Archives

Archive pour mai 2017

CRITIQUE EXPRESS : SUICIDE SQUAD

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : SUICIDE SQUAD dans Cinéma 17053106335915263615069464

SUICIDE SQUAD

L’histoire : C’est tellement jouissif d’être un salopard ! Face à une menace aussi énigmatique qu’invincible, l’agent secret Amanda Waller réunit une armada de crapules de la pire espèce. Armés jusqu’aux dents par le gouvernement, ces Super-Méchants s’embarquent alors pour une mission-suicide. Jusqu’au moment où ils comprennent qu’ils ont été sacrifiés. Vont-ils accepter leur sort ou se rebeller ? (allocine.fr)

Réalisateur : David Ayer

17053106391315263615069465 dans Di Vinz

Ha… Attendez… On me souffle dans l’oreillette que tout a été dit sur SUICIDE SQUAD. Certes, mais je ne peux pas m’empêcher d’ajouter ma pierre à l’édifice.

17053106444515263615069466 dans Science-fictionRéalisé par David Ayer, à l’œuvre sur le scénario de TRAINING DAY – thriller que je qualifierais de chef-d’œuvre – et également réalisateur de FURY – un bon film de guerre avec Brad Pitt – on était en droit de s’attendre à quelque chose d’intéressant pour ce SUICIDE SQUAD. Après l’échec critique de BATMAN V SUPERMAN quelques mois plus tôt, l’univers DC était en quête de crédibilité et nous proposait alors le messie : un film sur des vilains ! Inutile de rappeler que la « hype » pour ce SUICIDE SQUAD a été très importante pour tous les fans de comics et pas que, dès son annonce et ce jusqu’à sa sortie.

Et puis… Patatras ! La boulette ! Déferlement de critiques négatives ! Échec total ! Une honte ! Alors je suis allé le voir avec bienveillance comme souvent lorsqu’un film est bâché. Et ben… je n’ai pas aimé non plus. Son montage au hachoir rend cet espèce de clip sans âme, l’action est complètement mal dosée, mal amenée, mal tournée, certains protagonistes ont trop d’importance par rapport à d’autres ce qui crée un déséquilibre frustrant, de plus ce n’est pas spécialement beau.

17053106484915263615069467

En somme ce n’est pas ce à quoi l’on s’attendait, pas du tout même. Vulgaire serait un terme approprié. Avec du recul je l’ai revu en version longue et malheureusement ça ne le fait toujours pas. Le film se tient bien mieux si l’on rajoute toutes ces scènes coupées au montage pour la version ciné, notamment au niveau de la relation entre Harley Quinn et le Joker… Si l’on peut appeler ce blanc-bec bling-bling le Joker. J’ai effectivement beaucoup de mal avec le nouveau Joker interprêté par Jared Leto. Le personnage n’est pas crédible un seul instant à mes yeux, l’acteur souffre durement de la comparaison avec Jack Nicholson et Heath Ledger.

Le reste du cast est en roue libre, même Will Smith qui joue Will Smith en tenue de DeadShot. Il y a pourtant quelques rares qualités. Une ou deux scènes visuellement sympas, peut-être le personnage de Diablo… Mais même la bande-son n’est qu’un amoncellement de hits balancés à tout bout de champ. Quand au scénario, il est juste affligeant. J’ai énormément de mal à lui trouver des points positifs pour lui sauver la mise, c’est clairement un mauvais film à l’instar de BATMAN V SUPERMAN qui a pris la même note et avec lequel le lien paraît difficilement établissable malgré la présence furtive de Ben Affleck en Batman, tant les deux œuvres semblent éloignées. Il y avait pourtant un bon potentiel. Extrêmement déçu. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour WONDER WOMAN et JUSTICE LEAGUE !

Note : 08/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



ROBOT-COOL (45) : EVOLVER

ROBOT-COOL (45) : EVOLVER dans Robot-cool 13061309574815263611288444

17053008292215263615067422 dans Trapard

Evolver a tout du jouet mécanique familial, recouvert d’une sorte de fibre plastifiée grise et rouge. Mais le calme mécanique cache la tempête, et qui se frotte à Evolver s’y pique mortellement.

L’intrigue : Kyle Baxter, jeune passionné de jeux vidéo et d’informatique gagne à un concours un robot jouet Evolver, une machine intelligente que l’on peut combattre virtuellement. Ce concours est l’occasion pour le fabricant d’Evolver de tester son nouveau produit avant sa mise sur le marché. Evolver est en effet un prototype dont le programme est une adaptation d’un logiciel militaire qui fut abandonné en raison d’une dangereuse défectuosité. Le comportement du robot devient rapidement agressif…

17053008292115263615067421

Evolver nous vient tout droit du film éponyme de Mark Rosman sorti en 1995. C’est une série B assez peu connue et pourtant, avec son robot-tueur, il provoque presque les sensations d’un TERMINATOR ou d’un SATURN 3. Disons plutôt qu’il est du niveau de L’AMIE MORTELLE (1987, Deadly Friend) avec son robot-féminisé BB. Evolver passe, lui aussi, très vite du côté sombre : d’abord robot sympa tel un Numéro 5 de SHORT CIRCUIT (1985), à un robot meurtrier, jusqu’en boutiste et sans pitié. D’ailleurs, pour rester sur les comparaisons avec la robotique des 80′s, le design d’Evolver a quelques points communs avec celui du Protector 101 Killbot de CHOPPING MALL. Et au-delà de son robot, EVOLVER est un bon film.

-Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

 Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor / Robot de Xenogenesis / Robots de Pyrite

Robot « cool » ou « craignos » ?

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : STAR TREK : SANS LIMITES

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : STAR TREK : SANS LIMITES dans Cinéma 17052908403015263615065004

STAR TREK : SANS LIMITES

L’histoire : Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace. (allocine.fr)

Réalisateur : Justin Lin

17052908431915263615065012 dans Di Vinz

Troisième épisode de la nouvelle trilogie STAR TREK, SANS LIMITES (Beyond en V.O.) se veut plus anecdotique que ses prédécesseurs. En effet, avec Justin Lin (FAST AND FURIOUS 6) et Simon Pegg (SHAUN OF THE DEAD) aux commandes, il s’opère une légère transformation dans le format du film. Nous avons ici affaire à un buddy-movie de l’espace plus léger et plus fourni en terme d’action au sol, jouant plutôt bien des relations tissées entre les membres de l’équipage de l’USS Enterprise. Le vilain du film joué par Idris Elba, métamorphosé pour l’occasion en extra-terrestre pas beau, est 17052908453015263615065018 dans Science-fictionrelativement insignifiant voire agaçant jusqu’à la fin du film où il se révèle être plus complexe.

Niveau implication émotionnelle, à part la scène d’attaque par l’essaim au début du film, il manque un petit quelque chose, ce malgré la bonne interprétation de Sofia Boutella qui vient ajouter un personnage intéressant au crew du brave Capitaine Kirk.Dans l’ensemble, chaque acteur sait ce qu’il fait, et ils peuvent même surjouer sans que cela ne pose le moindre problème, au bout de trois films on sent que ces personnages ont pris de l’épaisseur, tout le monde semble donc à l’aise dans son rôle.

J’ai apprécié le spectacle, toutefois l’intrigue principale reste trop légère et ce troisième épisode n’est pas du tout à la hauteur de ses prédécesseurs malgré un côté épisodique assez rafraîchissant et semble t-il assumé, plutôt bien vu pour ce qui est de faire perdurer la licence.

Note : 14/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE

LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE dans Science-fiction 14012708415615263611933240

THE FANTASTIC JOURNEY, titre original de ce VOYAGE EXTRAORDINAIRE, est une série télévisée de SF américaine créée en 1977 par Bruce Lansbury. Celle-ci ne dura que dix épisodes d’environ 50 minutes chacun. Elle narrait les aventures d’un petit groupe de rescapés sur une île étrange perdue dans le Triangle des Bermudes…

17052801544415263615063582 dans Série TV

En 1977, j’avais seulement 11 ans et je me souviens très bien de cette série qui me fascinait par ses histoires. C’était un rendez-vous que je ne manquais jamais pour plusieurs raisons. La première étant que je m’intéressais déjà à l’ufologie et aux grands mystères du monde, tel ce fameux Triangle des Bermudes qui a un peu perdu de son aura aujourd’hui ! La seconde était liée à ma passion pour le Fantastique 17052801574915263615063583et la Science-Fiction, à une époque où l’on pouvait également suivre les épisodes de COSMOS 1999, L’HOMME QUI VALAIT TROIS MILLIARDS, SUPER JAIMIE, L’HOMME DE L’ATLANTIDE sur une télévision calédonienne encore en noir et blanc, laquelle allait cependant très vite passer à la couleur. Enfin, la troisième raison était que j’appréciais beaucoup ce jeune acteur Ike Eisenmann (LA MONTAGNE ENSORCELÉE, LES VISITEURS D’UN AUTRE MONDE…) que l’on retrouvait alors un peu partout au cinéma et à la télévision, et auquel je m’identifiais assez facilement malgré mon jeune âge !

LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE raconte l’histoire d’une famille et de leurs associés partis en bateau dans la mer des Caraïbes pour une expédition scientifique. Mais bien entendu, tout ne se passe pas comme prévu, surtout dans les environs du Triangle des Bermudes, alors très présent dans la presse des seventies. Un mystérieux nuage vert fluorescent apparaît soudain et perturbe la navigation. Des bruits assourdissants, un vent violent et quelques instants de panique plus tard, notre équipage se retrouve échoué sur une île inconnue. Dès lors, nos héros ne peuvent plus s’échapper. L’île s’avère rassembler différentes dimensions où se mêlent des zones de 17052802023315263615063584temps. Ainsi se côtoient le passé, le présent et le futur, mais aussi des êtres d’autres mondes, tous prisonniers perdus sur cette île mystérieuse. Les zones se franchissent aisément dans un halo bleu, sorte de « désintégration » ou « téléportation » qui propulse les personnages dans un autre lieu habité par d’autres êtres de l’île. C’est là que réside la grande originalité de cette série fascinante qui s’adressait d’abord et surtout à un jeune public.

Parmi les personnages principaux, on trouve Varian (incarné par Jared Martin, un acteur bien connu à l’époque et malheureusement décédé il y a juste deux jours…). Il s’agit d’un homme du XXIIIe siècle possédant des pouvoirs (et même 17052802044415263615063585une sorte de tournevis sonique emprunté au Docteur !). On trouve aussi Fred Walters (incarné par l’acteur noir Carl Franklin), jeune médecin fraîchement sorti de son école de médecine, Scott Jordan (joué par le jeune Ike Eisenmann que l’on retrouvera en 1982 dans STAR TREK II), il est le fils d’un scientifique célèbre, Liana (interprétée par Katie Saylor), fille d’un père atlante et d’une mère extraterrestre, et enfin Jonathan Willoway (incarné par le formidable et célèbre Roddy McDowall, le Cornélius de LA PLANÈTE DES SINGES de 1968) qui n’est autre qu’un scientifique rebelle des années 60. D’abord dangereux, il se joindra au groupe après une première mésaventure. À noter la présence d’un chat dénommé Sil-El, compagnon de Liana avec lequel notre métisse atlante-E.T. peut communiquer télépathiquement, félin qui se montrera bien utile dans les situations extrêmes car il sert souvent d’informateur discret.

17052802074115263615063586

Toutes les aventures de nos héros tournent autour de leur recherche pour s’échapper de l’île. L’ensemble des intrigues s’inscrit parfaitement dans le style des feuilletons des années 70 où le public accordait davantage d’importance aux personnages et aux histoires qu’aux scènes d’action, ce qui pouvait néanmoins s’avérer parfois dangereux au vu de l’échec de cette série survenu au bout de 10 épisodes 17052802103315263615063587seulement… Ainsi, un épisode de THE FANTASTIC JOURNEY pourra paraître long, aujourd’hui, aux téléspectateurs habitués à un certain rythme soutenu dans des feuilletons où l’inverse est souvent de rigueur : l’action d’abord, l’intrigue après.

LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE fut diffusé du 3 février au 17 juin 1977 aux États-Unis. En France, la série connut une programmation sur TF1 à partir du 8 octobre 1977. L’épisode pilote, de 90 minutes, s’intitule « Vortex ». Les autres sont, dans l’ordre, « Atlantium », « Une Place au Soleil », « La République des Enfants », « Le Conquérant » (avec John Saxon), « Un Amour Volcanique », « Le Magicien », « Les Amazones » (avec Joan Collins), « Énigmes » et « Le Loup dans la Bergerie ». Un onzième épisode intitulé « Romulus » était prévu, mais la série s’arrêta brutalement avant sa réalisation. On trouve son scénario publié sur le Net.

Tous les épisodes de la série LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE sont disponibles sur YouTube, en V.O. uniquement, et malheureusement dans un format inadéquat car agrandi afin de correspondre à un écran 16/9. L’image est également de mauvaise qualité car visiblement issue d’enregistrements télé VHS. Cependant il s’agit du seul moyen pour découvrir THE FANTASTIC JOURNEY, la série n’ayant apparemment jamais connu d’édition vidéo.

- Morbius -

L’ÉPISODE PILOTE DE « THE FANTASTIC JOURNEY »  :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre / Tales of Frankenstein / Ark II / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs / Genesis II / Les Compagnons d’Eleusis / Super héros de séries TV brésiliennes inédites en France / Brisco County

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE dans Cinéma 17052707040415263615062449

INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE 

L’histoire : Nous avons toujours su qu’ils reviendraient. La Terre est menacée par une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Pour la protéger, toutes les nations ont collaboré autour d’un programme de défense colossal exploitant la technologie extraterrestre récupérée. Mais rien ne peut nous préparer à la force de frappe sans précédent des aliens. Seule l’ingéniosité et le courage de quelques hommes et femmes peuvent sauver l’humanité de l’extinction. (allocine.fr)

Réalisateur : Roland Emmerich

Suite du cultissime film de Roland Emmerich, réalisé par ce même réalisateur, RESURGENCE reprend plusieurs acteurs du casting d’origine que l’on retrouve avec grand plaisir en y ajoutant quelques nouvelles têtes dont notre française Charlotte Gainsbourg.

La carte de la démesure est jouée : les vaisseaux sont encore plus grands, l’action encore plus dantesque, le scénario encore plus tiré par les cheveux. Mais… les extraterrestres sont aussi encore plus débiles… Ce qui donne lieu à un film carrément WTF, presque – je dis bien presque – divertissant.

17052707071815263615062450 dans Di Vinz

Que garder de ce film si ce n’est sa scène finale aux airs de STARSHIP TROOPERS, avec cette sorte de reine alien de trente mètre de haut ? Une scène plutôt granguignolesque par ailleurs. Pas grand chose hélas. Tout est trop cliché, les acteurs sont aux pâquerettes, on est dans une série B quoi. Malgré les retours de Jeff Goldblum et de Bill Pullman (pas de Will Smith à l’horizon ? c’est ballot) on nous propose du déjà vu, clairement, mais en encore plus grand et en « mieux fait » (le syndrome du RÉVEIL DE LA FORCE, encore). Ce dernier point reste néanmoins largement discutable car pour la première fois je n’ai pas été particulièrement saisi par la proposition visuelle de Roland Emmerich alors qu’il s’agit habituellement d’un point fort dans ses films. Là, on a vraiment du blockbuster lambda de chez lambda. Le réalisateur semble en bout de course, difficile de sauver cette suite fade et laissant un goût amer. Le premier opus m’ayant marqué, j’en attendais bien plus.

Note : 07/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LE FILM FANTASTIQUE

LE FILM FANTASTIQUE dans Cinéma 14072703494415263612413227

Le Film Fantastique est le titre du dernier ouvrage de référence paru sur le cinéma Fantastique pur, englobant à la fois l’Épouvante et l’Horreur. Exit la SF, la Fantasy et les autres, ici on parle des classiques de la Hammer, de la Universal, mais aussi de nombreux films de série B anciens ou récents issus de différents pays, notamment la France. Publié en 2016 aux éditions Le Courrier du Livre, paru dans la collection Ciné Vintage, écrit par Christophe Champclaux et Linda Tahir-Meriau, Le Film Fantastique est un beau livre un peu maigrichon (176 pages), mais servi avec un DVD de ce que d’aucuns considèrent comme un grand film incontournable du genre : LA NUIT DES MORTS-VIVANTS de Romero…

17052606505215263615060928 dans Fantastique

Encore un livre sur le cinéma fantastique, me direz-vous ! Et pourquoi pas ? On n’en sait jamais assez sur le genre, et chaque livre de référence offre à sa façon une approche différente du sujet. Contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là, notamment dans la rubrique littéraire de L’Ecran Fantastique où Jean-Pierre Andrevon manifestait sa lassitude devant tant de livres qui, soi-disant, n’apportent rien de plus que ce que l’on sait déjà, je vois, en ce qui me concerne, un ouvrage qui devrait satisfaire le néophyte tout comme le fantasticophile qui se croit trop facilement « expert » en la matière. N’oublions pas que, même s’il s’agit d’un formidable bouquin de référence, 100 Ans et Plus de Cinéma Fantastique et de Science-Fiction (de Jean-Pierre Andrevon lui-même) n’est ni plus ni moins qu’une suite ininterrompue de critiques de films au lieu d’être ce que l’on attendait véritablement : une mine d’informations sur les tournages de centaines d’œuvres du cinéma de l’Imaginaire…

Préfacé par Gérard Lenne, expert en la matière, Le Film Fantastique annonce en quatrième de couverture :

« La troublante beauté de Barbara Steele, la morgue fascinante de Christopher Lee, la fausse fragilité de Peter Cushing, les subtiles nuances de la voix de Vincent Price… Le cinéma fantastique, c’est évidemment ces immenses vedettes, emblématiques du second âge d’or du genre. Mais c’est aussi des milliers d’images hypnotiques, sublimes ou repoussantes nées dans l’aube grise de la littérature gothique européenne, corrigées par l’expressionnisme allemand, s’épanouissant dans les chefs-d’œuvre des studios Universal et RKO, des productions Hammer et leurs variations italiennes… Le cinéma fantastique s’impose désormais comme le genre dominant du XXIe siècle. »

Voilà qui est dit, et bien dit ! Et pour se montrer à la hauteur de ses ambitions, Le Film Fantastique a pris soin de sélectionner parmi les plus belles photos noir et blanc ou couleur des films fantastiques traités dans ses pages au travers des différents chapitres que sont La politique des horreurs, Tim Burton au royaume des contes, Rencontre avec George Romero, Christophe Gans : entre chien et loup et Images cultes du film fantastique. En parallèle, et tout au long du livre, côté droit en pleine page, nous pouvons suivre la biographie d’un réalisateur : Tim Burton.

Enfin, pour revenir sur le DVD accompagnant le livre, on trouvera également en bonus le peu passionnant car très technique Lumière sur LA BELLE ET LA BÊTE (52 min), le trop court Les Zombies de Romero (8 min) et l’intéressant Le Musée des Horreurs de Dario Argento (12 min) avec Luigi Cozzi (STAR CRASH !) et Dario Argento lui-même.

Non, Le Film Fantastique n’est pas un simple ouvrage de plus mais bel et bien un livre complémentaire qui pourra aisément rejoindre ceux que vous possédez déjà sur le cinéma de l’Imaginaire.

- Morbius -



WHOVIAN’S WHO ! – Aridius et les Aridiens

WHOVIAN'S WHO ! - Aridius et les Aridiens dans Whovian's Who 17040608411815263614966947

Le Whovian’s Who, pour tout savoir sur l’univers étonnant de la série DOCTOR WHO grâce à Carine, infatigable fan experte qui voyage à travers l’espace et le temps pour extraire la moindre information sur les personnages, les créatures, les créateurs et les aliens de la série culte ! Pour tous les fans du Docteur, retrouvez le Whovian’s Who sur les Échos d’Altaïr ! Aujourd’hui :

17052405543015263615057798 dans Whovian's Who

ARIDIUS ET LES ARIDIENS

À l’origine, Aridius était une planète couverte d’océans. Son atmosphère possédait un taux élevé d’oxygène et sa gravité était un peu supérieure à celle de la Terre. Suite à un incident stellaire, les deux soleils d’Aridius étant de plus en plus proches, la planète s’est désertifiée en un peu plus d’un millier d’années. Ce bouleversement de l’écosystème de la planète a détruit la vie dans les océans, ne laissant plus que deux espèces : les Aridiens, humanoïdes à la peau argentée, munis d’une crête se prolongeant en nageoire le long de leur épine dorsale et les Bêtes du Bourbier (Mire Beast), créatures à l’apparence de pieuvres géantes, carnivores et très prolifiques quant à leur reproduction. 

17052405553415263615057800

Les Aridiens se sont retrouvés confrontés à un prédateur extrêmement dangereux et la seule solution pour s’en protéger fut de condamner les zones qui avaient été envahies par la Bête du Bourbier en faisant exploser les sections infestées. 

Les Aridiens sont dirigés par un Conseil de l’autorité des Anciens dont les décisions ne peuvent en aucun cas être contestées. 

Les villes des Aridiens, à l’origine sous-marines, sont situées en sous sol et reliées par des tunnels. Leur accès vers la surface se fait à partir de sas dont certains ont du être détruits, suite à l’invasion des Bêtes du Bourbier. 

17052405563015263615057801

Lorsque le Docteur, Vicki, Ian et Barbara arrivent sur Aridius alors qu’ils sont traqués par les Daleks, les Aridiens les accueillent dans leur ville. Néanmoins, lorsque les Daleks arrivent et posent leur ultimatum, le Conseil des Anciens décide de les livrer aux Daleks pour éviter la destruction de leur ville. Heureusement, le Docteur et ses compagnons parviennent à s’échapper (« The Chase »). 

Dans le numéro 41 de Doctor Who Battles in Time, on dit que les Daleks sont revenus attaquer Aridius en représailles, plusieurs années après les faits, reprochant aux Aridiens de ne pas avoir su garder leurs prisonniers. 

À ce jour, ils n’apparaissent dans aucune autre histoire, que ce soit à la télévision, en romans ou en audio.

- Carine - (Les Enfants du Temps)

Autres articles du Whovian’s Who :

Les Voords / Le Studio D de Lime Grove / Les Tritovores / L’Académie des Time Lords

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



PROTEUS (1995)

PROTEUS (1995) dans Cinéma bis 17052308291815263615055654

PROTEUS (1995)

Réalisateur : Bob Keen

Scénario : John Brosnan

Musique : David A. Hughes, John Murphy

Montage : Liz Webber

Directeur de la photographie : Adam Rodgers

Interprètes : Craig Fairbrass, Toni Barry, William Marsh, Jennifer Calvert…

Pays : Angleterre

17052308312115263615055655 dans Science-fiction

J’ai été très étonné en regardant PROTEUS, un DTV anglais du réalisateur Bob Keen, que je viens d’acheter à un destockage de l’un des deux irréductibles derniers vidéoclubs du Grand-Nouméa (Koutio et Normandie). La jaquette du DVD ne m’inspirait d’ailleurs pas grand chose, alors que l’affiche originale est nettement plus belle, bien que très inspirée de celle de PROPHECY, LE MONSTRE (1979) de John Frankenheimer. Avec un petit côté satanique en plus, inhérent au sujet de PROTEUS. Et comme je venais de voir, il y a à peine deux semaines de cela, le nanar italien PLANKTON (1994) de Massimiliano Cerchi tourné un an auparavant, j’y ai découvert un prétexte scénaristique totalement identique. Mais je ne connaissais pas du tout, il y a peu, cette petite vague tardive de séries B post-LEVIATHAN, dont voici un nouvel opus pour le « rayon bisseries » des Échos d’Altaïr.

L’histoire : Après que leur bateau ait explosé, six trafiquants de drogue trouvent refuge sur une plate-forme pétrolière. Déserté, l’endroit abrite en réalité un laboratoire de recherches génétiques ultra-secrètes. Convaincu de l’imminence du danger, le groupe décide de s’en aller, mais trop tard…

17052308344715263615055656 dans Trapard

Évidemment, la créature et son origine ne sont pas identiques dans PLANKTON ni dans PROTEUS, bien qu’on retrouve le même rapport aux troubles psychotiques engendrées par ses attaques. Et le film de Bob Keen est d’un tout autre niveau : acteurs convaincants (les actrices n’ont pas besoin d’être en bikini), bon suspense, meilleurs effets spéciaux avec une créature gigantesque et intéressante avec sa face de requin montée sur un corps humanoïde. Même les rebondissements sont au programme tout le long du métrage, puisque la créature a tendance à passer de corps en corps pour posséder tel ou tel individu, un peu à la manière de HIDDEN (1987) de Jack Sholder.

Bien que PROTEUS se regarde sans trop d’ennui, le film reste néanmoins une série B bas de gamme. On est encore loin d’un blockbuster comme PEUR BLEUE (1999, Deep Blue Sea) de Renny Harlin, qui quatre ans après lancera la mode du Shark Movie et fera disparaître par la même occasion toutes les hybridations bisseuses post-LEVIATHAN. Mais il y a pire…

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube



IMAGINART : NAOTO HATTORI

IMAGINART : NAOTO HATTORI dans Imaginart 13092910513615263611593982

Naoto Hattori est né en 1975 à Yokohama au Japon. Il a d’abord étudié au Graphic Design de Tokyo avant de s’installer à New York pour étudier au School of Visual Art. Il a reçu de nombreux prix et a été publié dans beaucoup de magazines d’art. Naoto Hattori déclare à propos de son travail :

« Ma vision est comme un rêve, qu’il s’agisse d’un rêve doux, d’un cauchemar ou d’un rêve délirant. J’essaie de voir ce qui se passe vraiment dans mon esprit, et c’est une pratique pour accroître ma conscience Dans la créativité du courant de conscience. J’essaie de ne pas étiqueter ou de penser à ce qui est censé être, il suffit de le prendre comme il est et de peindre tout ce que je vois dans mon esprit sans compromis. De cette façon, je crée ma propre vision. »

Avec Hattori, on nage en plein Fantastique. On retrouve dans l’essentiel de ses œuvres la présence de l’œil, vision souvent inquiétante ou hallucinée, mais aussi des visages torturés ou parfois sereins, parfois semblables à ceux de poupées, comme des dessins pour enfants qui ne s’adresseraient qu’aux adultes.

- Morbius -

17052111013515263615052451 dans Imaginart

17052111022215263615052452

17052111083815263615052454

17052111093315263615052455

17052111102115263615052458

17052111113915263615052463

Autres articles de la catégorie Imaginart :

Tim White, artiste de l’Imaginaire / Fonds d’écran plein d’imagination ! / Ralph McQuarrie, créateur d’univers (1) / Ralph McQuarrie, créateur d’univers (2) / L’Imaginaire en fond d’écran ! / Peter Andrew Jones, fils de pulps / Andrew Probert, le papa des Cylons / Jules Verne en 3D / L’art de la SF et de l’heroic fantasy : Michael Whelan / Vador psychédélique et générique mythique / L’Empire vous parle ! / Un stardestroyer chez soi… / Affiches à part / Pour quelques fonds d’écran de plus / Star Wars en version steampunk ! / C’est fou ce qu’on peut faire avec un ticket de métro !Dangereux portes clés ! / Le FouRobot ! / Des peintures très « muppets » / La 3D anaglyphe selon Joel Fletcher / Frank R. Paul, l’artiste des pulps / Ma collection personnelle de pulps / Des images de rêve / Nemotechnik / Mondes et voyages de Didier Graffet / Un blog pour Scifimages / Jolis fonds d’écran galactiques / C’est merveilleux ! / Base extraterrestre appelle la Terre ! / L’art de Chris Foss / Du Separth ! / Du Separth (suite !) / Jules Verne et le CM2B / Le minimum pour une affiche / CoolVibe pour vous faire rêver / Documentaire sur Reynold Brown / Des vaisseaux et des robots / Envahisseurs sur cartes postales / Réalisez votre propre couverture de pulp ! / Le space-art de Chesley Bonestell / Un démon altaïrien signé Johannes Wahono / Un Cthulhu kanak / Le SILO et Altaïr IV / En provenance de la planète Vélas / Alex Schomburg : entre le comics et pulp / Un dessin de Ferrod pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin de Bellamy pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin des Tarquin pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin de Law pour Les Échos d’Altaïr / Vincent Di Fate / Bruce Pennington / Bob Eggleton / Arthur Haas

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



ROBOT-CRAIGNOS (102)

ROBOT-CRAIGNOS (102) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

17051909284115263615049408 dans Robot-craignos

Ce minuscule robot-aspirateur recouvert de plastique ne ressemble à rien. Ou disons qu’il ressemble à n’importe quel robot actuel, et qu’il semble assez anachronique pour un film d’anticipation. Mais il permet de donner le ton de cette bonne série B mi-cyber-punk, mi-post-apocalyptique. Le début de MINDWARP (1992) aka BRAINSLASHER de Steve Barnett, présente une cité futuriste complètement aseptisée et informatisée, la suite étant le versant de la médaille…

L’intrigue : En 2037, les habitants de la Terre, confinés dans une biosphère stérile, passent la plupart du temps reliés à un programme ordinateur qui nourrit leurs rêves. Comme ce contrôle sur l’esprit la révolte, Judy est exilée dans une région dévastée – le monde réel – où vivent des fanatiques religieux et des mutants cannibales…

Aux contrées de L’ÂGE DE CRISTAL (1976) et de CIRCUITRY MAN (1990), MINDWARP est loin d’un blockbuster post-apocalyptique avec Kevin Costner (THE POSTMAN, WATERWORLD). Le budget semblant assez limité et les décors se limitant à beaucoup de plans serrés. Et pourtant, Bruce Campbell, sans ses habituels cabotinages, est un très crédible guerrier solitaire du futur affrontant des hordes de mutants. Il devient aussi un Adam occasionnel, bien que le chef des mutants, joué par l’excellent Angus Scrimm, convoite lui-aussi la virginale Judy (Marta Martin).

Pour en revenir à notre robo-vap qui n’apparait qu’au tout début du film, il est assez bavard et circule sans cesse dans les jambes de Judy, ce qui ne manque pas de l’énerver.

- Trapard -

Autres vedettes de la catégorie Robot-Craignos :

Robot de Target Earth / Robot de Devil Girl from Mars / Robot de The Phantom Empire / Robot de The Robot vs. the Aztec Mummy / Robot de Vanishing Shadow /Robot de The Phantom Creeps / Robot de Undersea Kingdom / Robot de Superman (serial) / K1 / Ro-Man / Muffet / Robox / Robot géant des amazones de Star Crash / Robot de Flesh Gordon / 2T2 / Robot de Giant Robot / Gog / Kronos /Robot de The Space Giants / Robert / Wiki / Robots de The Lost Saucer / Robot de L’Invasion des Soucoupes Volantes / Jet Jaguar / Elias / QT-1 / Andy / Dot Matrix / Robot de The Goodies / Torg / Kryten / Robot de Dünyayi Kurtaran Adam /Robot de L’Homme Mécanique / Robot de Supersonic Man / Robot de Cosmo 2000 / Mechani Kong / Sparks / Robots de Ice Pirates / Maria (de Roboforce) / K-9Robot de The Bowery Boys Meet The Monsters / Robot de First Spaceship On Venus / « Friend » / RUR / Crow T. Robot, Gypsy & Tom Servo / Q / Tic Tac /Robowar / Robot de Frigia / Mark 1 / Kip / Doraemon / Robot de Métal Hurlant Chronicles /  Moguera / Robot de Galaxis / IG-88 / Stella / Metalogen Man / Tor /Robot de Superman Contre les Robots / Robot de Lost City / Robot de Supercar /Robot des Thunderbirds / Robot de Alien Armaggedon / Robot de Ikarie XB-1 /Robot de la série TV Superman (1951) / RuR (2) / Roscoe / Robots de Star Odyssey / Robot de La Edad de Piedra / Robot de l’épisode de La Quatrième Dimension : Oncle Simon / Stelekami / Auto / Eyeborgs / Astrul / Robot de Booby Trap / Vindicator / Robot de Bad Channels / Robots d’Alpha Cassiopée / Peebo / Robots de Super Inframan / TARS / Endhiran / Tor / Robot de Blake’s Seven / Vector & Hector / Robot des Arkonides / Robot de Yilmayan Seytan /Robots de La Guerre des Robots / Tau Zeta / Robot de L’Île aux Naufragés / Xar / JANIS 414 & BIO 2100 / Robot de Las Luchadoras contra el Robot Asesino / Robot de 3 Süper Adam / Robot de Klaun Ferdinand  a Raketa / SAM-104 / Robot de Moontrap / Decapitron / Vak & Krel

Robot « cool » ou « craignos » ?

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



12