• Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

Archives

Archive pour décembre 2014

EN PLEINE FORCE EN 2015 !

( Blog )

EN PLEINE FORCE EN 2015 ! dans Blog 14123010440415263612835678

2014 s’accroche encore à nous, mais dans quelques heures elle nous laissera tomber comme toutes les autres avant elle, la garce ! Qu’à cela ne tienne, 2015 s’annonce extrêmement belle.

14123112131715263612836283 dans BlogJe ne vais pas m’amuser à dresser le bilan exhaustif de l’année 2014, d’autant plus que ce serait long, fastidieux, et que ce n’est pas dans l’habitude des Échos d’Altaïr. Mais là, tout de suite, si j’avais deux choses à retenir ce sont les décès de Robin Williams, qu’on ne présente plus, et de Glen A. Larson, le créateur de GALACTICA, BUCK ROGERS AU XXVe SIÈCLE, K 2000… Le premier, plongé dans un grand désarroi, a préféré mettre fin à ses jours. Je n’ai pas vu tous ses films, et je n’étais pas forcément un fan, mais l’homme dégageait un je-ne-sais-quoi de si humain et de gentillesse… Le second nous a laissé nombre de séries télévisées qui ont fait les beaux jours du petit écran, des séries devenues cultes aujourd’hui pour la plupart. Ils nous manqueront tous les deux.

Côté presse, 2014 aura vu la disparition du déjanté, mais apprécié, magazine Métaluna de JPP, de même que celle de l’insipide Sci-Fi Now. Aucun regret pour ce dernier qui restera définitivement dans son pays, l’Angleterre, après avoir tenté sa chance en France. Nous on a beaucoup, mais vraiment beaucoup mieux que ce torchon british : L’Écran Fantastique et Mad Movies.

14123112221115263612836290Chapitre télévision, aucune nouvelle série TV n’aura attiré mon attention en particulier. Il faut dire que je ne suis pas un grand amateur à la Skarn, même si j’apprécie énormément les THE WALKING DEAD, GAME OF THRONES, AMERICAN HORROR STORY et, désormais un peu moins, DOCTOR WHO. J’ai tout de même goûté à SLEEPY HOLLOW qui m’a bien plu dans l’ensemble et aussi EXTANT, au scénario très original, avec la superbe Halle Berry. Les autres séries me paraissent souvent bien trop fadasses ou artificielles, et puis voir autant de créations sombrer au bout de quelques épisodes me prouve combien Hollywood n’est attiré que par l’appât du gain, tout en se foutant royalement de l’originalité ou de l’intérêt que peuvent porter les téléspectateurs à certaines séries.

Cette conception très lucrative de la SF et du Fantastique se retrouve bien sûr également au chapitre cinéma, où jamais autant de reboots n’auront été d’actualité. On parle d’ailleurs déjà du reboot du reboot de SPIDERMAN… Tellement navrant… Et j’en ai franchement ma dose des super héros aux super pouvoirs et aux super muscles. Il n’y a plus qu’eux qui font la pluie et le beau temps au cinoche. Alors quand je sais qu’on en a encore pour plus d’une dizaine d’années à les supporter… Bon, d’accord, j’ai tout de même adoré LES GARDIENS DE LA GALAXIE, mais peut-on ici parler de super héros ?…

14123112301515263612836301Cependant, et heureusement, 2015 sera l’année STAR WARS par excellence avec le grand retour de la saga au cinéma ! STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE, réalisé par JJ Abrams-le-faux-trekkie, sortira précisément le 18 décembre dans toutes les salles ! On voudra bien lui pardonner son premier teaser ratatiné qui a fait parler des milliers de fans car ce STAR WARS s’annonce véritablement formidable à tous points de vue. Ce sera en plus l’occasion de retrouver Luke, Han, Leia, Chewie, C-3PO et R2-D2, mais aussi le Faucon Millenium et John Williams pour la musique ! Quant au nouveau grand méchant, il semble très intéressant…

En dehors de STAR WARS VII, 2015 verra aussi des événements comme le très attendu MAD MAX FURY ROAD de George Miller, JUPITER : LE DESTIN DE L’UNIVERS (le fameux Jupiter Ascending maintes fois reporté), JURASSIC WORLD, TERMINATOR : GENISYS, PAN (le grand retour de Peter Pan) et aussi, pour ceux qui aiment, AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON et ANT-MAN.

Côté STAR TREK, on ne pouvait pas espérer pire à la réalisation du troisième volet que Justin Lin (FAST AND FURIOUS). Si, peut-être pire si ça avait été Michael Bay… En tout cas voilà qui rend déjà « furious » beaucoup de trekkies et trekkers, moi le premier.

Côté TV, j’ai vraiment hâte de découvrir ce que vont donner les nouveaux THUNDERBIRDS, la série des sixties ayant bercé mon enfance !

Enfin, côté « technique », pour ceux qui s’étonneraient peut-être de l’emploi abusif de la première personne sur Les Échos d’Altaïr, je rappelle que vous êtes sur un blog et non sur un site professionnel. C’est la différence et aussi tout l’avantage. On peut donc se permettre de parler de tout ce qu’on veut comme on veut, et ça durera ainsi éternellement, faut le savoir.

Bon, allez, il serait temps que je vous souhaite un bon réveillon et une bonne année 2015. Tous mes meilleurs vœux vous accompagnent. Et bien sûr : Que la Force soit avec vous !

- Morbius -

(L’affiche STAR WARS VII présente ici a été réalisée par un fan)



GODAIZER

Si vous êtes un fan des Mecha du genre des MAZINGER Z ou de GOLDORAK, ou même plus récemment du PACIFIC RIM (2013) de Guillermo Del Toro, GODAIZER vous plaira forcément. Ceci d’autant plus que certains blogs anglo-saxons semblent affirmer que Del Toro se serait peut-être inspiré de ce simple court-métrage d’animation diffusé dès 2011 sur Internet pour réaliser certains effets de son célèbre blockbuster.

GODAIZER dans Anime 14123012314615263612833601

Le réalisateur de GODAIZER se nomme Hillary Yeo. Il est professeur d’animation au Lasalle College of Art de Singapour.

14123012333015263612833633 dans Science-fiction« J’ai adoré regarder ULTRAMAN, GODZILLA et les dessins animés japonais avec des super-robots pendant toute mon enfance à Singapour, et ceux-ci ont formé le fondement de mon intérêt pour l’animation » confie Hillary Yeo sur un blog. Et d’enchaîner au sujet de son film : « Je voulais créer un sentiment de nostalgie en contextualisant mon histoire dans un entrepôt abandonné dans lequel de puissants géants sont enfermés, oubliés et négligés par la génération actuelle. J’ai l’habitude de voyager sur les routes de Malaisie et de voir d’immenses champs où de vieux bâtiments sont abandonnés ainsi que de vieilles maisons du style Kampong et je suis toujours frappé par les caractéristiques de ces lieux. Ces sites et ces souvenirs sont ensuite devenus une partie de mes références personnelles pour créer le début de GODAIZER ».

Hillary Yeo a pris quatre années pour réaliser son court-métrage en utilisant une combinaison de logiciels comme Autodesk Maya, Adobe After Effects et Photoshop ainsi que les services d’un concepteur graphique.

14123012354015263612833651 dans Trapard

L’intrigue est simple et sans dialogue, et si vous avez vu PACIFIC RIM, il est presque inutile de le résumer tant la lecture en est fluide : Un vieil homme et son petit-fils gardent l’entrepôt où l’ancien robot géant déclassé Godaizer est maintenu. Quand un kaijù est réveillé, il est temps pour Godaizer de se remettre en action et de reprendre du service…

« J’ai toujours aimé l’idée d’être en mesure de raconter une histoire sans avoir à utiliser de dialogues, et où tout est montré de manière implicite. J’ai pris sur moi comme un défi personnel de raconter l’histoire et de présenter les relations entre les personnages uniquement à travers les visuels. » affirme le réalisateur de ce court-métrage d’environ 19 minutes. Et franchement, cela fonctionne très bien tout en lui donnant finalement une dimension universelle mais avec ce petit quelque chose d’artistique et d’asiatique en plus dans l’animation.

GODAIZER a d’ailleurs remporté le prix de la Meilleure Direction Artistique au 3ème Festival de courts-métrages de Singapour en 2011.

- Trapard -



LE PIN’S DU SCI-FI CLUB EN 1992

LE PIN'S DU SCI-FI CLUB EN 1992 dans Nouvelle-Calédonie 13100208544615263611602685

Dans les années 90, c’était la grande mode des pin’s (ou épinglettes). Vous savez, ces p’tits trucs souvent métalliques attachés bien en évidence sur un vêtement. Chacun se devait d’en posséder, mieux : d’en porter ! Les sociétés, les entreprises et les clubs en faisaient réaliser en quantité pour leurs membres ou adhérents. Les collectionneurs se les arrachaient. Le Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie n’échappa pas (non papa) à la mode…

14122906343215263612830843 dans Sci-Fi Club

Le pin’s du Sci-Fi Club en 1992.

En feuilletant mes vieux Sci-Fi News (anciens bulletins papier de l’association), je crois que tout s’est joué durant l’année 1992. En effet, dans le numéro 33 de juillet-août, j’écrivais alors en page 3 : « Ce n’est plus qu’une question de temps : le pin’s du Sci-Fi Club sera disponible à la vente (600 F) dans un peu moins de trois mois ! Réservez-le dès à présent car il ne sera disponible qu’en quantité très limitée : 300 exemplaires !  Chaque pin’s sera numéroté et coulé émail grand feu. Un must scifile à posséder (vendu également aux non-adhérents). »

Et dès le numéro 34 de Sci-Fi News (octobre-novembre 1992) on pouvait voir cette petite pub en bas de page :

14122906411915263612830844

300 exemplaires du pin’s Sci-Fi Club furent bel et bien fabriqués et numérotés. On les vendra dans et hors de l’association, notamment à l’occasion de certaines manifestations culturelles.

Des collectionneurs non scifiles (« scifile » est le nom donné au membre du Sci-Fi Club), peu courtois mais francs, me firent un jour remarquer que ce pin’s était bien trop simple et trop petit (diamètre de 2 cm). Pour la petite histoire, c’est moi-même qui le conçus à l’aide d’une pièce de 10 F de Nouvelle-Calédonie… Je passais mon crayon autour de la pièce de monnaie et collait le logo du Sci-Fi Club tel qu’il se présentait sur les cartes d’adhérents à l’époque… Le fabriquant n’eut plus qu’à rajouter « Nouméa » en haut, et le tour était joué !

14122906562615263612830846

De l’autre côté du pin’s, avec le numéro…

On en vendit peu, mais on l’offrait aux nouveaux adhérents du club. C’est aujourd’hui une véritable pièce de collection ! Qui en possède encore, hein ? Plus grand monde à mon avis…

- Morbius -

Autres articles publiés dans la catégorie Sci-Fi Club :

Le Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie / Publication Sci-Fi Club : En d’Autres Temps, en d’Autres Lieux… / Publication Sci-Fi Club : La Dernière Fugue / CosmoFiction, premier fanzine calédonien / Futur Immédiat : l’association mort-née / Et pour en finir avec CosmoFiction / Le Sci-Fi Junior / Midian, le second fanzine du Sci-Fi Club / L’émission avortée du Sci-Fi Club / Petite histoire du logo du Sci-Fi Club / Il n’y avait pas que CosmoFiction ! / Interview de la présidente du Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie /Avez-vous « geeké » ce week-end ? / Les 24 Heures du Fantastique (1ère partie) /Les Feuillets d’Hypnos / Les 24 Heures du Fantastique (2e partie) / Week-end Geek 2013 : bientôt dans votre galaxie / Interview du président du Sci-Fi Club / Week-end Geek 2013 : The end / Vidéo Week-end Geek 2013 / Sci-Fi Club m’était conté /Week-End Geek : le retour ! / C’était bon le Week-End Geek ! / Week-End Geek 2014 : l’album photo / La boîte à geek (2013)

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



CHRONIQUES DE KARN (T1) : NERELIATH

CHRONIQUES DE KARN (T1) : NERELIATH dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14122904565015263612830839 dans Flynn

Auteur : Simon Sanahujas
Éditeur : Asgard
Pages : 332 pages
Prix : 18€
Quatrième de couverture : « Un aventurier Luxian qui parcourt le monde à la recherche de lui-même. De redoutables pirates et des navires en provenance de la moitié des Royaumes. Que peut bien dissimuler le mystérieux océan de l’Est pour attiser tant de convoitises ? Les restes d’une civilisation oubliée, la Cité des Dieux ou quelque chose de plus fantastique encore ? »

Nereliath est le premier tome des Chroniques de Karn mais aussi le premier d’une superbe aventure de piraterie et de fantasy dans la lignée d’un Conan Le Barbare. Et pour le comprendre, il suffit de regarder l’illustration de la couverture de ce Nereliath.

Dans ce premier tome, on suit Karn, aventurier et pirate qui navigue sur les mers entre beuveries et batailles. L’histoire est très intéressante et ne cesse de devenir de plus en plus passionnante au fur et à mesure qu’elle évolue et que l’intrigue prend forme. En plus de quoi, Simon Sanahujas nous permet, à travers son récit, de voyager sur les mers et de vivre une véritable expérience de piraterie. Chose totalement impossible en vrai ! Surtout que l’auteur a un style très dynamique et utilise des descriptions très détaillées. Par contre, Simon fait parfois des répétitions qui alourdissent son texte et qui lui font perdre de la fluidité.

Entre les diverses batailles, on rencontre quelques personnages qui vont se montrer gentils ou méchants et qui auront plus ou moins d’importance. Mais on ne va pas chercher à comprendre qui ils sont. On ne les connait pas vraiment plus que ce que l’on voit. La force du récit se trouve vraiment dans l’ambiance qui est mise en place et dans l’aventure, dans l’histoire.

C’est un roman d’aventure qui démarre bien et qui finit bien. Il faut cependant aimer l’univers pirate et l’aventure pour apprécier celle-ci, laquelle dispose d’une ambiance assez particulière et parfois violente. Mais on entre dans le récit et on n’en ressort qu’à la fin.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune / Arthaé / Le Code du Chasseur de Primes / L’Aigle de Sang / Les Montagnes Hallucinogènes / La Dernière Terre (T1) : L’Enfant Merehdian / Destination Mars

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



THUNDERBIRDS 2015

Si STAR WARS fait son grand retour au cinéma en 2015, les THUNDERBIRDS (LES SENTINELLES DE L’AIR aka LES AVENTURES DE LADY PÉNÉLOPE) reviennent également en force, mais à la télévision, et dans une toute nouvelle série intitulée THUNDERBIRDS ARE GO !

THUNDERBIRDS 2015 dans Science-fiction 14122808141215263612828067

Créée en 1965 par le génialissime Gerry Anderson déjà à l’origine de CAPITAINE SCARLETT (Captain Scarlett and the Mysterons), L’ESCADRILLE SOUS-MARINE (Stingray), UFO ALERTE DANS L’ESPACE (UFO), COSMOS 1999 (Space 1999) et d’autres encore, la série LES SENTINELLES DE L’AIR demeure ancrée dans les mémoires de nombreux fantasticophiles à travers le monde ! Et pour cause, on y racontait les aventures des membres de la Sécurité Internationale qui intervenait dès qu’une horrible catastrophe (éboulement, déraillement, effondrement…) avait lieu n’importe où dans le monde. La famille Tracy, multimilliardaire, et dont la base secrète se situait sur une île perdue dans l’océan Pacifique, s’occupait de gérer toutes ces interventions grâce à des engins fabuleux appelés en anglais les Thunderbirds, composés de fusées, sous-marins et véhicules plus extraordinaires les uns que les autres. Les histoires se déroulaient dans le futur, vers 2026.

14122808182415263612828068 dans Série TV32 épisodes de 50 minutes répartis sur deux saisons furent tournés avec, comme principaux acteurs, des marionnettes ultra-perfectionnées filmées en « Supermarionation », grande spécialité de Gerry Anderson ! Les prodigieux effets spéciaux étaient conçus par Derek Meddings (spécialiste sur les JAMES BOND) et Brian Johnston (L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE).

Cette série britannique connaîtra un grand succès et représente au final un fabuleux travail sans commune mesure : animation, décors, maquettes, effets spéciaux, musique… Jamais un feuilleton destiné à un jeune public n’atteindra un tel degré de perfection dans l’histoire de la télévision. LES SENTINELLES DE L’AIR demeurent encore aujourd’hui une référence en la matière et a amplement mérité son titre de série culte.

En 2004, Jonathan Frakes en fera un film incroyablement mauvais pour le cinéma, réalisé avec des acteurs en chair et en os, intitulé : THUNDERBIRDS : LES SENTINELLES DE L’AIR.

Mais depuis un moment déjà le grand retour des THUNDERBIRDS à la télévision était annoncé. Ce sera donc pour 2015, soit pour leur cinquantième anniversaire, avec une toute nouvelle série en partie réalisée en numérique à la façon de THE CLONE WARS ! Les effets spéciaux seront assurés par la prestigieuse Weta Workshop déjà responsable de ceux de la saga du SEIGNEUR DES ANNEAUX ! Il s’agira d’un mélange d’images de synthèse et de maquettes miniatures.

Très peu d’informations filtrent au sujet de THUNDERBIRDS ARE GO !, titre de cette nouvelle série. Tout est classé top secret ! On sait simplement que Rosamund Pike (GONE GIRL) prêtera sa voix à la superbe Lady Pénélope et que David Graham reprendra le rôle de son chauffeur, Parker. Brains aura la voix de Kayvan Novak (DOCTOR WHO), Gordon et John Tracy seront tous deux joués par Thomas Brodie-Sangster (GAME OF THRONES) et Rasmus Hardiker incarnera Alan et Scott Tracy. Grand-mère Tracy aura quant à elle la voix de Sandra Dickinson et le grand méchant de la série, The Hood, aura celle de Andres Williams. De nouveaux personnages devraient également faire leur apparition.

Vous pourrez admirer ici la version revue et corrigée des engins Thunderbirds de la série. C’est Weta qui s’est chargé de ce magnifique travail, lequel fait honneur aux véhicules et vaisseaux d’origine. Et sur cet autre site, vous pourrez les voir sous tous les angles. 

En attendant, voici le premier teaser ultra-court et qui ne montre rien ou si peu de THUNDERBIRDS ARE GO !

- Morbius -

Image de prévisualisation YouTube



DRIVE IN : X THE UNKNOWN (1956)

DRIVE IN : X THE UNKNOWN (1956) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14122705014915263612826008 dans Drive-in

X THE UNKNOWN
Année : 1956
Réalisateur : Leslie Norman ( & Joseph Losey)
Scénario : Jimmy Sangster
Production : Hammer Film Productions
Musique : James Bernard
Pays : Royaume-Uni
Durée : 81 min
Interprètes : Dean Jagger, Edward Chapman, Leo McKern, Anthony Newley, Jameson Clark…

14122705015915263612826009 dans Fifties SF

Après FOUR SIDED TRIANGLE (1953, vous pouvez aussi regarder SPACEWAYS que Terence Fisher a tourné la même année, ici), voici une autre production de la Hammer Films avec X THE UNKNOWN (1956) qui fut initialement conçu par la firme anglaise pour être une suite au succès du MONSTRE (1955, The Quatermass Xperiment) réalisé par Val Guest. Vous pouvez relire nos articles sur les aventures du Professeur Quatermass ici ou ici. Mais l’écrivain Nigel Kneale ayant refusé à la Hammer qu’elle réutilise son personnage de Quatermass pour le film, X THE UNKNOWN raconte une autre histoire :

En Écosse, le professeur Adam Royston expérimente un signal radio capable d’atténuer les effets nucléaires. Une fissure se produit et une créature atomique et visqueuse s’extrait du sol…

14122705020915263612826010 dans Science-fiction

Exilé au Royaume-Uni et travaillant sous le nom de Joseph Walton après avoir été dénoncé et ajouté à la célèbre liste noire hollywoodienne, le réalisateur Joseph Losey a commencé le tournage du film avant d’être rapidement remplacé par Leslie Norman pour cause de maladie.

X THE UNKNOWN est avant tout une aventure militaire de science-fiction en noir et blanc, au sein de laquelle l’armée doit affronter une créature visqueuse qui inspirera sûrement la production de DANGER PLANÉTAIRE (1958, The Blob) d’Irwin S. Yeaworth Jr, qui pourrait en être un vague reboot colorisé et mettant en scène des teenagers (dont Steve McQueen).

- Trapard -

X THE UNKNOWN EN ENTIER ET EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LA SF À YOM – Planète Interdite

Yom a une passion : la science-fiction, SA science-fiction ! Films, séries télévisées, dessins animés, comics, serials… sur sa page Facebook, tout y passe, « juste pour le plaisir » nous dit-il. Et pour notre plaisir, Yom nous permet de publier ici certaines de ses critiques, de ses réflexions, de ses opinions, de ses pensées ou de ses interrogations. Aujourd’hui :

LA SF À YOM - Planète Interdite dans Cinéma 14122411430415263612822275

PLANÈTE INTERDITE

Avant de parler d’autres choses, voici d’abord la référence en terme de science-fiction, le classique des classiques, bien en avance sur son temps : PLANÈTE INTERDITE.

PLANÈTE INTERDITE est l’un des premiers films de science-fiction ayant bénéficié de la couleur et du format cinémascope, et également le premier film dont la bande originale n’utilise que des sources électroniques. Robby le robot, mon chouchou en tant que fan de robots, est un personnage à part entière, bien qu’il suive les lois d’Asimov. Il est devenu depuis une icone de la science-fiction, et a même eu droit à un film (THE INVISIBLE BOY) dans lequel il y a un clin d’œil discret à PLANÈTE INTERDITE. Il a ensuite fait beaucoup de caméo dans divers films et séries, et même des publicités.

14122411491715263612822277 dans Fifties SF

Pour en revenir au film, bien qu’un peu kitsch de nos jours, il reste largement en avance sur tout (ou presque) ce qu’il se faisait à l’époque en terme de films de science-fiction (en 1956). Il a facilement 10 ans d’avance sur tous les autres, au point qu’il pourrait être l’épisode pilote de la série STAR TREK (commencée en 1966 et qui a du beaucoup s’inspirer du film tant il y a de points communs).

14122411493315263612822278 dans Science-fiction

PLANÈTE INTERDITE est donc un excellent exemple de la Science-Fiction telle que je la considère : machinerie complexe (la cité des Krells, Robby, le vaisseau spatial et les diverses technologies utilisées) + quelque chose d’extra-terrestre (l’action se déroulant sur une planète différente de la Terre, Altaïr IV, tout le décor est extra-terrestre  ). C’est plus précisément à classer dans le sous genre du Space Opera, mais ne pinaillons pas.

14122411490815263612822276 dans Yom

Je vous encourage donc plus que fortement à regarder ce film, car en plus de tout ça le scénario est vraiment sympathique, et si possible au format Cinémascope d’origine, ou tout du moins dans un format proche, car les décors sont très beaux et le film perd de son charme en format 4:3.

C’est un must pour tout fan de SF qui se respecte.

- Yom -



BON RÉVEILLON ET JOYEUX NOËL !

( Blog )

Les Échos d’Altaïr vous souhaitent un très bon réveillon et un joyeux Noël !

BON RÉVEILLON ET JOYEUX NOËL ! dans Blog 14122407350515263612820539



LE TOUR DU MONDE DE SADKO (1953)

LE TOUR DU MONDE DE SADKO (1953) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LE TOUR DU MONDE DE SADKO (1953) d’Aleksandr Ptushko

14122307310415263612817968 dans Fantastique

Troisième film d’Aleksandr Ptushko dans ce Grenier du Ciné Fantastique, suivant LA CLÉ D’OR (1939, Золотой ключик / Zolotoï klioutchik) et LA FLEUR DE PIERRE (1946, Каменный цветок), LE TOUR DU MONDE DE SADKO (1953, Sadko, Садко) est inspiré d’anciennes chansons russes. Le film évoque les pérégrinations de Sadko pour trouver « l’oiseau de bonheur » à travers les Indes et l’Égypte, jusqu’à son retour à Novgorod, sa bien-aimée ville natale :

Sadko est beau et il est pauvre : il est de Novgorod, il aime la plus belle des jeunes filles de la ville. Il veut pour elle faire des prouesses. Mais il se heurte à l’hostilité des riches marchands qui voient un fauteur de troubles en ce jeune musicien, dont la grâce semble envoûter le peuple. Un soir que, solitaire au bord du fleuve, il rêve à sa bien-aimée en jouant de la harpe, il séduit la fille du roi des mers : elle lui promet sa protection secrète et merveilleuse. Il pourra pêcher des poissons d’or. Il défie alors les marchands qui veulent sa tête : s’il pêche le poisson d’or, ils devront lui remettre leur fortune ; s’il échoue, ils auront sa tête. En même temps, il s’assure l’alliance des hommes du peuple les plus forts et les plus généreux. La pêche est miraculeuse, Sadko triomphe, mais il gaspille ses richesses et perd la confiance des siens. C’est alors qu’un nouveau prodige le sauve : dans sa barque, trois poissons se métamorphosent en objets précieux. Il lui reste encore une prouesse à accomplir: il étreint sa fiancée qui lui promet fidélité, et il s’en va, sur la Volga, puis sur les mers, en quête de l’oiseau du bonheur. Il triomphe de toutes les épreuves, que ce soient les dangers de la confrontation brutale avec les barbares, ou les pièges tendus par la perfidie voluptueuse des Orientaux. Lorsqu’enfin il découvre l’oiseau du bonheur, dangereuse sirène un peu flétrie, séquestrée dans une tour par le roi cupide qui la possède, il a la révélation du secret en quête duquel il a couru le vaste monde : le bonheur est parmi les siens, sur la terre de Russie. Une dernière épreuve l’attend : pour sauver son équipage de la tempête, il rejoint le fond des mers, où il obtient la bienveillance du couple royal, d’une bourgeoise bonhomie à condition d’épouser la fée des mers, naguère sa protectrice: dans un acte suprême de générosité, celle-ci, comprenant que Sadko ne l’aimera jamais, renonce à son amour et le libère de sa prison liquide ! Sur un hippocampe, il rentre à Novgorod, où le bonheur l’attend…

14122307324815263612817969 dans Fifties fantastique

LE TOUR DU MONDE DE SADKO est un joli conte pour enfants, costumé, bourré de scènes merveilleuses, de chansons et de danses russes. Vous pouvez trouver en version complète en russe ici et les sous-titrages anglais (je ne trouve aucun sous-titres en français, désolé).

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible /The Monster Walks / Le Mystère du Château Maudit / Ma Femme est une Sorcière / Night Monster / The Undying Monster / Dead Men Walk / Le Soleil Volé / Le Vaisseau Fantôme / La Tour des Sept Bossus / The Return of the Vampire / Carcasse l’Immortel / The Vampire’s Ghost & The Catman of Paris / La Fleur de Pierre / Valley of the Zombies / Le Conte de Cendrillon / Le Petit Cheval Bossu / Macbeth

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DES SINGES, DES ARMES ET DES CRAIGNOS MONSTERS POUR NOËL !

DES SINGES, DES ARMES ET DES CRAIGNOS MONSTERS POUR NOËL ! dans Littérature 14072703494415263612413227

On n’est jamais mieux servi que par soi-même, dit-on. J’ai donc mis en pratique ce vieil adage et me suis offert pour Noël trois livres magnifiques pour lesquels je ne regrette pas le lourd investissement : Ze Craignos Monsters : Le Retour du Fils de la Vengeance, La Planète des Singes : Toute l’Histoire d’une Saga Culte et Pan ! Toutes les Armes Cultes de la Pop Culture. De quoi m’occuper pour les grandes vacances calédoniennes !

14122201423015263612813918 dans Littérature

Le plus fantasticophile : Ze Craignos Monsters : Le Retour du Fils de la Vengeance

On commence par le grand retour de Jean-Pierre Putters pour le dernier né de la série des Craignos Monsters : Ze Craignos Monsters : Le Retour du Fils de la Vengeance (éditions Vents d’Ouest). Quel bonheur !

14122201485415263612813965Tout fantasticophile qui se respecte connaît forcément (et possède forcément !) la série des ouvrages cultes Ze Craignos Monsters, ancienne rubrique de Mad Movies qui répertoriait régulièrement les monstres les plus ratés de l’histoire du cinéma fantastique et de science-fiction. Trois volumes sont parus dans les années 90. Le dernier datait de 1998. Et voilà que JPP nous revient, très en forme, avec ce nouveau titre !

Véritable rayon de soleil, Ze Craignos Monsters : Le Retour du Fils de la Vengeance est un régal absolu ! Avec son célèbre humour potache toujours aussi efficace (je me marre tout seul en lisant ses textes…), JPP nous sert un quatrième volume de 240 pages richement illustré et qui accueille une quantité phénoménale de chapitres, sous-chapitres, rubriques… On y trouve ainsi quatre grandes parties intitulées Les singes géants, Regard sur l’invisible, Un fléau en quête d’hauteur : l’insecte ! et Politique friction. Viennent se joindre ensuite des pages sur certains réalisateurs (Edward L. Cahn, Jack Arnold, Jesús Franco, Bert I. Gordon, etc.), sur les hilarantes Fiches du Docteur Jabuse (des monstres sélectionnés et décortiqués sous l’appellation Ze very best of the craignos monsters) et sur les momies, vampires, loups-garous, robots… (portfolios commentés).

14122201485215263612813964Avec sa mise en page beaucoup plus belle que les précédents volumes de la série, Ze Craignos Monsters : Le Retour du Fils de la Vengeance se dévore avec passion ! La quatrième de couverture nous dit :

« Fondateur de la revue Mad Movies, Jean-Pierre Putters publia dans les années 90 Ze Craignos Monsters : une série de trois ouvrages aussi instructifs qu’hilarants, explorant 100 ans de cinéma de genre avec ses monstres outranciers, ses vamps décoratives, ses maquilleurs fous et ses décors surréalistes.

Retrouvez-les dans cette précieuse anthologie pour quatre grandes thématiques (les singes géants, les hommes invisibles, les insectes mutants, et la politique fiction), suivies de portfolios meurtriers sur les principaux mythes du fantastique : vampires, momies, loups-garous, yétis, mastodontes japonais, zombies, extraterrestres, créatures de Frankenstein.

14122201490015263612813967Autant de thèmes immortalisés par d’irraisonnables cinéastes  comme Edward L. Cahn, Jack Arnold, Bert I. Gordon, Herschell G. Lewis et Roger Corman, accompagnés d’un long hommage à Jesús Franco, grand maître du cinéma bis disparu en avril 2013, ainsi que plein d’autres surprises (affiches méga-craignos, fiches d’identité de nombreux monstres pas beaux avec, Dieu merci, les conseils du docteur Jabuse pour s’en débarrasser !)

Cadeau idéal pour les amateurs d’émotions fortes et de créatures excentriques, Ze Craignos Monsters dresse un bilan réjouissant d’un genre cinématographique majeur, humoristique et terrifiant à la fois. 240 pages de bonheur, préfacées par Joe Dante (Gremlins, Hurlements, Panique sur Florida Beach). »

Ze Craignos Monsters : Le Retour du Fils de la Vengeance ne peut que figurer en bonne place dans votre bibliothèque de fantasticophile si vous êtes, comme nous le sommes sur Altaïr IV, un grand amateur de vieux films fantastiques et de SF fauchés, pas toujours ratés mais forcément de cinéma bis, ces films qui font notre bonheur dans certaines catégories des Échos d’Altaïr, notamment celle des « Drive-in » !

14122205335515263612814760

Le plus classe : La Planète des Singes : Toute l’Histoire d’une Saga Culte

Les fans de LA PLANÈTE DES SINGES, dont je fais partie (non pas des singes mais des fans, merci), ne pouvaient rêver plus beau cadeau de la part des formidables éditions Huginn & Muninn. C’est le livre ultime, la bible complète sur la grande saga légendaire de LA PLANÈTE DES SINGES, de ses origines du roman de Pierre Boulle, en passant par les cinq films des années 60 à 70, la série télévisée, le dessin animé, les produits dérivés, les BD et bien sûr les derniers films des années 2000.

14122206271215263612814790Très beau livre grand format au papier glacé, écrit par les Américains Joe Fordham (journaliste à Cinefex) et Jeff Bond (rédacteur en chef de Geek Magazine US), La Planète des Singes : Toute l’Histoire d’une Saga Culte compte pas moins de 256 pages rassemblant d’incroyables trésors encore jamais publiés : croquis préparatoires, dessins de préproduction, photos de studio, photos de tournage… Des chapitres entiers consacrés aux acteurs, aux maquillages ou à la musique, regorgent d’anecdotes et d’informations uniques. C’est un must ! Un livre d’art qui rend un fabuleux hommage à l’une des plus incroyables et des plus prestigieuses saga de science-fiction cinématographique de tous les temps.

On aurait pu craindre une surabondance d’informations sur les trois derniers films des années 2000 et, à l’inverse, un manque en ce qui concerne les cinq premiers des années 60-70. Absolument pas ! La Planète des Singes : Toute l’Histoire d’une Saga Culte est on ne peut plus complet et ravira forcément tous les amateurs de la saga culte, les fantasticophiles et les cinéphiles de tous poils (c’est le cas de le dire).

« Depuis le film original, pionnier dans son genre, jusqu’à la superproduction La Planète des Singes : L’Affrontement, cet ouvrage de référence retrace toute l’histoire de la saga, agrémentée d’interviews inédites avec les principaux créateurs de la série. Cette encyclopédie est aussi illustrée de splendides photographies des coulisses, de tests maquillages et autres clichés de travail. Des visuels préliminaires d’une grande rareté  ont été dénichés et rapportés au grand jour pour offrir  aux fans un aperçu  exclusif du processus de création de cette série à nulle autre pareille.

Exposant en détail les processus d’écriture et de production de l’ensemble des longs-métrages, revenant sur l’impact et l’influence qu’ont exercé les maquillages, la musique et bien plus encore, ce livre est une étude majeure qui fera date, un guide fondamental et un incontournable pour les plus grands fans. »

14122205362115263612814761

Le plus geek : Pan ! Toutes les Armes Cultes de la Pop Culture

Sympathique petit livre fort original publié aux éditions… Huginn & Muninn (si on ne les avait pas, que deviendrions-nous ?), Pan ! Toutes les armes de la Pop Culture, écrit par Maxime Bird, vous propose un gros plan sur les armes les plus célèbres (ou presque) de films (pas forcément que de SF ou de fantastique), de séries télévisées, de dessins animés, de comics ou de jeux vidéo.

14122206295715263612814791Pan ! Toutes les armes de la Pop Culture, 214 pages, papier glacé, se divise en quatre grandes parties : Les armes blanches (fouet, griffes, mains ciseaux, bouclier, etc.), Les armes magiques (épée de légende, lasso de vérité, Dard, Main droite de la mort, etc.), Les armes du futur (disque d’identité, sabre laser, tournevis sonique, lance-toiles, etc.) et Les armes à feu (Walther PPK, 44 Magnum, flèches explosives, Little Friend, etc.). Des rubriques s’étalant sur plusieurs pages s’intéressent aux créateurs de ces armes avec des entretiens divers (le forgeron Peter Lyon, le senior art designer d’Ubisoft Vincent Gaigneux, le maître d’arme John Milius himself, le designer Julian Caldow à l’origine des armes de Batman…). Beaucoup de concepteurs-designers sont à l’honneur, et c’est la moindre des choses que de braquer enfin les projecteurs sur ses génies créatifs et de nous les présenter pour la première fois en ce qui concerne beaucoup d’entre eux.

Des dizaines et des dizaines d’armes de toutes sortes sont ainsi décortiquées à travers les pages de Pan ! Toutes les armes de la Pop Culture , chacune sous deux angles bien indiqués : La fiction, La réalité. Les Échos d’Altaïr avaient déjà consacré un court article sur des armes SF il y a plusieurs années. Mais là où nous nous étions contentés de photos par manque d’informations, l’ouvrage de Maxime Bird nous apporte une mine de renseignements que seuls les geeks sauront apprécier à sa juste valeur.

14122206314915263612814792La quatrième de couverture raconte : « Que seraient James Bond sans son Walther PPK ou le Doctor Who sans son Tournevis Sonique ? Que pourraient Indiana Jones privé de son lasso, l’inspecteur Harry dépossédé de son 44 Magnum ou les Ghostbusters sans leur ingénieux Proton Pack ?

Green Lantern et son anneau, Conan et son épée, Harry Potter et sa baguette, Xéna et son chakram, Goldorak et son Astérohache, la Confrérie des Assassins et leurs lames cachées…

Pour toujours et à jamais, les plus grands héros de la culture populaire mondiale sont associés à des armes bien particulières, qu’elles soient magiques ou technologiques, blanches ou à feu. À tel point que certaines – comme les sabres laser des Jedi ou les griffes de Freddy Krueger – sont devenues aussi cultes que leurs propriétaires. Retrouvez toutes leurs histoires, leurs origines, leurs secrets de fabrication et leurs évolutions dans ce guide illustré fourmillant d’érudition et d’anecdotes. Cette encyclopédie totalement inédite contient également des interviews exclusives des grands noms à l’origine de ces outils mythiques, qu’ils soient armurier, forgeron, chorégraphe de combats, conseiller militaire ou designer.

Un ouvrage de référence pour tout connaître des armes de destruction ludique… »

Pour finir cet article, je tiens à signaler que sur ces trois livres présentés un seul est disponible à Nouméa : Pan ! Toutes les armes de la Pop Culture. Les autres sont à commander sur Internet. Mais vous pourrez trouver actuellement en vente dans nos librairies Pentecost et As de Trèfle : Le Making de Star Wars (de J. W. Rinzler), Les Guerres des Étoiles (de Jérôme Wybon) et beaucoup d’autres sur STAR WARS et STAR TREK.

- Morbius -



1234