LES DERNIERS JEDI : ANALYSE ET CRITIQUE – 1

Posté le 22 janvier 2018

LES DERNIERS JEDI : ANALYSE ET CRITIQUE - 1 dans Di Vinz 17121507083715263615414841

Voici la première partie de la très longue et très riche analyse-critique de STAR WARS ÉPISODE VIII : LES DERNIERS JEDI par Di Vinz. Première partie ? En effet, il a été décidé, d’un commun accord entre Di Vinz et Les Échos d’Altaïr, que ce pavé de plus de 13 000 mots (le plus long texte à ce jour à paraître sur le blog !) sera finalement découpé en sept parties, regroupant chacune entre deux ou trois chapitres d’analyse-critique, afin d’en facilité la lecture. Ainsi, sont programmés les chapitres suivants dans l’ordre de leur publication :

Lundi 22 janvier

Entre Obscurité et Lumière

Introduction : l’attaque du cuirassé

L’humiliation du Général Hux

Mardi 23 janvier

Luke Skywalker : la déchéance d’un héros

La formation de Rey

Mercredi 24 janvier

Kylo Ren et le Suprême Leader Snoke

L’envol de Leia

Jeudi 25 janvier

La Vice-Amiral Holdo et la mutinerie de Poe

Finn et Rose à Canto Bight

DJ et le Capitaine Phasma

Vendredi 26 janvier

La connexion Rey-Kylo Ren

La fin (expéditive ?) de Snoke

« Tu n’es rien. » Les origines de Rey

Samedi 27 janvier

Maître Yoda : l’héritage des Jedi bafoué ?

La bataille finale de Crait

Un duel d’anthologie

Dimanche 28 janvier

L’Épisode IX et le retour de JJ Abrams

La guerre des fans

Rian Johnson et cie

Pour chaque partie présentée sur le blog, nous vous invitons bien sûr à laisser vos commentaires, mais dans le respect et la courtoisie. Nous vous rappelons que vous êtes totalement responsable de vos propos. D’autre part, si vous n’avez encore jamais posté un commentaire sur Les Échos d’Altaïr, ne soyez pas surpris de ne pas le voir apparaître dès son envoi. Il est en attente de modération. L’administrateur validera sa publication. C’est un moyen de protection contre les spams. On laisse à présent la parole à notre ami Di Vinz qui a beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses à vous dire sur LES DERNIERS JEDI !

May the Force be with you !

17120211013915263615399000 dans Star Wars

Entre Obscurité et Lumière

Sorti le 13 décembre 2017, le nouveau STAR WARS fait débat depuis maintenant plus d’un mois et déchaîne les passions dans tous les sens du terme. Depuis que j’ai commencé à rédiger mes petites critiques sur les Échos d’Altaïr, je n’avais encore jamais été confronté à de telles difficultés dans l’organisation et l’application écrite de ma pensée, contrariée par une avalanche d’avis négatifs tranchés à l’extrême menant à un bashing disproportionné auquel viennent se heurter les défenseurs du film avec le même absolutisme, bien que j’ai constaté que ces derniers portent un bagage d’arguments plus conséquent la plupart du temps.

17121507111415263615414842Avec un clivage aussi marqué, tout devient plus complexe, on finirait presque par perdre tout sens de la nuance. J’ai moi aussi succombé au côté obscur en essayant tant bien que mal de défendre le film sur les réseaux sociaux contre vents et marées. Pour moi comme pour beaucoup d’autres, tant de haine n’est pas méritée, tant d’incompréhension n’est pas compréhensible. Cela suscite automatiquement chez moi encore plus de bienveillance à l’égard d’un film qui a dépassé toutes mes attentes. Oui, LES DERNIERS JEDI comporte des problèmes, il faut néanmoins raison garder, ne pas tomber dans l’excès et voir plus loin que le bout de son nez, ici je pense surtout à ceux qui se disent fans de STAR WARS. « L’obscurité reprend ses droits et la lumière s’y oppose. »

« Je n’avais encore jamais été confronté à de telles difficultés dans l’organisation et l’application écrite de ma pensée, contrariée par une avalanche d’avis négatifs. »

Maintenant que je suis prêt à écrire mon analyse complète, après avoir vu le film quatre fois – une fois en VO 3D, une fois en VF 3D sur écran Imax et deux fois en VF numérique – je m’expose à de nouvelles problématiques : comment rester objectif quand on doit traiter une licence qu’on connait sur le bout des doigts ? Comment se positionner du côté clair de la Force et ne froisser personne face à ce que l’on perçoit comme de l’irrespect ou de l’ignorance? Comment rester fidèle à son ressenti sans tomber dans cette même arrogance ou dans un fanatisme dans sa forme la plus simple ? Je ne sais pas si j’arriverai à répondre correctement à ces questions ni même si je saurai rester mesuré pour endiguer ce que j’appelle désormais « le syndrôme Alien Covenant », mais quand faut y aller, faut y aller !

Je vais donc essayer de traiter, d’expliquer, point par point, tout ce qui fait débat et plus encore dans ce STAR WARS ÉPISODE VIII : LES DERNIERS JEDI. Ses atouts mais aussi ses faiblesses, dans un effort d’objectivité et un souci d’équilibre, avec un recul forcément nécessaire. Que la Force soit avec moi !

Introduction : l’attaque du cuirassé

Dès la première scène, il y a débat. Après un texte défilant somme toute assez banal mais qui résume bien le fil conducteur du film puisqu’il est question d’évasion désespérée, nous retrouvons le Premier Ordre en embuscade orbitale autour de la planète D’Quar, abritant la base de la Résistance vue dans le précédent opus. Là, le Général Hux ordonne au Capitaine Canady du Deadnought, un nouveau cuirassé de guerre au profil inédit, de bombarder la base des résistants et les vaisseaux qui tentent de s’en échapper.

18012205123615263615489136Pendant ce temps, Poe Dameron, le meilleur pilote de la Résistance, vient faire face à la flotte du Premier Ordre, seul, uniquement accompagné de son droïde BB-8 à bord de son X-Wing. S’en suit un dialogue entre les deux personnages. Beaucoup reprochent un humour lourdingue à cette première joute verbale durant laquelle Poe fait tourner en bourrique le Général. Cette scène m’a personnellement fait sourire, notamment en raison des différentes réactions des membres du Premier Ordre accompagnant Hux. Regards fuyants, postures gênées, l’un d’eux va finalement se risquer à éclairer Hux, comme quoi son interlocuteur se fiche de lui.

« Il est intéressant de constater d’emblée que les subordonnés de Hux ont plus de jugeote que leur supérieur. »

Il est intéressant de constater d’emblée que les subordonnés de Hux ont plus de jugeote que leur supérieur. De son côté, Poe Dameron reste fidèle à lui-même et ses piques ne sont pas sans rappeler la première scène du RÉVEIL DE LA FORCE durant laquelle il chambre Kylo Ren : « Je parle ? Vous parlez ? Qui commence ? Non, parce-que c’est difficile avec tout cet appareillage… ». Poe Dameron est ce genre de personnage savoureux qui tourne l’ennemi en dérision. J’adhère totalement à cet humour proche de celui de Han Solo, comme lorsque le célèbre contrebandier prétend qu’il y a un « pépin de blaster » lors de la libération de Leia dans UN NOUVEL ESPOIR. Ce n’est à mon sens ni lourdingue, ni trop long, si l’on considère que Poe essaye de gagner du temps.

18012205152815263615489137

Mais je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur ce passage finalement sans grande importance car vient ensuite l’essentiel de la scène : un combat spatial ! Et quel combat ! Que ce soit l’attaque en soliste de Poe, qui nous montrera enfin sa virtuosité de pilote et dévoilera déjà un petit côté tête brûlée, ou l’assaut des bombardiers qui se font péter les uns après les autres jusqu’à avoir cette magnifique séquence avec le personnage de Paige et ce plan incroyablement beau de l’unique bombardier survivant se frayant un chemin jusqu’à sa cible, cette scène d’introduction est l’une des plus belles et des plus épiques de toute la saga et j’ai beau cherché, je ne saurais lui trouver le moindre défaut. C’est esthétiquement fabuleux et le rythme de l’affrontement est parfaitement équilibré. Même la séquence avec BB-8 qui essaye péniblement de réparer les commandes de tir du X-Wing ne m’a pas dérangé. Au delà du fait que je la trouve très fun et bien insérée dans la scène, elle me semble totalement dans l’esprit STAR WARS, faisant écho aux différentes manœuvres de R2-D2 dans les films précédents.

Le film ne pouvait pas être mieux lancé avec une telle scène d’ouverture, celle-ci nous met dans d’excellentes dispositions pour la suite.

L’humiliation du Général Hux

Suite à la défaite subie par le cuirassé, Snoke entre en contact avec Hux et lui fait manger le sol à distance dans une scène qui m’a tiré un second sourire. Ce ne sera pas la seule fois que le Général du Premier Ordre sera malmené. En effet, durant tout le film, Hux se fait humilié successivement par Dameron, Snoke et Kylo Ren. À chaque fois le respect se meurt un peu plus, à 18012205200815263615489138chaque fois c’est un moment délicieux. Si certains voient en lui un énorme bouffon juste là pour amuser la galerie, je vois en Hux un personnage d’ores et déjà culte, personnifiant à lui seul tous les commandants qui se font dézinguer les uns après les autres par Dark Vador dans la trilogie originale, ce qui n’est pas anondin. La tradition de l’Amiral de l’Empire rabroué voire tué par le Sith, vu dans les films mais aussi dans bon nombres d’œuvres de l’Univers Étendu, a ici atteint son paroxysme.

Qui ne s’est jamais amusé de Vador qui élimine les commandants Impériaux ? « Cette faute envers moi était la dernière. » disait le Seigneur Sith. Là, Ren ne s’embarrasse guère de petites phrases, il lui montre juste qui est le patron en l’envoyant valser dans le décor ou en lui infligeant un étouffement, tout en faisant attention à ne pas le tuer. Heureusement, sinon Hux serait mort depuis un bail et remplacé par un énième commandant anonyme, ce qui tuerait l’intérêt du personnage, tout comme cela aurait été malvenu de tuer Krennic pendant son entretien avec Vador dans une fameuse scène de ROGUE ONE.

« Si certains voient en lui un énorme bouffon juste là pour amuser la galerie, je vois en Hux un personnage d’ores et déjà culte. »

Le Général Hux n’a pas un rôle à la Tarkin en qui l’Empereur avait confiance, c’est un roquet maintenu à un haut grade de commandement car ses failles, utilisées à bon escient, peuvent s’avérer une arme affûtée. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Snoke. Ce dernier utilise la soif de pouvoir de Kylo Ren et de Hux pour maintenir une sorte de concurrence (déjà aperçue dans l’épisode précédent) amenant l’un et l’autre à toujours faire mieux que son « rival ». À terme, Hux essaiera de tuer Kylo Ren et s’il n’y est pas parvenu dans cet Épisode VIII, il renouvellera la tentative dans le IX, c’est certain ! Ce qui pourrait d’ailleurs le pousser à faire de grosses bêtises et inciterait Kylo à se désolidariser du Premier Ordre.

Quoi qu’il en soit, le fait que Hux prenne tant de mauvaises décisions et soit autant humilié dans ce film est un fait exprès afin de marquer une rupture avec le Hux du RÉVEIL DE LA FORCE qui se prend trop au sérieux, notamment lors de la scène de la destruction du système Hosnian qui abritait la Nouvelle République. On peut penser que ce n’est que pour faire de l’humour mais j’y vois une critique du nazisme fort appréciable et assez pertinente. En ce sens, ce n’est pas étonnant que George Lucas ait apprécié le film, ce genre de démarche lui ressemble pas mal.

- Di Vinz -

Les liens vers les autres parties de l’analyse-critique des DERNIERS JEDI :

Partie 2 / Partie 3 / Partie 4 / Partie 5 / Partie 6 / Partie 7

Résultat de recherche d'images pour "the last jedi gif"

Au programme de la deuxième partie prévue pour demain :

Luke Skywalker : la déchéance d’un héros

&

La formation de Rey

15011505515715263612876237

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange / Premier Contact / Assassin’s Creed / Rogue One : A Star Wars Story / Passengers

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

6 commentaires pour « LES DERNIERS JEDI : ANALYSE ET CRITIQUE – 1 »

  1.  
    Lio
    22 janvier, 2018 | 16:39
     

    Très bon démarrage. Vivement la suite ! Pour ce qui est des réactions parfois violentes qu’a suscité le film, je pense qu’elles sont surtout représentatives de la « radicalisation » d’une partie des fans qui se prennent pour les gardiens du temple de la culture geek (le phénomène n’est pas propre à Star Wars). L’opus de Johnson, aussi réussi soit-il, devrait être envisagé et analysé comme tel : un film ! Pas un prolongement des Evangiles de Saint George… Certains l’ont semble-t-il oublié et c’est ça qui, personnellement, m’inquiète.

  2.  
    trapard
    22 janvier, 2018 | 17:52
     

    Content de lire le Di Vinz’s return sur les Échos d’Altaïr.
    Je n’ajouterai rien à ta critique puisque je n’ai pas vu le film, ni les deux Star Wars précédents.
    Pourquoi ? Bah, tout est dans ta phase : « Je n’avais encore jamais été confronté à de telles difficultés dans l’organisation et l’application écrite de ma pensée, contrariée par une avalanche d’avis négatifs. »
    En fait depuis les années 80, depuis que je côtoies des cinéphiles et des puristes, j’ai pris le parti de ne pas allé voir les films qui déchaînent beaucoup d’avis positifs comme négatifs. Généralement, j’attendais un ou deux ans avant de les louer en VHS, puis aujourd’hui je fais de même avec les DVD et Divx.
    C’est ma manière de faire, et je vis très bien ce décalage. Et je suis généralement vierge des avis des uns et des autres lorsque je décide de regarder ces films et c’est ce qui me convient le mieux.
    Voilà c’était juste pour rebondir sur cette phrase de ton article, ce qui ne m’empêche pas de prendre plaisir à lire tes critiques.

    Au passage, je suis passé voir les nouveaux drones dans les boutiques spécialisées cet après-midi. Et cette année c’est Star Wars qui est à l’honneur avec des applications téléchargeables sur iphone pour piloter des drones de X-Wings et deux autres engins issus de la première trilogie uniquement (LA GUERRE DES ÉTOILES et LE RETOUR DU JEDI). C’est même étonnant que l’achat de la franchise par Disney réveille un tel regain d’intérêt pour la première trilogie chez les nouvelles générations. Le vendeur avait 20 ans et il connaissait cette trilogie-là sur le bout des doigts.

  3.  
    22 janvier, 2018 | 18:23
     

    Un connaisseur… :-D

  4.  
    trapard
    22 janvier, 2018 | 18:40
     

    Les drones en question (ça se joue à deux, puisque ce sont des combats en 3D, en plein air).
    On les trouve à Digital Planet (en face de Limousin Marine) au Faubourg Blanchot.

    http://www.lemonde.fr/la-foire-du-drone/article/2017/09/25/on-a-teste-les-drones-star-wars_5191000_5037916.html

  5.  
    Kinsa
    23 janvier, 2018 | 5:36
     

    Complètement d’accord ! En effet, ce film a subi depuis sa sortie un bashing extrême d’un côté et une sacralisation de l’autre, sans beaucoup de mi-mesure. Pour ma part, je le vois comme un très bon film non dénué de défauts, mais un très bon film tout de même. Hâte de lire la suite !

  6.  
    Eckmül
    23 janvier, 2018 | 22:14
     

    Très bon début, ça me plaît !
    Je suis assez d’accord avec toi sauf sur le passage de la réparation des commandes de tirs que je trouve, un peu trop brouillon.

    Pour moi quand R2 réparait, ça avait un minimum de sérieux, il branchait, tel câble pour dérouter… C’est du jargon pseudo scientifique pour impressionner mais ça me convient quand même mieux que cette espèce d’enieme tentative de reprise du plus vieux gag du cinéma de l’arroseur arrosé. BB8 parait pas sérieux là… Surtout que le gag est coupé donc parait trop long.

    Sinon, je voulais aussi juste rajouter qu’il y a plus que ça dans cette première scène, car l’amiral du Destroyer à supercanon se demmerde mieux en stratégie mais pas seulement parce qu’il y a Snoke qui a manipulé Hux et l’a placé ici pour avoir le contrôle alors qu’il est mauvais, mais parce que si l’on se fie aux comics sur Poe, on peut voir que le premier ordre est né de fanatiques à grandes gueules rêvant du retour de l’ordre de l’empire et du coup, c’est souvent des grandes gueules mauvais en strat qui arrive au sommet.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez