TEST : HALO 5, GUARDIANS

Posté le 9 juillet 2016

TEST : HALO 5, GUARDIANS dans Axel 15050108480815263613222885

Halo. Cette licence liée à la Xbox, et uniquement à la Xbox, du moins pour l’instant, vu la nouvelle politique de Microsoft. Sept jeux sont sortis de cet univers précurseur dans bien des domaines : cinq volumes de « la trame principale » et deux autres de type « univers étendus », Reach et ODST. Cet univers de type space opera est aussi riche qu’infini, et les gars de 343 Industries ont été malin de casquer le héros principal dès le départ, afin d’imaginer n’importe qui sous l’armure du Major, puisqu’on ignore également son nom. Ce 5e opus va être l’épisode de bon nombre de révélations, mais ça on y reviendra (très partiellement) plus tard.

16070905595915263614363707 dans Jeu vidéo

Parce qu’avant, on a les graphismes ! Historiquement Halo a toujours fait honneur aux différentes générations de Xbox pour lesquelles le jeu a été développé. Et très clairement, c’est toujours le cas ici, mais on avait eu un avant-goût de ce que les développeurs pouvaient faire avec une Xbox One avec l’édition Masterchief collection, sortie fin 2014, regroupant les quatre premiers opus, avec un deux remasterisé de A à Z et de toute beauté. Si on n’est pas déçu du résultat, on regrettera certains détails à la texture légère, à l’image de ce que le dernier Star Wars Battlefront nous a montré. Et comme le jeu s’avère bien plus complet que ce dernier, prévoyez de la place sur le disque dur : 87.2 Go ! Les effets sont de toute beauté, les reflets également, certes nombreux, mais pas trop éblouissants pour apprécier le reste.

L’autre avantage avec Halo c’est que même si on a conscience de suivre un couloir lors de la campagne, le jeu a tendance à nous le faire oublier, tant l’impression de profondeur est présente. Dans les vaisseaux, de grandes baies vitrées seront là pour regarder un espace infini dans lequel vous pourrez suivre des combats aériens. Sur les planètes rocheuses, nombreux seront les précipices, et grande sera la plaine luxuriante de flore exotique. Halo a bien SON univers et laisse libre à notre imagination de se poser tout un tas de question, comme quel genre d’espèce peut vivre sur cette planète si aride ou si dense selon l’endroit où vous êtes. Et quand les graphismes suivent, c’est d’autant plus prenant.

16070906054615263614363708 dans Science-fiction

Et c’est encore plus vrai quand on constate que la licence soigne toujours autant sa narration. De nombreuses cinématiques entrecouperont les phases de jeu, tantôt tirées du moteur graphique du jeu, tantôt avec une réalisation encore plus soignée. Les éléments sont distribués avec parcimonie et il faudra être attentif également dans les phases de jeu où certains moments clés seront dévoilés. C’est un régal à suivre. D’autant qu’une nouveauté fait son apparition : vous allez non pas suivre quasiment, voire exclusivement, le Major durant toute l’aventure, mais un nouveau Spartan, Lock, inconnu jusque-là. Son armure lui est exclusive et sa mission sera de ramener le major qui n’est toujours pas rentré de sa précédente mission. Est-il désormais un traître ? C’est ce que Lock devra découvrir au fur et à mesure de l’aventure car en effet, les intentions du Major ne sont pas claires… Je n’en dis pas plus que le synopsis !

16070906060615263614363709

Une des principales caractéristiques après les deux citées, c’est de dézinguer du Convenant, et depuis peu, du Promethéen ! Avec un gameplay qui lui était propre, mais qui commençait à vieillir ! Dans cet opus, on retrouve un gameplay plus dynamique qui se retrouve sur bon nombre de FPS, le type « à la call of » parce qu’il faut bien l’admettre, on n’a pas trouvé mieux jusqu’ici. Une gâchette pour viser, une autre pour tirer. Les autres spécificités de Halo sont bien conservées. Autant dire que c’est un régal, rien n’est dénaturé, il est au contraire plus vivant, de même lorsque vous faites un saut, vous n’atterrissez plus sur la marche suivante comme avant, on le voit utiliser ses bras pour grimper. On pilotera toujours des warthogs, mangoustes, banshee, scorpions, et même un chasseur promethéen, dont j’ai oublié le nom. Le plaisir de retrouver nos engins est bien là, et la liste n’est pas exhaustive. Pour la première fois, vous embarquez avec vous trois PNJ, rappelant ainsi des mécaniques de jeu de Star Wars Republic Commando (2005), lui-même inspiré de Halo. C’est d’ailleurs sympa l’équipe, vous pouvez les placer, mais tous les trois à un même endroit. Vous pouvez aussi leur désigner une cible.

Mais… Mais on dirait qu’il est tout bon ce jeu ! En effet, on s’en rapproche grandement ! Mais il a avec lui un défaut majeur, proche de l’impardonnable de mon point de vue, ce qui m’a d’ailleurs freiné lors de l’achat : l’absence de coop locale. Ce mode qui a toujours été présent, aujourd’hui sacrifié pour de la coop en ligne. Ma chérie et moi avions beaucoup apprécié ce mode et fait toutes les campagnes ensemble. L’attente de ce 5e opus était grande ! C’est donc un mode historique qui s’en va, étant un vieux de la vieille, perso le multi n’est pas ma grande passion. Si les campagnes des FPS sont généralement courtes, elles restent intenses ! Dommage de ne pas avoir pu partager ça avec elle une 5e fois !

Au-delà de ce défaut, il faut reconnaître un jeu réussi, dans la continuité de ce que cette grande licence du jeu vidéo a pu offrir, tout en se renouvelant suffisamment pour apporter un renouveau bienvenue.

Note : 16/20, parce la perte du mode coop, ça vaut bien trois points de moins !

- Axel -

Image de prévisualisation YouTube

Autres jeux vidéo présentés dans la catégorie Jeu Vidéo :

Wing Commander : la saga / Final Fantasy XIII-2 / Alien Isolation / Sword Art Online : Hollow Fragment / Tearaway / Gravity Rush / Dragon Age Inquisition / Teenage Mutant Ninja Turtles : Fall of the Foot Clan / Dragon Ball Z : Shin Budokai / Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins / Star Wars Republic Commando / One Piece Unlimited World Red / The Witcher 3 : Wild Hunt / Ryse Son of Rome / Star Wars Battlefront / Tomb Raider Definitive Edition / Sword Art Online : Lost Song / Dragon Ball Xenoverse

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez