MACBETH (1948)

Posté le 16 décembre 2014

MACBETH (1948) dans Cinéma 13052108214015263611211209

MACBETH (1948) d’Orson Welles

14121608072015263612798961 dans Fantastique

C’est toujours un peu tendancieux de classer l’œuvre de William Shakespeare dans le genre Fantastique et notamment les films de Laurence Olivier, de Roman Polanski, d’Akira Kurosawa ou d’Orson Welles… Et pourtant Shakespeare touche au plus près le genre qui nous intéresse avec ses fantômes et ses malédictions bien british. Mais je me limiterai à ce MACBETH d’Orson Welles adapté de sa propre pièce de théâtre et qui nous plonge plus que beaucoup d’autres adaptations de l’auteur anglais dans un univers visuel onirique et gothique.

14121608073615263612798962 dans Le grenier du ciné fantastique

L’intrigue : La Norvège et l’Écosse se livrent une bataille où Macbeth, cousin du roi Duncan et chef de son armée, s’illustre par son courage, sa persévérance et sa loyauté. Revenant victorieux, Macbeth, thane de Glamis, rencontre trois sorcières qui l’accueillent en lui donnant successivement trois titres différents : celui de thane de Glamis, de thane de Cawdor et de futur roi. Quant à Banquo, général et ami de Macbeth qui l’accompagne, elles lui promettent une descendance de roi. Puis, sans donner plus d’explications, elles disparaissent. Peu de temps après, deux seigneurs envoyés par le roi Duncan viennent annoncer à Macbeth que ce dernier le nomme thane de Cawdor pour le récompenser de sa victoire. Macbeth fait part de cette rencontre à son épouse mais, dévorée par l’ambition et pressée de voir s’accomplir cette prophétie, elle le pousse à assassiner Duncan sans plus attendre. Les fils de Duncan (Malcolm et Donalbain) s’enfuient, de peur de se faire assassiner à leur tour, laissant le trône à Macbeth. C’est le début d’un cycle meurtrier où Macbeth, vivant dans la hantise de se voir dépossédé de son trône, entreprend de faire assassiner tous ceux dont il estime qu’ils pourraient le lui ravir…

14121608074615263612798963 dans Trapard

Spécialiste de l’œuvre de Shakespeare, Orson Welles créa dans les années 30 sa troupe du Mercury Theater (dont faisait partie Vincent Price) ayant pour but de mieux faire connaître l’auteur anglais sur le territoire des États-Unis. Ce qu’il fit par le biais de la radio, du théâtre et du cinéma, produisant généralement ses propres films par le biais des Mercury Productions, des œuvres qui n’ont pour la plupart gagné qu’une notoriété posthume aux USA. C’est la cas de ce MACBETH, bien que distribué par la Republic Pictures, qui a néanmoins été un échec commercial et critique à sa sortie en salles en 1948 dans les pays anglo-saxons.

La critique lui reprochait l’accent écossais que les acteurs imitaient, rendant les dialogues inintelligibles. Dans les pays non anglophones et en particulier en France où le problème n’existait pas en raison du doublage ou du sous-titrage, le film a été un succès, tant critique que commercial. Certains lui préfèreront peut-être la version d’Akira Kurosawa, LA CHÂTEAU DE L’ARAIGNÉE (1957, (蜘蛛巣城, Kumo no Sujō), mais le film d’Orson Welles est visuellement très impressionnant, avec ses décors expressionnistes et ses effets cinématographiques brutaux et en profondeur de champs, très loin de l’académisme de beaucoup d’adaptations de Shakespeare. La scène d’introduction avec les trois sorcières (qui ressemble déjà un peu à DON QUICHOTTE que Welles ne terminera jamais) est d’ailleurs digne du cinéma gothique le plus pur.

Orson Welles adaptera encore Shakespeare pour le cinéma en 1952 avec OTHELLO sans vraiment de budget mais avec cette démesure dans le cadrage dans les ruelles de Venise, qui fait d’Orson Welles, ce géant de la réalisation qu’il a toujours été.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible /The Monster Walks / Le Mystère du Château Maudit / Ma Femme est une Sorcière / Night Monster / The Undying Monster / Dead Men Walk / Le Soleil Volé / Le Vaisseau Fantôme / La Tour des Sept Bossus / The Return of the Vampire / Carcasse l’Immortel / The Vampire’s Ghost & The Catman of Paris / La Fleur de Pierre / Valley of the Zombies / Le Conte de Cendrillon / Le Petit Cheval Bossu

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez