QUELQUES SÉRIES B FANTASTIQUES INDONÉSIENNES (p1)

Posté le 6 janvier 2015

Si vous êtes un assidu des Échos d’Altaïr, vous avez sûrement lu l’interview du réalisateur Bastien Meiresonne qui nous parlait de son documentaire GARUDA POWER consacré au cinéma de genre indonésien.

Voici, pour rester dans le thème, une petite sélection de films fantastiques indonésiens assez mal connus hors d’Asie et que nous remettrons à l’honneur le temps d’un article. Cette petite liste n’est en rien exhaustive mais elle vous donnera peut-être envie de voir ou revoir cet obscur cinéma venu d’Indonésie.

N’hésitez pas non plus à consulter la page de Nanarland consacrée en partie à l’Histoire de la série B indonésienne, ce qui vous expliquera aussi pourquoi vous ne trouverez aucun film indonésien antérieur aux années 70. Exceptés les films dits-coloniaux comme le très beau LEGONG, DANCE OF THE VIRGINS (1935), sorte de conte muet interprété par des non-professionnels balinais et produit par l’Américaine Constance Bennett, et la production nationale antérieure aux Seventies plutôt faible dont quelques comédies dans les années 60, nous ne citerons qu’une poignée de classiques du genre des années 70 à nos jours.

QUELQUES SÉRIES B FANTASTIQUES INDONÉSIENNES

PARTIE 1 : LES ANNÉES 70 & 80

QUELQUES SÉRIES B FANTASTIQUES INDONÉSIENNES (p1) dans Cinéma bis 15010605375615263612852947

RATU ULAR (1972) aka « Snake Queen » de Motinggo Busye

C’est une star féminine du Cinéma Fantastique indonésien, Tuty S qui écrit, produit et interprète une longue série de films aux thèmes les plus sombres possibles jusqu’aux années 90, dont ces deux premiers films de mon article, RATU ULAR et DUKUN BERANAK en sont deux beaux exemples. Il faut dire aussi que les comédiennes indonésiennes étant souvent très belles, ce sont souvent elles qui sont les fils conducteurs des intrigues de ces séries B. Il suffit pour s’en convaincre de revoir la production conséquente de films d’action dédiés à de superbes femmes motardes et bastonneuses du début des années 80 comme DEADLY ANGELS STRIKE BACK (1981), MEMBAKAR MATAHARI (1981), VIRGINS FROM HELL (1983), MONTIR MONTIR CANTIK (1984) etc… Sans oublier que Laura Gemser, qui est aussi Indonésienne, est l’une des plus belles comédiennes de cinéma bis italien. Elle a aussi tourné en France et aux États-Unis dans un nombre incalculable de films de genre, souvent érotiques.

15010605402315263612852948 dans Dossier

Laura Gemser

Pour en revenir à ce SNAKE QUEEN, réalisé par Motinggo Busye en 1972, il ne faut pas le confondre avec THE SNAKE QUEEN de 1982 tourné par Sisworo Gautama Putra et mettant en vedette la 15010605430515263612852949 dans Dossier : Séries B Fantastiques Indonésiennescomédienne Suzzanna, ce genre de sujet étant d’ailleurs très courant en Asie, de Bollywood à Hong-Kong en passant par Taïwan et même par les vieux classiques d’Hollywood (avec les films d’épouvante de la Universal Pictures comme LE SIGNE DU COBRA en 1944 et LE CULTE DU COBRA en 1955).

L’intrigue : « À la mort de ses parents, la jeune Siti retourne dans son village, dans la maison de sa tante Nyi Aminah, une riche veuve. Dans le village, de nombreux décès mystérieux se succèdent et Nyi Aminah semble vouer un culte secret à un dieu serpent… »

RATU ULAR est un film d’horreur aux effets-spéciaux et aux maquillages bien cradingues qui sont comme un compromis entre les films philippins d’Eddie Romero (LE MÉDECIN DÉMENT DE L’ÎLE DE SANG, BRIDES OF BLOOD ou BEAST OF THE YELLOW NIGHT) et les films bollywoodiens des frères Ramsay.

Pour vous faire une idée de l’ambiance de RATU ULAR, vous pouvez le trouver en version complète et en V.O. ici.

15010605453915263612852950 dans Trapard

DUKUN BERANAK (1977) de Bay Isbahi

Entre mélodrame et film surnaturel, DUKUN BERANAK est beaucoup moins séduisant et plus bavard que le précédent.

L’intrigue : « Nyi Anis a chassé son mari Agus avec l’aide du sorcier Mak, un expert en magie noire. Pour se venger Agus force Mak à le faire revenir vers Nyi mais pour cela, il doit sacrifier un bébé à chaque pleine lune. La première victime était son propre enfant et la malédiction semble prendre une tournure difficilement réversible… »

Vous pouvez trouver DUKUN BERANAK en version complète et en V.O. ici.

15010605472415263612852951

SRIGALA (1981) de Sisworo Gautama Putra

S’inspirant vaguement des premiers VENDREDI 13, Sisworo Gautama Putra, qui a d’abord été réalisateur de films d’arts-martiaux, a lancé la mode des Slashers indonésiens avec ce SRIGALA (1981). On y retrouve les deux stars indonésiennes de l’époque de la Rapi Films, Barry Prima et Rudy Salam.

L’intrigue : « Un groupe d’adolescents se retrouve dans un camp près d’un lac pour les vacances. Parallèlement, trois aventuriers sont bien décidés à trouver un trésor au fond du lac. Mais ils ne sont pas seuls. Un homme vêtu de noir commence à s’en prendre et à décimer toute âme qui erre près du lac… »

On retrouve plus ou moins les ingrédients qui ont fait le succès des VENDREDI 13 avec ses plans suggestifs et un tueur à l’affut. Et avec beaucoup de scènes nocturnes avec des hurlements de loups, des cris de chouettes, des chants de cigales (on suppose que le sonorisateur du film avait tout un disque de cris d’animaux sous la main pendant le mixage). SRIGALA n’est pas très original mais c’est un bon film d’ambiance que vous pouvez trouver en version complète et en V.O. ici.

15010605492715263612852952

BAYI AJAIB (1982) de Tindra Rengat

Mélange de film surnaturel et d’horreur, BAYI AJAIB est considéré comme un film culte des années 80 en Indonésie. Il est sûrement vaguement inspiré d’INCUBUS (1982), sorti la même année aux États-Unis.

L’intrigue : « Kosim et Dorman connaissent l’existence d’une mine de diamants dans un village reculé. Dorman, qui a du sang portugais, supplie ses ancêtres qui ont été enterrés dans la région, dont Alberto Domenique qui lui propose de l’aider dans ses ambitions. Alors que Kosim trouve un diamant, sa femme Sumi, qui est enceinte, rend visite à une chaman du village qui ressent une incongruité dans l’utérus… »

BAYI AJAIB est une sympathique série B avec quelques scènes irréelles et gothiques et une ambiance musicale assez proche de celles des séries B italiennes de la même période. Vous en trouverez une version complète et en V.O. ici.

15010605520915263612852953

SATAN’S SLAVE (1982, Pengabdi Setan) de Sisworo Gautama Putra

15010605540115263612852954Autre film d’horreur, mais très inspiré de l’ambiance de PHANTASM (1979) de Don Coscarelli et d’EVIL DEAD (1982) de Sam Raimi.

L’intrigue : « Depuis la mort prématurée de sa femme, Munarto est inconsolable et ses enfants, Tommy et Rita, sont profondément ébranlés. Tommy va consulter une voyante pour prédire leur avenir. Dès ce moment, les phénomènes étranges vont se multiplier. D’inquiétantes ombres semblent menacer la famille. Tommy sera possédé, le jardinier Karto se pend sans aucune raison et Herman, le petit ami de Rita, meurt dans un mystérieux accident de voiture. Tommy soupçonne la voyante Darmina d’être la raison de tous les maux ; mais au moment de la confronter, cette dernière lève une terrible armée de morts-vivants pour faire assassiner la petite famille… »

Le film est ici.

15010605560415263612852955

SUNDEL BOLONG (1982) aka « Ghost with Hole » de Sisworo Gautama Putra

Avec SUNDEL BOLONG, le réalisateur Sisworo Gautama Putra est revenu assez tardivement avec le genre « Rape-and-Revenge » (I SPIT ON YOUR GRAVE, LA DERNIÈRE MAISON SUR LA GAUCHE, L’ANGE DE LA VENGEANCE…). Mais il renouvelle le genre en y ajoutant des éléments du folklore indonésien ainsi qu’une touche de surnaturel (la vengeance de l’héroïne est post-mortem).

L’intrigue : « Alisa est un ancienne prostituée mais sa vie a complètement changé après son mariage avec Hendarto. Un jour, Rudi, un homme d’affaires, rencontre Alisa dans une boutique et lui propose de la payer pour satisfaire son envie d’elle, ce qu’elle refuse. Colérique, Rudi fait alors kidnapper la jeune femme et la viole. Dévastée Alisa retourne à son domicile et seule, recluse, elle se laisse envahir par un sentiment de vengeance… Même après son propre décès… »

Produit par la Rapi Films, SUNDEL BOLONG met de nouveau en vedette Barry Prima, mais aussi la jolie Suzzanna qui est l’héroïne d’un petit nombre de films d’horreurs cultes en Indonésie comme LA REINE DE LA MAGIE NOIRE (1979, Ratu ilmu hitam).

Le film est ici.

THE SNAKE QUEEN (1982, Nyi blorong) de Sisworo Gautama Putra

15010605583015263612852956Tout comme SUNDEL BOLONG, THE SNAKE QUEEN a popularisé le cinéma d’horreur indonésien et de son réalisateur Sisworo Gautama Putra hors de son pays. Ainsi la popularité de Barry Prima et de Suzzanna s’est exportée aux États-Unis et en Europe, et c’est sur le site francophone Horreur.net que vous en trouverez le résumé suivant :

L’intrigue : « Une femme-serpent dispense la bonne fortune à ses disciples, en contre-partie ceux-ci doivent sacrifier une personne aimée en son honneur dans l’année. Un homme ayant déjà sacrifié sa femme et son fils au nom de la richesse ne peut se résoudre à tuer sa fille. Son seul espoir : marier sa fille pour qu’il puisse sacrifier son gendre. Mais la reine tombe amoureuse du jeune homme en question créant ainsi un triangle amoureux des plus troublants… »

Nous sommes évidemment à des années-lumière de la légende chinoise dont est tiré GREEN SNAKE, avec Maggie Cheung ondulant le long des lacs, mais voir la pulpeuse Suzzanna en déesse-serpent vaut aussi son pesant de lombrics caloriques et énergétiques.

Le film est ici.

15010606002915263612852957

LE JUSTICIER CONTRE LA REINE DES CROCODILES (1984, Golok Setan) aka KORAL LE JUSTICIER aka THE DEVIL’S SWORD de Ratno Timoer

Dans la droite lignée des héros indonésiens comme Rajawali Sadki, Jaka Sembung ou Jaka Tarub, Mandala est un guerrier évoluant dans un folklore propre à l’Indonésie avec des sorciers et des puissances surnaturelles souvent à la limite du péplum. Outre LE JUSTICIER CONTRE LA REINE DES CROCODILES, Mandala est le personnage central d’une série de films comme MANDALA FROM THE SNAKE RIVER, MANDALA THE TAR TAR CONQUEROR, tous interprétés par Barry Prima, et souvent tournés en langue anglaise pour l’exportation.

L’intrigue : « La Devil’s Sword, est une épée magique qui assure la toute puissance à celui qui l’utilise. Celle-ci est cachée dans une grotte secrète de la Devils Mountain. Quatre guerriers attaquent et torturent le gardien de la montagne afin de savoir où trouver cette épée. Celui-ci parvient à s’échapper et informe Mandala, son élève, un fier et fort guerrier, de ce qui se trame. Celui-ci va entamer un voyage parsemé d’embûches afin d’empêcher que le mal s’empare de ce qui pourrait asservir le royaume… »

Du bon cinéma d’arts-martiaux avec un héros luttant contre la magie noire et des monstres issus de légendes ancestrales dans des costumes en caoutchouc. On retrouve ce style de film dans le cinéma indonésien jusque dans les années 90 avec SAUR SEPUH I SATRIA MADANGKARA (1987), MUSTIKA SAKTI (1989), BABAD TANAH LELUHUR (1990), DJAGO (1990), PUSAKA PENYEBAR MAUT (1990). Des épopées médiévales entre films d’arts-martiaux et fresques aux faux airs de Mahâbhârata hindouistes.

Le film est ici.

15010606023015263612852958

LA REVANCHE DE SAMSON (1985, Samson Dan Delilah) de Sisworo Gautama Putra

LA REVANCHE DE SAMSON est une relecture moderne d’un mythe ancestral par l’industrie du cinéma indonésien.

L’intrigue : « Daman est un jeune homme dont les parents se sont fait assassiner alors qu’il n’était qu’un enfant. Il a été recueilli, puis élevé par un vieil homme qui a su faire de lui un être surpuissant, quoique pacifiste… »

Il s’agit d’une sorte de péplum indonésien débutant à la manière de CONAN LE BARBARE mais avec le folklore national en plus et la jolie Suzzanna dans le rôle de Dalida ainsi que le bodybuilder indonésien, Paul Hay.

Le film est ici.

15010606045715263612852961

LADY TERMINATOR (1989, Pembalasan ratu pantai selatan) aka NASTY HUNTER de H. Tjut Djalil

Dernier film fantastique indonésien de la première partie de cet article. Plus contemporain et érotique que les précédents, LADY TERMINATOR, malgré son titre racoleur, est un bon film d’action et de magie noire de la fin des Eighties.

L’intrigue : « L’esprit d’une ancienne reine maléfique possède le corps d’une jeune étudiante en anthropologie. Un saccage meurtrier s’ensuit alors…. »

- Trapard -

À SUIVRE !

Également dans la catégorie Dossier :

Les mondes perdus de Kevin Connor : 1 – Le Sixième Continent2 – Centre Terre 7e Continent3 – Le Continent Oublié4 – Les 7 Cités d’Atlantis / Fascinante planète Mars : 1 – L’invasion vient de Mars2 – L’invasion vient de la Terre3 – Ménagerie martienne4 – Délires martiens / Ralph McQuarrie : créateur d’univers (1)Ralph Mc Quarrie : créateur d’univers (2) / À la gloire de la SF : les pulps / Le cinéma fantastique français existe-t-il ? / Les séries d’Irwin Allen / Les Envahisseurs / Howard ou l’Ange Noir / Le Pays de l’Esprit : essai sur le rêve / Philip José Farmer, ou le seigneur de la ré-création (1) / Philip José Farmer, ou le seigneur de la ré-création (2) / Les dinosaures dans la littérature de science-fiction et de fantastique / Gérard Klein, ou l’homme d’Ailleurs et Demain / L’homme et son double / Jean-Pierre Andrevon, ou l’homme qui déclara la guerre à la guerre (1) / Jean-Pierre Andrevon, ou l’homme qui déclara la guerre à la guerre (2) / Homo Mecanicus (1) / Homo Mecanicus (2) / Jules Verne, ou le scaphandrier de l’Imaginaire (1) / Jules Verne, ou le scaphandrier de l’Imaginaire (2) / Jack Arnold (1) / Jack Arnold (2) / Jack Arnold (3) / Démons et merveilles (1) / Démons et merveilles (2) / Fungi de Yuggoth, ou l’oeuvre poétique / Un tour dans les boîtes de la galaxie / Fin du monde : J-1 / La maison hantée au cinéma / Bernard Quatermass et la famille Delambre / Le Fantastique et les prémices du cinématographe / Excursion galactique : première partie / Excursion galactique : deuxième partie / Radio Horror Shows : première partie / Sur les mers d’Altaïr IV / Radio Horror Shows : seconde partie / La flore extraterrestre au cinéma et à la télévision / Science-fiction et fantastique télévisés spécial 14 juillet / Science-fiction télévisée polonaise des années 60 / Cinéma de science-fiction des années 90 – première partie / Cinéma de science-fiction des années 90 – deuxième partie / Cinéma de science-fiction des années 90 : troisième partie

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

5 commentaires pour « QUELQUES SÉRIES B FANTASTIQUES INDONÉSIENNES (p1) »

  1.  
    trapard
    6 janvier, 2015 | 22:13
     

    LA REVANCHE DE SAMSON est en VF ici :

    https://www.youtube.com/watch?v=GaDPs9HG_WE

  2.  
    Erwelyn
    10 janvier, 2015 | 15:35
     

    Wouah, quel article. Est-ce que tu les as tous vus ? et si oui est-ce que tu en conseillerais un en particulier ?

  3.  
    trapard
    10 janvier, 2015 | 15:48
     

    Oui, bah je ne sais pas trop. Les meilleurs sont ceux de Sisworo Gautama Putra, mais ça reste dans les limites du nanar tout de même. Au-dessus, j’ai posté le lien de LA REVANCHE DE SAMSON en VF. Sinon LADY TERMINATOR a une bonne ambiance.
    Mais dans la seconde partie de l’article, il y a des choses nettement plus accessibles à regarder.

  4.  
    trapard
    16 mai, 2015 | 4:50
     

    Je parlais surtout de la célébrité de Laura Gemser dans mon article mais l’acteur Barry Prime a aussi entreprit une petite carrière internationale.
    Ici la bande-annonce du film allemand NO TIME TO DIE (1984, Danger – Keine Zeit zum Sterben) dans lequel Barry Prima côtoie John Phillip Law, Horst Janson et Christopher Mitchum :

    https://www.youtube.com/watch?v=PRGyGCWUTqk

  5.  
    trapard
    16 mai, 2015 | 5:00
     

    Son dernier film en cours de tournage a aussi l’air très sympa :

    http://www.imdb.com/title/tt3837778/?ref_=nm_flmg_act_1

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez