TEST : FINAL FANTASY XV

Posté le 10 janvier 2017

TEST : FINAL FANTASY XV dans Jeu vidéo 15050108480815263613222885

17011007465215263614762511 dans Skarn

Synopsis

Le Royaume de Lucis renferme le dernier cristal et vient de mettre un terme à la guerre froide en concluant un accord de paix avec l’état militaire de Niflheim. Malheureusement ce dernier décide rapidement de briser le traité anti-armement afin d’envahir le Royaume de Lucis. Le prince héritier Noctis et ses camarades se voient forcés de fuir leur demeure et se retrouvent au cœur du conflit.

On l’attendait depuis longtemps. Ce Final Fantasy XV (anciennement baptisé Final Fantasy XIII Versus) est enfin sorti de sa longue gestation. Douze longues années de développement auront été nécessaires avant que l’arlésienne ne soit mise à disposition des possesseurs de Playstation 4 et X-Box One, autant dire qu’on l’attendait avec une impatience non feinte.

En grand fan de la saga depuis son arrivée en France (Final Fantasy VII, le bijou jamais égalé), et surtout ayant fortement apprécié les opus précédents Final Fantasy XIII et XIII-2, votre serviteur a donc pris les commandes de sa Playstation afin de parcourir ce nouvel univers. Bon, ok, j’ai foutu mon gamin dehors pendant quelques semaines pour lui piquer la manette je l’avoue…

Alors, ce jeu tient-il toutes ses promesses ? Est-il comme annoncé dès le début un Final Fantasy pour les nouveaux joueurs, mais aussi les anciens ? Mais surtout, neigera-t-il ce week-end ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir à travers cet article !

17011007465615263614762512

Équipe technique

Avec Shinji Hashimoto à la production, Square Enix ne fait pas dans la demi-mesure puisque les fans le connaissent bien pour avoir déjà officié sur la saga (FF VII à FF IX) ainsi que sur le film ADVENT CHILDREN mais aussi sur la saga Kingdom Hearts.

À ses côtés, le réalisateur Tetsuya Nomura revient dans un premier temps (jusque 2013). Il a été impliqué sur Final Fantasy depuis le quatrième opus en tant que debugger, graphiste, designer… Hajime Tabata prendra la relève jusqu’à la sortie du jeu lorsque Nomura reprend le projet Final Fantasy VII. Remake que nous attendons cette année. 

Kazushige Nojima, scénariste chez Square Enix depuis FF VII continue son travail avec cet opus, secondé par Saori Itamuro alors que Yoko Shimomura (Street Fighter II, Kingdom Heart ou encore tous les Mario & Luigi) s’occupe de la partition musicale.

Nouveauté de cet épisode, le doublage est intégralement réalisé en français. Et on n’est pas volé croyez moi. Anatole de Bodinat (doubleur de James Franco entre autre) est la voix de Noctis le personnage principal. Gilles Morvan (PRISON BREAK, LES EXPERTS et tant d’autres) incarne Gladiolus. José Luccioni qu’on a déjà pu entendre dans le rôle de Sully (UNCHARTED) est quant à lui, Cid, le personnage récurrent de la saga.

Avec un casting pareil on peut dire que Square Enix a mis le paquet. Pas de « petits joueurs », énormément de têtes connues. Il se murmure d’ailleurs que ce Final Fantasy est l’un des jeux les plus coûteux de tous les temps, c’est dire.

17011007470015263614762513

Le jeu

Dès les premières minutes, le joueur habitué verra la différence avec les autres jeux de la saga. Le joueur dirige Noctis et sa suite à travers un roadtrip au volant d’une fort belle mécanique (oui, la Régalia est juste superbe et totalement « tunable »). Le groupe fera escale dans les nombreux hameaux parsemant les routes pour y trouver des contrats de chasse qui leur permettront de gagner de l’Xp mais aussi des Gils (la monnaie du jeu) et des objets. Et ces chasses et autres quêtes secondaires sont nombreuses, très nombreuses, c’est le moins que l’on puisse dire. Elles sont accessibles en fonction de votre niveau d’XP, mais aussi de votre niveau de chasseur qui augmentera au fur et à mesure que vous aurez effectué des contrats. Dès lors le joueur aura le choix entre suivre la quête principale ou se faire de l’Xp en réalisant des quêtes de jour comme de nuit.

Car c’est l’une des nouveautés du jeu : le concept de temps à été mis en place et vous verrez donc alterner les jours et les nuits, ce qui a pour effet de compliquer parfois grandement les chasses. Mais pas de panique, vous pourrez vous reposer à l’hôtel de la bourgade ou même camper dans certaines zones sécurisées ou vous pourrez alors vous régaler avec les petits plats que votre coéquipier Ignis vous aura préparé.

Les repas sont une autre nouveauté : vous pourrez profiter des restaurants que vous ne manquerez pas de trouver le long des routes, payant mais ne nécessitant pas d’ingrédients en stock, ou également profiter de la cuisine d’Ignis lors des phases de camping, mais il vous faudra pour cela récolter ou acheter préalablement des mets. Vous pourrez également les pêcher, ce qui constitue une autre quête secondaire. Ces repas sont loin d’être anodins car ils vous apporteront des bonus de consistance bien pratiques pour vous préparer au combat.

Les combats justement sont variés. Que ce soit de simples ennemis ou la faune locale ou les contrats de chasses, vous aurez à vous défaire de bon nombre de monstres en tout genre qui vous donneront parfois du fil à retordre. Ces phases de combats totalement nouvelles s’effectuent en temps réel. Fini donc le tour par tour et la jauge ATB que l’on avait connu auparavant. Fini également le concept de magie : ici on « aspire » les forces sur d’étranges cailloux que l’on enferme dans des capsules pour les lancer sur l’ennemi. Terminé également les Eidolons. Même s’il est encore possible d’accéder à des invocations, c’est en remplissant certaines conditions que celles-ci vous viendront en aide (avoir trois personnages KO, ou laisser durer un combat trop longtemps).

Au total, c’est plus de 200 quêtes secondaires et chasses qui vous attendent, ce qui, vous admettrez, fait quand même un bon paquet quand on sait qu’il y a en plus la quête principale à résoudre.

Vous aurez donc largement l’occasion de vous promener sur l’immense carte du monde, en voiture, à dos de Chocobo, voire même à pied ou en train, ce qui vous permettra de découvrir un univers vaste et rempli de surprises.

17011007470315263614762514

Une claque visuelle…

C’est clair, on ne pourra pas dire que Final Fantasy XV n’est pas beau. Possédant une profondeur de champ que je n’ai jamais vue avant dans un autre jeu, avec qui plus est une ouverture totale sur le monde et sa faune. Il y a toujours quelque chose en mouvement : un PNJ, un monstre ou autre. Et c’est la plupart du temps très fin et très beau à voir. Le cycle de la météo également géré est très bien rendu, les couleurs s’assombrissant alors que la grisaille fait place à la luminosité du soleil. C‘est également vrai lors des phases de nuit ou le seul halo de votre lampe aura parfois bien du mal à suffire pour vous éclairer. C’est du plus bel effet.

17011007470615263614762515

… Et auditive…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Yoko Shimomura fait aussi bien que Masashi Hamauzu pour l’épisode XIII. On a affaire ici à de magnifiques envolées de piano (le Main Theme) mais aussi des chœurs puissants et plaisants dans les titres Apocalypsis Noctic ou Omnis Lacrima. Mais vous vous régalerez également avec l’excellente reprise de Stand Bye Me par Florence & The Machine. Mieux encore, lors des phases d’exploration vous pourrez après les avoir acquises écouter les meilleurs morceaux des autres Final Fantasy sur le lecteur CD de la Regalia ou même les lire sur votre MP3 lors des explorations pédestres.

17011007470915263614762516

… Mais pas scénaristique

Et oui, c’est là le premier point négatif du jeu. Si la durée de vie est effectivement énorme du fait des nombreuses quêtes annexes, le scénario en lui même est basique et plat. Exit la psychologie de nombreux personnages qu’on a pu connaître, ici on se concentre sur Noctis et sur lui uniquement. Les autres personnages ne sont présents que pour sublimer le Prince. Et c’est bien dommage car on s‘attache difficilement si on a pas un minimum d’informations. Exit également la trame bien longue et profonde qu’on a pu avoir dans un FF VII ou un FF XIII, ici ça tient sur quelques lignes.

Et ce n’est pas le seul défaut, loin s’en faut. Si on peut passer allègrement sur les bugs d’affichage où parfois l’aliasing fait des siennes sur les visages des personnages, on aura beaucoup plus de mal à pardonner l’absence totale de charisme de l’équipe que l’on dirige. C’est bien simple, on a l’impression d’avoir affaire à un boys band tout droit sorti d’une école anglaise. Plus de psychologie, plus de charisme, plus de costumes sortant de l’ordinaire et surtout l’absence totale de coéquipier féminin font qu’on aura du mal à accrocher.

Mais ce qui fait tache, c’est surtout le système de combat brouillon au possible. On a parfois beaucoup de mal à s’y retrouver dans ce méli mélo et on finit par appuyer bêtement sur les boutons pour s’en sortir. Et le pire, c’est qu’on gagne quand même… Les stratégies du XIII manquent cruellement.

Un autre défaut, et pas des moindres, c’est l’astuce qu’a trouvée l’équipe de développement pour augmenter artificiellement la durée de vie. Les voyages en Régalia se font en effet en temps réel et donc il faut parfois de longues minutes pour rallier un point A à un point B. On passera alors parfois plus de temps à écumer les routes qu’à effectuer les tâches, à tel point que vous pourrez cuisiner tout en jouant lors de ces phases automatiques (testé pour vous).

17011007471215263614762517

Quelques bonnes raisons d’apprécier Final Fantasy XV

  • Le plaisir des yeux : C’est beau, aussi bien le jeu que les cinématiques.
  • Le plaisir des oreilles : C’est beau, surtout pendant les cinématiques.
  • Les nombreuses quêtes : Plus de 200, il y a de quoi faire.
  • Le concept jour/nuit : Riche idée, ça change du tout au tout l’univers que l’on traverse.
  • Les repas : Sérieux, ça donne envie d’y goûter !

17011007471515263614762518

Conclusion personnelle

Je vais y aller direct, je n’ai pas vraiment accroché. Le système de combat trop brouillon, l’utilisation de la magie vraiment perfectible, le manque d’invocations… L’absence de personnages charismatiques, attachants et de personnage féminins, les longueurs dans les phases de déplacement et la fin totalement stupide qui gâche encore un peu plus l’ensemble m’ont laissé un goût amer (le combat final, un QTE, On se fiche de qui ?). Les fausses bonnes idées également : intégrer un système de jour et de nuit ainsi que les repas est une bonne idée en soit, mais totalement sous exploitée. Vous pouvez passer en effet plusieurs jours sans manger ni dormir sans qu’il n’y ait d’incidence sur votre équipe.

Pas que ce soit un mauvais jeu, j’y ai passé tout de même plus de 70 heures, mais j’attendais plus d’un Final Fantasy, surtout après tant de temps de développement et surtout après un magnifique Final Fantasy XIII. J’ai d’ailleurs ressorti ce dernier de sa boîte, histoire de m’y replonger en attendant le remake du VII.

NotaSkarn : 13/20

- Skarn -

Autres jeux vidéo présentés dans la catégorie Jeu Vidéo :

Wing Commander : la saga / Final Fantasy XIII-2 / Alien Isolation / Sword Art Online : Hollow Fragment / Tearaway / Gravity Rush / Dragon Age Inquisition / Teenage Mutant Ninja Turtles : Fall of the Foot Clan / Dragon Ball Z : Shin Budokai / Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins / Star Wars Republic Commando / One Piece Unlimited World Red / The Witcher 3 : Wild Hunt / Ryse Son of Rome / Star Wars Battlefront / Tomb Raider Definitive Edition / Sword Art Online : Lost Song / Dragon Ball Xenoverse / Halo 5, Guardians / Transformers Devastation

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Arc-boutage chapitre 2 / Ascension : saison 1 / Arc-boutage chapitre 6 / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

2 commentaires pour « TEST : FINAL FANTASY XV »

  1.  
    Di Vinz
    11 janvier, 2017 | 4:41
     

    Je n’ai pas le jeu mais j’y ai passé quelque heures chez un ami fan de la licence. C’est sûr que le jeu est magnifique, cela dit le système de combat me paraît un poil répétitif. Et c’est courant que les immenses open worlds de ce type posent souvent des problèmes de rythme au niveau de la trame principale, qui se retrouve hachée et doit alors être simplifiée pour ne pas perdre le fil.

  2.  
    axel
    11 janvier, 2017 | 9:42
     

    Test tres intéressant qui rejoint plusieurs autres que j’ai lu. Étant un néophyte de la licence, il se pourrait que j’accroche, mais j’attendrais un marché de l’occase saturé je pense!
    Tel que tu as ecrit ton texte ça me donne l’impression qu’ils bâclé le jeu en fin de développement pour le sortir au plus tôt : l’univers est bien posé et semble assez travaillé, mais la réalisation manque d’ambition.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez