TEST : TOMB RAIDER DEFINITIVE EDITION

Posté le 23 octobre 2015

TEST : TOMB RAIDER DEFINITIVE EDITION dans Axel 15050108480815263613222885

Tomb Raider… La génération à laquelle j’appartiens a réellement commencé à plonger dans les jeux vidéos avec la Playstation, et son inévitable icône Lara Croft (bien plus emblématique que le génialissime Crash Bandicoot !). Initialement, cette série conçue par Eidos devait être destinée à la Nintendo 64. Mais la politique maison priorisant les vedettes maison a poussé la société japonaise à refuser le jeu, accueilli à bras ouverts par la console de Sony. La suite on la connait ! Véritable icône du jeu vidéo, donnant lieu à 2 films hollywoodiens pas fabuleux, des pubs très sympas de seat, confirmant donc sa forte présence dans l’esprit des gens !

15102307595615263613684885 dans Fantastique

Inspiré des films INDIANA JONES, Tomb Raider met en scène une archéologue charismatique sans peur, n’hésitant pas à braver le danger, dans un environnement immersif très réussi pour l’époque, avec des énigmes à s’arracher les cheveux ! Les clés du succès ont été posées, puis Eidos s’est enlisé, peinant à renouveler sa série. La licence fut rachetée par Crystal Dynamics. Le manque de liquidités poussa Square Enix à mettre le paquet pour s’octroyer la licence, mais en conservant le studio de développement. Arrive alors le renouveau de Tomb Raider, sorti en mars 2013 sur PC, PS3 et Xbox 360. Puis, en janvier 2014, il arrive remasterisé pour accueillir les next gen Ps4 et Xbox one avec un nom à rallonge : Tomb Raider : Definitive Edition. Ce nom à rallonge inclut également tous les DLC. Il met en scène une jeune Lara Croft de 21 ans, qui part pour sa première expédition. C’est donc un nouveau reboot de la licence, ou plutôt LE nouveau reboot. Car au risque d’écrire le reste de ce test pour rien, autant y aller franco : le jeu est très réussi.

15102308012815263613684886 dans Jeu vidéo

Après cette intro bien longue (mais pas suffisamment par rapport au monument qu’est cette licence), nous allons nous concentrer sur ce jeu, sur la Xbox One plus précisément. Et pour ne pas changer, on va attaquer par les graphismes. Clairement, l’ensemble est plutôt bon, la différence se voit par rapport à la 360, ce qui est normal bien entendu. On sent quand même en permanence que c’est un portage, et non un jeu développé pour les nouvelles générations. Mais ça ne gâche pas le plaisir du jeu, car il reste réussi, avec de très beaux effets de lumières, et des textures très réalistes. Mais dans ce renouveau, il y a aussi le character design, et en particulier celui de la belle Lara. Et bien là, on sent la patte Square Enix, notre héroïne ayant bien changé ! Finie la tresse, c’est une queue de cheval ! Mais au-delà de cette nouvelle coiffure, Lara fait clairement plus asiatique et rappelle le style des persos de Final Fantasy, avec des cheveux très aériens, et des yeux étirés. Bon qu’on se rassure, elle reste dans le style caucasien et non asiatique pur et dur ! On parle d’un personnage anglais de base, mais lors des cinématiques, le changement est marquant, sans pour autant être dérangeant. Si la belle conserve son débardeur bleu, elle perd son short et récupère un pantalon. Voilà pour les principaux changements !

15102308024215263613684890

Passons au scénario. Là non plus pour poser de nouvelles bases pour la licence, l’erreur était prohibée ! Notre aventurière fait partie d’une expédition qui cherche à découvrir les vestiges du peuple des Yamatai, sur une des îles du Japon. Seulement, une grosse tempête va éclater le bateau et pousser l’épave sur une mysterieuse île non déserte qui recèle de dangers… Très vite Lara (qui est donc inexpérimentée en survie, il faut le rappeler) se retrouve isolée… Il va falloir se nourrir, et donc chasser, éviter les prédateurs et affronter les ennemis du jour. Les persos secondaires restent très secondaires, peu développés, faisant en fait partie du fil conducteur de l’histoire de Lara. Ce récit très centré reste toutefois très prenant, et l’évolution de Lara se fait de manière progressive, le joueur a donc le temps de voir l’héroïne s’endurcir au fur et à mesure que l’aventure progresse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Lara prend cher, très cher ! Tous les malheurs s’abattent sur elle, et on peut parfois trouver de la surenchère à certains passages, mais qui enchaîne sur une phase de jeu très immersive !

15102308040815263613684891

Un scénario tel que celui-ci mérite un gameplay digne de ce nom. Et pour la troisième fois en trois points, c’est un nouveau reboot dans le reboot ! Il est clairement plus orienté action qu’auparavant, plus dans la tendance actuelle. Je ne dirais pas qu’il est plus simple, mais plus intuitif. Plusieurs passages en slow motion viennent dynamiser les scènes d’actions, les guns fights sont magistraux et offre parfois des difficultés quand l’absence de stratégie bien visible se fait sentir (comme quand on a fait péter les bidons inflammables trop tôt, ou trop tard). La partie aventure (course, saut, escalade…) est bien gérée également. Le gameplay souffre en fait d’une seule critique : les QTE (quick time event) ils sont plutôt simples car il n’y a qu’une touche à appuyer (le Y ou triangle chez PS), mais au moment où le symbole apparaît il est déjà trop tard, il faut donc anticiper, sans savoir au début sur quelle touche il faut appuyer… Et parfois appuyer trop tôt vous fera perdre ! La seule ombre au tableau, pourtant encore une fois, ces QTE dynamisent l’ensemble !

15102308051015263613684892

Autre point essentiel, indispensable à un bon Tomb Raider, les énigmes ! Bon, autant être clair : si certaines vous demanderont de vous creuser les méninges, elles sont globalement plus simples que ce que l’on a pu connaître, notamment grâce à la touche « instinct de survie », très agréable pour les impatients comme moi, car elle identifiera les éléments du décor avec lesquels on peut interagir. Il nous restera à identifier ceux qui nous seront utiles, et dans quel ordre. Le challenge n’est pas à la hauteur des anciens opus, la majorité des gamers ne cherchant plus le hard level autant qu’avant. Honnêtement, je fais partie de ce type de joueurs, mais j’attendais de Tomb Raider un challenge un peu plus important de ce côté, où on a le temps de se poser, de faire plusieurs essais avant de comprendre enfin l’énigme, puis la résoudre. Bon, l’avantage c’est que j’ai moins pété de câble du coup.

15102308062515263613684893

Ces rares ombres au tableau ne doivent pas entacher le jeu car le plaisir est là, et l’ambiance de jeu retranscrit très bien celles des anciens opus, celle où on avance à petits pas, guettant le moindre danger ! L’ambiance sonore participe également à l’immersion totale dans le jeu, mais représente aussi le défaut majeur du soft : les fx sont très fortes et les voix très basses, si bien qu’il faut vraiment tendre l’oreille pour suivre l’histoire ! Donc un réglage par la case audio s’impose, et on se rend compte que les fx sont indissociables des voix… Dommage, vraiment dommage !

Ce jeu était sorti à 30€ neuf en 2014, puisqu’il s’agissait d’une réédition d’un autre jeu. Il était gratuit le mois dernier sur le Xbox Live, préparant ainsi l’arrivée du second opus, Rise of the Tomb Raider, le 10 novembre 2015. Rappelons qu’il s’agira d’une exclusivité TEMPORAIRE Xbox One, et qu’il sera dispo sur PC au début 2016, puis sur PS4 à la fin de l’année 2016.

Quant à la note de ce reboot ? 18/20 ! Un jeu à se procurer si vous en avez l’occasion, à n’en pas douter ! Écoulé à plus de 8 millions d’exemplaires, le jeu devrait être assez facile à trouver.

- Axel -

Autres jeux vidéo présentés dans la catégorie Jeu Vidéo :

Wing Commander : la saga / Final Fantasy XIII-2 / Alien Isolation / Sword Art Online : Hollow Fragment / Tearaway / Gravity Rush / Dragon Age Inquisition / Teenage Mutant Ninja Turtles : Fall of the Foot Clan / Dragon Ball Z : Shin Budokai / Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins / Star Wars Republic Commando / One Piece Unlimited World Red / The Witcher 3 : Wild Hunt / Ryse Son of Rome / Star Wars Battlefront

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN

3 commentaires pour « TEST : TOMB RAIDER DEFINITIVE EDITION »

  1.  
    trapard
    23 octobre, 2015 | 22:05
     

    Merci Axel.
    Perso j’ai découvert Lara Croft vers 1997 avec un jeu PC et non pas sur Playstation qui pourtant possédait certains équivalents avec les graphismes de Resident Evil par exemple. Je ne suis pas joueur, ou plus précisément, j’ai été un joueur épisodique, dont je ne saurais pas définir avec des mots cet espèce de graphisme un peu cubique vaguement inspiré des Doom-like pour les mouvements.
    Je trouve les visuels plutôt beaux pour le jeu que tu présentes. Je suis même étonné de découvrir un vrai visage à Lara Croft en dehors de celui d’Angélina Jolie. D’ailleurs il existe une private-joke des joueurs de Tomb Raider des débuts : c’est qu’on connaissait mieux les rondeurs des seins et surtout du cul de Lara que son visage. Ceci parceque le joueur devait souvent utiliser le popotin de l’archéologue comme viseur pour jauger l’espace à gauche et à droite avant d’entamer une action. :D Je suppose que c’était voulu et que ça ajoutait un petit plus au cachet d’érotisme soft de ce jeu qui a aussi engendré des adaptations X plus ou moins célèbres en DTV en plus des deux versions ciné que tu cites.
    Dans ce jeu Lara Croft a l’air de se prendre un coup de jeune (on dirait un perso de série B des années 2010), ce qui ne me semble pas plus mal et ça la sort un peu de ce vilain cliché pour cosplayeurs des dimanches soirs et des soirées costumées à thèmes (j’avoue que j’ai toujours eu en horreur les soirées costumées à thèmes ^^).
    Merci pour ta critique Axel. Je ne suis pas joueur en ce moment mais c’est toujours bon de suivre l’avis de gamers sur des nouveautés.

  2.  
    Akouel
    25 octobre, 2015 | 20:39
     

    Content d’être utile!
    J’ai découvert lara croft egalement sous ses polygones inexpérimentés, sauf que c’était la version playstation ^^
    J’en garde un souvenir de jeu tres dur! J’y ai passé du temps sur pc également pour le 2e opus je crois, et j’ai toujours le 4e opus dans sa version dreamcast (la révélation finale)
    Ce qui est sympa dans cette série c’est justement le fait d’avoir voulu sortir l’héroïne du jeu en la faisant passer pour une guest, en dissociant sur la jaquette le tomb raider et lara croft!
    Pour le 2e opus, le titre était
    « tomb raider 2
    Starring lara croft »

    Je ne crois pas qu’il y ait eu d’autres jeux séparant le héros de la série avec sa série :)

  3.  
    trapard
    28 octobre, 2015 | 0:14
     

    En effet !

    Perso, exceptés le petit jeu de ping-pong que tu branchais sur ton poste tv à la fin des 70′s et ce genre de jeux japonais qui se vendaient au début des années 80…

    http://auto.img.v4.skyrock.net/0790/67860790/pics/2726705020_2.jpg

    …Voilà le premier jeu vidéo sur lequel j’ai passé un temps fou :
    « Sorcellerie 1 : Le donjon du suzerain hérétique ».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Wizardry:_Proving_Grounds_of_the_Mad_Overlord

    Wikipedia indique qu’il est sorti en 1981 (aux USA ?) mais j’y ai joué à Nouméa en 1986 (peut-être acheté d’occasion, je ne sais plus) sur un Apple IIc. Le jeu était en couleur (si si) mais à des années lumières des « polygones inexpérimentés » dont tu parles. ^^

    http://www.armchairarcade.com/aamain/e107_images/illustrations/issue5/dungeons_and_desktops/wizardry.png
    C’était sur du Pascal :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_%28langage%29

    Il me semble que ce mode de programmation existait dans des cours facultatifs au collège et au lycée dans les années 80. Mon frère créait des petits programmes simples à exécuter à l’époque en Pascal.
    Mais bon, pour l’époque, je ne connaissais pas mieux que « Sorcellerie » et ces petits jeux de base pour Apple II et Amstrad CPC ! Tomb Raider c’était 10 ans après !

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez