• Accueil
  • > Archives pour décembre 2017

Archives

Archive pour décembre 2017

STAR WARS VIII : LA B.O.

La bande originale du dernier chapitre de la saga STAR WARS, LES DERNIERS JEDI, est entièrement disponible à l’écoute ICI, sur YouTube.

Le grand John Williams a peut-être atteint la limite, n’offrant plus rien de novateur, oubliant la création pour s’adonner à outrance à l’auto-plagiat. Sa B.O. toute entière n’est qu’une immense reprise des thèmes écrits pour LE RÉVEIL DE LA FORCE (certes, il fallait en retrouver certains, mais en les incluant dans de nouvelles partitions, ce qui n’est pas le cas ici) et un pompage honteux de ce qu’il a composé pour les films de la trilogie classique, notamment pour l’Épisode IV.

Sa seule création originale tient en un titre : Canto Bight. Le reste n’est qu’un patchwork indigeste de musiques sans mélodie ni thème, en dehors des reprises de ses morceaux connus pour la trilogie classique. Dommage de vieillir aussi mal alors que l’homme représentait, pour moi, le plus grand compositeur de musiques de films de toute l’histoire du cinéma. Sa B.O. est finalement à l’image du film : une énorme déception…

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Image de prévisualisation YouTube



LES DERNIERS JEDI : PREMIERS AVIS ALTAÏRIENS

LES DERNIERS JEDI : PREMIERS AVIS ALTAÏRIENS dans Star Wars 17121507083715263615414841

Comme nous l’avions déjà fait pour d’autres STAR WARS, voici les premiers avis altaïriens, sans spoilers, concernant le nouveau chapitre de la plus belle saga de science-fiction de l’histoire du cinéma : STAR WARS VIII : LES DERNIERS JEDI. Et une chose est sûre : nous ne sommes pas d’accord du tout…

Xavier L. :

Sublime ! Grandiose ! Combine le meilleur de la original trilogy et de la prequel trilogy tout en étant original et en apportant une bouffée d’air frais à la série avec des scènes totalement inattendues. De l’humour, des frissons, des larmes, certains trouveront le rythme un peu lent mais pour ma part c’était le crescendo parfait. Comme toujours avec STAR WARS, la bande son était parfaite. Rian Johnson a réussi l’impossible, il a réussi a nous pondre I’un des meilleurs épisodes. ALLEZ LE VOIR DE SUITE !

Luther V. :

17121507111415263615414842 dans Star WarsÉpique ! Il était temps finalement que cette odyssée échappe à Lucas, qui a évidemment adoré cet épisode tant il rend hommage à la franchise. Magnifique, complexe et déroutant tout en s’inscrivant dans des codes familiers… pour mieux les dépasser. Rien d’attendu si ce n’est le plaisir. Amusez vous, les amis altaïriens, vous en sortirez le sourire aux lèvres..

Sébastien D. :

Enfin un vrai scénario ! Enfin un traitement de la Force qui en fait autre chose que quelques tours de magie. Un peu lent au niveau du rythme, mais vraiment un bon moment qui fait oublier la déception du VII.

Gaulois L. :

Je ne comprends vraiment pas toutes ces critiques positives… Sens du drame ? Des persos ajoutés à l’arrache, des facilités de scénario à la pelle, des tensions qui retombent comme des soufflés, un mauvais rythme… Hollywood ne sait décidément plus comment raconter une histoire. Heureusement, il y a Kylo Ren. Mais je ne vois pas comment son personnage, un des plus intéressants de la saga, pourrait sauver l’Épisode IX et par la même cette trilogie, qui avait pourtant si bien commencé… Bon, je n’ai pas détesté, mais ça reste à mon sens un film très moyen qui accumule tout ce qui ne va pas dans les films populaires actuels, principalement, comme je le disais, l’histoire, le scénario, le conte, quoi. Ce que le VII avait réussi à éviter… Hélas !…

Zimbler N. :

J’ai pas vu la différence entre STAR WARS et un Marvel.

Christophe M. :

17121507133815263615414843Je suis de la toute première génération STAR WARS. Le VII était correct, j’ai adoré et kiffé ROGUE ONE, mais là – waouh ! – que je suis déçu ! Je me suis même ennuyé pendant le passage entre Rey et Luke pour son apprentissage.

Di Vinz : 

Le rythme est proche de celui de l’Épisode V. Pour moi c’est un bon point. Non, je lis énormément de chipotages sur des petits détails ou encore des âneries incroyables rapport à « l’esprit STAR WARS ». Beaucoup de spectateurs qui se prennent pour des puristes mais sont juste des casse-couilles qui cherchent le mal là où il n’y en a pas. C’est fou d’en arriver là. Je vais te pondre une critique de fou, je n’ai qu’une envie c’est de démontrer à tous pourquoi ce huitième épisode n’a rien à envier aux autres !

Morbius : 

J’en ressors avec l’impression étrange de ne pas avoir vu un STAR WARS… J’en ressors avec l’envie de le revoir, juste pour essayer de corriger ma première vision, de me dire que je me suis trompé, que tout le monde a raison sauf moi, car je suis en grande partie déçu par rapport à ce que j’en attendais… Je n’ai que rarement vibré, deux ou trois scènes m’ont profondément ému, c’est tout. Et pour un STAR WARS, il faut le faire en ce qui me concerne…
Je l’ai trouvé plutôt visuellement laid dans l’ensemble, avec des scènes à l’humour souvent ridicule, et ce dès l’ouverture qui m’a estomaquée par sa bêtise, avec un général Hux et des méchants au jeu théâtral digne d’un film de série B…
Et puis ce ratage complet au niveau de la marionnette d’un personnage fort connu… dingue…
Quant à John Williams, qu’il prenne au plus vite sa retraite, oui, au plus vite. Il ne sait absolument plus rien créer et ne fait que pomper la B.O. de STAR WARS VII.
Pour que j’en arrive à écrire ça d’un STAR WARS, c’est que franchement il y a un hic. Soit c’est moi qui ai pris un sacré coup de vieux ou soit cette saga prend un tournant qui ne lui correspond pas. 
Non, je ne le trouve pas nul mais tout juste bon. Oui, j’ai largement préféré le VII, n’en déplaise à certains.



8 ANS AUJOURD’HUI…

( Blog )

8 ANS AUJOURD'HUI... dans Blog 17121304364915263615412894

C’est aujourd’hui, jeudi 14 décembre 2017, que Les Échos d’Altaïr atteignent leur huitième année d’existence. Il est de tradition de dresser le long bilan, mais je ne le ferai pas parce que je n’en ai pas envie, et ce pour diverses raisons. Je suis découragé par une année démotivante, tant sur le plan professionnel que sur celui de ma passion, l’Imaginaire.

Les Échos d’Altaïr traversent une mauvaise période qui devait d’ailleurs m’amener à stopper le blog pour une durée indéterminée. Cela ne s’est pas fait, ou si peu, car le Week-End Geek se profilait déjà à l’horizon et que nous y étions invités. 

Je compte bien sûr essayer de reprendre les choses en mains durant ces longues vacances scolaires calédoniennes, mais sans forcer du tout. Si les parutions deviennent de plus en plus irrégulières c’est que le cœur n’y est plus. Rien de motivant ni d’encourageant pour poursuivre comme je le faisais avant. Ce qui signifie que plutôt que de vouloir à tout prix secouer le cocotier et pondre n’importe quelle publication, comme le font si bien certains sites où pour tout article on peut lire deux lignes de trois mots accompagnées de dix photos, Les Échos d’Altaïr poursuivront sans ne rien changer. 

Ceux qui n’ont toujours pas compris au bout de huit années ce que sont réellement Les Échos d’Altaïr peuvent toujours aller voir ailleurs si on y est. On ne les retient pas. Nous poursuivrons avec les fidèles, du moins les vrais.

- Morbius – (morbius501@gmail.com)



WHOVIAN’S WHO ! – Mondas

WHOVIAN'S WHO ! - Mondas dans Whovian's Who 17040608411815263614966947

Le Whovian’s Who, pour tout savoir sur l’univers étonnant de la série DOCTOR WHO grâce à Carine, infatigable fan experte qui voyage à travers l’espace et le temps pour extraire la moindre information sur les personnages, les créatures, les créateurs et les aliens de la série culte ! Pour tous les fans du Docteur, retrouvez le Whovian’s Who sur les Échos d’Altaïr ! Aujourd’hui :

17121305132215263615412897 dans Whovian's Who

MONDAS

Planète jumelle de la Terre, Mondas est le monde d’origine des Cybermen. Elle a une orbite similaire à celle de la Terre et a été expulsée dans l’espace. Selon certaines sources, la lune orbitant autour de la Terre a peut être provoqué cet événement. La différence notable entre la Terre et Mondas est que les continents sont « à l’envers » et dans l’épisode de 1966, on n’aperçoit pas de nuages dans son atmosphère.

Les Mondasiens sont à l’origine semblables à l’homme de la Terre. Voyant leur longévité diminuer et leur état de santé se dégradant, les scientifiques de Mondas décident de remplacer les parties organiques devenues trop fragiles par un corps robotisé occupé par un esprit débarrassé de ses émotions considérées comme une faiblesse.

Mondas est mentionnée pour la première fois en 1966 dans « The Tenth Planet », lors de la première apparition des Cybermen.

17121305150315263615412899En 1986 (mais dans un épisode de 1966), Mondas revient vers la Terre équipée d’un système de propulsion et pilotée à travers l’espace. Les Cybermen tentent d’absorber l’énergie de la Terre pour rendre de l’énergie à Mondas. Absorbant trop d’énergie, Mondas finit par se désagréger, entraînant avec elle les Cybermen qui sont totalement dépendant de son énergie.

Dans les Comics « The Dead Heart » et « The Prodigal Returns », on découvre que Mondas était habitée par les Mondasiens qui étaient des humains par le passé mais également par des Lizard Kings (rois lézards), semblables à nos Siluriens et des Sea Devils, ainsi que de singes. Les derniers spécimens de Mondas sont conservés dans le Museum of the Last Ones (roman, « The Last Dodo »).

Dans l’audio « The Silver Turk », on découvre en 1873 que Mondas se trouve à 200 années lumières de la Terre et dans l’audio « The Wanderer », Raspoutine prédit en 1903 le retour de Mondas. 

17121305170515263615412903En 1984, le 6e Docteur laisse un Cyberman du futur endommagé sur Mondas, sachant qu’il sera détruit 2 ans plus tard avec la planète (audio « The Reaping »). Ce Cyberman sera intercepté par les Rois Lézards dans le comic : « The Cybermen ». 

Dans « Attack of the Cybermen », le 6e Docteur déjouait les plans des Cybermen du futur pour sauver Mondas. 

Dans l’audio « Spare Parts », le 5e Docteur et Nyssa se rendent sur Mondas avant la conversion en Cyberman et découvrent des Mondasiens vivant sous terre. Cet audio évoque la lente glissade vers la conversion, solution trouvée à la condition de plus en plus désespérée de la planète.

Dans le roman « The Indestructible Man », entre 2066 et 2068, un employé détruit des documents décrivant Mondas comme une planète pour « gagner de la place » (un peu comme la BBC a effacé les bandes des épisodes Classics…).

Dans « The Doctor Falls » (« Le Docteur Tombe »), un vaisseau rempli de colons tente de fuir Mondas. On y découvre des Cybermen d’époques différentes.

- Carine - (Les Enfants du Temps)

Autres articles du Whovian’s Who :

Les Voords / Le Studio D de Lime Grove / Les Tritovores / L’Académie des Time Lords / Aridius et les Aridiens / Les Mechanoïds / William Emms / Les Drahvins / Les Rills / Le phénomène de la régénération / Brian Hayles / Ian Stuart Black / Les Monoïdes / Le Minotaure, créature du Complexe Divin / Patrick Troughton / Elwyn Jones / Les Caméléons / Les Cybermats

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



CITATION CÉLÈBRE : DRACULA

CITATION CÉLÈBRE : DRACULA dans Fantastique 17121111182915263615410491« Soudain, d’un bond inattendu, il jaillit dans la pièce, se frayant un chemin entre nous avant qu’un seul eût eu le temps de lever la main pour l’intercepter. Il y avait, dans ce mouvement, quelque chose de félin, quelque chose de si peu humain que nous sortîmes, en une seconde, du choc causé par une irruption aussi inattendue. »

(Dracula / Bram Stoker)



SÉQUENCE B.O. : The Orville – The Theme and the cast

SÉQUENCE B.O. : The Orville - The Theme and the cast dans B.O. 17120808025115263615406625

Les génériques d’ouverture et de fin de la série THE ORVILLE sont dus au compositeur Bruce Broughton. 

Bruce Broughton, aujourd’hui âgé de 72 ans, est un compositeur qui a œuvré dans des domaines aussi divers que la télévision, les films et les jeux vidéo. Il a remporté neuf Emmy Awards et a été nominé pour un Oscar. Broughton est à l’origine des musiques des westerns SILVERADO (1985) et TOMBSTONE (1993). Mais on lui doit aussi les B.O. de HARRY ET LES HENDERSON (1987) et LA TÊTE DANS LES NUAGES (The Boy who could fly, 1986). Il a également dirigé la fanfare du logo de la 20th Century Fox (composé par Alfred Newman) en 1994.

17120807512415263615406624 dans Séquence B.O.

Bruce Broughton (1945)

À la demande de Seth McFarlane, créateur de la série THE ORVILLE, Bruce Broughton a bénéficié d’un orchestre de 75 musiciens pour l’enregistrement de son générique d’ouverture. Dans un style musical volontairement « à la STAR TREK », et aux accents volontairement « à la Jerry Goldsmith », Broughton délivre une partition superbement réussie, pleine d’enthousiasme et d’énergie, forcément épique et au parfum d’aventure. En dehors de Broughton, d’autres compositeurs célèbres travaillent sur THE ORVILLE, tels que John Debney (L’ÎLE AUX PIRATES) et Joel McNeely.

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Voici le générique d’ouverture de THE ORVILLE :

Image de prévisualisation YouTube

Autres extraits en Séquence B.O. :

Poltergeist / Predator / Le Voyage Fantastique de Sinbad / Jason et les Argonautes /Star Crash / Edward aux Mains d’Argent / Evil Dead 3 : l’Armée des Ténèbres /Ladyhawke / Lifeforce / Les Sorcières d’Eastwick / Godzilla 2014 : la musique / Wing Commander / Vingt Mille Lieues sous les Mers / Lost in Space (Perdus dans l’Espace) / Logan’s Run : Main Title TV Series / Theme from The Lord of The Rings (1978) / Jack, the Giant Slayer : Main Theme

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



1984 de George Orwell

1984 de George Orwell dans Littérature 14072703494415263612413227

1984 de George Orwell. Ce livre est-il pertinent aujourd’hui ?

Cet avis est le fruit de mon vécu, de mon expérience et de mes croyances, je suis ouvert à toute contre argumentation et je déclare ne pas posséder la vérité vraie, c’est dit !

J’ai regardé récemment une vidéo de La Luciole Du Trantor* traitant de 1984 et si je suis d’accord avec l’analyse littéraire du livre, je le suis moins avec la fin et le parallèle fait avec Trump.

17120507400215263615402059 dans Publifan1984 est un excellent livre à tout point de vue et je ne vais pas répéter encore une fois ce qui l’a déjà été mille fois. George Orwell y décrit tout simplement le régime totalitaire ultime. Prendre en compte le contexte historique qui a accompagné son écriture est très important pour bien le comprendre et donc se le remettre en tête est indispensable. Alors, publié en 1949, que peut-on dire de l’époque ?

La guerre est finie (sans dec), l’Europe et le Monde se reconstruisent. Mais y ‘a un hic, alliés pendant le conflit, Les États Unis et l’Union Soviétique ont maintenant vaincu l’ennemi nazi et se retrouvent face à face. Capitalisme Vs Communisme ! Et les deux ne s’aiment pas beaucoup ! Bref… Churchill a déjà baissé le rideau de fer, Berlin a connu son embargo et Marshall a lancé son plan depuis 1947. Les Russes commencent à bouder sévère et ont créé le Kominform. En même temps, Ils pédalent comme des malades pour obtenir l’arme nucléaire car, allez savoir pourquoi ils se sont sentis visés par Nagasaki et Hiroshima. Staline a 17120507414615263615402060 dans Science-fictionaussi demandé à ce que les partis communistes prennent le pouvoir partout où ils le peuvent… La CIA commence du coup ses opérations extérieures et met le bazar. C’est la Guerre Froide et tout le monde flippe qu’elle puisse se transformer un jour en un nouveau conflit global et « nucléaire ».

George Orwell sur le coup semble manquer d’humour. Il n’aime pas trop le capitalisme mais déteste le totalitarisme. Il se dit merde, si ça tourne mal voilà ce qui pourrait se passer. Énorme, magnifique, magistral travail d’ingénierie social et politique.

Le régime décrit est implacable, sans faille, il maîtrise tout : les gens, ce qu’ils pensent, ce qu’ils apprennent. George n’a d’ailleurs dans l’absolu rien inventé, il a juste eu à piocher dans le nazisme et le stalinisme… Je lui décernerai malgré tout une médaille d’or pour la théorie sur la pensée et le langage. Il a poussé toutes ces logiques à fond et en a retiré toute faiblesse! Tadaaaaa ! 1984 est né.

17120507474915263615402062Aujourd’hui ce livre refait surface et j’avoue me demander un peu pourquoi. Le monde décrit par Orwell est à un système solaire de distance de ce que l’on vit dans nos vertes ou moins vertes contrées. Prenons les fake news de Trump… 5 min après leur sortie 80% des gens voient bien que Trump dit n’importe quoi et est un pingouin. C’est tout le contraire de ce qui est décrit dans le livre où l’information est manipulée dans le but d’en faire une vérité acceptée de tous. Trump lui s’en fout des 80% qui ne le croient pas, ils visent juste les 20% qui le croient. Il ne veut pas établir une nouvelle vérité, il veut juste beurrer la tartine de son électorat… Alors faire le parallèle avec la stratégie de manipulation globale et minutieuse de 1984, c’est, je crois, lui faire beaucoup d’honneur.

Une fake news existe précisément parce que l’on peut l’identifier comme telle. Notre époque a pour spécificité que justement l’information n’a jamais été aussi disponible… Le défi n’est pas qu’elle soit verrouillée, il est au contraire que tout le monde peut dire tout et n’importe quoi, vrai et faux et le diffuser. À partir de ce moment-là, la difficulté est plutôt de savoir comment la traiter, la filtrer et l’appréhender.

17120507451615263615402061

Passons à Big Brother. Honnêtement, savoir si le gouvernement lit mes emails ou écoute mon tel… formidable mais je m’en fous un peu car pour moi le danger ne vient pas de là. Le danger vient justement du fait que les gouvernements sont de nos jours totalement dépassés dans ce domaine… Tous autant que nous sommes, nous balançons nos vies sur les réseaux sociaux et l’Internet : ce que nous mangeons, buvons, quand nous dormons, ce que nous achetons, pensons… où nous allons, qui sont nos amis, etc. Imaginons un truc. Vous activez votre géolocalisation sur Facebook et vous allez au 17120507500115263615402063McDo 3 fois par semaine… Cette information finit donc sur le net. Ben un jour peut-être votre assurance santé vous réclamera de payer plus cher car votre « hygiène de vie » a été établie comme n’étant pas saine (selon ses propres critères). Si bien que dans quelques années, nous demanderons à ces mêmes gouvernements de prendre des lois pour nous protéger de ces pratiques… aux antipodes de 1984. Aucun État au monde hormis peut-être la Corée du Nord n’a les moyens de réunir autant d’informations sur un individu. Big Brother a été terrassé par le Big Data.

Je ne vais pas vous ventiler avec mes réflexions, mais un livre aussi brillant soit-il n’en fait pas systématiquement un objet pertinent. Une livre de SF est la traduction d’une angoisse, 1984 traduisant celle de la fin des années 40. Sur notre époque, je trouve La Zone du Dehors de Damasio beaucoup plus juste car il traite d’une angoisse elle-même plus contemporaine.

*J’aime bien les vidéos d’Ana D. et je conseille !

- TheSFavenger -

Visitez la page de TheSFavenger sur Facebook :

La SF contre-attaque

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



EXPLORATHÈME – Le rétrofutur

Certains s’y risquent et tentent de nous exposer leur vision des choses, d’autres sont convaincus de détenir la vérité et la réponse à nos questions. Explorathème vous propose d’explorer librement et sans retenue les principaux thèmes de l’Imaginaire : space opera, cyberpunk, steampunk, heroic fantasy… à travers des vidéos, des points de vue de fans ou d’experts. Aujourd’hui :

LE RÉTROFUTUR

Image de prévisualisation YouTube



LA PAGE STAR WARS (n°11)

LA PAGE STAR WARS (n°11) dans La page Star Wars 16012311192115263613918609

Plus que 10 jours, 10 jours seulement, et LES DERNIERS JEDI sera à l’affiche ! Annoncé comme le chapitre le plus long de la saga STAR WARS (2h30), sera-t-il également à la hauteur ? Rian Johnson nous réserve-t-il de bonnes ou de mauvaises surprises ?… Au vu des premières images, il est impossible de se prononcer tant le doute est permis sur bien des plans (voir la page précédente). Johnson brouille les pistes, arborant son imperturbable petit sourire malicieux dans toutes les interviews. Le jeune réalisateur, plutôt timide et peu loquace, fait figure de débutant même s’il a réalisé un certain LOOPER. Loin de l’assurance et de l’autosatisfaction d’un Ridley Scott, il pourrait bien nous surprendre…

17120211013915263615399000 dans La page Star Wars

Résultat de recherche d'images pour "the last jedi gif"

::::::::::::::::::::::::::: STAR WARS ET LES MÉDIAS :::::::::::::::::::::::::::

Comme en chaque fin d’année, la presse s’empare du phénomène STAR WARS. Entre les reportages et les interviews diffusés à la télévision, nous trouvons bien sûr un nombre considérable de magazines de la presse écrite dont la Une fait la part belle au dernier film de la saga.

17120211275615263615399016Qu’il s’agisse de revues spécialisées ou de journaux d’actualités, tout le monde s’arrache le dernier STAR WARS à l’affiche. Comprenez : L’Écran Fantastique, par exemple, n’a jamais caché le fait que ses plus grosses ventes ont lieu lorsque le magazine met en couverture un STAR WARS. Et bien évidemment ce qui est valable pour l’un est valable pour les autres. Même Mad Movies, en pente raide, nous sort sa Une avec LES DERNIERS JEDI. Il pourra ainsi se faire du blé sur l’Épisode VIII pour mieux le casser dans son prochain numéro.

En même temps, que demande le fan ? Voir du STAR WARS partout ! Alors si les affiches du film collées de tous bords ne suffisent pas, allons-y pour la presse écrite et les journaux télévisés ! On baigne ainsi dans une formidable ambiance star warsienne de fin d’année, et c’est tant mieux pour nous… et tant pis pour les autres !

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

17120211333815263615399023

:::::::::::::: INTERVIEW VIDÉO DE SIR ALEC GUINNESS ::::::::::::::

Voici une interview très rare de Sir Alec Guinness – Obi-Wan Kenobi dans l’émission britannique « Parkinson Talk Show » de 1977. Alec Guinness confie à l’animateur ses impressions positives sur STAR WARS IV avec beaucoup de classe et d’humour. Cliquez sur l’image.

Image de prévisualisation YouTube

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Résultat de recherche d'images pour "obi wan kenobi gif"

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

« Lentement, furtivement, Pellaeon tourna la tête de quelques centimètres. Sur sa droite, le Grand Amiral Thrawn était assis au poste de commandement. Son visage bleu était inexpressif et ses yeux rouges étaient fixés sur les voyants. Depuis le dernier rapport des forces au sol, il n’avait pas quitté cette position, et Pellaeon pouvait sentir monter la tension des hommes de passerelle. »

(La Guerre des Étoiles : La Bataille des Jedi – Timothy Zahn – éd. Presses de la Cité – 1993)

17120312195615263615399082

 ::::::::::::::::::: LIVRES STAR WARS DE FIN D’ANNÉE :::::::::::::::::::

Comme désormais en chaque fin d’année nous avons droit à la parution de beaux livres STAR WARS. Les éditeurs rusés profitent de la sortie d’un nouveau film et des fêtes de Noël pour vous soutirer quelques crédits galactiques. Et comment résister au pouvoir du côté obscur quand on survole les titres ? Notre petite sélection, pour vous…

17120312341115263615399083

Flanqué d’une horrible couverture (certainement la plus moche de toute l’histoire des livres d’art STAR WARS), voici venir, pour le 15 décembre, Star Wars : Tout l’Art des Derniers Jedi aux éditions Huginn & Muninn. Dans la grande tradition des The Art of… nous y trouverons tous les concepts arts du film, les croquis préparatoires et les illustrations originales qui ont servi à mettre en images le film événement de 2017.

17120312401715263615399095

Si vous aviez acheté le premier, vous ne pourrez manquer le second. Tout l’Art de Ralph McQuarrie – Volume 2 est paru depuis le 10 novembre aux éditions Huginn & Muninn (que l’on ne remerciera jamais assez pour leurs trésors !). Indispensable, incontournable et inestimable, ce livre énorme (400 pages) renferme tout comme le premier des tonnes de dessins, de crayonnés et de peintures de l’immense Ralph McQuarrie auquel la saga tout entière doit tant.

17120312480415263615399115

Et on termine par un livre qui mérite toute votre attention : Star Wars : Les Archives – Tous les plans et concepts de la première trilogie. Paru depuis le 10 novembre aux éditions… devinez… Huginn & Muninn, voilà un magnifique bouquin qui devrait ravir les fans de la première trilogie, mais aussi les autres. Jugez plutôt :

« Quand la galaxie n’était encore que des croquis : planètes, droïdes, vaisseaux, armes… Commenté par J. W. Rinzler, cet ouvrage d’exception rassemble tous les dessins techniques d’origine créés par les artistes de cinéma les plus talentueux de leur génération. Retrouvés dans les archives de Lucasfilm, ces plans détaillés révèlent le processus de création minutieux des éléments et des décors de la plus grande saga de S.F. de l’histoire du cinéma. Découvrez des inventions jamais construites (la salle du trône de l’Empereur, le vélo de l’espace…) et retrouvez les créations cultes (R2-D2, L’Étoile Noire, le Faucon Millenium…). Un livre exceptionnel, une référence pour tous les fans de la saga, mais aussi de cinéma. Plus de 250 plans techniques reproduits. Plus de 500 illustrations et photographies. Des interviews de Norman Reynolds et de Gavin Bocquet, des designers, des directeurs artistiques, des décorateurs et des artisans de la saga. 336 pages, 10 dépliants grand format. »

Bon, vous l’aurez compris, cette fin d’année risque d’être terriblement dure pour notre portefeuille…

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

17120312583915263615399118

Drew Wise

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

QUE LA FORCE SOIT AVEC VOUS ! Et rendez-vous le 13 décembre pour la sortie de STAR WARS : LES DERNIERS JEDI !

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Résultat de recherche d'images pour "the last jedi gif"

Les autres Pages STAR WARS sur Les Échos d’Altaïr :

n°1n°2n°3l’Édition Spécialen°4n°5n°6n°7n°8n°9, n°10

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



MAGAZINES : PARUTIONS RÉCENTES ET PROCHAINES

MAGAZINES : PARUTIONS RÉCENTES ET PROCHAINES dans Magazine 17120107425415263615395607

17120107401615263615395602 dans Magazine

17120107402315263615395605

17120107402115263615395604

17120107401915263615395603

17120107402515263615395606