AKIM, LE FILS DE LA JUNGLE

Posté le 13 février 2015

AKIM, LE FILS DE LA JUNGLE dans B.D. 15050108480515263613222884

Akim est un des sous-Tarzan les plus connus de la bande-dessinée italienne éditée en France en petit format. Créé par Augusto Pedrazza et Roberto Renzi, Akim est le fils d’un consul britannique à Calcutta. Toute la famille rentre en Europe quand leur bateau fait naufrage. La mère et son fils échouent sur une plage africaine. Peu de temps après, elle est dévorée par une panthère. Jim est adopté par un gorille qui le soigne et le nourrit. Il apprend le langage des animaux et devient leur roi… Autrement dit, l’origine d’Akim n’est pas très éloignée de celle du Tarzan d’Edgar Rice Burroughs. Et comme lui, Akim a une femme (Rita) et un fils adoptif (Jim).

15021307110315263612959254 dans Trapard

La série a été créée en 1950 et fut éditée en France au cours de l’année 1958. Face au succès du personnage en France, l’éditeur «  Aventures et Voyages » décida de faire travailler directement pour eux Pedrazza et Renzi, un accord qui dura jusqu’en 1985. Les aventures d’Akim continuèrent alors avec des rééditions jusqu’en 2013.

De 1950 à 2013, le personnage d’Akim pourrait sembler immortel, ne prenant jamais une ride et évoluant dans sa jungle au grès du modernisme. Ce sont généralement les accessoires employés par les explorateurs qui pourraient créer une chronologie du modernisme exportée dans cette jungle. Ce détail pourrait à la limite différencier les aventures d’Akim et celles de Tarzan dont les auteurs et scénaristes aiment généralement situer ses intrigues vers le début du XIXe siècle.

15021307125915263612959255

Les aventures d’Akim, comme celles de Tarzan d’ailleurs, ne s’embarrassent généralement pas de crédibilité historique, et bon nombre d’histoires dessinées confrontent le fils de la jungle à des univers purement fantastiques, de magie, de sorcellerie, d’animaux ou d’insectes démesurés, d’anciennes civilisations imaginaires ou même à de la pure science-fiction et son lot de robots et autres machineries 15021307142215263612959256infernales. Dans les années 70 et 80, Roberto Renzi et Augusto Pedrazza nous propulsent même à des années lumières du simple sérial junglesque, leurs scénarios et dessins empruntant même parfois à l’iconographie des STAR WARS et autre WONDER WOMAN.

En ce moment, je profite que mon frangin ait acheté une cinquantaine de ZEMBLA et d’AKIM réédités dans les années 90 par « Mon Journal » à une famille nouméenne, pour en lire plusieurs par soirées… Et redécouvrir un pan de la BD de gare italienne, écrite et dessinée dans l’urgence des publications, et pourtant toujours aussi captivante trente ou quarante ans plus tard.

Vous pouvez trouver la liste complète des épisodes à partir de ce lien.

- Trapard -

 

2 commentaires pour « AKIM, LE FILS DE LA JUNGLE »

  1.  
    Trapard
    14 février, 2015 | 20:42
     

    Du coup, j’ai aussi pu lire quelques aventures de KALI, un autre clone de Tarzan, et créées par les frères Ennio et Vladimiro Missaglia.

    http://www.bedetheque.com/serie-22902-BD-Kali.html

  2.  
    Trapard
    23 février, 2015 | 20:34
     

    Je vais aussi ajouter ZEMBLA, L’HOMME-LION créé en 1963.

    Wikipedia : « C’est l’artiste Augusto Pedrazza qui donna vie sur le papier à ce Tarzanide (un personnage de fiction de bande dessinée inspiré de Tarzan) sous l’impulsion de Marcel Navarro, créé pour rivaliser avec le personnage italien Akim créé lui aussi par Pedrazza. Au bout de quelques épisodes, Franco Oneta prend la relève car Pedrazza ne peut pas assurer le dessin d’Akim et Zembla simultanément. Zembla devient rapidement l’un des plus gros succès de Lug jusque dans les années 80 où la montée en puissance des publications Marvel condamne le personnage aux rééditions. »

    Quelqu’un a aussi répertorié quelques Tarzanides sur Wikipedia :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tarzanide

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez