Archives

Archive pour août 2015

MON DICO STAR TREK : T COMME… TREKKIE OU TREKKER !

Petit délire de trekker, avec toute la subjectivité que cela suppose et la passion parfois aveugle : voilà mon « Dico STAR TREK »… Vous ne serez pas forcément d’accord avec moi, mais qui a dit que je cherchais à être d’accord avec vous, hein ? Ces propos n’engagent que leur auteur, bien sûr, et s’adressent en priorité aux trekkers et trekkies, mais les autres sont aussi les bienvenus… Live long and prosper.

MON DICO STAR TREK : T COMME... TREKKIE OU TREKKER ! dans Mon dico Star Trek 15081207243815263613502893Vous sentez-vous plutôt trekkie ou trekker ?… Attention, car il existe une nette différence entre les deux. La preuve par Wikipédia :

« Un « trekkie » est un fan de la série Star Trek. Ce mot a été utilisé à la fin des années 1960 par Gene Roddenberry lui-même, et se trouve dans le Oxford English Dictionnary.

Parfois « trekkie » est remplacé par « trekker » qui a une connotation moins péjorative. « Trekkie » peut évoquer l’obsession, alors que « trekker » signifierait simplement un « amateur » de l’univers de Star Trek.

Leonard Nimoy tenta de mettre un terme au débat animé qui opposait les uns et les autres. Lors du show télévisé Star Trek 25th Anniversary Special en 1991, il statua que « trekker » était le bon mot à utiliser.

Le film documentaire de 1997, Trekkies, reprend ce terme dans son titre. »

Oui, mais… Je suis fan de STAR TREK depuis mes 16 ans. C’est certain. Alors d’après Wikipédia je suis donc trekkie. Euh… non, car je ne me sens pas obsédé par l’univers de STAR TREK, alors que le trekkie pur et dur l’est, lui ! Donc je suis bel et bien trekker, avec en prime la bénédiction de Leonard Nimoy qui préfère l’emploi de ce terme à celui de trekkie.

Il est vrai que j’ai déjà pu voir, une fois de plus sur certains forums, l’obsession et l’intolérance des trekkies. Enfin, plutôt de certains trekkies devrais-je dire. On retrouve le même cas avec les fans de la saga STAR WARS dont nous avions déjà parlé la dernière fois. Le tout est de bien contrôler sa passion ! Il ne faut pas qu’elle déborde et s’immisce constamment dans notre vie privé au risque de nous donner des tics et de nous faire passer pour des fous, même si on ne peut pas s’empêcher de lâcher de temps en temps un « Longue vie et prospérité » ou s’amuser à faire le salut vulcain ! De là à relever le sourcil à la Spock lors d’un moment critique, il fut un temps où j’en abusais… Mais chut !

- Morbius -

Autres articles publiés dans Mon Dico Star Trek :

A comme… Abrams ! / B comme… Bruitage ! / C comme… Critique ! / D comme… Data ! / E comme… Enterprise ! / F comme… Femme ! / G comme… Gore ! / H comme… Humanisme ! / I comme… Idiotie ! / J comme… Jeu ! / K comme… Klingon ! / L comme… Livre ! / M comme… Machine ! / N comme… Nourriture ! / O comme… « Orion Slave Girl » ! / P comme… Passion ! / Q comme… Q ! / R comme… Risa ! / S comme… Star Wars !

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN

13041407204515263611082950 dans Star Trek



MOSQUITO (1995)

MOSQUITO (1995) dans Cinéma bis 15081108213015263613499433

MOSQUITO (1995)

Titre original : Mosquito
Réalisateur : Gary Jones
Scénariste : Tom Chaney, Steve Hodge, Gary Jones
Musique : Allen Lynch et Randall Lynch
Pays : États-Unis
Durée : 93 min
Acteurs : Gunnar Hansen, Rachel Loiselle, Tim Lovelace, Steve Dixon, Ron Asheton…

15081108233415263613499434 dans Cinéma bis américainUn vaisseau extraterrestre s’écrase dans un parc national aux États-Unis. Des moustiques commencent à se nourrir des corps des aliens morts, et se retrouvent avec la taille de vautours. Ils se montrent alors très agressifs, tuant notamment chaque être humain qu’ils croisent. Quelques survivants se regroupent pour combattre ces insectes mutants…

MOSQUITO n’est évidemment pas en tête de liste des grands films de SF des Nineties, mais il reste un bon divertissement. Pour sa source, on pense évidemment et immanquablement aux moustiques fossilisés de JURASSIC PARC sorti à peine deux ans auparavant, et peut-être un peu à TICKS (1993) de Tony Randel, avec sa horde de tiques tueurs mutants… Alors pourquoi pas des moustiques géants numérisés du coup ?

15081108262315263613499439 dans Science-fictionMOSQUITO est la première réalisation personnelle de Gary Jones qui a d’abord travaillé sous la houlette de Sam Raimi sur L’ARMÉE DES TÉNÈBRES (1993) et sur la série XENA, LA GUERRIÈRE. D’ailleurs on trouve beaucoup de références à EVIL DEAD dans ce film de Gary Jones. Mais à part une pseudo suite du CROCODILE (2000) de Tobe Hooper sortie en 2002, il est surtout connu pour un autre film d’insecte géant de l’espace archi-diffusé à la télévision et archi-édité et réédité en DVD : SPIDERS (2000) dont voici l’intrigue qui vous rappellera immanquablement quelque chose : Que dissimule le crash sur terre d’une navette spatiale ? Trois étudiants un peu trop curieux au goût des Services Secrets découvrent que les astronautes menaient dans l’espace une mission ultra confidentielle visant à transformer une araignée ordinaire en créature terrifiante. Une arme vivante et monstrueuse que le choc n’a pas détruit. Désormais, l’araignée est là, plus vivante que jamais, prête à se multiplier et à lâcher sur le monde les légions de sa progéniture mutante… (Allociné)

15081108271915263613499440 dans TrapardDu coup, MOSQUITO semble être un avant-goût de ce que sera SPIDERS cinq ans plus tard : des vaisseaux, des post-ados pas très finauds mais étudiants en sciences supérieures, des images de synthèse par-ci et des prothèses en latex par-là, de l’humour absurde (pour ne pas dire mongoloïde) et du gore… Un cocktail qui fait malheureusement la recette de nombreux DTV à petits budgets du milieu des années 90 jusqu’aux années 2000, et dont on n’écartera que quelques rares réussites comme BIG ASS SPIDER (2013) de Mike Mendez. Et ce qui démarque un Gary Jones du lot c’est qu’au même titre qu’un Jim Wynorski, qu’un Mike Mendez ou qu’un des premiers films de Peter Jackson, de Sam Raimi ou des frères Coen, c’est qu’il évite de se prendre trop au sérieux lorsqu’il n’en a pas les moyens (financiers ou au niveau de l’originalité de son scénario). MOSQUITO est donc de cet acabit : bête et décalé, mais plutôt sympa. Restent les attaques des moustiques géants qui sont complètement ratées mais marrantes.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube



DEUX LIVRES POUR UN DOCTEUR

DEUX LIVRES POUR UN DOCTEUR dans Littérature 14072703494415263612413227

Les dynamiques éditions Huginn & Muninn viennent de publier coup sur coup deux livres sur la célèbre série DOCTOR WHO : L’Encyclopédie des Personnages et L’Encyclopédie Illustrée. « Allons-y » !

15081008280115263613496880 dans Science-fiction

Traduits de l’anglais par Huginn & Muninn, ces deux ouvrages sont d’incontournables références pour tout fan de DOCTOR WHO ! Comprenez donc : il s’agit là de deux merveilleuses encyclopédies, richement illustrées, présentant les 12 Docteurs, 200 personnages et d’innombrables objets, appareils, machines, vaisseaux et engins de toutes sortes. On se régale de la première à la dernière page et, surtout, on en apprend des choses !

15081008453615263613496893

Dans Doctor Who : L’Encyclopédie des Personnages, ce sont pas moins de 200 personnages comptant parmi les plus importants qui vous sont présentés. Si nous en connaissons déjà beaucoup, nombre d’entre eux nous sont totalement inconnus (sauf si vous avez découvert les vieux épisodes de la série). On croise ainsi au fil des pages les différents Docteurs, bien sûr, mais aussi les Draconiens, les Zygons, les Guerriers de glace, les Pyroviles, les Oods, River Song, les Daleks, la Bête, K-9, Sharaz Jek, Omega, Morbius (à ne pas confondre avec celui qui rédige cet article), Leela, Sarah Jane Smith et plein d’autres. Tous ces personnages ont été rangés en catégories. On trouve ainsi celles des Aliens, des Compagnons, des Cyborgs, des Créatures Terrestres, des Entités, des Humains, des Robots et des Seigneurs du Temps.

15081008583915263613496899Constitué de 200 fiches, Doctor Who : L’Encyclopédie des Personnages introduit brièvement le personnage en début de page et nous fournit un petit cadre de données nous dévoilant ses origines, ses pouvoirs spéciaux, son monde natal, sa profession ou quels Docteurs il a rencontré. D’autres précieuses informations nous révèlent certains de ses secrets ou des caractéristiques de son costume ou uniforme.

« Qui a créé les Daleks ? Quel alien est capable de créer un trou noir à volonté ? Qui a voyagé dans l’espace et le temps avec le Docteur à bord du TARDIS ? Le Seigneur du Temps a rencontré des aliens, des cyborgs, des robots et des humains au cours de son périple à travers l’histoire et l’univers. Certains ont tenté de l’EX-TER-MI-NER tandis que d’autres sont devenus des amis…

Pour la première fois, cette encyclopédie, réalisée avec la collaboration des scénaristes et des producteurs, vous propose de découvrir les 200 personnages les plus importants de ce feuilleton culte. Tous les Docteurs et leurs compagnons, mais aussi leurs plus farouches adversaires ou partisans, des Adiposes aux Zygons.

Une passionnante photographie, colorée et décalée, d’un univers totalement à part.

Un ouvrage indispensable à tous les fans et un guide à destination des nouveaux convertis. »

15081008595615263613496900

Si Doctor Who : L’Encyclopédie des Personnages ne s’attarde que sur les héros, aliens et robots de la série, Doctor Who : L’Encyclopédie Illustrée présente à la fois quelques personnages clé mais aussi, et surtout, le Tardis, les tournevis soniques, des armes, des objets bizarres, des véhicules, des engins, des bases spatiales, des lieux étranges et beaucoup, beaucoup d’autres choses ! Le livre, grand format, compte plus de 170 pages et nous permet de contempler l’intérieur du Tardis dans ses moindres détails grâce à un dépliant géant, l’antre de la Bête ou encore l’intérieur et le fonctionnement de vaisseaux aliens. Il est d’une richesse impressionnante et fini par donner le tournis tant les informations sont nombreuses et variées ! C’est une merveille pour les fans !

« Cette encyclopédie illustrée propose pour la première fois un inventaire de cet univers totalement à part : le portrait des 12 Docteurs et de leurs compagnons, l’histoire des différentes races extraterrestres, la description de l’empire dalek, les profils des plus grands ennemis et alliés du Seigneur du Temps…

Cet ouvrage inédit répertorie aussi toute la formidable panoplie technologique déployée dans ce feuilleton, à l’instar du TARDIS ou du tournevis sonique, sans oublier tant d’autres vaisseaux et armes fantastiques.

Un ouvrage officiel pour découvrir ou mieux comprendre l’immense richesse d’une œuvre culte. »

Pour être incollable sur DOCTOR WHO et surtout se repérer dans cet univers de plus en plus dense et impressionnant, ces deux livres seront vos guides les plus sérieux et utiles ! Indispensable !

- Morbius -



DRIVE-IN : THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES… (1964)

DRIVE-IN : THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES... (1964) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15080808123215263613493542 dans Cinéma bis américain

THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES WHO STOPPED LIVING AND BECAME MIXED-UP ZOMBIES
Année : 1964
Réalisateur : Ray Dennis Steckler
Scénario : Gene Pollock & Robert Silliphant
Production : Ray Dennis Steckler
Musique : André Brummer & Libby Quinn
Pays : États-Unis
Durée : 92 min
Interprètes : Cash Flagg, Carolyn Brandt, Brett O’Hara, Atlas King…

15080808123515263613493546 dans Drive-in

Avec un tel titre, je me frotte d’ores et déjà les mains avec un large sourire en imaginant Morbius tentant de lui trouver une place dans l’encadrement de son blog. En parcourant Wikipédia, j’ai d’ailleurs trouvé quelques indications au sujet du titre improbable de ce petit film indépendant et culte de Ray Dennis Steckler :

« Son titre en fait, à sa sortie, le second titre de film d’horreur le plus long après THE SAGA OF THE VIKING WOMEN AND THEIR VOYAGE TO THE WATERS OF THE GREAT SEA SERPENT (1957) de Roger Corman. Le film ne devait, à l’origine, pas porter ce titre. Selon les dires du réalisateur, il devait être nommé THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES, ou WHY I STOPPED LIVING AND BECAME A MIXED-UP ZOMBIE ; le titre a été changé suite à la réalisation du film de Stanley Kubrick, DOCTEUR FOLAMOUR, dont le titre original est DR. STRANGELOVE : OR HOW I LEARNED TO STOP WORRYING AND LOVE THE BOMB, afin d’éviter tout risque de bataille judiciaire. »

L’intrigue : « Madame Estrella, diseuse de bonne aventure gitane pratiquant son art au sein d’une fête foraine, a la bizarre manie de défigurer des hommes à l’acide (souvent ses anciens amants), avant de les enfermer dans une espèce de réduit où ils deviennent rapidement cinglés. Par ailleurs, dans un cabaret local, la danseuse vedette, Marge, a de gros problèmes d’alcoolisme qui risquent de lui faire perdre son travail. Lorsqu’elle va consulter la voyante, cette dernière lui tire les cartes et lui annonce qu’il va lui arriver quelque chose de terrible… » (Horreur.net)

15080808123915263613493549 dans Fantastique

Vendu comme étant le premier film musical de monstres, THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES est avant tout un film complètement déjanté et mi-baroque, mi-bad-trip sous hallucinogènes. Un style que le brésilien José Mojica Marins utilisera à outrance en ces débuts de 60′s, mais en noir et blanc. Parallèlement, Herschell Gordon Lewis, lui, préférera faire jaillir le rouge cramoisi dans les scènes cannibalo-culinaires de BLOOD FEAST (1963) et de 2000 MANIACS (1964). Ray Dennis Steckler utilise plutôt des cadrages surprenants et tordus, et des grands angles pour simuler des impressions étranges et la folie dans THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES. Un petit classique qui donne le mal de l’air et à découvrir si ce n’est pas déjà le cas.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



UN DÉMON ALTAÏRIEN SIGNÉ JOHANNES WAHONO

UN DÉMON ALTAÏRIEN SIGNÉ JOHANNES WAHONO dans Blog 13092910513615263611593982

Merci à Johannes Wahono pour ce démon en perdition sur Altaïr IV!

15080710253115263613491499 dans Imaginart



VAISSEAUX SF : LE NSEA PROTECTOR

VAISSEAUX SF : LE NSEA PROTECTOR dans Vaisseaux SF 13061310034815263611288456

15080709481315263613491467 dans Vaisseaux SF

NSEA PROTECTOR

Le NSEA Protector apparaît dans le film GALAXY QUEST (de Dean Parisot, 1999). L’histoire :

« Galaxy Quest est une série de science-fiction mythique qui s’est arrêtée il y a 20 ans. Toutefois les acteurs n’ont pu se détacher de leur rôle et multiplient les petits boulots (conventions, inaugurations de supermarchés) pour gagner leur vie. Un jour, les Thermiens, de la nébuleuse Klathu, captent la série et pensent se trouver devant des documents d’archive retraçant l’histoire de la Terre. Ils demandent alors aux acteurs de Galaxy Quest de leur venir en aide, car ils sont aux prises avec un terrifiant chef de guerre… » (Wikipédia)

Le NSEA Protector est un croiseur lourd de classe Evolution. Fleuron de la NSEA (National Space Exploration Administration), il est commandé par le capitaine Peter Quincy Taggart et rassemble 600 membres d’équipage.

15080709512415263613491476

Le NSEA Protector compte divers secteurs dont le laboratoire du professeur Lazarus (un alien de la race des Mak’Tar), un mess, une armurerie, une salle de réunion…

Le navire est propulsé grâce à un système à la pointe de la technologie, le quantum flux drive, qui lui permet d’atteindre des vitesses phénoménales. Il est également équipé de l’Omega 13, un dispositif très particulier capable d’inverser le temps durant 13 secondes.

En ce qui concerne son armement, le NSEA Protector possède quatre batteries de canons, des roquettes quantiques, des catapultes d’impulsions… Son arme principale demeure cependant le canon à particules bleues et parfois rouges.

Le NSEA Protector a été conçu par le directeur artistique de GALAXY QUEST, Geogg Z. Walters, lequel a extrapolé à partir de données de la NASA concernant la technologie spatiale.

15080709524615263613491477

Il est amusant de constater que ce vaisseau, au design fort intéressant, est censé apparaître uniquement dans une série TV de science-fiction (qui n’a bien sûr jamais existé), elle-même vedette d’un film de SF parodiant sympathiquement l’univers de STAR TREK, de ses fans et de ses célèbres conventions. À signaler d’ailleurs que la fausse série GALAXY QUEST devrait prochainement en devenir une vraie, Paramount planchant actuellement sur le projet ! Retrouverons-nous le NSEA Protector ? Il y a de fortes chances !

- Morbius -

Autres vaisseaux présentés dans la catégorie Vaisseaux SF :

Croiseur C-57D / Valley Forge / Discovery One / Fusée du Choc des Mondes /Astroforteresse Galactica / Aigle / Nostromo / Andromeda Ascendant / Serenity /Jupiter 2 / Moya / Vaisseau de Les Premiers Hommes dans la Lune / Lexx / USS Enterprise NCC-1701-D / Destinée / USS Cygnus / Soucoupe de Klaatu / Tardis /Starfury / Liberator / Viper / Thunderbird 3 / Excalibur / Starbug / Vaisseaux des Visiteurs / Event Horizon / BTA Fighter / Odysseus / Moonbase Interceptor /Thunder Fighter / Vaisseau martien /Prometheus / Vaisseau du film Le Guerrier de l’Espace / Nell / Vaisseau du film Explorers / Vaisseau-mère de Rencontres du Troisième Type / Vaisseau du capitaine Yop Solo / Vaisseau de Flesh Gordon / Gunstar / Rodger Young /Liberty 1 (Icarus) / Vaisseau des Maîtres du Temps

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



22 AOÛT 2015 : JOURNÉE STEAMPUNK DU SCI-FI CLUB

22 AOÛT 2015 : JOURNÉE STEAMPUNK DU SCI-FI CLUB dans Sci-Fi Club 13100208544615263611602685

15080609023415263613489854 dans Sci-Fi Club



UTOPIC FASHION : LES COQUETS DE LA HAUTE TECHNOLOGIE SPATIALE

UTOPIC FASHION : LES COQUETS DE LA HAUTE TECHNOLOGIE SPATIALE dans Cinéma bis 13061310015515263611288448

Et si on s’attardait parfois sur les vêtements à travers les films et les séries de science-fiction ? Et si on explorait les tendances ou les fantasmes exprimés à travers les designs les plus fous, les plus kitchs ou les plus provocants de la SF, mais aussi à travers les plus austères, les plus sérieux ou les plus envisageables dans un avenir plus ou moins éloigné ? Place à Utopic Fashion !

gigantes-planetarios-4c3823c dans Cinéma bis américain

Voici quelques tenues mi-exotiques outre-spatiales mi-high-tech issues de GIGANTES PLANETARIOS (1966) le film de space-opera mexicain d’Alfredo B. Crevenna.

Le résumé : Un scientifique mexicain découvre les plans destructeurs du tyran qui règne sur la Planète de la Nuit Éternelle. Prêt à tout pour sauver la Terre, il s’envole vers cette planète avec un petit groupe d’Astronautes dont un boxeur qui a juste le temps de s’extraire du ring et d’enlever ses gants avant d’enfiler sa tenue de l’espace…

15080507595915263613488298 dans Science-fiction

Mais ce ne sera pas de cette tenue-là dont il sera question dans cet article, mais plutôt de celle qui fait office d’uniforme à une civilisation plus avancée que la nôtre. Autrement dit, une tenue de la Grèce Antique avec un coutelas à même la hanche et un gros médaillon sur le torse de ces messieurs de la haute technologie. Ceux-là ornent aussi un magnifique casque rectangulaire en plastique, genre de sièges pour bébés pour les transports en véhicules mais posés à l’envers sur le haut de la tête, et l’ensemble surmonté de petites antennes de transistor à piles. On se demanderait bien ce qu’ils peuvent « capter » avec de telles antennes en aluminium, si les années 60 n’étaient pas aussi celles de Lucien Jeunesse et de son célèbre « Jeu des 1000 Francs »… Comment ? Allo ? Ah, Morbius me dit via notre inter-com privé que les Mexicains ne devaient sûrement pas écouter Lucien Jeunesse parcequ’il animait son émission dans la langue de Molière. Donc en effet, c’est assez logique, tu as raison Morbius. Du coup ce sont forcément des antennes qui ne servent à rien. Ah, les coquets de l’espace ! Mais attends Morbius, tu utilises quelle fréquence là ? J’ai cru entendre la voix d’un habitant de la Planète de la Nuit Éternelle au moment-même où tu me contactais. Oh non !!!

- Trapard -

15080508005015263613488299 dans Utopic fashion

Autres articles publiés dans la catégorie Utopic Fashion :

Les femmes de la Lune / Stella et son bikini spatial / Glamour Altaïra / Le futur sera à poils / Tenue des sables / Le X sera soft ! / Cuir moulant et satin kitsch /Paillettes cosmiques / Walkyrie spatiale / Les bouclettes de Zarth Arn / Ah la la, l’alu ! / Conquérantes de l’Univers / Logiquement vulcain / Les couleurs de l’espace / Blouson spatial anti-vampire / L’avenir des pyjamas du futur / Tenue décontractée pour la Lune / Uniformes galactiques

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



SKIN TRADE

SKIN TRADE dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

15080410543515263613486614 dans FlynnNous connaissons tous George RR Martin pour sa fabuleuse saga du Trône de Fer arrivée chez nous en 1998 et qui est actuellement en cours de parution. Mais avant ça, George RR Martin c’était aussi des nouvelles et des recueils, des romans divers, etc. Parmi tous ces écrits composant l’œuvre de l’auteur on trouve une petite nouvelle d’environ 170 pages du nom de Skin Trade. Paru en 1988 dans un recueil de l’éditeur Dark Harvest, celle-ci avait remporté le prix World Fantasy du meilleur roman court 1989. Et à la lecture, cela se comprend parfaitement !

Skin Trade c’est l’histoire de Randi Wade, détective privé et de son ami, Willie, agent de recouvrement qui, alors qu’une série de meurtres s’abat sur la ville dans laquelle ils habitent, se retrouvent plus ou moins forcés d’enquêter sur ces affaires. Affaires qui rappellent à Randi le meurtre de son père policier, causé par un « animal sauvage ». Mais ici, le tueur, en plus de tuer ses victimes, leur vole leur peau. Une affaire qui va mener les deux amis à des découvertes plutôt surprenantes…

Le texte est captivant dès la première ligne, notamment grâce à l’aspect particulièrement mystérieux qu’impose Martin directement, plongeant quelque peu le lecteur dans l’incompréhension. Avec ça, c’est une ambiance sombre et une atmosphère assez glauque qui viennent s’ajouter au récit et qui seront développées tout au long du texte. Si on connaissait Martin pour son talent à mener une énorme saga dans un registre orienté médiéval et fantasy, on s’aperçoit ici qu’il est aussi très talentueux pour pondre un court polar noir saupoudré de fantastique. Skin Trade est d’une grande qualité, même s’il n’est pas exempt de défauts, avec quelques longueurs, descriptions inutiles et passages confus, il parvient à mener, de bout en bout, son récit pour tenir le lecteur en haleine tout en réussissant à le surprendre malgré une part de prévisibilité.

On se laisse vraiment surprendre par le dénouement et les révélations même si on s’y attendait depuis le début. D’ailleurs les personnages forts et attachants, l’humour et le langage décapant, ainsi que la touche d’originalité qu’apporte George RR Martin aux récits fantastiques y sont certainement pour beaucoup dans la réussite de cette histoire. En dire plus serait vous gâcher le plaisir de la découvrir, mais franchement, le polar fantastique version Martin est un pur délice.

Il va à l’essentiel, même si parfois c’est un peu trop à l’essentiel, certaines pistes auraient mérité d’être un peu plus développées, mais que dire, c’est bien écrit, rythmé, intrigant, donc forcément passionnant. Et bien évidemment, ce ne serait pas du Martin s’il n’y avait pas un peu de gore, de sang et quelques allusions sexuelles !

- Flynn -

(Skin Trade est publié aux éditions J’ai Lu)

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Écosystématique de Fin de Monde / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune / Arthaé / Le Code du Chasseur de Primes / L’Aigle de Sang / Les Montagnes Hallucinogènes / La Dernière Terre (T1) : L’Enfant Merehdian /Destination Mars / Chroniques de Karn (T1) : Nereliath / Naturalis /Les Parias d’Engelar / Chroniques de Karn (T2) : Seuls les Dieux /La Saga de Xavi El Valent (T1) : Le Glaive de Justice / Le Roi en Jaune /Le Livre de la Création / Femmes Obscures / Le Cabinet du Docteur Black / Le Lycan Blanc / Zugzwang / Pretty Deadly – tome 1 : L’Écorcheuse / Crueler than Dead / L’Histoire des Jeux Vidéo Polémiques – Volume 2 / Ajin – tome 1

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION – éd. 2

LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION - éd. 2 dans Club des entités 15072601010915263613469238

Savants fous, créatures étranges, objets inconnus, robots colorés, insectes géants, astronefs incontrôlables, aliens menaçants, héros sans scrupules, affiches loufoques, artistes déments, dangereuses visions : rien ne vous sera épargné. Bienvenue dans le Club des Entités de la 13e Dimension, le CE13D…

AVERTISSEMENT

Certaines entités se seraient-elles emparées des 3375 images disparues des Échos d’Altaïr ? Il semblerait en effet… Nous avons reçu récemment un ultimatum dont nous vous livrons la teneur ici :

« Le CE13D contrôle désormais Altaïr IV. Nous retenons en otage vos 3375 images 2D dans notre 13e dimension. Elles ne vous seront rendues que lorsque vous vous serez converti à chacune de nos dimensions. Certes, cela devrait prendre du temps, mais l’accession à notre univers ne se fait pas sans labeur ni souffrance. Et si vous étiez tenté de négliger notre ultimatum, nous nous verrions dans l’obligation d’annihiler ce blog pour en implanter un autre à la surface d’Altaïr IV… Morbius, prenez garde ! »

Impossible ! Altaïr IV ne cédera pas au chantage, qu’on se le dise !

15080207225115263613480247 dans Club des entités

Illustration d’Alf Feldstein.

THE UNPLEASANT PROFESSION OF JONATHAN HOAG

15080207253215263613480250« … Ils riaient de lui, le harcelait, cherchant à lui faire faire un faux mouvement. Il le savait, ils complotaient contre lui depuis des jours, cherchant à le pousser à bout. Ils le traquaient dans chaque miroir de la maison, disparaissant lorsqu’il tentait de les y saisir. Les fils de l’Oiseau… »

(The Unpleasant Profession of Jonathan Hoag, de Robert A. Heinlein, éd. New English Library, 1976)

COMMENT SERVIR L’HOMME

Le servir ou l’asservir ?… Dans LA QUATRIÈME DIMENSION, bien éloignée de notre 13e dimension, les Kanamites débarquent sur Terre dans une volonté de paix et avec un livre merveilleux : « Comment servir l’Homme ». Mais il faut toujours se méfier des bonnes intentions…15080207274615263613480254

« Monsieur Chambers, un secrétaire de l’ONU, dans un vaisseau spatial, se remémore le jour où les Kanamites sont arrivés sur Terre avec une volonté de paix pour l’humanité tout entière. Lors d’un colloque, l’un de leurs représentants a laissé un livre après avoir apporté son message d’espoir pour soigner tous les maux de la planète et des humains. Après de nombreuses recherches pour déchiffrer cet ouvrage, les scientifiques ont pu déchiffrer le titre : « Comment servir l’homme ». Ce titre souleva l’enthousiasme de la population. Des voyages furent organisés en direction de la planète de ces sympathiques (?) visiteurs… » (Wikipédia).

MAIS…

http://www.dailymotion.com/video/xyvvbv

Basé sur une nouvelle écrite par Damon Knight (Pour Servir l’Homme, 1950), cet épisode diffusé le 2 mars 1962 voit Richard Kiel (Requin dans les James Bond) incarner l’extraterrestre principal. Un must de THE TWILIGHT ZONE, notre zone crépusculaire préférée…

15080207262915263613480251

Illustration d’Ed Valigursky.

 IMPERIOUS LEADER OU SUPRÊME DICTATEUR

Difficile de décrire l’Imperious Leader (Suprême Dictateur, en français) de GALACTICA 1978…Le CE13D a pu cependant glaner quelques informations éparses à son sujet.

15080207285815263613480255

C’est ainsi que l’on apprend qu’il a été conçu pour ressembler à la race reptilienne déjà à l’origine des Cylons. Il posséderait trois cerveaux distincts, d’où cette tête volumineuse, laquelle expliquerait son aptitude pour la stratégie, nous dit-on… Dès qu’un Suprême Dictateur est détruit, un autre prend la relève. Oui, remarquez, c’est déjà le cas sur la planète Terre. L’acteur Dick Durock lui prête son corps et le regretté Patrick Macnee (John Steed dans CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR) lui prête sa voix.

Image de prévisualisation YouTube

BIBLIOTHÈQUE INTERSIDÉRALE 

15080207294915263613480257

Stan Barets, dans son Science-Fictionnaire volume 2 (éd. Denoël), nous parle de la bibliothèque de SF idéale. Mais il se presse bien de nous rappeler une chose essentielle :

« … Il ne faut pas négliger un fait. Les voies de la S.-F. – comme celles du Seigneur – sont impénétrables. Plus d’un fan peut en témoigner, on se fait souvent surprendre par de petits textes, vite écrits, mal fagotés, qui laissent cependant des impressions mémorables. C’est le syndrome de Rimbaud : « J’aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanque ; la littérature démodée, latin d’église, livres érotiques sans orthographe, roman de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs. »

N’hésitez pas à partir à la découverte.

Comme dit Robert Sheckley : « Un lecteur de S.-F. est mieux armé que quiconque pour affronter l’avenir. »« 

15080207303815263613480258

L’ORDINATEUR EN 2004

À quoi pourra bien ressembler un ordinateur maison (home computer) en l’an 2004 ?… C’est ce que l’on se demandait déjà en 1954, soit 50 ans avant. Et voici les conclusions des éminents scientifiques de la RAND Corporation de l’époque : l’ordinateur maison ressemblera forcément… à une maison. La preuve par l’image :

15080207312615263613480259

Pour voir l’image en plus grand et lire sa légende, cliquer ici.

Une chance que nos chers scientifiques de la RAND Corporation n’ont pas inventé l’ordinateur portable…

15080212481915263613481205

RECETTE GALACTIQUE : DANGEREUX COCKTAIL

Vous voulez goûter à un véritable explosif issu de la 13e dimension ? Prenez garde ! Le CE13D se dégage de toute responsabilité en cas d’absorption de ce breuvage dénommé Gargle blaster pan-galactique. L’entité Douglas Adams en est à l’origine dans son Guide du Routard Galactique, ouvrage universellement connu et pratique pour trouver sa bonne étoile dans la galaxie. Il avoue lui-même :

« Cette boisson a un effet très violent, comparable à celui d’avoir le crâne heurté par un gros lingot d’or entouré d’une rondelle de citron. Son créateur a donné le meilleur des conseils : ne jamais en boire plus de deux. »

Mais en fait, ce fameux Gargle blaster pan-galactique, qualifié de « meilleure boisson dans l’existence », est une création de Zaphod Beeblebrox, originaire de Bételgeuse. Wikipédia nous dit : « Tout comme son cousin Ford Prefect, Beeblebrox est natif de Bételgeuse. Ayant commencé sa carrière dans des équipages de vaisseaux marchands, il mène ensuite une vie d’aventurier, avant de devenir président du Gouvernement galactique impérial. Dans ce poste, il ne détient aucun pouvoir, mais sa mission est de détourner l’attention de l’opinion publique des personnes qui exercent réellement le pouvoir. »

Et maintenant, la recette : (recettes-de-geek.fr)

15080212490715263613481206

Ingrédients :

  • 1 part de Bourbon ou de Vodka
  • 1 part de Schweppes lemon (ou mieux, de Schweppes bitter lemon, si vous êtes en Belgique).
  • 1 part de Gin
  • 1 part de Schnapps à la menthe

Juste assez de colorant alimentaire bleu pour donner une légère teinte bleutée.

  • Un morceau de sucre
  • Colorant alimentaire jaune
  • 3 glaçons
  • Extrait de cannelle
  • Angostura
  • Une olive

Préparation :
Mélangez les cinq premiers ingrédients et réfrigérez. Ensuite, prenez un morceau de sucre et laissez-le absorber 1 millilitre d’extrait de cannelle et 1 goutte de colorant alimentaire jaune.
Placez trois cubes de glace dans un verre et versez le mélange réfrigéré sur ces derniers. Déposez le sucre et imbibé laissez reposer. Ajoutez une rasade d’Angostura, et posez une olive à côté du verre. Buvez, mais avec précaution.

Bonne dégustation, mais avec modération…

À LA PROCHAINE DIMENSION

Il est temps à présent de vous quitter sur cet apéritif explosif. Le Club des Entités de la 13e Dimension ne supportant pas une exposition prolongée à votre regard incrédule reviendra malgré tout, très vite, hanter vos dimanches bien tranquilles avec de nouveaux spécimens, de nouveaux extraits, de nouveaux objets issus des différents coins de l’univers. Il vous laisse méditer cette citation :

15080212495815263613481208

« La race humaine est connue pour ses facultés d’adaptation. Nous pouvons modifier nos caractères physiques et psychologiques, notre mode de vie pour faire face à toute situation imprévue. S’adapter ou périr. De tous les êtres qui se sont trouvés devant cette alternative, l’homme est celui qui l’a toujours résolue le mieux. Plus caméléon que le caméléon lui même, déterminé à survivre quoi qu’il en coûte aux autres où à lui même. » (épisode Le Caméléon, série AU-DELÀ DU RÉEL)

- CE13D -

15072601010915263613469238



123