Archives

Archive pour mars 2015

L’AMOUR EN L’AN 2000 (1930)

L'AMOUR EN L'AN 2000 (1930) dans Le grenier du ciné SF 13061310052715263611288458

L’AMOUR EN L’AN 2000 (1930)

15033108223415263613124403 dans Science-fictionSeulement trois ans après le monument allemand de l’UFA, METROPOLIS (1927) de Fritz Lang, la 20th Century Fox répondait avec légèreté et humour : JUST IMAGINE (1930). Réalisé par David Butler, L’AMOUR EN L’AN 2000 est bourré d’humour futuriste et d’excellents effets spéciaux.

L’intrigue : En 1980 des savants réveillent de son coma un homme frappé par un éclair en 1930 alors qu’il jouait au golf. Celui-ci découvre alors un monde totalement différent avec télévision, téléphones, portes automatiques où l’on se déplace en avion personnel dans des cités gigantesques, New-York en l’occurrence. Dans cette nouvelle société, les individus sont appelés par des matricules. Le ressuscité est rebaptisé Single O. La Justice intervient partout y compris dans la vie privée des citoyens, par exemple, pour décider entre deux rivaux lequel épousera la jeune femme convoitée. C’est celui qui accomplira un exploit décrètent les juges. J-21 a ainsi quatre mois pour accomplir sa performance qui lui donnera le droit d’épouser LN-18. Un savant lui propose une expédition sur Mars. J-21 part, accompagné d’un de ses amis et de Single O, comme passager clandestin. Là-bas, sur une planète Mars où poussent des champs de blé, les trois aventuriers découvrent d’étranges créatures martiennes, vêtues de métal et au comportement incompréhensible. Car chaque Martien a son double, un jumeau parfait mais l’un est bon et l’autre méchant. Les trois Terriens reviennent sains et sauf de Mars et J-21 peut épouser celle qu’il aime ayant prouvé « ses mérites »… (MarsMovie)

15033108223715263613124404 dans Trapard

Dans le rôle de LN-18, on trouve la jeune Maureen O’Sullivan, deux ans avant de la retrouver en Jane aux côtés de Johnny Weissmuller dans TARZAN, L’HOMME SINGE (1932), puis dans LES POUPÉES DU DIABLE de Tod Browning plus tard en 1936.

Comme L’AMOUR EN L’AN 2000 (1930) comporte un long épisode martien, le mieux serait de passer le relais à Erwelyn, Culture Martienne pour nous en parler.

- Trapard -

L’AMOUR EN L’AN 2000 en entier et en V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné SF :

Flash Gordon, de la BD aux serials / Croisières Sidérales / Aelita / Man Made Monster / Metropolis / Things to come / Docteur Cyclope / L’Ennemi sans Visage /Sur un Air de Charleston / La Femme sur la Lune / Le Tunnel / La Fin du Monde /I.F.1 ne répond plus / Buck Rogers au XXVe Siècle : Une Bataille Interplanétaire avec les Hommes-Tigres de Mars / Le Mort qui marche / Before I hang / The Ape / Le Capitaine Marvel / Le Voyage dans la Lune / A Trip to Mars /Le Voyage sur Jupiter / The Airship Destroyer / 20 000 Lieues sous les Mers (1916) / Paris qui dort / Sauce Piquante / The Beast of Borneo / Torture Ship /Emergency Landing / Le Voleur de Cadavres / Cerveaux de Rechange /Spécial Boris Karloff / Dr Renault’s Secret / Le Voyage Cosmique / Spy Smasher / The Mad Doctor of Market Street / Captive Wild Woman / L’Homme-Singe / Un Mariage Interplanétaire

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



TALES OF FRANKENSTEIN (1958)

TALES OF FRANKENSTEIN (1958) dans Fantastique 14012708415615263611933240

15032901431215263613117461 dans Série TV

Après le gros succès de FRANKENSTEIN S’EST ÉCHAPPÉ (1957, Curse of Frankenstein) de Terence Fisher aux États-Unis, la Hammer films a été convoquée par Hollywood pour produire une série gothique. Un épisode pilote de 28 minutes fut réalisé par Curt Siodmak avec Anton Diffring dans le rôle du baron Frankenstein, mais la série n’ira pas plus loin que cet épisode unique consultable sur YouTube.

L’intrigue : Le Dr Frankenstein vient de terminer la fabrication de sa création, mais le monstre est insensible…

Produit en partie par la Columbia Pictures, ce court pilote est assez classique dans sa réalisation et dans sa forme. Néanmoins du peu qu’on puisse en voir dans le premier épisode, la série aurait sûrement été captivante à suivre, la conclusion nous laissant vaguement imaginer un retour aux origines du mythe. Le classicisme, le noir et blanc et même l’accent du comédien Anton Diffring, rappellent assez l’ambiance des premiers FRANKENSTEIN des années 30 produits par la Universal, bien que le cadrage reste nerveux et 50′s.

Étonnement, on retrouve des bribes de films de la même Universal dans l’introduction du pilote, dont le fameux visage dans la boule de verre de la série INNER SANCTUM MYSTERY (1945).

Vous pouvez visionner le pilote en 2 parties et version originale sous-titrée en français.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN

 



MAD MAX FURY ROAD : « EXPLOSION »

Image de prévisualisation YouTube



MONSTRES SACRÉS : GINGER ET BRIGITTE, LES SŒURS LYCANTHROPES

MONSTRES SACRÉS : GINGER ET BRIGITTE, LES SŒURS LYCANTHROPES dans Cinéma 14050303003115263612199975

15032708420715263613110970 dans Fantastique

L’intrigue : « Ginger et Brigitte Fitzgerald sont deux sœurs de 16 et 15 ans inséparables. Une nuit, alors qu’elles se promènent dans le parc, elles constatent quelque chose d’anormal. L’endroit est trop silencieux et il y règne une atmosphère malsaine. Elles s’enfuient en courant, mais une bête, surgie de nulle part, griffe le dos de Ginger. Une fois la créature semée, elles retrouvent la sécurité de la maison familiale et examinent la blessure. En dépit d’une plaie quelque peu superficielle, Ginger n’est plus comme avant. Son attitude a changé. À l’approche de ses menstruations, elle devient de plus en plus avide de garçons. La vérité prend alors forme sous les yeux horrifiés de Brigitte : sa sœur est devenue un loup-garou… » (Wikipédia)

15032708434615263613110972 dans Monstres sacrés

Ginger et Brigitte sont les deux adolescentes de GINGER SNAPS (2000). Déjà conceptuel à la base, le premier volet a engendré une excellente trilogie, ou plutôt trois exercices de style assez intéressants autour de la lycanthropie avec plusieurs niveaux de lectures. Et évidemment, il faut prendre le sujet de la lycanthropie avec le recul qu’impliquent les trois films : les troubles évolutifs et psychiques de l’adolescence, les troubles psychotiques, la drogue, etc…

Le loup-garou est présent dans les trois volets : GINGER SNAPS (2000), GINGER SNAPS : RÉSURRECTION (2004) et GINGER SNAPS : AUX ORIGINES DU MAL (2004), le dernier étant comme une préquel des deux autres et que je trouve nettement moins convaincante. Le lycanthrope est nettement plus suggéré que filmé.

15032708445015263613110973 dans Trapard

Ginger et Brigitte Fitzgerald sont respectivement incarnées par les jeunes comédiennes Katharine Isabelle et Emily Perkins. Étonnement Katherine Isabelle qui interprète la grande sœur Ginger est plus jeune de quatre ans par rapport à Emily Perkins, son charisme faisant le reste. Entre les GINGER SNAPS, elle a incarné plusieurs rôles dans des séries TV comme X-FILES, SMALLVILLE ou encore STARGATE SG-1, mais elle est aussi l’une des adolescentes prises en sandwich entre Jason Voorhees et Freddy Krueger dans FREDDY CONTRE JASON (2003). Quand à Emily Perkins dont le charme se dévoile vraiment dans les deux derniers opus des GINGER SNAPS, sa carrière se limite malheureusement toujours à de petits rôles pour le cinéma indépendant et la télévision.

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper

Rejoignez Les Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



TEST « GRAVITY RUSH »

TEST

15032408002215263613099001 dans FantastiqueEnvie de s’évader ? Marre des jeux en ligne, envie de jouer tranquillement, avec pour seul facteur la batterie de votre PS Vita ? Envie d’originalité ? Alors aucun doute, Gravity Rush est fait pour vous !

Ce jeu est une exclu PS Vita, pensé pour la console, et il s’est présenté comme l’un des indispensables, des hits à avoir lors de la sortie de la console ! Pourquoi ? Pour plusieurs raisons que nous allons voir dans ce test.

Graphiquement, c’est réussi ! On notera toutefois de l’aliasing et du assez gras par rapport à ce que peut faire la console, mais il faut redire que le jeu est sorti en même temps que la console, les devs étaient plus ou moins dans l’inconnu. Et malgré tout, ça reste très agréable à regarder ! Parce que, dans ce jeu, la direction artistique s’est lâchée et s’est directement appropriée l’univers de la BD pour le retranscrire dans un jeu vidéo, c’est aussi simple que ça. Qui n’a jamais eu envie de plonger dans l’une des cases de sa BD, juste pour voir ce que ça donnerait au cœur d’une rue ? C’est l’expérience que vous propose Gravity Rush. Tous les codes de la BD sont retranscris, comme les détails de plus en plus rares en fonction de la profondeur. Les personnages sont dans le même thème, et vos ennemis, les Nevis, le sont aussi. Bref, côté immersion, on est bon, et même très bon.

Bon, on a une belle ville, qu’est ce qu’on en fait ? On y place une héroïne, une belle blonde perdue qui ne se souvient de rien, pas même de son prénom. Elle est accompagnée d’un chat, noir au premier abord, mais qui donne à notre héroïne (qui va rapidement obtenir le prénom de Kat) ses pouvoirs particuliers, car notre perso peut contrôler la gravité, rien que ça. Pourquoi marcher sur le trottoir quand on peut se balader sur les murs ? Pour savoir où nous sommes, les cheveux ainsi que l’écharpe seront toujours dépendants de la gravité. Si ces phases sont amusantes et très bien pensées, on servira surtout de ces pouvoirs pour faire de longs sauts, voire voler quand les compétences seront bien améliorées.

15032408031815263613099009 dans Jeu vidéo

Pour les améliorer, il faudra partir à la chasse au gemmes violettes, disséminées un peu partout dans la ville, et ce n’est pas du tout un calvaire ! On prend plaisir à visiter cette ville vertigineuse (et qui s’agrandit au fur et a mesure de l’avancée dans le jeu) des égouts aux grandes places, jusqu’à parfois oublier qu’il y a un scénario à faire, plutôt bien construit malgré certaines longueurs ! Je retiens surtout un épisode (le 19) particulièrement pénible et inutile. Ne boudons pas notre plaisir, la fin est très bien et surtout épique ! On a de très beaux passages et de très bons moments, et une belle durée de vie ! Je dirais environ une quinzaine d’heures avec quelques balades.

Niveau gameplay, on a à l’instar de Tearaway un jeu qui exploite bien la Vita, même s’il n’exploite pas toute la console, le pavé tactile arrière n’est pas utilisé, et honnêtement il n’aurait servi a rien. Le tactile avant est peu utilisé (tourner les pages du scénario, et achever un ennemi). Le gyroscope s’utilise en complément du joystick droit, et lors de la glissade gravitationnelle qui est une compétence très sympa à utiliser.

15032408044115263613099010

Si ce gameplay est innovant et bien foutu, il demande beaucoup de place surtout pour combattre, et face à une horde d’ennemis, c’est pas toujours simple car il arrive aussi de se perdre dans l’espace et ne plus trop savoir où on en est. Il ne faut pas hésiter après un combat à reprendre de la distance, surtout que certains Nevis sont des acharnés et n’hésiteront pas à vous poursuivre sur certains mètres !

Au final, on a énormément de qualités avec, allez, deux inconvénients qui peuvent (légèrement) gâcher la fête. Mais l’immersion est bien là et se balader dans une BD, c’est juste énorme !

Et hop un 18/20 ! Un 2e opus a été présenté à l’E3 2014, puis en début de mois il serait dispo que sur PS4, on ne sait pas trop où on en est du coup, mais on croise les doigts !

- Axel -



S.O.S. TERRE (1966)

S.O.S. TERRE (1966) dans Science-fiction 14012708415615263611933240

15032106551115263613089698 dans Série TV

S.O.S. TERRE est une mini-série télévisée suisse de science-fiction de 8 épisodes réalisée par Roger Gillioz et diffusée trois ans avant la conquête de la Lune dans l’émission « Cinq à Six » de la TV Suisse. Le feuilleton a été écrit par Germaine Épierre et présente les aventures sidérales du capitaine Louvier, interprété par Jean Bruno. Ses deux acolytes sont le lieutenant Clarière (Gilbert Divorne) et le lieutenant Franke (André Faure).

15032106570415263613089717 dans Trapard

L’intrigue : « Le capitaine Louvier est nommé à la base du «Corsaire afin de veiller sur la fusée Célestine. Alors qu’il visite la fusée avec ses deux lieutenants, la maladresse d’un peintre donne le signal de départ… Que va-t-il se passer ? » (Archives TRS)

15032106590115263613089721

Une petite série de space-opera, évidemment un peu bavarde et théâtrale, mais c’est l’époque qui le veut aussi. Elle a été diffusée en 1966 sur la Télévision suisse alors que la France plus frileuse touchait à peine au Fantastique et diffusait des séries plutôt portées sur les sectes secrètes fantomatiques comme BELPHÉGOR. Les États-Unis, quant à eux, télédiffusaient la même année la série culte de Gene Roddenberry : PATROUILLE DU COSMOS (au Québec) et STAR TREK (en France).

15032107001615263613089722

S.O.S. TERRE était une série destinée à un tout jeune public mais dont l’univers fait de civilisations extraterrestres belliqueuses le rend finalement agréable pour le « tout public ». Outre des effets spéciaux sommaires et des personnages un peu trop gouailleurs, la sauce prend finalement au bout du quatrième épisode.


Les 8 épisodes sont visibles dans les archives de la Radio-Télévision Suisse ici.

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



LA SF À YOM – Bataille Au-delà des Étoiles

Yom a une passion : la science-fiction, SA science-fiction ! Films, séries télévisées, dessins animés, comics, serials… sur sa page Facebook, tout y passe, « juste pour le plaisir » nous dit-il. Et pour notre plaisir, Yom nous permet de publier ici certaines de ses critiques, de ses réflexions, de ses opinions, de ses pensées ou de ses interrogations. Aujourd’hui :

LA SF À YOM - Bataille Au-delà des Étoiles  dans Cinéma 15032007542415263613087398

BATAILLE AU-DELÀ DES ÉTOILES

Je ne vais pas vous parler d’un chef-d’œuvre, mais juste d’un film que j’ai vu récemment, et qui mérite une petite critique.

Voici d’abord l’histoire : Dans un futur proche, un astéroïde menace de percuter la Terre. Une équipe est envoyée pour organiser la destruction de l’astéroïde. La mission commence bien : elle réussit à y placer des charges et à le faire sauter (tiens, tiens, ça me rappelle un film de 1998), mais l’un de ses membres rapporte à son insu une particule de matière vivante verte et visqueuse (le Green Slime du titre en VO). Celle-ci commence alors à se multiplier et des monstres meurtriers surgissent… Oulala, ça fait peur, non ?…

15032007561715263613087399 dans Science-fiction

Et bien, non, ça ne fait pas vraiment peur. Mais avant d’aller plus loin, juste une petite info : ce film est déjà une curiosité par le fait que c’est un film japonais avec uniquement des acteurs américains. Du coup, les designs sont assez proches des œuvres cinématographiques nippons de l’époque, et le manque de moyens est assez visible. Malgré cela, il est étrangement attirant pour un fan de SF comme moi, car il n’est jamais bien clair si c’est un film sérieux raté, ou un film plein de second degré (et du coup plutôt réussi)…

15032007574015263613087401 dans YomConcrètement, il y a de bons passages dans l’idée qui auraient pu donner quelque chose de très bon avec les moyens adéquats, mais aussi des choses risibles (notamment sur les trucages) qui font se demander si l’équipe pensait vraiment que ça allait passer comme une lettre à la poste sans que le public se dise « oulala !! ».

Tout cela pour vous dire que vous pouvez tenter votre chance en regardant BATAILLE AU DELÀ DES ÉTOILES. Ça va peut être vous piquer un peu les yeux, mais dites vous que c’est voulu, et vous passerez un moment plutôt sympathique.

- Yom -



UN MARIAGE INTERPLANÉTAIRE (1910)

UN MARIAGE INTERPLANÉTAIRE (1910)  dans Cinéma 13061310052715263611288458

UN MARIAGE INTERPLANÉTAIRE (1910)

15031707173415263613077581 dans Le grenier du ciné SF

Je rouvre une parenthèse du Grenier du Ciné SF puisque je viens de trouver via un blog ce MARIAGE INTERPLANÉTAIRE (1910, Un matrimonio interplanetario) d’Enrico Novelli et produit par la vieille Latium Film.

L’intrigue : « Un jeune astronome, répondant au nom d’Aldovino, passe son temps à observer la planète Mars. Il est tombé amoureux de la fille d’un astronome martien, Yala, et communique avec elle à l’aide d’un puissant radio-télégraphe. Son père accepte de la marier à condition qu’Aldovino les rejoigne sur la Lune dans exactement un an. Travaillant avec ardeur à la construction de son engin spatial, le terrien s’envole enfin pour la Lune, catapulté par un mortier. Là il rencontre les deux Martiens qui arrivent dans un vaisseau plus moderne. Le couple est rapidement marié par un prêtre qui a fait le voyage. La célébration de cette cérémonie se conclut par un ballet de danseuses sélènes… » (SciFi Movies)

En plus d’aborder un univers très sympathique digne des très courts films de Georges Méliès ou Segundo de Chomon, mais aussi avec une intrigue qui anticipe assez celle d’AELITA (1924), ce court-métrage d’environ 12 minutes a surtout le mérite d’être le premier film italien traitant de voyage dans l’espace.

- Trapard -

UN MARIAGE INTERPLANÉTAIRE en entier et en V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné SF :

Flash Gordon, de la BD aux serials / Croisières Sidérales / Aelita / Man Made Monster / Metropolis / Things to come / Docteur Cyclope / L’Ennemi sans Visage /Sur un Air de Charleston / La Femme sur la Lune / Le Tunnel / La Fin du Monde /I.F.1 ne répond plus / Buck Rogers au XXVe Siècle : Une Bataille Interplanétaire avec les Hommes-Tigres de Mars / Le Mort qui marche / Before I hang / The Ape / Le Capitaine Marvel / Le Voyage dans la Lune / A Trip to Mars /Le Voyage sur Jupiter / The Airship Destroyer / 20 000 Lieues sous les Mers (1916) / Paris qui dort / Sauce Piquante / The Beast of Borneo / Torture Ship /Emergency Landing / Le Voleur de Cadavres / Cerveaux de Rechange /Spécial Boris Karloff / Dr Renault’s Secret / Le Voyage Cosmique / Spy Smasher / The Mad Doctor of Market Street / Captive Wild Woman / L’Homme-Singe

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : BILLY THE KID VS DRACULA (1966)

DRIVE-IN : BILLY THE KID VS DRACULA (1966) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15031405104215263613067589 dans Drive-in

BILLY THE KID VS DRACULA 
Année : 1966
Réalisateur : William Beaudine
Scénario : Carl K. Hittleman
Production : Carroll Case
Musique : Raoul Kraushaar
Pays : États-Unis
Durée : 73 min
Interprètes : Chuck Courtney, John Carradine, Melinda Plowman, Virginia Christine, Walter Janovitz…

L’intrigue : Le comte Dracula traverse l’Ouest américain dans l’intention de faire d’une propriétaire d’un ranch sa prochaine victime. Son fiancé, le hors-la-loi Billy the kid, devra la sauver des crocs du saigneur de la nuit…

Voici finalement le retour du western gothique dans ce Drive-in, après DANS LES GRIFFES DU VAMPIRES (1959) d’Edward Dein. Bien qu’avec William Beaudine, on se retrouve toujours dix marches plus bas, au niveau de la qualité.

15031405123715263613067590 dans Fantastique

Tournés la même année par Beaudine dans un ranch californien, BILLY THE KID VS DRACULA et JESSE JAMES MEETS FRANKENSTEIN’S DAUGHTER sont un peu du même acabit : des décors de Far-West, une petite ambiance mexicaine, des cowboys et un vampire d’un côté et la petite-fille exilée du célèbre baron suisse.

En prime, John Carradine alors très âgé, incarne le vieil aristocrate des Carpathes en plein Far-West. Un Dracula forcément trop âgé pour être crédible, d’autant que William Beaudine ne rattrape pas son sujet avec sa réalisation plate et classique. On ne peut que lui préférer sa participation à la série avec Bruce Lee, LE FRELON VERT (1966-1967, The Green Hornet), à la même période.

- Trapard -

BILLY THE KID VS DRACULA en entier et en V.O. :

http://www.dailymotion.com/video/x18d6kl

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



3e CONVENTION ASFA

3e CONVENTION ASFA dans Science-fiction 15031412422415263613066829



12