

CAPTIVE WILD WOMAN (1943) d’Edward Dmytryk

14090908562515263612510550 dans Le grenier du ciné SF

La science dans tout ce qu’elle a de plus folle et de plus farfelue, est désormais de retour dans ce Grenier du Ciné SF avec ce CAPTIVE WILD WOMAN.

Un scientifique farfelu, le Dr. Sigmund Walters, cherchant à créer la race parfaite, greffe des glandes humaines à un gorille femelle, ce qui le transforme en une belle jeune femme, Paula Dupree. Cependant, chaque secousse émotionnelle ramène la jeune femme, à son état primitif… C’est ballot !

Après DOUBLE ASSASSINAT DANS LA RUE MORGUE (1932), THE BEAST OF BORNEO (1934), THE APE (1940) ou même, LA FÉLINE (1942), CAPTIVE WILD WOMAN ne fait pas forcément, figure de nouveauté dans son sujet, mais la réalisation est vraiment très léchée, les scènes d’action et de cirque sont captivantes, et les comédiens sont excellents.

14090908573415263612510551 dans Science-fiction

Avant d’être l’excellent réalisateur de grands classiques du film de guerre (RETOUR AUX PHILIPPINES, 1945, OURAGAN SUR LE CAINE, 1954, LE BAL DES MAUDITS, 1958, ou ANZIO, 1968) ou du western (LA LANCE BRISÉE, 1954, L’HOMME AUX COLTS D’OR, 1959, ou SHALAKO, 1968), Edward Dmytryk a tourné deux sympathiques séries B d’horreur pour la Columbia (THE DEVIL COMMANDS, 1941) et ce CAPTIVE WILD WOMAN pour la Universal Pictures.

Le scientifique de CAPTIVE WILD WOMAN, le Dr. Sigmund Walters, c’est John Carradine dans l’un de ses meilleurs rôles de Savant Fou. Et la jolie et étrange Paula Dupree, la femme-gorille du film, est incarnée par la fascinante et sauvage (je sais, je sais, j’aime les superlatifs…), Acquanetta, qui était une habituée à ce genre de rôles qui lui allaient comme un gant en peau de léopard. Après le succès de CAPTIVE WILD WOMAN, la Universal Pictures n’hésita pas, comme de coutume, à produire deux suites à ce film, avec JUNGLE WOMAN, en 1944 (sans John Carradine, mais avec J. Carrol Naish), et JUNGLE CAPTIVE, en 1945 (sans Acquanetta, cette fois). Un film de Mad Doctor des 40′s, avec un côté assez sexy, cette fois-ci, pour ce Grenier du Ciné SF.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné SF :

Flash Gordon, de la BD aux serials / Croisières Sidérales / Aelita / Man Made Monster / Metropolis / Things to come / Docteur Cyclope / L’Ennemi sans Visage /Sur un Air de Charleston / La Femme sur la Lune / Le Tunnel / La Fin du Monde /I.F.1 ne répond plus / Buck Rogers au XXVe Siècle : Une Bataille Interplanétaire avec les Hommes-Tigres de Mars / Le Mort qui marche / Before I hang / The Ape / Le Capitaine Marvel / Le Voyage dans la Lune / A Trip to Mars /Le Voyage sur Jupiter / The Airship Destroyer / 20 000 Lieues sous les Mers (1916) / Paris qui dort / Sauce Piquante / The Beast of Borneo / Torture Ship /Emergency Landing / Le Voleur de Cadavres / Cerveaux de Rechange /Spécial Boris Karloff / Dr Renault’s Secret / Le Voyage Cosmique / Spy Smasher / The Mad Doctor of Market Street

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez