Archives

Archive pour mars 2015

NOUVELLE BANDE-ANNONCE THUNDERBIRDS 2015

La dernière bande-annonce de THUNDERBIRDS ARE GO !, la nouvelle série des THUNDERBIRDS (LES SENTINELLES DE L’AIR), est explosive ! Vivement les épisodes !

Image de prévisualisation YouTube



MONSTRES SACRÉS : THE CREEPER

MONSTRES SACRÉS : THE CREEPER dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

15031307510815263613063961 dans Cinéma bis américain

The Creeper est cet espèce d’épouvantail nécrophage et taxidermiste des films JEEPERS CREEPERS (2001) et JEEPERS CREEPERS 2 (2003). Un JEEPERS CREEPERS 3 serait en préparation pour 2016 aux dires d’Allociné.com.

The Creeper ressemble plus ou moins à un épouvantail tueur des films du sous-genre des « scarecrows », mais il en est une version beaucoup plus évoluée que les précédentes. Lui, apparaît aux humains de manière cyclique et intercalaire : tous les 23 ans, au printemps, pendant 23 jours exactement (le film n’a évidemment aucun rapport avec LE NOMBRE 23 de Joel Schumacher sorti bien plus tard en 2007). Durant cette courte période, The Creeper régénère ses parties vitales et sensorielles en les extrayant de ses victimes. Et contrairement à certains « scarecrows » modernes, on ne lui attribue aucune source de malédiction. The Creeper n’est qu’une déviance cyclique de la nature, bien qu’il puisse avoir l’apparence d’un démon lorsqu’il déploie ses longues ailes de chauve-souris et qu’il extrait de l’intérieur de son long manteau noir, une hache métallique particulièrement sculptée et tranchante.

15031307534315263613063963 dans Fantastique

Ne cherchez pas une traduction exacte des mots « Jeepers Creepers », « Creeper » venant comme « Creepy » de « Creep », c’est à dire ce qui rampe. Et pour « Jeepers » je ne trouve aucune signification directe si ce n’est une imagerie de plantes grimpantes. Mais en réunissant les deux mots vous obtenez une expression d’exclamation humoristique en argot américain du genre de « Bon sang ! » , « Oh là là ! », « Mon Dieu ! » ou encore « Jésus Christ ! ». C’est d’ailleurs de cet argot ancien souvent en référence à la religion chrétienne que naîtra une chanson humoristique en 1938 dont la musique a été écrite par Harry Warren et les paroles par Johnny Mercer : « Jeepers Creepers ». La chanson raconte l’histoire d’un cheval de course trop sauvage pour être monté. Alors l’Archange Gabriel écrit un petit air de jazz qu’il joue avec sa trompette pour adoucir la révolte du cheval nommé Jeepers Creepers… La chanson deviendra un standard du jazz et sera notamment reprise par Teddy Stauffer en 1939, par Frank Sinatra en 1954, par Bing Crosby en 1956, par Hayley Mills en 1962, puis par Louis Armstrong, The Puppini Sisters et bien d’autres. Cette chanson fera même l’objet d’un court dessin animé d’horreur et d’humour noir de Robert Clampett pour la série des Looney Tunes avec Porky Pig, JEEPERS CREEPERS datant de 1939.

15031307544615263613063965 dans Monstres sacrés

Pour ce qui est de la chanson, c’est la version de la berceuse du cheval fou chantée par Frank Sinatra qui est décrite comme étant « Le Chant du Diable » qui annonce la venue de The Creeper dans le premier volet de JEEPERS CREEPERS réalisé par Victor Salva.

À l’écran, c’est le comédien et figurant Jonathan Breck qui se cache sous le costume mi-humain mi-démon de The Creeper dans les deux volets (ainsi que le cascadeur Derek Prescott pour certaines scènes d’action). Jonathan Breck indiquait lors d’une interview : « J’ai travaillé pendant une semaine ou deux avant le tournage, à observer des animaux et en imitant les mouvements de différents types d’animaux . Une sorte de pot-pourri de caractéristiques différentes en imitant ce qui me semblait être les sens les plus accrues de chaque type d’animal. »

15031307555115263613063966 dans Trapard

Pour ce qui est du créateur du Creeper, c’est le maquilleur Brian Penikas de « Make-up & Monsters Studios » qui en est à l’origine. On lui doit aussi sa participation sur des maquillages présents dans COCOON (1985), ALIENS (1985), FUTUR IMMÉDIAT (1988) et plus récemment sur le Docteur Evil dans AUSTIN POWERS II et pour LES PIRATES DES CARAÎBES 2, 3, & 4.

Le premier volet (et particulièrement son excellente conclusion sans aucune concession) est une anthologie du cinéma d’horreur, là où JEEPERS CREEPERS 2 exploite surtout les facettes Survival, Scarecrow et gores qui n’étaient que latentes dans le précédent.

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès

Rejoignez Les Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



VAISSEAUX SF : LE RODGER YOUNG

VAISSEAUX SF : LE RODGER YOUNG dans Vaisseaux SF 13061310034815263611288456

15031207151915263613060893 dans Vaisseaux SF

RODGER YOUNG

Le Rodger Young apparaît dans le film STARSHIP TROOPERS (de Paul Verhoeven, 1997) et appartient à la classe des Corvette Transport, de grands vaisseaux (550 mètres de long) qui servirent durant les deux guerres menées par la United Citizen Federation contre les insectes aliens de Klendathu. Chaque vaisseau de type Corvette Transport portait le nom d’un célèbre général ou d’une grande bataille.

Les vaisseaux de type Corvette Transport comme le Roger Young transportaient des appareils tels que les Dropships (petits engins pour le transport de l’infanterie mobile), les TAC Fighters (chasseurs bombardiers), mais aussi tout le matériel et l’armement nécessaires pour les forces armées déployés sur les zones de combats.

15031207164515263613060894

Il existe plusieurs variantes du Corvette Transport. La version standard possède un grand réacteur positionné sur son pont supérieur derrière la partie avant du navire. Une seconde version a été aménagée de manière à pouvoir charger de grands matériaux qui ne peuvent être stockés sur un petit navire. Enfin, une troisième version a été conçue afin d’offrir un plus grand espace intérieur au vaisseau.

Le Rodger Young fut brisé en deux par une batterie de plasma ennemie.

- Morbius -

Autres vaisseaux présentés dans la catégorie Vaisseaux SF :

Croiseur C-57D / Valley Forge / Discovery One / Fusée du Choc des Mondes /Astroforteresse Galactica / Aigle / Nostromo / Andromeda Ascendant / Serenity /Jupiter 2 / Moya / Vaisseau de Les Premiers Hommes dans la Lune / Lexx / USS Enterprise NCC-1701-D / Destinée / USS Cygnus / Soucoupe de Klaatu / Tardis /Starfury / Liberator / Viper / Thunderbird 3 / Excalibur / Starbug / Vaisseaux des Visiteurs / Event Horizon / BTA Fighter / Odysseus / Moonbase Interceptor /Thunder Fighter / Vaisseau martien /Prometheus / Vaisseau du film Le Guerrier de l’Espace / Nell / Vaisseau du film Explorers / Vaisseau-mère de Rencontres du Troisième Type / Vaisseau du capitaine Yop Solo / Vaisseau de Flesh Gordon / Gunstar

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



FEDERICO FELLINI A DIT…

FEDERICO FELLINI A DIT... dans Cinéma 15030909462015263613049101Le réalisateur italien Federico Fellini a déclaré dans une interview des Cahiers du Cinéma de septembre 1965 : « La science-fiction est un domaine extrêmement riche  et fascinant, elle permet de tout remettre en question : les principes, notre psychologie et nos structures mentales les plus intimes. »



DRIVE-IN : FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER (1965)

DRIVE-IN : FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER (1965) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15030707533815263613041840 dans Cinéma bis américainFRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER
Année : 1965
Réalisateur : Robert Gaffney
Scénario : R. H. W. Dillard, George Garrett & John Rodenbeck
Production : Stanley P. Darer, Alan V. Iselin & Robert McCarthy
Musique : Ross Gaffney
Pays : États-Unis
Durée : 79 min
Interprètes : Marilyn Hanold, James Karen, Lou Cutell, Nancy Marshall, David Kerman…

C’est assez compliqué de présenter FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER, aka DUEL OF THE SPACE MONSTERS, aka FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MEN, aka MARS ATTACKS PUERTO RICO ou encore MARS ATTACKS PUERTO RICO… tant ce film de Robert Gaffney est culte et mauvais à la fois.

L’intrigue : Aux États-Unis, dans les années 60, en pleine période de conquête spatiale dans le contexte de la Guerre froide, après avoir perdu trois fusées d’affilée qui ont toutes explosé en vol de façon mystérieuse, la NASA décide de limiter la casse en n’envoyant non plus un astronaute humain mais un androïde, le dénommé Frank Saunders. Ce que la NASA ignore, c’est que ses fusées sont la cible d’extraterrestres venus de Mars, qui réduisent à néant cette nouvelle tentative qu’ils prennent pour une attaque de missile. Ayant réussi à s’éjecter, l’astro-robot est pourchassé au sol par une poignée de Martiens qui lui carbonisent la moitié du visage d’un coup de rayon laser. Son cerveau électronique gravement endommagé, l’androïde erre désormais sur les plages de Porto Rico, ne répondant plus qu’à son seul instinct de survie. Frank Saunders est devenu… Frankenstein ! (Nanarland)

15030707530015263613041838 dans Drive-in

FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER est un grand nanar dans la lignée des Ed Wood des 50′s et autres ROBOT MONSTER (1953), mais avec cette touche psychédélico-jazzy très Sixties en plus, et cet univers de SF kitsch mais toujours joyeuse de certaines productions mexicaines comme LA NAVE DE LOS MONSTRUOS (1960) ou CONQUISTADOR DE LA LUNA (1960). Comme les deux films de SF de Rogelio A. González précités, FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER ne se prend pas vraiment au sérieux et c’est ce qui le rend encore délectable cinquante ans après sa sortie.

Si vous ne l’avez jamais vu, profitez qu’il soit sur YouTube en ce moment pour passer un moment agréable, avec le sourire.

- Trapard -

 FRANKENSTEIN MEETS THE SPACE MONSTER en entier et en V.O.

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



TEARAWAY

( Axel )

TEARAWAY dans Axel 15050108480815263613222885

15030608173315263613039577 dans AxelSony ayant misé sur les éditeurs indépendants, peu d’exclus sur cette console sont sorties. Mais il y en a : l’équipe de Little Big Planet s’est penchée sur la console pour y pondre, autant le dire directement, une pépite ! C’est l’un des incontournables de la console, celui qu’on pourrait mettre en numéro 1 (on pourrait seulement, car devant il y a un indétrônable que je présenterai très prochainement ).

Difficile de savoir par où commencer tant ce jeu a de qualités, alors pourquoi pas débuter comme d’habitude : les graphismes.

Ne cherchez pas, aucun jeu ne lui ressemble. Tearaway a SA signature visuelle tant la direction artistique s’est lâchée. Techniquement très abouti, notre environnement est fait de papier, de carton et de papier : les personnages, les décors, les particules flottantes, tout est en papier plié enroulé, les fleurs sont des origamis, les persos ont droit à leurs patron téléchargeables et imprimables au fur et à mesure de l’aventure ! Peu d’aliasing, des traits très fins, c’est un parti pris qui s’avère payant, pour les petits comme pour les grands!

Une fois cette claque assimilée, il faut se préparer à la suivante : l’histoire. À première vue ce jeu est prévu pour les enfants (pegi 3). Pourtant, du haut de mes 28 ans j’ai été pris dedans. Vous incarnez Iota, une enveloppe en guise de tête et équipée de 5 bandes de papier pour le corps (torse, 2 bras, 2 jambes). Vous devez délivrer un message à une sorte de dieu du monde de Tearaway, le Vou (et ce dieu, c’est… vous !). Plusieurs fois proche de la réussite, vous êtes bloqué par les Scraps, ces vilaines petites boîtes de carton saccageant tout sur leur passage. Vos aventures vous feront découvrir de très beaux endroits, rencontrer plein de créatures, et pas mal d’entre elles vous demanderont leur aide, pas toujours obligatoire pour avancer, mais très sympa à faire. Voilà les grandes lignes sans spoilers, on se prend très vite à cette histoire toute mignonne!

15030608192515263613039579

La 3e claque c’est le gameplay, qui utilise toutes, absolument toute les capacités de la Vita, vous rappelant, si besoin est, quelle vitrine technologique Sony nous a pondu avec cette console : le micro, les 2 caméras, le gyroscope, le pavé tactile arrière, l’écran tactile et bien sûr les traditionnels boutons. J’espère ne rien avoir oublié.

En plus de tout utiliser, c’est fait avec intelligence, et non abusive. Ainsi, par exemple, le pavé tactile arrière servira à dégager des obstacles/ennemis en faisant apparaître vos doigts sur l’écran en déchirant une membrane. Et dans l’espace qu’il reste, au lieu de mettre un facile fond noir, la caméra filme ce qui vous entoure, dans le but de lier le monde de Tearaway au vôtre. Et c’est réussi. La caméra frontale vous filme à de nombreuses reprises car après tout, vous êtes le Vou, et vous aurez besoin de photographier ce qui vous entoure à plusieurs reprises. En dehors de ça nous avons droit à un gameplay plus classique et évolutif au fur et a mesure de l’aventure.

Il sera demandé à plusieurs reprises de dessiner des objets qui seront directement implantés dans le jeu, bien que ça soit très approximatif. Si vous faites un carré à la place d’une couronne, ça passe.

15030608205715263613039580

Pour ce qui est de la durée de vie, comptez une dizaine d’heures pour faire l’histoire. Pour finir les niveaux à 100%, c’est une autre histoire ! Il faudra pour chaque niveau ramasser un certain nombre de confettis, éliminer un certain nombre de Scraps, trouver un certain nombre de cadeaux, et enfin aider un certain nombre de personnes. Et c’est pas simple tout le temps !

Bien qu’une version PS4 soit en préparation, je vois mal ce jeu ailleurs que sur la Vita. Je regrette toutefois une histoire un peu courte, bien qu’elle soit très bien écrite et très bien scénarisée, avec ni trop, ni pas assez de rebondissements.

Pour conclure, si vous possédez une Vita, vous devez jouer à ce jeu, et le prochain que je présenterai (Gravity Rush)

17/20 !

- Axel -



LE LIVRE DE LA CRÉATION

LE LIVRE DE LA CRÉATION  dans Flynn 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

15030308233515263613030567 dans Littérature

Titre : Le Livre de la Création
Auteur : Yoann Berjaud
Illustrateur : Pascal Casolari
Éditeur : Mnemos
Pages : 272
Quatrième de couverture : « Les héros sont presque tous morts, mais les hommes se battent encore. Les mondes de la Confédération sont tombés. Les armées du Neo-Mashma s’imposent, Le Livre de la Création se déchire, lui qui seul contient l’univers et sa permanence. Une apocalypse implacable étendra bientôt son aile noire sur les survivants de la Confédération des Cent Planètes. Cependant, dans l’ombre et le secret, les Derniers Guerriers du Silence poursuivent la lutte. Une poignée de héros fragiles et farouches sont lancés dans une quête désespérée afin d’empêcher le monde de sombrer. Les pages du Livre s’amenuisent, sa puissance faiblit et la trame du monde s’épuise. Le Dieu Noir sera impitoyable avec les indécis et seule la vibration sacrée du Chant Premier a le pouvoir de sauver les âmes. Il est temps d’écrire le Destin de l’Humanité, il est temps de clore le Livre de la Création. »

L’œuvre de Pierre Bordage est très vaste, très riche et très appréciée dans le monde de la SF française. Mais c’est aussi cette trilogie qui a inspiré l’excellent diptyque de Yoann Berjaud, basé sur l’univers des Derniers Guerriers du Silence, composé du Chant Premier, première partie du diptyque sortie en mai 2012 et du Livre de La Création, dernière partie qui vient clore la série.

Après un premier tome excellent, on ne peut s’attendre qu’à une suite tout aussi bonne, voire meilleure… Eh bien c’est chose faite ! Dès le début, on retrouve les personnages du Chant Premier, et c’est vraiment génial. On reprend cette guerre entre les Vita Guerriers et les Chevaliers du Néo-Mashma sauf que c’est le foutoir total, qu’il n’y a plus grand monde et que ça va être très dur de reprendre le contrôle sur les forces du mal. Mais si l’on regarde ça de plus près, on se rend compte de l’opposition entre le bien et le mal, ce manichéisme déjà très présent dans le premier tome. Et en regardant encore de plus près on peut s’apercevoir qu’il s’agit d’une représentation de notre monde, des guerres qui se sont déroulées et qui se déroulent encore à notre époque. Et de cette manière, on peut se questionner sur le futur de l’Homme et de l’humanité, du monde, l’évolution de notre société, la division en castes, en groupes qui s’opposent pour détenir le pouvoir.

Et avec son écriture toujours très claire, Yoann nous décrit son univers, ses personnages, et on rentre dans l’histoire, on est plongé directement dans l’action. On se trouve aux premières loges pour suivre le récit, comme si on se trouvait dedans. Et les petits détails comme les gros, Yoann y apporte une grande attention et rien ne passe à la trappe. Beaucoup d’action, des combats très passionnants, de l’amour et de la philosophie. C’est ce qui définit le mieux cet excellent ouvrage !

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune / Arthaé / Le Code du Chasseur de Primes / L’Aigle de Sang / Les Montagnes Hallucinogènes / La Dernière Terre (T1) : L’Enfant Merehdian /Destination Mars / Chroniques de Karn (T1) : Nereliath / Naturalis /Les Parias d’Engelar / Chroniques de Karn (T2) : Seuls les Dieux /La Saga de Xavi El Valent (T1) : Le Glaive de Justice / Le Roi en Jaune

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



12