STAR TREK : DISCOVERY – Point de vue

Posté le 30 septembre 2017

STAR TREK : DISCOVERY - Point de vue dans Série TV 14012708415615263611933240

Après 12 ans d’absence de la télévision, STAR TREK revient enfin avec la toute nouvelle série événement diffusée exclusivement sur Netflix : STAR TREK : DISCOVERY. Les deux premiers épisodes du week-end dernier nous ont plongé dans son univers situé chronologiquement dix ans avant les aventures du capitaine James T. Kirk et de son équipage. Et que dire, si ce n’est que ce démarrage s’avère une totale réussite, annonçant un space opera télévisuel grandiose et intelligent, mais forcément ancré dans son époque tourmentée en proposant un STAR TREK plus sombre et peut-être même… plus adulte. Nous sommes en 2017 et non plus en 1966…

17093006585015263615294887 dans Star Trek

LE VISUEL

C’est d’abord là que STAR TREK : DISCOVERY impressionne le plus. Visuellement, l’ensemble est incontestablement de toute beauté. Nous n’avons pas encore mis les pieds à bord de l’USS Discovery mais sommes montés à bord de l’USS Shenzhou pour quelques scènes mémorables, en particulier dans le deuxième épisode. Et l’on peut déjà constater combien les décors intérieurs du vaisseau sont soignés car aucun détail n’est négligé. La passerelle possède un écran panoramique qui nous plonge au cœur de l’action. Quelques lens flair qui n’auraient pas déplu à JJ Abrams se glissent ici et là, tel un écrin mettant en valeur la froide beauté technologique du Shenzhou.

17093007020515263615294888

N’oublions pas également la beauté des décors des vaisseaux klingons, de même que les costumes de nos fiers guerriers. Leur apparence physique pourra quant à elle prêter à discussion, tout comme leur élocution…

17093007104215263615294889Les nouveaux uniformes d’un Starfleet de dix ans avant l’ère de Kirk s’avèrent à la fois sobres et élégants. D’un joli bleu profond et garnis de striures dorées, ils constituent un ensemble très classe et forcément très éloigné de ce qu’ils deviendront dix ans plus tard !

La promenade spatiale du Lieutenant Commander Michael Burnham près d’une étoile binaire nous offre aussi un spectacle merveilleux, hommage évident au voyage de Spock à travers V’ger dans STAR TREK : LE FILM (1979). Quant à l’impressionnante bataille spatiale qui parsème essentiellement le second épisode, affrontement mortel entre la Fédération naissante et les Klingons, elle fait de nous des spectateurs ravis et rassurés face à la qualité des effets spéciaux déployés.

17093007152615263615294890Évidemment, tout paraît bien plus sophistiqué et moderne que ce que l’époque de Kirk proposera à la civilisation terrienne une dizaine d’années plus tard ! Mais comment recréer le passé en voulant faire plus kitsch que le STAR TREK classique ? En 2017, cela semblerait totalement aberrant. Alors oui, il faut accepter l’inacceptable, il faut faire fi de la logique et se montrer tolérant même si cela va à l’encontre du raisonnement…

En tout cas, c’est avec une énorme impatience que l’on attend de découvrir enfin l’USS Discovery promis dans le troisième épisode !

LES PERSONNAGES ET LES ACTEURS

Rien à redire non plus sur la qualité de l’interprétation des principaux personnages. Et quel plaisir de retrouver Michelle Yeoh dans le rôle de Georgiou, capitaine de l’USS Shenzhou ! Comme nous aurions voulu la garder éternellement… Mais Sonequa Martin-Green, échappée de l’enfer des zombies de THE WALKING DEAD, incarne aussi à la perfection notre « Number One », notre Lieutenant Commandeur élevée sur Vulcain par un certain Sarek… D’abord froide et distante, Vulcain oblige, elle deviendra progressivement l’amie de Georgiou qu’elle considérera presque comme sa mère au fil du temps.

17093007214215263615294891Doug Jones au physique bien particulier ne pouvait qu’interpréter le longiligne alien de la passerelle, Saru, lequel apporte à sa façon un peu d’humour bien placé.

En parlant d’aliens, on peut brièvement en distinguer un autre sur le pont du Shenzhou, de même qu’une espèce d’androïde ou de je ne sais quoi exactement ! Nous en saurons forcément plus au fil des épisodes, et surtout grâce aux futurs livres de référence qui devraient paraître assez rapidement !

LA MUSIQUE

Les génériques de toutes les séries STAR TREK, de même que ceux des films d’ailleurs, ont toujours bénéficié de soins particuliers. Qu’il s’agisse d’Alexander Courage, de Jerry Goldsmith, de Dennis McCarthy et de tant d’autres, les thèmes composés s’attachaient toujours à préserver un ton épique. Il n’en est rien ici. Pour STAR TREK : DISCOVERY, Jeff Russo a en effet choisi un aspect plus sombre qui s’inscrit visiblement dans l’air du temps… Et même si l’on retrouve, discret, le célèbre thème de STAR TREK, nous sommes à des années lumière de tout ce qui a été fait jusqu’à présent par ses illustres prédécesseurs. À l’inverse, la musique accompagnant les épisodes semble bien plus intéressante, voire même de très bonne facture.

17093007305415263615294892

L’ESPRIT

L’esprit STAR TREK, n’en déplaise à certains, est bien présent à travers DISCOVERY. Certes, il s’est assombri avec le temps. Nous sommes aujourd’hui bien loin de l’optimisme exacerbé du STAR TREK des 60′s ou de STAR TREK : THE NEXT GENERATION. Et même si le ciel commençait déjà à se couvrir légèrement avec STAR TREK : DEEP SPACE NINE, STAR TREK : VOYAGER ou 17093007322515263615294893STAR TREK : ENTERPRISE, il se montre dorénavant un peu plus orageux ! Nous vivons en 2017 une époque tourmentée, qui se cherche, et où malheureusement l’espoir laisse plus souvent la place au désespoir. On nous rappelait encore, il y a peu, que STAR TREK avait toujours été et sera toujours le reflet de son temps. Alors nous y sommes…

Il est, bien sûr, encore beaucoup trop tôt pour pouvoir juger clairement STAR TREK : DISCOVERY. Attendons patiemment d’avoir vu l’ensemble des épisodes de cette première saison, en espérant que celle-ci ne devienne pas son lit de mort comme pour tant d’autres aujourd’hui… On ne peut que lui souhaiter longue vie et prospérité, au vu de l’excellence de son démarrage d’une dimension cinématographique, et qui nous a laissé plein d’étoiles dans les yeux.

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre / Tales of Frankenstein / Ark II / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs / Genesis II / Les Compagnons d’Eleusis / Super héros de séries TV brésiliennes inédites en France / Brisco County / Le Voyage Extraordinaire / Behind the Scenes of Battlestar Galactica (1978) / The Orville

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

3 commentaires pour « STAR TREK : DISCOVERY – Point de vue »

  1.  
    GhostDog
    5 octobre, 2017 | 11:50
     

    Sur qu’a 6 millions de dollars l’épisode, ça peut être joli a regarder… c’est un minimum…
    Mais essaie aussi The Orville, Morbius, c’est moins poseur et beaucoup plus proche du Star Trek original dans l’esprit et la structure. Moins prétentieux et politiquement correct aussi.
    Perso je pense que Roddenberry aurait adoré The Orville, c’est une vraie déclaration d’amour a Star Trek déguisé en faux pastiche.
    Live long and prosper

  2.  
    GhostDog
    5 octobre, 2017 | 12:00
     

    Bon, au temps pour moi, je n’avais pas vu que tu l’avais chroniqué plus bas The Orville! Je vois qu’on est assez d’accord dessus. Dommage qu’elle soit plus ou moins destiné a se planter devant les attentes du public aujourd’hui… mais n’oublions pas qu’il y a 50 piges le Star Trek original était considéré comme un échec et annulé au bout de 3 saisons par NBC….
    Un grand merci au passage pour ton blog super intéressant.

  3.  
    5 octobre, 2017 | 12:12
     

    Merci à toi.

    Pour ce Star Trek : Discovery, plus « prétentieux » que les autres, c’est vrai, je te l’accorde, je le ressens aussi. Mais je pense qu’aujourd’hui il faut faire preuve d’une certaine « prétention » pour réussir, sinon on se fait marcher dessus, y compris dans les séries TV…

    Et puis finalement, trouver un Star Trek un peu différent des autres ne me déplaît pas tant que ça à l’arrivée. Au contraire, c’est du sang neuf, une vision moins naïve mais plus réaliste de ce qu’est l’être humain et de ce qui l’entoure.

    En outre, Star Trek qui dut pendant longtemps faire avec les moyens du bord se voit aujourd’hui attribuer un budget plus que conséquent, à la hauteur de ses ambitions, alors moi je dis oui, c’est bien mérité, je trouve. ;-)

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez