• Accueil
  • > Axel
  • > TEST « DRAGON BALL Z : SHIN BUDOKAI »
TEST « DRAGON BALL Z : SHIN BUDOKAI »

Posté le 15 mai 2015

TEST

15051508382315263613267796 dans Jeu vidéo

Shada, head shada ! Les Kaioken, Kikohas, Kamekameha sont bel et bien là, et de la bonne manière ! Sorti en 2006 sur « peusseupeuh » selon Eric Cartman, sur PSP pour ceux qui n’habitent pas South Park, on va pas se mentir : le jeu est l’adaptation du gameplay des Budokai sur la console portable de Sony. Le combat de profil, la nervosité de ce gameplay, dans la poche !

Graphiquement, il faut revenir 9 ans en arriére, sur une console qui attaque aujourd’hui sa 11e année.
On reconnait les persos, les maps sont fidèles au manga mais un peu vides, et les couleurs manquent de chaleur. Les ombres sont fixes, ou prédéfinies, l’écran de la PSP accuse son âge niveau résolution (j’ai la 3004, la première génération), mais globalement on n’est pas si mal même si bien sûr la modélisation n’atteint pas les niveaux d’aujourd’hui.

15051508382715263613267797

Le « scénario » n’est jamais le fort d’un jeu de combat, et on a tendance à connaitre les DBZ par cœur (depuis 30 ans en même temps…). Celui ci se base sur l’OAV FUSIONS qui, est un navet, la fusion entre Goku et Vegeta donne Vegeto, qui a une classe intouchable. Gogeta nous fait juste demander pourquoi ne pas avoir remis Vegeto. Enfin, dans tous les cas, le but sera de fighter les adversaires qu’on vous met en face et puis c’est tout !

Étant particulièrement mauvais en jeu de combat, je suis coincé au chapitre 4, donc je me suis rabattu vers le mode arcade joueur et en entrainement où on peut combattre afin de progresser. Ça n’a rien changé. Mais qu’importe ! J’ai beau être toujours aussi mauvais joueur quand je me fais enchaîner, le plaisir d’un gameplay aussi nerveux et complet est bien là ! La vitesse, la diversité des combos proposés, la transformation pendant le combat, les attaques ultimes, le déplacement instantané, tout, absolument tout y est. Cerise sur le gâteau, si vous appuyez sur votre garde en même temps qu’un coup de l’adversaire, vous esquivez au lieu de parer. En plus d’être esthétique car plus dynamique à l’écran, ça permet aussi de placer une contre-attaque derrière.

15051508383115263613267798

Si le jeu est bien 3d car les déplacements sur le côté sont présents et utiles, Budokai propose une caméra classique avec des combattants de profil, ce qui est un avantage par rapport aux Tenkaichi (Shin Budokai 2 pour la PSP) qui propose une vue de dos, très bien faite certes, mais qui reste toutefois moins lisible que le profil qu’on a l’habitude de voir dans les jeux de combats.

Ce jeu ne coûte plus rien, et me permet de refaire tourner avec toujours autant de plaisir la grand mère PSP (j’attache une grande importance à faire tourner toutes mes consoles), j’ai retrouvé le plaisir des « grands » jeux DBZ, qui montrent que Namco n’a qu’à piocher dans son catalogue et s’adapter aux exigences d’aujourd’hui (Shin Budokai disposait déjà d’un mode en ligne d’ailleurs).

15051508383515263613267799

Si vous avez encore votre PSP, foncez, le jeu vaut environ 5€ chez un easy cash, et c’est un must have pour les fans du manga que je suis. L’avantage d’une console portable de ce temps, c’est que vous pouvez y jouer dans votre jardin pour accompagner votre femme qui lit son bouquin. L’autre point + c’est que ce type de console est plus enclin à lancer des parties rapides qu’une console de salon qu’on aurait pas tendance à allumer pour quinze minutes, les jeux de combats se prêtent très bien à ce type de situations !

Bref, le jeux prend un 18/20 !

- Axel -

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez